16 septembre 2016

Hollande veut « réformer » le lycée

 

La gauche veut relancer la refonte du lycée
Aurélie Collas Le Monde 15.09.2016
http://www.lemonde.fr/education/article/2016/09/15/bilan-mitige-et-incomplet-pour-la-reforme-du-lycee-de-2010_4997837_1473685.html

« Faut-il réformer le lycée ? A huit mois de l’élection présidentielle, la question s’invite déjà dans une campagne qui n’a pas commencé. François Hollande a donné le ton en déclarant, à Orléans, le jour de la rentrée scolaire, que le lycée devait être « la prochaine étape de nos réformes ».

« Le lycée a connu sa dernière réforme en 2010, sous l’impulsion de Luc Chatel, ministre de l’éducation de Nicolas Sarkozy. Ce chantier, modeste, est venu remplacer le projet avorté de « lycée modulaire » de son prédécesseur, Xavier Darcos. Faisant du primaire et du collège sa priorité, la gauche n’est pas revenue sur cette réforme toujours critiquée, se contentant d’y apporter quelques retouches : un allégement de certains programmes, le rétablissement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie en terminale scientifique (S), de nouvelles options… »


- S’attaquer à la « réforme » du lycée, un pari politique risqué
Mattea Battaglia Le Monde 15.09.2016
http://www.lemonde.fr/education/article/2016/09/15/s-attaquer-a-la-reforme-du-lycee-un-pari-politique-risque_4998021_1473685.html

Hollande candidat pourrait envisager la scolarité jusqu'à 18 ans, promettre plus d'interdisciplinarité...
3 types de difficultés l'attendent, selon François Dubet : le poids des disciplines scolaires, le coût du lycée, le bac.
Depuis 1973, tous les ministres « ont entonné, peu ou prou, le même refrain : casser les hiérarchies internes du lycée, faire évoluer des programmes encyclopédiques, alléger les horaires, bousculer les pratiques… » Pour des résultats insignifiants.


- François Hollande et la délicate reconquête du vote enseignant
Mattea Battaglia Le Monde 07.09.2016
http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/09/07/francois-hollande-et-la-delicate-reconquete-du-vote-enseignant_4993670_823448.html

Un immense gâchis - «  Des " années Sarkozy ", les profs n'ont pourtant oublié ni le ton (" L'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ", avait assuré l'ancien président en 2007) ni la " purge " des 80 000 postes supprimés en cinq ans. Que la gauche ait rétabli une dynamique, une écoute, un élan, tous - ou presque - le reconnaissent. Un budget aussi : l'un des seuls qui ne soit pas à l'économie. Et pourtant, " un sentiment de gâchis, de malaise s'est installé ", affirme Laurent Escure, de l'UNSA Education ».

« Peu de spécialistes de l'école croient vraiment à la tentation du FN chez les enseignants. Mais le risque de l'abstention, lui, est pris très au sérieux. Voire d'une " sur-abstention, conclut M. Dabi, comme en 2002, quand les enseignants avaient fait payer à Lionel Jospin les années Allègre ».


.


Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 mai 2016

Fabrique : François Hollande et l'Histoire

 

hollande-fabrique


Le président de la République François Hollande sur France Culture.
E. Laurentin, La Fabrique de l'Histoire 24.05.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/francois-hollande-et-limaginaire-historique

Twitter : http://twitter.com/FranceCulture 24 mai


Hollande : « Président, nous ne faisons pas que rappeler l’histoire. Nous la faisons »
Le Monde 24.05.2016
http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/24/president-nous-ne-faisons-pas-que-rappeler-l-histoire-nous-la-faisons_4925224_823448.html


Hollande: «aujourd’hui, je suis dans l’Histoire» AFP - Libération 24.05.2016
http://www.liberation.fr/france/2016/05/24/hollande-aujourd-hui-je-suis-dans-l-histoire_1454774

Sous l'histoire, les messages très politiques de Hollande
Par Laure Bretton - Libération 24.05.2016
http://www.liberation.fr/france/2016/05/24/sous-l-histoire-les-messages-tres-politiques-de-hollande_1454784


Hollande : « Aujourd’hui, je suis dans l’Histoire » - L’Express
http://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/hollande-aujourd-hui-je-suis-dans-l-histoire_1795093.html


