24 avril 2017

Bandung 1955

 

bandoeng-5a

Nehru, Nkrumah, Nasser, Sukarno, Tito
Archives et photos des 24 autres délégations (avec Indira Gandhi, Chou en Lai + Japon + Arabie...)
http://www.bandungspirit.org/spip.php?rubrique12

 


18-24 Avril 1955, conférence de Bandung
Bandung, 150 km SE de Jakarta

The conference's stated aims were to promote Afro-Asian economic and cultural cooperation and to oppose colonialism or neocolonialism by any nation
In 1955, the first Asian-African Conference (Indonesian: Konferensi Tingkat Tinggi Asia-Afrika) was held in Bandung. Twenty-nine countries attended the conference. The Asian-African leaders who attended the summit included Nehru (India), Nasser (Egypt), Tito (Yugoslavia), Nkrumah (Ghana), U Nu (Myanmar), and others. This conference is one of the preparation for the establishment of the Non-Aligned Movement block in Beograd (former Yugoslavia) in 1961.
http://en.wikipedia.org/wiki/Bandung_Conference

29 pays
Vingt-neuf pays se rendront à la conférence : quinze pays d'Asie (Afghanistan, Birmanie, Royaume du Cambodge, Ceylan, République populaire de Chine, Inde, Indonésie, Japon, Royaume du Laos, Népal, Pakistan, Philippines, Thaïlande, République démocratique du Viêt Nam, État du Viêt Nam), neuf du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Égypte, Iran, Royaume d'Irak, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie et Yémen) et six pays africains (Côte-de-l'Or (l'actuel Ghana), Éthiopie, Libéria, Soudan, Somalie et Libye) ce qui reflète le fait que la plus grande partie de ce continent est encore colonisée. Le Japon est le seul pays industrialisé à assister à la conférence. Pour l'Afrique une délégation du FLN algérien est aussi présente ainsi que le Destour tunisien
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Bandung


Communiqué final
http://bit.ly/2okinod
http://fr.wikisource.org/wiki/Communiqu%C3%A9_final_de_la_conf%C3%A9rence_Afro-Asiatique_de_Bandoeng


La conférence de Bandung marque l'entrée du Tiers monde sur la scène internationale.
Elle condamne le colonialisme, elle affirme son attachement aux principes des Nations-Unies
(droits de l'homme, souveraineté de chaque Etat, solution des conflits par la négociation)
Elle marque sa volonté de développer une coopération économique et culturelle entre les pays d'Asie et d'Afrique.
Elle traduit un refus de la division du monde en deux blocs antagonistes

1 ... Certaines Puissances coloniales ont dénié aux peuples coloniaux les droits fondamentaux dans le domaine de l'éducation et de la culture, ce qui entrave le développement de leur personnalité ainsi que les échanges culturels avec d'autres peuples asiatiques et africains.
C'est le cas en Tunisie, Algérie et Maroc, où le droit fdtal des peuples d'étudier leur langue et leur propre culture n'est pas respecté.

LS Senghor y voir la mort du complexe d'infériorité et la prise de conscience de la dignité des peuples de couleur,


2015, 60eme anniversaire de la conférence de Bandung
http://www.bandungspirit.org/spip.php?article74
http://www.bandungspirit.org

 

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


02 avril 2017

Nous et les autres

 

Nous et les autres, des préjugés au racisme
Musée de l'homme, 31 mars 2017 - 8 janvier 2018

Moi et les autres
Race et histoire
Etat des lieux

http://nousetlesautres.museedelhomme.fr/

dossier de presse
http://nousetlesautres.museedelhomme.fr/sites/expo.nela/files/documents/dp_expo_nous_et_les_autres_mh.pdf



Paul Rivet, le fondateur du Musée de l'Homme est cité,
mais comme souvent en ce moment l'accent est mis avant tout sur les dérives insupportables,
bcp moins sur le combat durable mené en faveur des droits de l'homme.
(1 seule brève mention du très long combat contre l'apartheid en Afrique du sud...)
La remarque vaut aussi pour l'expo Dessins assassins au mémorial de Caen.


