10 juin 2014

Gauchet : le besoin de profs

 

« Internet oblige le prof à remettre de l’ordre dans du désordre »
entretien de V. Soulé avec Marcel Gauchet, Libération week-end 06.06.2014
http://www.liberation.fr/societe/2014/06/06/internet-oblige-le-prof-a-remettre-de-l-ordre-dans-du-desordre_1035384

Selon MG, les cours en ligne ne signent pas la mort de l’enseignant. A rebours d'un discours fréquent, il considère que la société aura plus que jamais besoin de médiation, d'école et de professeurs.


« Contrairement à ce que l’on dit souvent, l’école est une institution qui a un facteur de changement en son sein : les élèves. Le mythe de l’école à l’abri de la société, fonctionnant comme un temple ou une caserne, est une pure fiction. Cela n’a jamais été. Les enseignants, qui ne sont pas des brutes insensibles, s’adaptent aux élèves et aux influences de la société qu’ils incarnent ».

« Pour les bons enseignants, le numérique m’apparaît comme un excellent moyen de stimuler l’esprit de curiosité et d’opposition »

« L’école ne fait plus rêver, elle a perdu la magie qu’elle avait dans une société constituée largement d’illettrés. Mais elle possède une utilité supplémentaire : dans ce bain d’informations gigantesque, elle est le lieu où l’on peut trouver le code, où toutes les questions peuvent être posées et l’on vous donne le cadre pour organiser tout cela.
Elle assume une fonction unique dans la société ».


L’entretien conviendra aussi bien aux tenants de la modernité qu’aux chantres de la tradition.
Il y aurait beaucoup à dire sur la vision de l’école : « l'institution de confiance qui fournit des réponses à des questions... » (mais qui préfère « les questions préprogrammées »).


Gauchet poursuit visiblement la promotion d'un ouvrage à 3 voix (avec Marie-Claude Blais et Dominique Ottavi)
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-transmettre-apprendre-et-maintenant-2014-02-20
http://www.marcelgauchet.fr/blog/

Skhole a publié une recension et organisé une table ronde
http://skhole.fr/recension-de-transmettre-apprendre-blais-gauchet-ottavi
« la crise actuelle de l’institution scolaire s’expliquerait par le fait que si l’univers de la transmission est « mort et bien mort », l’univers de l’apprendre qui lui a succédé, malgré ses intentions et son triomphe, n’est pas parvenu jusqu’ici à fonder une nouvelle école motivante, efficace et juste »...
« Apprendre, c’est devoir entrer dans un système de significations cohérent qu’il faudrait idéalement pouvoir s’approprier d’un coup – parce qu’il est cohérent, précisément, et que c’est sa dimension d’ensemble qui lui procure sa portée. Ainsi toute entrée de ce genre se solde-t-elle chez les impétrants par le sentiment (de découragement) » ...
« Il est besoin de passeurs qui font le pont avec cette autre rive qui semble inaccessible. Il faut pouvoir compter sur des complices qui vous apportent à la fois la sécurité due à leur contrôle du point d’arrivée et la compréhension du chemin à parcourir. »

En 2012, MG avait fait une conférence pour la St Barthélémy
http://www.marcelgauchet.fr/blog/?p=1910

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


26 avril 2014

Jules Ferry. La liberté et la tradition



Chez Gallimard, Mona Ozouf vient de consacrer un essai de 128 pages à Jules Ferry. La liberté et la tradition
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-Esprit-de-la-cite/Jules-Ferry

L'écouter sur F-Culture, l'année 2013 vue par les historiens.
http://clioweb.canalblog.com/tag/monaozouf

et chez Busnel (LGL, France 5), vers la 24e minute.
http://www.france5.fr/emissions/la-grande-librairie


Elle met en contexte la politique coloniale de Jules Ferry
(effacer l'humiliaton de 1870, contourner Bismarck) et cite son rapport critique sur les colons algériens.

Elle souligne aussi son rôle dans la scolarisation des filles, avec des écoles distinctes, mais avec la conviction de l'égalité de la raison chez les femmes et les hommes, et le même programme de lettres, sciences, histoire, civisme (mais la couture plutôt que la menuiserie).

L'occasion de rappeler l'enquête des années 1960 : Nous les maîtres d'école, (archives Julliard, 1967)
les 20 000 lettres envoyées, les 4000 réponses.
Et une réalité persistante : "la République paie mal ses hussards noirs".


