28 janvier 2014

Le médiéviste et l'internet 2/2

 

« Un médiéviste est bien armé pour comprendre Internet »
Patrick Boucheron a commenté ce titre de Libération dans l'émission Place de la Toile du 18.01.2014


L'émission a évoqué les dérives de l'évaluation par le chiffre et la bibliométrie (nombres d'articles publiés dans des revues à comité éditorial..). Mais elle a gardé le silence sur les MOOC.

Elle a oublié de citer le portail Ménestrel, une réussite dans la durée
(Médiévistes sur le Net : Sources, Travaux et Références en Ligne)
http://www.menestrel.fr/

Sur le fond, à l'université comme dans le secondaire, l'ordinateur sert davantage la gestion et la bureaucratie que la recherche. Les sites des UFR comportent des annuaires, des titres de cours, des horaires. Sauf erreur, il n'existe à ce jour aucun portail référençant les contenus universitaires disponibles en ligne.
Pour accéder à un contenu en ligne, en dehors de la contestation de Pécresse et de la la loi LRU au printemps 2009, il faut aller sur les sites de Labos ou sur les sites personnels des universitaires (le ~ des enseignants américains). Les colloques sont parfois filmés (cf les RDV de Blois, La Forge numérique à Caen).

Un détail : aux USA, pays fédéral, les universités ont fait le choix d'adresses normalisées.
taper "medieval history +site:.edu" dans un moteur : http://tinyurl.com/ohsjw2z
En France, pays réputé centralisateur, il existe autant de type d'adresses que d'UFR (u-bourgogne.fr, univ-lyon2, unicaen...). Et les CV actualisés sont à chercher sur le site privé academia.edu, pas sur un portail public.


Il faudrait distinguer entre recherche, vulgarisation, enseignement, entre traitement des données et communication.
Côté recherche, l'ordinateur a aussi servi à réunir des chercheurs (cf History and Computing), bien avant l'essor de l'Internet et des listes de diffusion spécialisées.

Sur l'attitude des universitaires à l'égard de Wikipedia, il faut lire ou relire l'excellente analyse du regretté Roy Rosenzweig (Can history be Open-Source ?) http://clioweb.free.fr/wiki/wikipedia.html


Le numérique met à mal deux repères majeurs :
- Le séminaire (à effectif restreint),
- Les revues à comité éditorial.

Au temps de la massification, le séminaire est moins fréquent et moins défendable que les amphis de 900 places (remplacés parfois par la vidéoconférence, le dvd ou la webTV).
Les revues de référence sont passées sous le contrôle de quelques marchands qui savent tirer profit des abonnements (chers) payés par les BU (Cairn-Info n'hésite pas à vendre à la découpe tous les articles, - même des anciens -  à 5 euros l'unité !)
Cependant, il existe des structures qui innovent : c'est le cas d'OpenEdition (http://www.openedition.org/ )qui propose en ce moment plus de 400 revues en ligne et qui permet aux doctorants de tenir un carnet de recherche (plus de 800, dont 100 en histoire).
cf. un exemple : http://questes.hypotheses.org/

Il reste une question sensible, posée lors du colloque #DHIHA5 : les historiens qui font le choix de travailler en exploitant les spécificités de l'outil numérique peuvent-ils espérer occuper un jour un poste stable et durable à l'université ? http://clioweb.canalblog.com/tag/dhiha5

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


22 juillet 2013

La chronique internet 423

 

La chronique internet 423, à paraître dans la revue Historiens & Géographes, est en phase de relecture finale.

Les habitués de la revue de presse n'auront pas de surprise, mais ce texte permet de donner une vue globale des débats et des combats récents : cf les réactions aux sujets HG de Bac et du DNB, le numéro du Débat sur l’histoire scolaire, le colloque Digital Humanities …
Parmi les travaux mis en avant, les travaux académiques mutualisés, le dossier sur l’année quarante dans le Loiret, la journée du Cercle sur les camps du Loiret…

Les fichiers pdf sont en 2 versions :
- une légère : http://clioweb.free.fr/chronique/aphg423.pdf
- une en haute définition : http://clioweb.free.fr/chronique/aphg423hd.pdf


brouage

Brouage, photo Vincent Tournaire, Survol de France - http://www.survoldefrance.fr/affichage2.php?img=39374



Egalement dans cette Chronique internet :

.dhiha5-tw

#DHIHA5 - Twitter et interactions numériques (Martin Grandjean, logiciel Gephi).
http://www.martingrandjean.ch/colloque-dhiha5-les-digital-humanities-se-deploient-sur-twitter/
http://clioweb.canalblog.com/tag/dhiha5