« Je suis dans l'Histoire »
« Guerre d'Algérie : Hollande admet que le 19 mars marque «le début des massacres »
Arthur Berdah Le Figaro  24.05.2016
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/05/24/

 

L'entretien résumé sur Twitter par France-Culture
http://twitter.com/FranceCulture  24 mai 2016
http://www.franceculture.fr/histoire/entretien-avec-francois-hollande-les-principaux-extraits

"J'ai pris conscience du caractère tragique de l'Histoire (...) j'ai constaté que la tragédie venait s'installer dans le récit" #directPR
"Je savais qu’à tout moment, le pire pouvait surgir, et il a surgi." @fhollande #DirectPR
"Je pense à la guerre en Syrie, en Irak, [...] au Mali. Et au terrorisme qui nous a frappés."
"Ce qui fait la responsabilité du chef de l’Etat, c’est de pouvoir être prêt à saisir l’inattendu."
"L'inattendu ce n'est jamais l'incompréhensible, c'est qu'il y a un moment une catastrophe, un acte terroriste (...)"
"Je suis né en 1954 donc j'ai connu la guerre froide, l'affrontement des blocs, aujourd'hui il ne s'agit plus de cela"
"Aujourd'hui nous sommes en face de guerres où c'est la question de l'Islam, de l'affrontement chiite-sunnite (...)"
"Le califat n’a pas été choisi au hasard par Daech. C’est une référence qui existait et dont ils ont voulu s’emparer."
"Il s’agissait de le faire revivre. Ils sont conscients que l’Histoire a un rôle..."
"... Qu’il y a des mots, des souvenirs, aujourd’hui disparus, et qu’il s’agit de s’approprier."
"On ne peut pas isoler la Recherche, l'Université, de l'action au plus haut niveau (...) dans les Etats"
"Ce qu'il s'est passé après la Seconde Guerre mondiale c'est l'inviolabilité des frontières issues de la colonisation"
"Ce que veut faire Daech c'est de ne plus considérer les frontières, c'est de considérer simplement les appartenances"
"Pour qu'une mémoire soit réconciliée, il faut qu'elle soit connue"
"Ce qu'avait voulu le Général de Gaulle c'était de ne pas exhumer trop ce passé pour que nous puissions vivre ensemble
"Autour de la guerre d’Algérie, il y a des mémoires. Je ne vais parler que des mémoires françaises."
"Il y a aussi une mémoire algérienne qui est parfaitement regardée comme, hélas, douloureuse aussi."
"Les mémoires françaises sont multiples : il y a les Français qui vivaient en Algérie et qui sont revenus, les pieds noirs..."
"ceux qui y ont fait leur service militaire et ceux qui ont participé d’une autre façon à la guerre d’Algérie, au FLN notamment."
"Ce que j’ai voulu, c’est que l’on puisse réconcilier toutes ces mémoires"
"Que nous puissions, à travers cette reconnaissance, vivre pleinement ensemble."
"La réparation elle est symbolique, mais pour beaucoup, elle est matérielle"
"Je suis pour qu'il y ait de la part de la France une vraie compréhension de ce qu'elle est, d'où elle vient"

"Je dois faire en sorte que l'Histoire puisse reconnaître les blessures mais ne pas blesser davantage"
"Dans le contexte mondialisé, la France est une idée qui reste pour beaucoup de peuples mobilisatrice"

"Je ne suis pas pour une conception de l'Histoire ou de la mémoire qui viendrait attiser les divisions".
"Pour ces peuples la France est d'abord une idée émancipatrice, une idée de l'émancipation des peuples, de la liberté"
"La patrie c'est ce qui va au-delà même de nos frontières, qui permet de s'adresser au monde, l'appartenance commune"
"Le nationalisme, Jaurès, l'avait écrit, c'est étroit, replié, revanchard, souvent agressif"
"La patrie c'est ce pourquoi aussi les révolutionnaires se sont levés, c'est Valmy"
"Henri IV est une grande figure de pacification, de réconciliation, et peut-être à tort ou à raison de prospérité"
"Je me suis attaché à l'Histoire contemporaine car c'est cette République là qui se poursuit encore aujourd'hui"
"La République n'est pas achevée, l'histoire continue."
"Je n'ai pas une conception de l'Histoire figée, mythifiée"
"Ce qui est nécessaire c'est de comprendre que ce que nous n'avons pas encore réussi peut être encore à notre portée"
"C'est la question que je me pose aujourd'hui : qu'aurais-je pu faire de différent ?"
"Il y a une responsabilité historique"
"L'Histoire n'est pas écrite par je ne sais quel Dieu malin qui voudrait qu'il y ait une espèce de fatalité"
"Notre système médiatique est un système fondé sur le traitement de l'actualité, sans grandes références historiques"
"Nous sommes dans un jour où il y a des conflits, des occupations. Nous ne sommes pas dans les circonstances de mai 68"
"Mai 68 est beaucoup plus en lien avec Juin 36... là on est dans un conflit assez traditionnel"
"Aujourd'hui le blocage est fondé par une stratégie portée par une minorité."
"Il y a l'impression que l'on donne de manière fugace, volatile dans l'actualité du jour,  ce qui est dans l'écume"
"Ce qui m'habite c'est ce que j'aurais laissé comme trace, ce qu'un autre n'aurait pas pu faire et que j'ai accompli"
"Nous faisons l'histoire, nous ne la racontons pas. Je fais l'histoire. Le Français fait sa propre histoire."