Lorsque la TV publique s'occupe de l'histoire qui se fait en ce moment, elle invite longuement Max Gallo. :-)
La TV ne semble ne pas avoir rompu avec le sarkozysme ; Busnel ne peut éviter une question sur l'identité nationale, et un des auteurs parler du "martyr" de Louis XVI !!


Un commentaire peut prêter à confusion, à propos de tout ce qu'on peut faire en 6 ans.
Ferry a été Président du Conseil et ministre, pas chef de l'Etat pendant la durée d'un quinquennat.

Président du Conseil
Ferry 1 - 09.1880-11.1881 (environ 13 mois)
Ferry 2 - 02.1883-03.1885 (environ 25 mois)

Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts
02.1879-11.1881 (environ 21 mois)
01.1882-07.1882 (environ 6 mois)
02.1883-11.1883 (environ 9 mois)

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 avril 2014

Mona Ozouf sur l'Ecole

 

ozouf



Mona Ozouf sur l'Ecole - France Culture, l'année 2013 vue par les historiens - 04.04.2014
http://plus.franceculture.fr/par-mona-ozouf

Analysant la référence obligée à Jules Ferry et l'école primaire républicaine,
Mona Ozouf met en lumière la modernité de Jules Ferry.

Mona Ozouf rappelle que l'homme politique a cristallé toutes les haines :
Ferry Famine, Ferry Tonkin, le valet de Bismarck, et qu'il a échappé à une tentative d'attentat.

Elle précise que l'école laïque a été un élément de clivage entre gauche et droite,
et que l'extrême gauche a dénoncé une école renforçant les inégalités
et une institution qui ressemblait fort à d'autres mondes clos destinés au dressage des individus.

Elle pense que cette référence est largement une illusion :
la société d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec celle de 1880,
le rapport au savoir a radicalement changé.
Les bouleversements sont d'une telle ampleur qu'ils exigent
une capacité d'invention, pas un retour à un passé révolu.

Elle suggère de tirer une leçon de Jules Ferry le républicain opportuniste :
peut-être rêver moins d'absolu, viser moins l'idéal inaccessible
pour pouvoir mieux tirer parti des chances réelles de progrès.

.

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2014

LM : Rien ne va plus à l'Ecole

 


Le Monde publie une série de 5 articles sur l'Ecole

1/5 - Rien ne va plus à l'Ecole - Le Monde 03.02.2014
Ecole : une nécessaire prise de conscience
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/03/une-necessaire-prise-de-conscience_4358944_3224.html

Les enfants de pauvres sont-ils condamnés à l'illettrisme ? Le Monde 03.02.2014
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/03/les-enfants-de-pauvres-sont-ils-condamnes-a-l-illettrisme_4358954_3224.html

2/5 - Peut-on enseigner les mathématiques à tous ? Le Monde 04.02.2014
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/02/04/peut-on-enseigner-les-mathematiques-a-tous_4359648_1473685.html

3/5 - Faut-il être malheureux à l'école pour bien apprendre ? - Le Monde 05.02.2014
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/02/05/faut-il-etre-malheureux-a-l-ecole-pour-bien-apprendre_4360374_1473685.html

4/5 - Faut-il en finir avec le collège unique ? - Le Monde 06.02.2014
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/02/06/faut-il-en-finir-avec-le-college-unique_4361069_1473685.html

5/5 - A-t-on les enseignants qu'il nous faut ? - Le Monde 07.02.2014
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2014/02/07/a-t-on-les-enseignants-qu-il-nous-faut_4361928_1473692.html

  « Arrêtons d'opposer plaisir et effort à l'école » -Entretien avec le ministre
http://www.lemonde.fr/education/article/2014/02/08/vincent-peillon-arretons-d-opposer-plaisir-et-effort-a-l-ecole_4362698_1473685.html

http://www.lemonde.fr/education/

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 septembre 2013

SH 252 : Ecole et numérique

 

Ecole et numérique, de quoi parle-t-on ? André Tricot, IUFM Toulouse

dans un dossier Générations numériques - Sciences humaines 252, spécial, octobre 2013
http://www.scienceshumaines.com/

André Tricot replace les technologies dans l’histoire. Il interroge leur apport à l’apprentissage. Il évoque par exemple le succès de Cabri-géomètre et des exerciseurs : s’il a un tel succès, c’est qu’il est compatible avec différentes façons d’enseigner, dans différents contextes, à différentes classes. Il analyse aussi des échecs (logiciel d'apprentissage de l'écriture).