Pithiviers 1941, l’enregistrement des internés, source : Wikimedia Commons - Bundesarchiv
http://clioweb.canalblog.com/tag/rafles1941
Mai 2013 : https://www.dropbox.com/sh/0r5n5ne6g0w5s58/Od44VpfliQ

L'année Quarante dans le Loiret :
Feuille affichée à Orléans par un élève du lycée Pothier (octobre 1940) - AD Loiret
http://www.archives-loiret.com/notre-offre-pedagogique-60446.htm
http://www.archives-loiret.com/medias/fichier/l-annee-1940-dans-le-loiret-version-du-11-mars-2013-_1369148702082-pdf


.

15 juin 2013

Architectes de l'information

 

Jean-Michel Salaun travaille à ENS Lyon.
Il tient le bloc-notes Economie du Document : http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php

Lors du colloque #dhiha5, il a présenté le master Architecture de l'information créé à Lyon en 2012
http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/videos_watch.php?nav_id=4431 (vers 3 h 30)
http://archinfo.ens-lyon.fr/master-architecture-de-l-information-153486.kjsp?RH=ARCHINFO_PRES

Le numérique affecte tous les métiers de la documentation. Les médiateurs ne se contentent plus de gérer les collections mais ils doivent aussi intègrer le rôle d'un public actif, ils apprennent à construire des systèmes d'information adaptés aux besoins des utilisateurs. La formation des architectes de l'information met en oeuvre la coopération entre l'ENS, l'ENSSIB, l'université de Montréal. L'accent est mis sur la diversité des parcours des étudiants (exemple d'un doctorant en archéologie)

JMS a souligné l'importance d'une pédagogie active dans cette formation.
La technologie et l'interaction sont au coeur du cours : la prise de notes collective et publique aide à structurer le groupe, les annotations partagées de documents enrichissent la base, les étudiants apprennent à mener à distance des interviews d'experts du domaine.  Le temps de travail attendu est indiqué.

Plusieurs carnets de recherche accompagnent cette formation
Un portail : http://archinfo.hypotheses.org/
L’enseignement hybride et en ligne : http://archinfo14.hypotheses.org/
Économie du document (cf. les biens communs, avec Lionel Maurel, alias Calimaq) : http://archinfo24.hypotheses.org/

MOOCs et ruptures documentaires
Un état des lieux par Olivier Ertzscheid - blog Affordance, 16 mai 2013
Le premier Massive Open Online Course a eu lieu en 2008, il s'étalait sur 12 semaines et comprenait 1900 étudiants.
Apprend-on mieux en ligne que dans un amphithéâtre ?
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/05/de-qui-se-moocs-ton.html
http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2013/05/28/MOOCs-et-ruptures-documentaires#c9030

Lors du Colloque Cultures numériques (Lyon, mai 2013), JM Salaün est intervenu dans la
Table ronde 2 - L'information, objet et flux : son architecture, son économie et ses sciences
http://emiconf-2013.ens-lyon.fr/tables-rondes/table-ronde-2
http://emiconf-2013.ens-lyon.fr/videos

En 2012,  Jean-Michel Salaün a publié Vu, lu, su : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, La Découverte.

salaun

http://rfiea.fr/fellows/jean-michel-salauen

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 juin 2013

#dhiha5 - Digital Humanities : Twitter

 

Les Digital Humanities se déploient sur Twitter : l’exemple du colloque #dhiha5 !
http://www.martingrandjean.ch/colloque-dhiha5-les-digital-humanities-se-deploient-sur-twitter/


dhiha5-tw

Martin Grandjean, graphe dhiha5
« les couleurs elles-même n'ont pas une signification particulière,
elles sont simplement là pour mettre en évidence les communautés détectées par l'algorithme ».


A lire et à voir, dans le travail de Martin Grandjean

- Les liens vers la blogparade (une vingtaine d'articles) précédant le colloque

- une forte exploitation de twitter pendant le colloque (1147 tweets)

- une illustration par les interactions numériques de la recomposition des groupes de chercheurs

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2013

#dhiha5 - Digital Hum. et Précarité

 


Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ?
Le colloque a été retransmis sur Youtube - more then 600 visits from 37 countries. http://dhiha.hypotheses.org/871

Dans ce colloque d'hier, une question centrale :
Comment sortir de la précarité qui attend les jeunes chercheurs ?