3 rappels sur des formes du racisme :
. Toutes les photos de mesure du crane au début du XXe...
http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/anthropo.html

. Les pubs Banania
http://www.histoire-image.org/etudes/y-bon-banania

. encore en 1960, malgré la 2GM, un manuel de géo 6e enseignait les races...
http://clioweb.free.fr/manuels/pernet.htm



un premier choix de liens sur la lutte contre le racisme :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2017/04/02/35123270.html

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

10 décembre 2016

1948 : droits de l'homme

 

dudh-eleanor

Eleanor Roosevelt tenant la version espagnole de la DUDH en novembre 1949. wikipedia



La déclaration universelle des droits de l'homme, 10 décembre 1948
http://fr.wikisource.org/wiki/Déclaration_universelle_des_Droits_de_l'Homme


La DUDH, rédacteurs, sources et limites
http://en.wikipedia.org/wiki/Universal_Declaration_of_Human_Rights
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_universelle_des_droits_de_l%27homme


René Cassin, La déclaration universelle et la mise en œuvre des droits de l'homme
CR - Revue internationale de droit comparé, 1955
http://www.persee.fr/docAsPDF/ridc_0035-3337_1955_num_7_3_9552.pdf

Qu'entend-on au juste par Droits de l'Homme ? [article]
Pierre Lantz, L'Homme et la société 1987
http://www.persee.fr/docAsPDF/homso_0018-4306_1987_num_85_3_2309.pdf


Les droits de l'homme, 60 ans après la déclaration universelle
Bibliographie sélective BNF 2008
http://www.bnf.fr/documents/biblio_droits_homme.pdf


Le portail Droits humains
http://droits-humains.org/

Amnesty, Eduquer aux droits humains
http://www.amnesty.org/fr/human-rights-education/

 

 

Déclaration universelle des Droits de l’Homme
Adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948
http://fr.wikisource.org/wiki/Déclaration_universelle_des_Droits_de_l'Homme


Préambule
Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les États Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée Générale proclame la présente Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des États Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.


Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11
1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12
Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15
1. Tout individu a droit à une nationalité.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16
1. À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État.

Article 17
1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Article 20
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

Article 21
1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24
Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26
1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

Article 27
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29
1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.



.

 

Posté par clioweb à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 août 2016

Korczak : la parole aux enfants

 

korczak

 Janusz Korczak (1878-1942) source wikipedia

 

Janusz Korczak – « La parole est aux enfants »
émission L’heure du documentaire 05.08.2016, Irène Omélianenko, France Culture
http://www.franceculture.fr/emissions/l-heure-du-documentaire


Janusz Korczak (1878-1942), médecin, pédagogue engagé, un des pionniers des droits de l'enfant
http://fr.wikipedia.org/wiki/Janusz_Korczak

Janusz Korczak, de son vrai nom Henryk Goldszmit, naît en 1878 ou 1879
dans une famille juive assimilée à Varsovie. Son père, avocat, se suicide en 1896.
JK fait des études de médecine ; il s’intéresse en Suisse à la pédagogie de Pestalozzi.

En 1911, il crée à Varsovie un orphelinat pour les enfants juifs.
Il en fait une forme de « République des enfants » avec son propre Parlement, un Tribunal et un Journal.
A partir de 1926, il dirige un supplément au journal Nasz Przegląd, avec des articles rédigés par des enfants.
Il intervient aussi à la radio pour faire avancer les droits de l’enfant.

En septembre 1939, les Allemands envahissent la Pologne. 
L’orphelinat de Janusz Korczak est déplacé dans le ghetto de Varsovie, derrière des murs infranchissables.
Début août 1942, « le vieux docteur » choisit d’accompagner les 150 enfants déportés vers Tréblinka et gazés par les nazis.

un film : Korczak, Andrzej Wajda, 1990
un documentaire : « Janus Korczak, le roi des enfants », A. Ziarek, 1999


Janusz Korczak, le père des droits de l'enfant
http://www.droitsenfant.fr/janusz.htm

Löwy Ilana, « L'utopie pédagogique de Janusz Korczak. Avec des traductions inédites de passages de L'École de la vie (1907)»
Mouvements 1/2007 (no 49) , p. 104-113
http://www.cairn.info/revue-mouvements-2007-1-page-104.htm

L’enfant acteur et auteur : approches pédagogiques de Janusz Korczak
Michèle Comte, Icem  28.08.2011
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/20279


Association Française Janusz Korczak (AFJK)

« Sur les traces de la pensée pédagogique de Janusz Korczak », Aleksander Lewin 1987,
http://korczak.fr/m4textes/pedagogie-korczak/lewin_pensee-pedagogique-de-korczak.html

articles de Korczak et sur Korczak
exposition
dispositifs éducatifs
Le Tribunal des enfants
http://korczak.fr


Janusz Korczak
De la « Magna Charta Libertatis » à la Convention Internationale des Droits de Convention Internationale des Droits de l’Enfant
mémoire de Leslie Malet-Salvador, en ligne sur le site web de Philippe Meirieu
http://www.meirieu.com/PATRIMOINE/korczak_memoire.pdf