"Un homme politique décrié, repoussé, Churchill, Clémenceau, peut devenir un héros"
"Il ne faut pas être écrasé par l'histoire, par les personnalités, les grands hommes, les grandes femmes."

"La France est un des pays où l'Histoire peut se faire, il n'y a pas beaucoup de nations qui peuvent se dire ça"
"1984, c'est une rencontre inédite qui se produit : c'est la première fois qu'un chancelier allemand vient à Verdun."
"Le geste de Mitterrand avec Helmut Kohl, la main qui se trouve, c'est le symbole de la réconciliation."
"Ce que nous avons à faire avec Angela Merkel c'est de faire que nous soyons dans la relance de l'idéal européen"
"Ce qui est attendu de nous c'est de parler, de dire ensemble ce que nous voulons faire pour l'Europe."
"L'Europe est atteinte par le mal du populisme, on l'a encore vu ces derniers jours en Autriche"

"On voit aussi une Europe qui a eu énormément de difficultés face à la crise des réfugiés"
"On voit une Europe qui ne sait pas exactement se situer par rapport à sa protection, sa défense et sa sécurité"
"Eh bien c'est cette Europe qui doit être protectrice pour les peuples"

 

.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 mai 2016

A propos des révisions du Bac



« Bac 2016 : écoutez France Culture pour réviser l’histoire, la philo, le français et les sciences »
« A l’approche du baccalauréat 2016, France-Culture et Le Monde Campus s’associent pour aider les lycéens à s’y préparer ».
Le Monde 20.05.2016 - http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/05/20/bac-2016


Le bac, c'est l'occasion de faire de la réclame dès la mi-avril.
Comme si pour profs et lycéens, la priorité n'était pas alors de boucler ce qui reste à traiter dans un programme volumineux.

Ces pubs ont peu à voir avec les échanges entre profs sur des outils qui permettent de faciliter les révisions
ou avec les annales rédigées par des profs et publiées par des entreprises spécialisées.
Elles participent surtout de la promotion d'entreprises pour lesquelles l'Education n'est pas l'activité centrale
Il est vrai que le périscolaire, c'est un marché qui entretient de solides appétits
(sur fond de critique implicite du travail quotidien des profs).
Les révisions les plus efficaces ne se font-elles pas semaine après semaine, lors des contrôles, des bacs blancs ?


Mardi matin, dans la semaine Bac de La Fabrique, l'imaginaire historique de François Hollande.
Lire au préalable « le bilan sans pitié » dans Le Monde ce week-end :
« L'histoire de ce quinquennat est au fond celui d'une impuissance volontaire ».
Rappeler la SFIO en 1914 ? en 1937 ? en 1956 ?


« Gouverner la France depuis 1946 », lundi 23 mai (Term S)
L'occasion d'entendre un extrait audio sur le ballotage de 1965.
Le programme de ES-L n'avait-il pas marginalisé l'histoire intérieure de la Ve République après 1962 ?


