31 décembre 2015

P. Boucheron, Ce que peut l’Histoire 4

 

Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire
Leçon inaugurale, Collège de France, 17 décembre 2015

L'audio et la vidéo de la Leçon inaugurale sont en ligne.
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/inaugural-lecture-2015-12-17-18h00.htm


Le texte en accès libre sur Open Edition
http://books.openedition.org/cdf/4507



Notes (à relire et corriger) à partir de la leçon de Patrick Boucheron.
http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.pdf

http://clioweb.free.fr/debats/notes-boucheron.doc
Le texte officiel sera publié et disponible en ligne


« Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience - non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. Sauver le passé, sauver le temps de la frénésie du présent : les poètes s’y consacrent avec exactitude. Il faut pour cela travailler à s’affaiblir, à se désœuvrer, à rendre inopérante cette mise en péril de la temporalité qui saccage l’expérience et méprise l’enfance. « Étonner la catastrophe », disait Victor Hugo, ou avec Walter Benjamin, se mettre en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture.

Voici pourquoi cette histoire n’a, par définition, ni commencement ni fin. Il faut sans se lasser et sans faiblir opposer une fin de non recevoir à tous ceux qui attendent des historiens qu’il les rassurent sur leur certitudes, cultivant sagement le petit lopin des continuités. L’accomplissement du rêve des origines est la fin de l’histoire - elle rejoindrait ainsi ce qu’elle était, ou devait être, depuis ces commencements qui n’ont jamais eu lieu nulle part sinon dans le rêve mortifère d’en stopper le cours. Car la fin de l’histoire, on le sait bien, a fait long feu. Aussi devons-nous, du même élan, revendiquer une histoire sans fin, parce que toujours ouverte à ce qui la déborde et la transporte, et sans finalité, une histoire que l’on pourrait traverser de part en part, librement, gaiement, visiter en tous ses lieux possibles, désirer comme un corps offert aux caresses, oui, demeurer en mouvement.»


01.01.2016
Boucheron, une histoire sans fin Le Monde 01.01.2016
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/une-histoire-sans-fin_4840746_3232.html

Boucheron, extraits
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/01/ce-que-peut-l-histoire_4840743_3232.html

 


rappel :
http://clioweb.canalblog.com/tag/Boucheron

articles et entretiens
http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/Principaux-entretiens__1.htm

Les empires, vecteurs de la mondialisation, RDV histoire Blois 2015
« La recherche de l’identité est contraire à l’idée même d’histoire », Le Monde 24.09.2015
« L’hospitalité n’est pas un devoir, elle est un droit », La Croix, 17 septembre 2015
« Les historiens se doivent d’être indisciplinés », Télérama, 8 mars 2015
l'Atlas gobal (Les arènes) - Planète Terre 07.01.2015
« Combat avec une fresque dans un tunnel, la nuit », Le rideau, 26 mars 2014
«Un médiéviste est bien armé pour comprendre le présent » - Libération  26.12.2013
« L’histoire pour espacer le temps », Écrire l’histoire, 11, 2013
« Apologie pour une histoire inquiète », Nonfiction.fr, 12, 19 et 26 juin 2012 (entretien avec Pierre-Henri Ortiz)
« Entretien », Histoire pour tous, 25 janvier 2011
« L’invention de la mondialisation », La vie des idées, 19 mars 2010


Articles dans le magazine L'Histoire
http://lecercle.histoire.presse.fr/index/?motClef=&motClef2=&auteur=Boucheron

Jacques Le Goff, révolutionnaire heureux 409
Georges Duby a-t-il inventé Bouvines ? 399
Les gargouilles, ces monstres qui nous regardent 368
L'orientalisme est né au Moyen Age 367
Qui a inventé les Grandes Découvertes ?
Et Alberti inventa la peinture... 309
Florence au temps des Médicis 274
Rome, le pape et Michel-Ange n°234
Princes et architectes de la Renaissance 197
Machiavel, l'inquiétude en héritage, coll 4.3 et 44
Michelet, prophète de la nation coll 44


.

.