Il formule deux paradoxes :
1 - plus une technologie est riche, complexe, sophistiquée, plus le risque d’incompatibilité avec le travail d’apprentissage en classe est grand.
Pour lui, une technologie ne peut réussir que si elle est compatible avec les pratiques des élèves et avec les usages dans la classe (cf un logiciel d'apprentissage de l'écriture). Un support riche mais complexe est souvent moins efficace qu’une présentation plus statique (cf dans la compréhension du galop d’un cheval : le derby d'Epsom vu par Géricault en 1821,  les photos d'Eadweard Muybridge en 1878).
[ A l’opposé, l’échec des certains logiciels tient au simplicisme des activités proposées à un élève ]

HorseinMotion
Horse in motion, source : http://en.wikipedia.org/wiki/Muybridge


Second paradoxe - il y a davantage d’ordinateurs à la maison qu’à l’école, et ils servent bien davantage. Mais c’est l’école qui ambitionne de former les futurs citoyens aux arcanes de la culture de l’information.

L’école, c’est moins la consultation de ressources que la mise en questions, en vue de la construction d’un savoir (scolaire). La motivation est essentielle. Mais pour poser la bonne question, il faut avoir de solides connaissances dans le domaine. Le doute est l’apanage de la connaissance, pas de l’ignorance.


Le numérique, un effet de mode ? (extraits de la conclusion)
« Si la révolution numérique à l'école semble tellement lente ... c'est pour des raisons ... profondes et pédagogiques... Du cinéma aux jeux sérieux, en passant par la TV et les MO5 du plan Informatique pour tous, beaucoup de nouvelles technologies n’ont pas tenu leurs promesses éducatives. A chaque fois, on a cru pouvoir moderniser l’école [de l’extérieur]. Je crois qu’il est temps d’admettre que ce n’est pas la bonne méthode.

L’école a sans doute besoin d’être plus efficace et plus juste. Quand nous saurons comment faire cela, alors nous saurons en quoi les façons d’organiser l’école, d’enseigner et d’apprendre doivent être modifiées, alors seulement nous saurons ce qu’une technologie, ancienne ou nouvelle, pourra apporter. Dans l’attente, nous sommes condamnés à innover un peu par hasard, en essayant quelque chose dans l’espoir que cela marche et en nous préparant à être déçus.


Depuis une génération, nous avons appris beaucoup de choses. Nous avons appris que les conditions d'intégration des nouvelles technologies à l’école dépendaient de leur utilité, de leur simplicité et de leur compatibilité avec ce qui se passe da ns la classe. Nous avons appris que leur utilité résidait essentiellement dans leur effet positif sur la motivation, l’engagement, le plaisir des élèves, sur la richesse et la complexité des contenus que l'on peut aborder, sur l'interactivité et la possibilité de personnaliser l'apprentissage pour un élève singulier. Mais nous avons appris que ces plus-values en termes d’utilité s'obtenaient souvent au détriment de la simplicité. Nous avons dû admettre que les évaluations proposées par un ordinateur sont souvent rudimentaires mais qu'elles offrent la possibilité de mieux suivre l'activité d'un élève, d'augmenter le nombre d’évaluations et de favoriser l’auto-évaluation. Nous avons enfin à peu près compris les apports des différents types d’images ou de textes ainsi que de la simulation, à la compréhension. Nous avons compris l’intérêt de proposer des supports nouveaux qui parviennent parfois à détourner certains élèves de leurs difficultés scolaires … »


Les publications d'André Tricot
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/

3 questions à... André Tricot - L’Ecole numérique juin 2011
( une revue numérique, mais l’accès sur le web n’est pas gratuit)
http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les-numeros/numero-8-juin-2011/sommaire/3-questions-a-andre-tricot.html


Boubée, N., & Tricot, A. (2010). Qu’est-ce que rechercher de l’information ? Lyon : Presses de l’ENSSIB
http://www.enssib.fr/presses/catalogue/qu-est-ce-que-rechercher-de-l-information

Apprentissages et enseignement. Médiadoc, numéro spécial « Apprendre l’info-doc : quelle médiation ? » 2011
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/Tricot_Mediadoc.pdf