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 avril 2015

Loi sur le renseignement

 

- Loi sur le renseignement : entre interrogations et mobilisation - Libération 27.03.2015
http://www.liberation.fr/societe/2015/03/27/loi-sur-le-renseignement-entre-interrogations-et-mobilisation_1228956

Les inquiétudes portent sur la définition des missions du renseignement : un champ «immense et amalgamant», selon Pierre Tartakowsky, le président de la LDH
Le patron de RSF, Christophe Deloire, dénonce pour sa part «une accumulation de textes qui peuvent compromettre la liberté d’informer» et «une possible atteinte au secret des sources»
«  En ligne de mire également, le fameux «dispositif destiné à révéler, sur la seule base de traitement automatisé d’éléments anonymes, une menace terroriste», qui alarme aussi bien les acteurs du Net que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) ou le Conseil national du numérique (CNNum), et dont on ne connaît à ce stade ni le fonctionnement, ni l’étendue, ni le coût »

« Les parlementaires ... sont sur le point d’adopter un texte dont ils ne peuvent pas mesurer l’efficacité ni le sens réel.»

- Maître Eolas suggère la relecture de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, notamment l'article 8 :
« La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires,
et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée
». (source SN)


.

Posté par clioweb à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 août 2014

Palestine, guerre et propagande

 

- Gaza avant après - Le Monde 01.08.2014
http://tinyurl.com/qzllrj6

- Gaza myths and facts: what American Jewish leaders won’t tell you
Peter Beinart, Ha’aretz 30.07.2014
« In the ten years since Jewish settlers left,
Israeli policy toward Gaza has been as militarily resourceful as it has been politically blind »
http://seenthis.net/messages/281579


- Mona Chollet, Recettes faciles pour une guerre civile - Périphéries, 28.07.2014
Le « chant d’amour pour Israël » de François Hollande, et ses conséquences
http://www.peripheries.net/article337.html

extrait :
« Comme beaucoup de gens autour de moi, je suis déprimée, sur les nerfs. Incapable de me laisser aller à l’insouciance de l’été, je passe mon temps à suivre les informations ; par moment j’ai l’impression de devenir folle. Il faut supporter non seulement le spectacle de ce qui est infligé aux Palestiniens, mais aussi les discours qui disent plus ou moins sournoisement que ces gens l’ont bien cherché, et qui tentent de diaboliser ceux qui les défendent.

Il faut supporter les insinuations insultantes des perroquets de la propagande israélienne qui demandent pourquoi la guerre en Syrie ne suscite pas la même indignation alors qu’elle fait bien plus de morts - sous-entendu, bien sûr : « vous êtes obsédés par les juifs, regardez donc un peu ailleurs, ce sont tout de même ces sauvages d’Arabes qui tuent le plus d’Arabes ». Comme si la place prise par un conflit dépendait uniquement du nombre de ses victimes (si c’est le cas, alors oublions la Syrie : ne parlons que du Congo !), et pas aussi de ses dimensions symboliques : une guerre coloniale, intimement liée à l’histoire de l’Europe, revêt pour des Européens une autre portée qu’une guerre civile, surtout dans un pays qui compte d’importantes communautés juive et arabe.
Par ailleurs, on ne vit pas dans un pays où dirigeants politiques, intellectuels et éditorialistes nous expliquent à longueur de journée qu’Assad est notre ami, qu’il défend la civilisation et qu’il mérite notre soutien énamouré.

Que les zélés télégraphistes de Tel-Aviv cessent de colporter les mensonges les plus impudents, d’étaler leur racisme à toutes les tribunes, et on pourra peut-être consacrer une plus grande part de notre attention à la Syrie, au lieu de devoir sans cesse contrer leurs discours révoltants ».

« Ne pas importer le conflit du Proche-Orient »
signifie en réalité
« Ne pas défendre les droits des Palestiniens »
(continuer de laisser bafouer et piétiner ces droits humains ?)


Lire également Mona Chollet, Construire l’ennemi, Périphéries, 01.01.2009
http://www.peripheries.net/article321.html

« Périphéries sonde le présent par la bande ».
Il a été créé en 1997 par Mona Chollet et Thomas Lemahieu
http://www.peripheries.net/rubrique9.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mona_Chollet
http://www.humaginaire.net/

 chollet
source : La Découverte

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 décembre 2012

Rotko, L'addition (suite)

 

 Vladimir Umanets a été condamné à 2 ans de prison.