29 juillet 2014

Le dimanche de Bouvines

 

bouvines-co

Georges Duby. 27 juillet 1214. Le dimanche de Bouvines. Paris, Gallimard, 1973.
(Trente journées qui ont fait la France)

En 1214, la France de Philippe-Auguste est en guerre contre Jean sans Terre. Louis (le futur Louis VIII) bat le Plantagenêt à la Roche-aux-Moines le 2 juillet. Le 27 juillet, le roi triomphe d’une coalition : l’empereur Otton IV, le comte de Flandre, le comte de Boulogne, le duc de Lorraine, le comte de Salisbury, frère naturel de Jean Sans Terre.

Dans Le dimanche de Bouvines, Georges Duby publie une traduction du texte de Guillaume le Breton, le chapelain du roi. La seconde partie est une sociologie de la guerre au XIIe (la guerre des chevaliers n’a rien à voir avec celle des routiers mercenaires ou celle des fantassins). La dernière partie traite du souvenir de la bataille, réactivé après la défaite de 1870, avec un accent mis sur la victoire contre un souverain allemand.

« Grand succès de librairie, Le Dimanche de Bouvines , publié en 1973, est un livre limpide, précis et novateur. Qui réconcilie l'histoire de l'événement et l'analyse des structures sociales ». Jacques Berlioz, L'Histoire 258
Présentation par Lionel Chanel :
http://blogthucydide.wordpress.com/2007/09/03/le-dimanche-de-bouvines-de-georges-duby/


CR par Bernard Guenée. Georges Duby, Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214.
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 6, 1974. pp. 1523-1526.
http://web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1974_num_29_6_293576_t1_1523_0000_002

Le second chapitre a des pages inoubliables sur les tournois, la guerre des vassaux et ce scandale que créent l'intrusion des rotuiers dans le noble jeu de la guerre... La bataille n'est pas la guerre mais une sorte de liturgie, à la fois tournoi et jugement de Dieu, auquel les prudents guerriers ne consentent qu'en cas de nécessité ou de malentendu et lorsque sont épuisés les joies de la guerre...

B Guenée fait la différence entre les 275 chroniques composées au XIIIe, surtout en latin, et les techniques de propagande utilisées plus tard par Philippe le Bel et ses conseillers. Selon lui, la victoire du Capétien, c'est celle du clergé, des seigneurs et du petit peuple de la France du Nord. « ... un  peu au sud de la Loire commence un autre monde, aux structures politiques, à la culture, aux convictions différentes, qui sait peu du roi de Paris et rien de Bouvines ... Marquer le développement du sentiment national ... c'est montrer par quels lents progrès il a peu à peu conquis le royaume tout entier »

En 1914, le 700e anniversaire a célébré la victoire sur un souverain allemand.
En 2014, Le Point proclame : « Il y a 800 ans, la France naissait à Bouvines » :-)
« Le 27 juillet 1214 était un dimanche. Et contrairement au dernier Mondial, les Français firent mordre la poussière aux Allemands ».
« Le XIXe siècle a largement célébré cette bataille qui vit Philippe-Auguste défaire deux ennemis héréditaires »

Toujours en 2014, quand on ne veut / sait plus faire d'histoire dans les médias, on prend une bataille célèbre,
et on prétend célébrer :
la paix (sic),
l'Europe
et la jeunesse...
http://www.bouvines2014.fr/
 
CR par Robert Fossier en 1975 - Bibliothèque de l'école des chartes
http://web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1975_num_133_1_461387_t1_0150_0000_000

Felipe Brandi (EHESS), Connaissance historique et usages politiques du passé,
Considérations autour de l'épilogue du Dimanche de Bouvines de Georges Duby
Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques 44 | 2009 http://ccrh.revues.org/3535

Pierre Campion. Comment Georges Duby écrit l'histoire.
In: Littérature, N°84, 1991. Littérature et politique. pp. 109-126.
le bleu du ciel, le temps perdu, l'espace littéraire, la poétique du récit : l'énonciation, le mouvement de la narration
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/litt_0047-4800_1991_num_84_4_2595

 

bouvines-ac-n

Bouvines d'après Les Grandes Chroniques de France, XIVe siècle
voir aussi Philippe Auguste ramenant Ferrand et Renaud, faits prisonniers
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/75635874/0/fiche___ressourcepedagogique/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_Chroniques_de_France

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 octobre 2013

JB : Aux armes, historiens !