La recherche d’information comme dialogue. Les Cahiers du Numérique, 2012
http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/TricotComtat_2012.pdf

Coopération, connaissances et documents : vers une nouvelle donne pour les enseignants ?
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/lyceepro/ppcp/Coopération4.htm


À quelles conditions les TICE peuvent-elles être utiles : quelques apports de la recherche ?
Extrait du Formation CoTIC - IUFM Aix-Marseille mars 2010 (présentation pdf d’une vidéo)
http://tice.aix-mrs.iufm.fr/cotic/IMG/article_PDF/article_a87.pdf‎
http://tice.espe.univ-amu.fr/spip/Quels-sont-les-apports-et-les

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



13 septembre 2013

C dans l'air : l'école de Peillon

 

L'école de Peillon - C dans l'air France 5 - mercredi 11.09.2013
invités : C. Fleury, A Bidar (un des rédacteurs de la charte), V. Marty, D. Casali
Maryline Baumard (Le Monde Education), Gilles Boué (lycée Hélène Boucher) interviennent dans les reportages.

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/l-ecole-selon-peillon-39785
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/archives
http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair.html

La charte de la laïcité sert de prétexte pour distribuer qq poncifs de droite sur l'école, et faire peur en parlant des musulmans.
Aucune surprise pour ceux qui connaissent l'émission et l'animateur.
Si vous n'êtes pas d'accord avec lui, alors vous êtes un idéologue ou un lobbyiste.
Pour la patronne de de la peep, les parents sont progressistes (sic), pas les enseignants :-)

Le spécialiste autoproclamé de l'histoire scolaire répète le couplet (faux) à la mode en ce moment chez les marchands d'histoire : Peillon a allégé de Gaulle et l'histoire de l'Europe. Pour C dans l'air, il ajoute une déploration : Henri IV (l'inventeur de la laïcité (sic) a disparu au collège .. après Louis XIV, Louis XIII, Louis XII, Louis XI, Louis X ...
L'histoire, pour cet habitué des médias (étiqueté ""historien"") , ce ne sont que celle des grands hommes (surtout guerriers) et les dates. Il évoque aussi la chaine des générations (cf. un thème cher à Barrès ou à Chaunu).
Il fait bien entendu de la pub pour son bouquin, et fait un lapsus sur « une histoire sereine enseignée aussi bien à l'école libre qu'à l'école privée (sic) » (pour « aussi bien à l'école publique qu'à l'école catholique »).

28 à 35e minute
Le couplet des lamentations :
Pour Calvi, on n'enseigne plus les grands textes classiques ni les bases du savoir
Valérie Marty (PEEP) : la littérature jeunesse a tout submergé, nos enfants lisent peu, ils écrivent très mal.
Casili cogne contre Wikipedia : il estime que les articles malmènent beaucoup ses grands hommes chéris. Il parle même de désinformation, et évoque la contestation de Darwin ou l'histoire de la colonisation.

des amorces de réponse des deux philosophes :
Abdennour Bidar parle de contribution possible à Wikipedia, de nouveaux rapports au savoir et de besoins de formation adaptée.
Cynthia Fleury décrit pour les élèves connectés une autre façon d'apprendre, plus intuitive, latérale, rhizomique... une façon d'apprendre qui ne se satisfait plus d'une pédagogie fondée sur la répétition.


Quelques questions (supposées bien neutres :-) ) retenues par l'animateur qui semble nostalgique de l'avant 2012 :
Cette charte n'est-elle pas une atteinte à la liberté de conscience ?
La laïcité n'a-telle pas aussi ses intégristes ?
Pourquoi est-ce à des philosophes de réformer l'école ?
Pourquoi faut-il modifier les programmes à chaque changement de majorité ?
Ne pas voir que l'école est de gauche, n'est-ce pas nier la réalité ?


baumard

Maryline Baumard (Le Monde) - C dans l'air 11.09.2013

.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2013

L'école : le défi de la gauche

 

Maryline Baumard, L'école : le défi de la gauche, Plon 2013
http://www.plon.fr/ouvrage/l-ecole-le-defi-de-la-gauche/9782259220354

présentation par l'éditeur (extraits)
Septembre 2013 : c'est la première rentrée vraiment préparée par la gauche.
La gauche est-elle capable de réformer l'école ? En 2017, l'institution aura-t-elle changé ?

