16 février 2011

TV commerciale et populisme pénal

- Le populisme pénal de Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy a érigé le populisme pénal en véritable système politique
Gare à la tentation d'utiliser les faits divers pour disqualifier les institutions
point de vue de Claire Sécail, Le Monde Opinions - 15.02.11.

- Le fait divers à la télévision : un présence désormais obsédante ?
Concordance des temps - 29.01.2011. L'émission de F-Culture au format mp3

. TV commerciale, faits divers criminels et populisme pénal

Depuis 1985, la TV commerciale a fait du fait divers criminel un de ses fonds de commerce : 18 % du JT en 2002 - et encore 13 % en 2008, à comparer avec les 4 % des années 1970. (En janvier 1870, le Petit Journal avait explosé ses ventes en exploitant l'Affaire Troppmann - cf L'Histoire 343 )

Claire Sécail propose un détour historique pour « éclairer sur le caractère inédit d'une mécanique qui, loin d'être un seul effet de communication, traduit surtout l'évolution de nos sensibilités collectives, de nos moeurs médiatiques et de notre fonctionnement politique ».

Selon elle, « L'Etat pénal des années 1970, tout en renouant avec la thématique sécuritaire, prend de grandes précautions à ne pas investir le champ des émotions et déployer les peurs en érigeant de façon disproportionnée telle ou telle figure de la menace. On cherche aujourd'hui ce sens politique des responsabilités... ». Elle voit dans l’action des ministres de l’intérieur des années 1970 le souci de montrer avant tout aux Français que l'Etat est capable de répondre à leurs angoisses. Pas encore de jouer avec l’émotion et d’actionner les mécanismes de peur collective.

« Le contraste avec la situation actuelle est saisissant : dans son discours de quatorze minutes aux gendarmes et policiers d'Orléans, le 3 février, Nicolas Sarkozy a consacré six minutes « au drame épouvantable de la petite Laëtitia » et deux minutes aux événements de Grenoble de l'été 2010, avant de fustiger les dysfonctionnements de l'institution et d'humilier une nouvelle fois les professionnels chargés de notre justice et de notre sécurité ».

Elle termine par deux questions :
- Les journalistes sauront-ils bâtir des « hiérarchies éditoriales affranchies des logiques commerciales » ?
- Cette posture politique et cette stratégie de communication seront-elles efficaces en 2012 ?

[ NdR : Le titre du point de vue est offensif, il a sans doute été choisi par les journalistes du monde.fr.
La chercheuse a travaillé sur le crime à l'écran (1950-2010). Le discours et la tactique sécuritaires sont déjà présents lors de la campagne présidentielle de 1981. Mais il existe alors dans l'électorat de gauche des contre-feux efficaces].

Article de Claire Secail à lire en intégralité sur Le Monde Opinions

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,