« Aux armes, historiens ! »
Dans Le Monde des livres du 10.10.2013 consacré aux RDV de l'histoire, Jean Birnbaum réagit aux propos de Zemmour sur "les envahisseurs"
http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/10/10/aux-armes-historiens_3492988_3260.html


« Vendredi 4 octobre, dans l'une des innombrables émissions de télévision où il s'emploie à briser les tabous qui parasitent encore nos consciences, Eric Zemmour a posé un mot sur les cercueils des femmes, des hommes, des enfants qui venaient de mourir à Lampedusa : "Envahisseurs". Sans que ce terme suscite de réactions marquantes dans le studio, il a pu marteler que "ces gens-là sont des envahisseurs" et conclure d'un rictus fanatique : "Ils prennent leurs risques !" Campé dans cet espace pseudo-subversif mais authentiquement indigne que d'aucuns nomment "politiquement incorrect", il a asséné des propos où l'abjection morale s'avançait bardée d'aberrations historiques – sur le droit d'asile, d'abord. Le vocabulaire était guerrier, le délire martial, l'offensive d'autant plus funeste qu'elle demeurait sans riposte.

Alors que s'ouvrent les 16es Rendez-vous de l'histoire, qui portent sur le thème de la guerre, il faut appeler les historiens à se montrer plus offensifs. Effrayés par le brouillage des cartes comme par le déséquilibre des forces, beaucoup d'entre eux sont tentés de se réfugier derrière les remparts du pur savoir. Ce repli serait regrettable.

Le front du débat
Comme en témoignent les RDV de l'histoire de Blois, il est possible de conjuguer rigueur et mobilisation, recherche érudite et engagement pédagogique. Tel fut d'ailleurs l'état d'esprit des grands aînés. Ainsi le médiéviste Georges Duby (1919-1996) insistait-il sur son désir de trouver le ton et le style pour mettre la bonne histoire à la portée de tous. Rappelant que la réinvention du métier d'historien passe par des moments polémiques, des moments de très vifs combats, Duby soulignait aussi la nécessité d'investir l'espace public : Je ne perds aucune occasion de m'adresser à d'autres qu'à mes élèves et à mes collègues (...). Je fais tout pour que ma voix porte, confiait-il en 1978 au philosophe Guy Lardreau dans un passionnant entretien qui vient d'être réédité (Dialogues avec Georges Duby, Les Dialogues des petits Platons, 216 p., 19 euros).

Amis chercheurs, maîtres éclairés, cet héritage vous oblige. Ne délaissez pas le front du débat, ne l'abandonnez pas aux bonimenteurs, ennemis de toute vérité comme de toute rationalité. Votre tâche exige de la bravoure. Le terrain est certes miné. Mais c'est à ce prix que le champ de l'histoire demeurera un champ d'honneur  ».

Parmi les titres de ce Monde des livres
Jay Winter, La guerre a déserté nos esprits
André Loez, La tristesse de la chair à canon
CR de 3 ouvrages :
John Keegan, Anatomie de la bataille. Azincourt 1415, Waterloo 1815, la Somme 1916
Hervé Drévillon, L'Individu et la Guerre. Du chevalier Bayard au soldat inconnu
Julie Le Gac, Vaincre sans gloire. Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre1942-juillet1944)
Jean-Noël Jeanneney et Pierre Nora : « Faire sentir la différence des temps »
Bonaparte le robespierriste


birnbaum
    loez-cndp

Jean Birnbaum - André Loez - source Google images


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 mai 2013

Les archéologues et l'An Mil

 

- « J'ai le regret de vous informer que la motte n'existe pas. Jean-Marie Pesez lui-même avait des doutes sur un phénomène qu'il estimait plus tardif (le XIIe ?) ». Elle critique aussi le modèle du village qui serait apparu autour d'une église ou d'un château.
Dans le dernier Salon noir, Joelle Burnouf évoque les découvertes des archéologues de métier, trop souvent ignorées selon elle par les historiens médiévistes.

Mil an après, que peuvent dire les archéologues de l’an mil ? - Le Salon noir, 15.05.2013
http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir
.

jburnouf
Joelle Burnouf, Paris 1 - source Babelio


- Science et Vie publie un dossier sur L'an 1000,
avec 6 articles sur l'Occident (la féodalité, le paysage, les moines, l'art roman...)
et 7 sur le reste du monde.