Planète Terre, 25 mai
« Réussir son croquis et comprendre la mondialisation »
ou l'inverse, comprendre la mondialisation pour mieux réussir le croquis lors de l'épreuve du bac ?


en philo
« L’Etat doit-il maintenir l’ordre ou assurer la justice ? »


fc-riboud

sur Twitter, les communicants de la radio ont illustré ce sujet
par la photo de Jane Rose Kasmir vue par Marc Riboud
lors d'une manifestation contre la guerre du Vietnam (21.10.1967)
Un choix pour le moins surprenant...
(quel lien entre la manifestation et la justice ?)
http://twitter.com/franceculture/status/734679274368667648

L'article de Wikipedia et qq liens (Le sens des images + ajouter Arrêt sur images (05.12.2011)
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_à_la_fleur


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 août 2015

Régions : le choix de Hollande

 

regions-libe


Les régions choisies par F. Hollande selon Libération



- Quelles sont les capitales des nouvelles régions ? Libération 31.07.2015, 13h04
http://www.liberation.fr/politiques/2015/07/31/regionales-la-liste-des-capitales-devoilees_1356821
[une carte à lire avec prudence : Aix serait un rectorat de référence pour la Région, Nice un rectorat ordinaire]
extrait :
« En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, par exemple, si Toulouse obtient la préfecture de région, Montpellier peut se consoler avec la chambre régionale des comptes, le rectorat coordinateur, l’Agence régionale de la santé (ARS), la Direction régionale des affaires culturelles et celle de la jeunesse et des sports.
Rouen, notamment sous l’impulsion de l’homme fort de la ville, Laurent Fabius, obtient la préfecture de région, Caen obtient des compensations. Le rectorat de région, l’ARS ou la direction régionale des affaires culturelles seront basés à Caen ».


- Régions : et les nouvelles capitales sont... Le Monde 31.07.2015, 12h30
http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/07/31/manuel-valls-choisit-les-nouvelles-capitales-regionales_4706302_823448.html

[ Les questions ne manquent pas sur l'intérêt de la conjonction de la politique (nationale et locale) et de la technocratie.
En quoi la taille d'une unité administrative serait-elle essentielle : cf. en Allemagne la Bavière et Brême, ou aux USA la Californie ou le Maine.
Et les salariés de l'Etat ou des Régions peuvent légitimement s'inquiéter sur les mutations qui leur seront imposées, à moyen ou long terme.
Quant aux citoyens, ils verront les décisions concernant leur destin leur échapper chaque jour un peu plus... ]



- Côté académies : Caen, Montpellier Aix Besançon Nancy
un commentaire sur Twitter
http://twitter.com/hashtag/shadokacademy?src=hash



fig-flou-regions

Le grand flou de la réforme territoriale. Le Figaro 01.08.2015
.. des questions demeurent, notamment sur les économies engendrées.

Qu'écrivait Le Figaro lors du rapport Balladur ?
Que disait le PS des modifications proposées alors par la droite ?


.

 

 




.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 mars 2015

Quelle Grande Ecole du Numérique ?

 

François Hollande a annoncé la création d’une« grande école du numérique ».
Elle devrait voir le jour en septembre. Le MEN lui-même a été surpris.
http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/05/grande-ecole-numerique-hollande-prevue-septembre-258055

D’après Rue 89, le comité internministériel du 6 mars devait plancher sur ce sujet.
Il s’agirait de former 10 000 étudiants chaque année
avec création d’une structure (fondation) pour labelliser les formations organisées.
des concours de start-up,
une réserve citoyenne d’experts...
une plate-forme de « crowdfunding »


Olivier Ertzscheid (Affordance.info) commente avec « un mélange de rage et de désespérance » cette annonce présidentielle
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/03/grande-ecole-numerique-petites-universites.html

extraits :
« Bon je résume. Une « entité fondation qui n'a pas de nom » (OE propose EUNUQUE - Ecole Universelle du NUmériQUE), une armée de réservistes numériques (prêt à faire « le salut au drape »au du bit »), un label « elle est belle mon école numérique » des concours de start-up dans les banlieues, des community managers et web-designers formés en 3 mois sans aucun pré-requis académique »... sans oublier l’appel au public pour financer...

Dans l'armée des réservistes, OE voit « des milliers d'étudiants bardés de diplômes qui ne servent à rien puisque forcément hein, on ne recrute plus de profs dans les universités. »

« ...  en fait elle existe déjà cette Grande Ecole du Numérique. Elle s'appelle "Université" ».

« Samedi, c’est Portes Ouvertes à la Roche-sur-Yon.
François, Axelle (Lemaire), si vous voulez passer, vous verrez que malgré toute cette merde kafkaïennement dysfonctionnelle, on y croit encore.
On essaie.
Alors à demain ? »

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,