La réforme des rythmes, la loi d'orientation, la nouvelle formation des enseignants sont-elles des écrans de fumée ou des changements profonds ? La balance penche-t-elle vers un toilettage ou vers la refondation de l'école qu'on nous promet ?

Ce livre sans concessions vous entraîne dans les coulisses du ministère ... Au fil des pages, on revit cette première année avec ses moments symboliques, ses errements, ses premiers renoncements et l'on s'arrête du côté de l'Élysée pour mieux comprendre ce qui a poussé le chef de l'État à investir ce sujet politiquement difficile.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juin 2013

Ecole et numérique : point d'étape

 

Pourquoi l'école française reste en retard sur le numérique ? - Le Monde 08.06.2013
L’article cite Gilles Babinet, « chargé des enjeux du numérique auprès de la Commission européenne »,
et Thierry de Vulpillières, le responsable éducation de Microsoft.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/08/pourquoi-l-ecole-francaise-reste-en-retard_3426520_3224.html
Gilles Babinet a été président du CNM sous NS, il se présente comme "digital champion" de l'UE. Il a produit un rapport pour l’Institut Montaigne et l'a vendu à la presse comme « un New Deal »(sic). http://clioweb.canalblog.com/tag/babinet
il sévit également dans L'Express du jour, à 14 h 52 : Numérique à l'école: L'Education nationale va disparaître".


- Au collège Jean-Mermoz de Yutz (Moselle), l'enseignement entre à tâtons dans l'ère du numérique - Le Monde 08.06.2013
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/06/08/au-college-jean-mermoz-en-moselle-l-enseignement-entre-a-tatons-dans-l-ere-du-numerique_3426598_1473688.html

- Avec le numérique, le prof se recentre sur le coeur du métier. Libération 09.06.2013
Véronique Soulé publie un entretien croisé entre Vincent Peillon et Michel Serres.
http://www.liberation.fr/societe/2013/06/09/avec-le-numerique-le-prof-se-recentre-sur-le-coeur-du-metier_909521
http://www.profencampagne.com/article-avec-le-numerique-le-prof-se-recentre-sur-le-coeur-du-metier-entretien-croise-v-peillon-m-serres-118389946.html


- Faire entrer l'École dans l'ère du numérique : premier point d'étape de la stratégie déployée - site web du MEN, 06.06.2013
Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, se rendront lundi 10 juin, au lycée Diderot à Paris (19ème). Ils présenteront les nouveaux services disponibles dès la prochaine rentrée scolaire 2013 à destination des élèves, des enseignants et des familles.
http://www.education.gouv.fr/cid72254/faire-entrer-l-ecole-dans-l-ere-du-numerique-premier-point-d-etape-de-la-strategie-deployee-et-annonce-des-nouveaux-services-numeriques-pour-la-rentree-scolaire-2013.html


- Table ronde sur l’éducation à l’information et aux médias avec
Olivier Schrameck, Président du CSA,
Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil,
Marie Derain, Défenseure des enfants,
Catherine Bizot, Inspectrice générale de l’éducation nationale
et Jean-Paul Delahaye, Directeur général de l’enseignement scolaire.
http://www.dailymotion.com/video/x10rc7y_ecole-numerique-table-ronde-sur-l-education-a-l-information-et-aux-medias_school

Discours de Vincent Peillon 10.06.2013 :
http://www.dailymotion.com/video/x10rds1_ecole-numerique-intervention-de-vincent-peillon_school


.

Posté par clioweb à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2013

Dubet : L'école est en péril

 


François Dubet : « L'école est en péril » - La Tribune, 13.05.2013
« Selon le sociologue spécialiste de l'enseignement, le système éducatif français est perclus d'incohérences, sclérosé par la machine administrative, les revendications corporatistes... »
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130513trib000764314/francois-dubet-l-ecole-est-en-peril-.html


Pourquoi l'incapacité à réformer l'école ? interroge la Tribune, en pensant au modèle de l'entreprise et du capitalisme ?
Dubet fait le parallèle entre l'école catho d'avant Jules Ferry et l'école républicaine (cf la référence à la vocation).
Il poursuit sur la fabrique des inégalités. Selon lui, « Le système éducatif est prisonnier d'un dogme : la société française confie sans limite à l'école la responsabilité de définir le destin social des individus.
Les élites ne peuvent contester ce terreau (cf les classes prépas) qui les reproduit. Dans les tribunes des quotidiens, « Chacun défend la culture, la science, la civilisation, la nation... ; la réalité est ailleurs : comment cuirasser mon intérêt et garantir à mes enfants une position sociale élevée ».