La grande peur de l'an mil a eu lieu au XVIe siècle
Entretien de 2 pages avec D. Barthélemy qui reprend sa critique de la mutation féodale formulée par Georges Duby.
Les peurs de l'an mil ? Une construction du XVIe (cf les protestants) reprise au XIXe par les historiens anticléricaux.
Jérôme Baschet a droit à 33 lignes...

La motte castrale n'est pas liée à l'an Mil.
Une dizaine de fouilles suggèrent des dates allant du Xe au XIIIe. Ce nétait qu'un type de château parmi d'autres. Pas de chronologie dans les matériaux, bois ou pierre : c'est l'environnement proche qui décide.


Le paysage médiéval se redessine. L'archéologie a renouvelé l'histoire du paysage.
L'idée que les paysages se sont transformés brutalement entre 950 et 1050 est une idée pratique, belle, mais sans doute fausse" Laurent Feller. Les villages ne sont pas nés en l'an Mil, mais bien avant. L'habitat organisé existe, mais il n'est pas stable. A partir du VII-VIIIe, les habitats se concentrent en un point du terroir, peut-être en lien avec la fiscalité. Dans le Nord et l'Est, les villages se structurent autour d'une place centrale et d'un ou deux pôles : l'église associée au cimetière, et plus rarement le château.
La vision du parcellaire (radioconcentrique) est aussi remise en cause. Le parcellaire est souvent un héritage de la protohistoire (cf l'étude des pollens). Le mythe des grands défrichements tiendrait à une surinterprétation des textes archivés, tout comme la mutation féodale.

Les mythes et les idées fausses (souvent installées par l’école élémentaire et par des magazines peu scrupuleux) ont davantage de force que les questions, les résultats et les doutes des historiens ou des archéologues. « Notre inconscient collectif aime garder cette idée que l’histoire humaine puisse arrêter d’un coup ».
De plus la fascination pour les chiffres ronds a sévi à nouveau avec l'exploitation publicitaire et médiatique du bug imaginaire de l’an 2000.
.
rappels :
Paroles d'archéologues, 2006
avec Joëlle Burnouf, Bernard Stiegler, Marie Frauciel, Patrice Brun, Jean-Paul Demoule et Christian Goudineau
http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Audiovisuels/Films-courts/p-1533-Paroles-d-archeologues.htm

 

Catteddu-MA1     burnouf-ma2

Archéologie médiévale en France
Isabelle Catteddu, Le premier Moyen-Age (Ve-XIe) 2009 - INRAP 2012
Joelle Burnouf, Le second Moyen-Age (XIIe-XVIe) 2008 - INRAP 2009


.
.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

21 juillet 2012

Duby, l'historien et les éditeurs

 

- Benoît Marpeau, Georges Duby, L'historien, l'éditeur et l'oeuvre
Un article publié dans Livres d'Histoire, lectures de l'Histoire
le dernier numéro des Cahiers du CRHQ (en ligne), n°3 (2012)

L’analyse des archives conservées par l’IMEC montrent l’importance des sollicitations des éditeurs et de certaines de leurs interventions sur les textes de l’historien. Elles permettent de reconstituer un parcours éditorial qui ne correspond pas de manière simple et directe avec le parcours intellectuel du médiéviste
http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/71/88/01/PDF/c3a6-Marpeau.pdf

(l'article prolonge le séminaire CRHQ-IMEC du 21 avril 2011,
http://www.crhq.cnrs.fr/archives/fichiers-attaches-manifestations/seminaires-2010-2011/sem-culture-2010-2011.pdf


Lire également dans ce numéro des Cahiers, 
Chapoutot, Les Humanités allemandes en guerre : le Rome et Carthage des antiquisants allemands (1943)
http://www.crhq.cnrs.fr/cahiers/page-cahier.php?id_num=8

Le site des Cahiers :
http://www.crhq.cnrs.fr/cahiers/index.php


- Théories entourant Mona Lisa - Les Inrocks listent les plus courantes:
http://www.lesinrocks.com/2012/07/19/mona-lisa


- Géographie parallèle Marc Jurt - Michel Butor
expo Musée de l'imprimerie Lyon
dossier de presse :
http://www.imprimerie.lyon.fr/jurt_butor

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,