Pascal Arnaud (ANR, SHS) : un jeune chercheur n'est pas défini par son âge mais par la précarité et la difficulté à entrer dans la carrière universitaire.
Pierre Mounier cite le questionnaire de Marin Dacos : « Who are you Digital Humanists ? »
L'immense majorité de ceux qui ont répondu (800 internautes) sont en situation d'apprentissage, ou de précarité ou en début de carrière ou en position de receveurs d'ordre. Un champ transversal qui repose sur le croisement entre la recherche et la technique n'a pas encore trouvé sa place dans une évaluation fondée sur la coupure héritée entre disciplines traditionnelles.
http://blog.homo-numericus.net/article11179.html

- Marion Lamé, Oratores, bellatores, laboratores: ceux qui prient, ceux qui combattent, ceux qui travaillent.
La tripartition appliquée aux humanités digitales, une discipline transversale. Dans un parcours universitaire, la maîtrise des discours sur les DH peuvent être plus efficace que la pratique concrète des DH pour faire carrière.
http://dhiha.hypotheses.org/804

- Pierre Mounier, Quelle(s) idéologie(s) pour les humanités numériques ? 10.06.2013
Selon Pierre Mounier, « deux pistes de réflexion mériteraient d'être explorées :
- jusqu'à quel point les humanités digitales importent-elles dans le champ des humanités  la science et la technique comme idéologie  …et  « représentent-elles l'implémentation locale d'un  nouvel esprit du capitalisme  qui fait la part belle à la collaboration horizontale, à la connexion en réseau, à la créativité, mais aussi, finalement, à l'individualisme entrepreneurial et à la structuration en mode projet ? »

- dans quelle mesure représentent-elles une menace pour la liberté académique (DE) et l'autonomie du champ scientifique (FR)?
« La bataille qui se joue n'implique donc pas seulement deux jeux de valeurs (la tradition académique et verticale d'une société à ordres contre la promesse démocratique d'une communauté ouverte, fluide et horizontale), mais au moins trois avec la perspective d'un pilotage de la recherche par l'extérieur, au moyen de ratings, indicateurs, tableaux de bord et in fine, par le modèle du marché ».
http://blog.homo-numericus.net/article11179.html

Denise Pumain : Il faut mieux valoriser nos travaux en combinant les formes académiques de la science et les potentialités d'internet. Ne pas refuser l'évaluation, mais adapter les critères aux SHS.


- Jean-Michel Salaün a traité de la formation des architectes de l'information, d'apprentissage collaboratif, de prise en compte de la dimension sociale grâce aux outils des medias sociaux (ex de la prise de notes collective et publique).
http://rfiea.fr/fellows/jean-michel-salauen
vidéo de l'intervention (vers 3h32) : http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/videos_watch.php?nav_id=4431

Sur l'architecture de l'information, et la prise en compte des attentes des lecteurs internautes,
voir le dossier en ligne sur le site de l'IFE (l'INRP avant la chatelisation) - avril 2012
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/74-avril-2012.pdf


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 juin 2013

#dhiha5 - Colloque Digital Humanities

 

bouiller

Dominique Boullier - Medialab Sciences-Po

Conditions de recherche et Digital Humanities : quelles perspectives pour les jeunes chercheurs ?
colloque international, 10–11 juin 2013
à l’IHA (Institut Historique Allemand), 8, rue du Parc-Royal, 75003 Paris

Le programme et les textes de présentation des tables rondes de ce mardi :
FR : http://dhiha.hypotheses.org/871
EN : http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/content.php?nav_id=4422
9.30–11.00 - Formes numériques de notre culture scientifique : ce que changent les Digital Humanities
11.30–13.00 2 : Questions de formation : quelles nouvelles compétences sont nécessaires ?
14.00–15.30 3 : Assurer la qualité et évaluer la recherche
16.00–17.30 4 : Carrières, financements et reconnaissance académique

Parmi les questions abordées : quels changements apportent les Digital Humanities ? Quelles compétences sont nécessaires à leurs acteurs ? Comment évaluer la recherche (faut-il intégrer les médias sociaux) ? Comment sortir de la précarité qui attend les jeunes chercheurs ?

Pour les petites phrases sur twitter :
https://twitter.com/search?q=%23dhiha5

Les interventions, majoritairement en anglais international, ont été diffusées en direct. Le site Lisa devrait héberger des vidéos archivées. http://www.lisa.gerda-henkel-stiftung.de/
Le livestream a reçu plus de 600 visites venant de 37 pays.

 dhiha5

source : https://twitter.com/PortalLISA/status/344501436513648642/photo/1

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,