En octobre, à la Tate Modern, il avait endommagé
la toile Black On Maroon de Mark Rothko
(source : Le journal des Arts)

"L’emploi d’une encre spécialement conçue pour le graffiti et la composition complexe de l’œuvre nécessiteront une restauration de plus d’un an, pour un coût de 250 000 euros".

http://www.lejournaldesarts.fr/


.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2012

Musées et domaine public

 

gerome-cesar-walters
Jean-Léon Gérôme, La mort de César.
Sur le site du Musée d'Orsay, une reproduction du Walters Art Museum (en accès libre)...
source Google images - reproduction de qualité sur wikimedia commons


« A qui appartiennent les données culturelles publiques ? »
du grain à moudre, 20 novembre 2012
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre
Roei Amit (RMN), Anne-Laure Stérin (juriste) et Rémi Mathis (Wikimedia France)


Les œuvres présentées dans les musées appartiennent au domaine public. Mais leur reproduction est considérée comme relevant du droit privé ; elle est de plus en plus restreinte en France. Ainsi, au Musée d'Orsay, il est strictement interdit de prendre des photos, alors que Google estime à 1,6 M le nombre de clichés en ligne de La Joconde (Le Louvre). A l'étranger l'accès libre est beaucoup plus fréquent : cf dans la page de liens, la mention de 100 000 reproductions du Rijksmuseum ...
https://www.rijksmuseum.nl/en/api

goo-joc


Parmi les prétextes avancés pour interdire la photo :
. L'oeuvre est dans le domaine public, pas sa reproduction photographique !
. Et aussi : la numérisation coûte cher, surtout en période de vagues maigres.
Plusieurs allusions sont faites à la photothèque de la RMN. Le portail Arago ?


Cela aboutit à des aberrations et à des absurdités :

- Orsay, c'est le musée qui interdit les photos
Mais si vous réussissez comme Shakira à en prendre une avec votre téléphone,
rien ne peut empêcher sa diffusion sur le web...
http://clioweb.canalblog.com/tag/shakira

- walters-logo  Walters Art Museum uploads 19,000 photos to Wikimedia Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:French_paintings_in_the_Walters_Art_Museum

Sur le web, l'oeuvre de Jean-Léon Gérôme existe surtout grâce aux tableaux de la collection du Walters Museum à Baltimore. Alors que l'essentiel se trouve au Musée d'Orsay

gerome-walters




- cf aussi l'épisode Rothko Yellowism Wright et l'imbroglio possible dans la gestion des droits.
http://clioweb.canalblog.com/tag/rothko


- Rémi Mathis plaide lui pour un accès libre et ouvert aux oeuvres et à leurs reproductions.
Plutôt que d'inventer des couches multiples d'interdits, et de dépenser beaucoup pour tarifer au cas par cas,
il préfère la solution de la BNU de Strasbourg : à terme, elle offrira un accès libre à l'ensemble de ses collections numérisées. http://fr.wikipedia.org/wiki/BNU-Strasbourg

cf la mention placée sous la reproduction de L'Origine du monde, le tableau de Courbet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Origin-of-the-World.jpg
11e mn : La position officielle de la Fondation Wikimedia est que « les représentations fidèles des œuvres d'art du domaine public en deux dimensions sont dans le domaine public et les exigences contraires sont une attaque contre le concept même de domaine public »


 wga-courbet

Pour tous les passionnés de l'histoire de la peinture,
le Web Gallery of Art est une base exceptionnelle. Elle existe depuis 1996.
Elle propose plus de 30 000 reproductions d'oeuvres du XIVe au milieu du XIXe siècle.
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/


.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 octobre 2012

Rothko - l'addition

 

rothko

source Google images


L’addition en Toile de fond - Libération
12.10.2012

Black on Maroon la toile de Mark Rothko, conservée à la Tate Modern de Londres
a été marquée à l'encre noire : «Vladimir Umanets’ 12, a potential piece of yellowism»
le tout photographié et tweeté par Tim Wright,

« Donc, si l’on résume l’iconologie complexe de toute cette histoire :
on a une toile datée de 1958, d’un des plus grands peintres contemporains (image 1)
revisitée au marqueur d’encre par un olibrius activiste (image 2)
capté par un amateur d’art médusé (image 3).

Le tableau n’est pas signé, du moins au recto (Rothko signait au verso de la toile), la signature ajoutée veut, elle, être œuvre à part entière et la photo, par son caractère apparemment unique, exclusif, prend instantanément une valeur de happening journalistique ».

http://next.liberation.fr/cinema/2012/10/12/l-addition-en-toile-de-fond_852851

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,