La Tribune l'interroge sur la vision critique des entreprises et du capitalisme.
Il ne contredit pas le journal, mais il détaille « un rejet du néo-management actuel aux ordres de "chefaillons" et d'une hiérarchie invisible et fuyant ses responsabilités. Un néo-management pervers, et qui place les subordonnés dans une incertitude permanente érigée en dogme. Or la routine est tout aussi bonne, y compris pour l'organisation du travail… »
Il ajoute : « Ce qui est en cause, ce sont les inégalités excessives et les inégalités non méritées »
Dubet développe l'incapacité du mammouth à accepter et valoriser les expérimentations.


« L'école est un miroir, elle s'adapte à tout ce qui produit la mutation des comportements (nouvelles technologies, internet, téléphones portables, etc.) ».

« L'école a vocation à résister, mais aussi à former des résistants. Il ne s'agit, bien sûr, pas d'isoler les jeunes des désordres et des passions du monde, mais simplement de les rendre plus intelligents pour comprendre le monde et y trouver, à partir de raisonnements autonomes, une place. Que voulons-nous que nos enfants sachent et maîtrisent ? Savoir être et savoir penser : voilà à quoi l'école doit former en premier lieu ».

« La société est en proie à une "désarticulation sociale" et à l'éclatement des repères ». « Plus la société se désocialise, plus l’école a le devoir de fabriquer des sujets acteurs et responsables »… « Il appartient à l’école de colmater la brèche » … « Il faut savoir raison garder : l’école ne va pas sauver le monde »…

« toute une partie de la population exclue des nouveaux paradigmes de la société mondialisée vit dans la peur, et veut confier son avenir aux sauveurs et aux imprécateurs qu'elle croit capables de la protéger de ce qu'elle ne comprend pas ».

rappels :
- Les sociétés et leur école - Emprise du diplôme et cohésion sociale,
François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Veretout , Seuil, 2010, 211 p
Entretien avec F. Dubet
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Les-societes-et-leur-ecole-Emprise

- Déclin et mutation de l’ institution scolaire
, conférence de 2010 pour l'association Démosthène
cf déjà le parallèle entre l'école laïque et l'Eglise catholique (la vocation...)
et la différence soulignée entre égalité des chances et égalité des places
http://clioweb.canalblog.com/tag/dubet

.

Posté par clioweb à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 mai 2013

L'école, une volière de pigeons ?

 

L'école, une volière de pigeons ? L'Humanité des débats. 10.05.2013
http://www.humanite.fr/societe/lecole-une-voliere-de-pigeons-541141

« L’annonce du président de la République d’inclure l’entrepreneuriat dans l’enseignement du collège au lycée soulève fronde et stupeur au sein de l’éducation nationale ». Comment conjuguer des valeurs de solidarité et de justice vantées dans la morale selon V. Peillon avec la compétition et la course au profit ?

(extraits)
L’Humanité a organisé une table ronde avec
- Christian Poyau, président de la fondation Croissance responsable et PDG de Micropole
« Les mesures annoncées vont dans le bon sens … » : « favoriser une meilleure compréhension mutuelle … » « favoriser cette envie d’entreprendre dès l’école »

- Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU.
Chatel avait fait le même type d’anonnce.
Ne mythifions pas l'entreprise
La source du chômage, ce n’est pas l’ignorance de ce qu’est l’entreprise, c'est le manque cruel d’emplois [stables et durables] …

- Bertrand Geay, sociologue et professeur en sciences de l’éducation,
[Vouloir] « promouvoir «l’esprit de l’entreprise» est un aveu terrible… L’urgence, pour un gouvernement de gauche, ce serait surtout de redonner à l’école son efficacité et son crédit, en particulier pour les classes populaires, et ce serait d’arrêter de désespérer le Billancourt enseignant. Une réflexion sur les savoirs, sur leur accessibilité, sur les conditions de leur transmission et sur leur signification sociale pourrait largement contribuer à engager une politique qui redonnerait un cap progressiste à l’école. Il serait temps de s’y mettre ».


.

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



  1  2  3  4  5