19 janvier 2014

Sociologie de la rumeur

 

- Rumeurs : il n'y a pas que la vérité qui compte...
Beaucoup a été écrit sur la sociologie de la rumeur, y compris dans des sociétés en principe rationnelles.
Voir le dossier de Sciences humaines en juin 2011
(surtout la bibliographie, dont La rumeur d'Orléans)
http://www.scienceshumaines.com/dossier-qu-est-ce-que-la-rumeur_fr_dossier_69.html

et le site web de Pascal Froissart, auteur de La rumeur. Histoire et fantasmes. Paris : Belin 2010
http://pascalfroissart.online.fr/


La rumeur se porte très bien depuis le 6 mai 2012.
Elle n'existe que parce que des gens pas toujours bien intentionnés ont intérêt à la mettre en circulation, et que beaucoup d'autres la colportent, sans toujours s'interroger sur ses conséquences. Les vérifications simples sont souvent possibles, mais les colporteurs ont-ils envie d'y prêter attention ?
Et le piège de la rumeur est redoutable : se taire, c'est l'accréditer. Répondre, c'est lui donner une nouvelle vie...

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


03 décembre 2013

Darknet et chevaliers blancs

 

Mythologies du darknet - Place de la Toile, 30.11.2013
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-mythologies-du-darknet-2013-11-30

L'émission Place de la Toile prend appui sur un Envoyé spécial 14.11.2013 dont la bande annonce est encore plus racoleuse que les précédentes : Darknet : le côté obscur du Net : « Le Darknet, c'est la face cachée d'internet. On y trouve de tout : drogues, armes, numéros de cartes de crédit. En toute liberté et dans l’anonymat total ».

Daniel Schneiderman - ... un bel avenir de mythologie terrifiante - Rue 89 15.11.2013
La darknet : Réalité ? Boursouflure journalistique habituelle ? Les grandes chaînes de télévision, depuis quinze ans, nous ont tellement – et France 2 au premier rang – habitués à la diabolisation d’Internet, ses pédophiles en liberté, ses marchands d’armes, ses garages à bombes artisanales, qu’il est désormais difficile de les croire sur le sujet, même quand par hypothèse elles diraient vrai.
http://www.rue89.com/2013/11/15/dark-net-mythologie-vient-247532

Ce type de propagande a plusieurs avantages pour la TV :
. Présenter ses sous-traitants comme des experts de l'information.
. Exploiter politiquement et commercialement les fantasmes les plus délirants et les plus anxiogènes.
. Vendre une image détestable d'un concurrent qui peut montrer les travers de certains médias peu scrupuleux.


Place de la Toile critique l'usage du terme. Il n'y aurait pas un darknet, mais des darknets.
A l'origine, le web est fondé sur la transparence : tout le monde peut tout voir, y compris les marchands et la police. Ce n'est que par la suite que les multinationales ont eu la prétention de capter tous les échanges sur internet et d'en tirer des profits exorbitants.

Jérémie Zimmerman souligne une inversion dont les communicants ont le secret : Pour Google et Facebook, comme pour la NSA, la vie privée n'existe plus. Ce qui ne les empêche pas de se présenter comme des chevaliers blancs.
En face, ceux qui utilisent le cryptage et l'anonymat pour échapper à ce type de surveillance généralisée sont présentés par eux comme des gangsters, des pédo-nazis ...

vers la 44e mn : Pour JS, la surveillance généralisée repose sur trois éléments : une hypercentralisation (de fait, Facebook sait tout sur tout le monde, FB est devenue la plus grande agence privée de renseignement dans le monde), des logiciels propriétaires (fermés, sauf pour la NSA et les concepteurs de virus) et une fausse impression de sécurité (le cadenas).
Face à cette privatisation de l'internet, à ce mépris des droits fondamentaux, JS propose un autre triptyque : des services décentralisés (où chaque internaute garde le contrôle de ses données), les logiciels libres avec accès au code source, la cryptographie (le chiffrement point à point).

La distinction est faite entre le(s) darknet(s) et le deep web, le web des profondeurs qui échappe à l'indexation par les moteurs de recherche. « En 2001, la taille du deep web était estimée à plus de 400 fois celle du web de surface ».

Darknet, l'article de Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Darknet

Darknet : immersion en réseaux troubles - Télérama, 14.09.2013
http://www.telerama.fr/medias/darknet-immersion-en-reseaux-troubles,102055.php

Qui a peur du grand méchant « Darknet » ? - Slate
Le darknet, un Internet «bis» sans foi ni loi ? ... « Une chose est sûre: «le darknet», sa mythologie et sa réalité, ressemblent plus au doigt qu'à la lune. Avant d'affoler le chaland, il faudrait peut-être commencer par regarder au bon endroit ».
http://www.slate.fr/monde/80471/qui-peur-du-grand-mechant-darknet
Techn0polis :
http://www.techn0polis.net/2013/11/28/a-propos-de-darknet-encore/


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,