29 mars 2016

Manuels : quelle édition scolaire ?

 

Manuels scolaires, faites-les vous-mêmes !
http://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/manuels-scolaires-faites-les-vous-memes
(autre annonce : A quoi ressembleront les livres scolaires de demain ? )

Le titre est en partie trompeur : l’émission a surtout porté sur le modèle économique de l’édition scolaire.


Rue des Ecoles du 27.03.2016  pourrait servir à une activité de lecture distanciée :
le statut et la fonction des invités déterminent largement leur argumentaire.

Le patron de Canopé était présent pour s'expliquer sur un accord récent avec Amazon. Il rappelle que la production de manuels n’est pas de la compétence de l'ex-CNDP. Il vante les échanges entre enseignants (grâce aux plateformes publiques). Il espère une rationalisation d’une offre publique trop hétérogène.

La patronne de Belin met en avant le livre imprimé. Pour elle, il faut donner à l’édition nationale les moyens de se défendre face aux appétits démesurés des géants américains. Les contenus de qualité doivent continuer d’être achetés et monétisés. Elle interroge : pour l’enseignant, produire ses propres supports de cours, est-ce le coeur du métier de professeur ?

Pour le fondateur du Livre scolaire, le numérique ébranle l’édition et l’éducation. Pourquoi continuer à payer très cher ce qui est diffusable à faible coût ? Ne faut-il pas imaginer d’autres formes économiques ?  
Il souligne l'importance d’une démarche créative et collaborative entre enseignants (plus de 1500 professeurs pour concevoir les manuels du LLS), sur la mutualisation des ressources et des activités (50 000 professeurs inscrits sur le site web).


L'émission fait le silence sur ce qui concurrence le manuel scolaire : le marché traditionnel du périscolaire, le soutien scolaire dont les startup essaient de faire leur fond de commerce, les ENT (espaces numériques de travail élaborés par des consortiums et achetés par les collectivités territoriales),

En fin d'émission, une allusion est faite aux élèves, "les consommateurs 2.0 de ces manuels".
Une autre a abordé les contenus : Inégalités scolaires : les manuels sont-ils trop abstraits ? Rue des Ecoles, 04.03.2015
http://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/inegalites-scolaires-les-manuels-sont-ils-trop-abstraits


Une autre émission pourrait faire le point des pistes déjà explorées dans le domaine des manuels numériques et dans celui des alternatives aux manuels
(cf en maths, en SES, en Lettres, en HG...). Belin et le LLS auraient beaucoup à dire sur la numérisation, mais une démonstration en direct, sur écran, serait davantage parlante qu’un discours à la radio. Les utilisateurs auraient aussi beaucoup à dire sur les obstacles à l'utilisation (disponiblité des ordis et des tablettes, formats propriétaires exotiques, mots de passe...)
Il serait possible d’évoquer les attentes des élèves et leurs usages réels du numérique scolaire (pas seulement le copier-coller)



Les manuels sont depuis longtemps au coeur du travail des pédagogoques et des didacticiens.
En histoire, vers 1970, le manuel était le complément du cours magistral, avec des documents en nombre restreint, et un cours venant compléter/concurrencer celui du professeur.
Aujourd'hui, le manuel doit être à la fois un cours (5 lignes sur la crise de 1929 !), un livre d'images, un recueil de documents, un cahier de TD, un lexique, un support de travail à la maison. La version numérique permettrait même d'espionner en permanence le travail accompli par chacun des élèves...

2 questions annexes :
- A quoi peut servir un manuel d'histoire ou de SVT dans un TPE ou un EPI ? A quoi peut-il ressembler ?
- N'y aurait-il pas à interroger le rôle des préconisations hieérarchiques ? Pas de schéma sur la seigneurie disaient les textes de 2008 en histoire pour le collège. Presque tous les manuels ont reproduit le plan de la seigneurie de Wismes, même si elle n'est jamais datée avec précision et si aucune étude approfondie n'en avait été faite auparavant. Une exeption : le Magnard utilise la thèse de Juliette Dumaisy sur Séverac-le-château.
http://clioweb.free.fr/dossiers/medievale/wismes/wismes.htm
http://medievalista.revues.org/599



Pour la place du numérique, une réflexion a été menée par la FING vers 2008-2009 :
Les cartables électroniques - L'élève, le prof et leur cartable dans l'école de demain :
Sous la direction de Daniel Kaplan
http://documentum.free.fr/cdi/projets%202008-2009/cartable.pdf


Plusieurs articles traitent du manuel numérique dans Le café pédagogique :
Le manuel numérique peut-il remplacer le manuel papier ? 31.03.2012
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/05/31052012Article634740348636988552.aspx
Et si l’on arrêtait d’utiliser des manuels scolaires ? Devauchelle, 23.05.2012
http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=1073
Le manuel scolaire et le numérique, Devauchelle 19.04.2013
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/04/19042013Article635019516655763829.aspx
Quel avenir pour le manuel scolaire, rapport 23.01.2010
http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/laclasse/Pages/2010/119_2.aspx


« Les symboles de la République sont durables, le livre scolaire en est un, il le revendique, il est soutenu même la République. Le développement du numérique a ouvert des brèches, elles se referment vite. La question à venir est probablement davantage celle du modèle scolaire que celle du seul livre scolaire ». Bruno Devauchelle

.

Posté par clioweb à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,