02 février 2017

Une école sans écrans ?

 

Le désastre de l’école numérique – Plaidoyer pour une école sans écrans - Karine Mauvilly, Philippe Bihouix, Le Seuil

Ex-journaliste, Karine Mauvilly a été prof d’histoire en collège pendant 2 ans. Face au développement du “tout-
numérique” à l’école, elle a démissionné.
Philippe Bihouix, ingénieur centralien, a débuté Bouygues, travaillé chez AT Kearney  puis SNCF Geodis (2010).
Il a publié aussi L'âge des low-tech Seuil, 2014

- Entretien dans Vousnousils avec Karine Mauvilly
http://www.vousnousils.fr/2017/01/03/lecole-numerique-cest-se-livrer-aux-geants-de-linformatique-karine-mauvilly-597693

 
- Le désastre du Désastre numérique
Bruno Devauchelle, Le café pédagogique 30.08.2016
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/08/30082016Article636081365315104476.aspx

Devauchelle résume 3 critiques faites au numérique par les auteurs :
. Le numérique n'a rien à faire à l'école.
. Le numérique est polluant
. Le numérique annonce une destruction de la société portée par le modèle économique libéral dominant.

« Voilà un livre qu'on pourra s'abstenir de lire. Il alimentera la rituelle critique de l'école, marronnier de la rentrée scolaire. Mais c'est un contre-exemple tant sur le plan du style que de la rigueur, pourtant revendiquée »


- Une école sans écrans ? Emmanuel Grange 31.01.2017
http://www.lepetitjournaldesprofs.com/blog/2017/01/31/debat-pour-ou-contre-lecole-numerique/

« Écriture collaborative sur Framapad, réalisation de vidéos ou d’affiches, décryptage des sources d’information, et bien d’autres activités encore nécessitent et justifient l’usage de l’outil numérique ».

« La place des écrans et d’une connexion continue dans notre société est un vrai sujet ...mais il mérite un regard moins caricatural et plus au fait du travail des enseignants »


.
.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 septembre 2015

DNE : M. Jeandron remplace C Bizot

 

A la Direction du Numérique,
Catherie Becchetti Bizot a été remplacée ce lundi par Mathieu Jeandron le sous-directeur (DNE B)
http://tinyurl.com/ogy772o

L'info avant la pédagogie ? Devauchelle, Le Café péda
http://tinyurl.com/otm8ts5

un ingénieur X+Mines remplace une Inspectrice générale de Lettres

« Rapprocher l'informatique et la pédagogie était un pari a priori insensé, tant on connaît d'exemples d'incompatibilités d'humeurs entre ces deux champs.
Ce pari, Madame Becchetti Bizot l'a mené avec courage et la détermination qu'on lui connaît ».

« Faut-il voir dans cette nomination, une volonté d'impulser une plus forte pression "informatique" sur le monde scolaire ? La mise en place d'options en seconde, première et terminale s'inscrit bien dans une logique rappelée récemment par la DNE de ne pas encourager un pur enseignement de l'informatique. Or ce changement pourrait amener à durcir le propos et s'engager sur la voix d'un "véritable" enseignement de l'informatique en milieu scolaire. Serait-ce la frilosité sur ce sujet ainsi que sur celui de la généralisation des équipements qui a incité à cette évolution ? »



cbb                  jeandron

 

 

 

Posté par clioweb à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 novembre 2014

La plan Hollande, un IPT bis ?

 

Bon anniversaire, monsieur numérique et madame informatique à l’école !
http://www.brunodevauchelle.com/blog/?p=1680

Bruno Devauchelle fait le parallèle entre le plan numérique annoncé par François Hollande et le plan Informatique pour tous de 1985, avec la répétition du « triptyque habituel : équipement (des tablettes pour tous d’ici 2020), ressources en manuels scolaires numériques, formation des enseignants ».
« Les entreprises qui font pression sur l’Etat, via des instances diverses, sont dans leur logique légitime. Le monde scolaire est aussi dans sa logique quand il défend sa forme traditionnelle…Les familles sont dans leur logique quand [au nom de l’avenir de leurs enfants elles s’endettent pour les équiper…] .

Pour lui, cette initiative étatique risque de connaître le sort des précédentes, faute de poser la question essentielle : quelle Ecole voulons-nous pour nos enfants ? Pourquoi ne prend-on pas le temps d’analyser les composantes des plans antérieurs ?
Aujourd'hui, smartphones et tablettes sont partout. L’Ecole est désarmée devant les usages sociaux qui les accompagnent. Comment changer l'organisation de l'Ecole pour qu'elle puisse tirer parti du numérique et faire évoluer ses méthodes de travail ?


Il est habituel de cogner contre les occasions manquées des années 1980. Le plan informatique pour tous a eu des défauts, mais il faut le remettre en contexte. Est-il possible de rappeler que les ordinateurs personnels étaient alors très chers - un clone IBM coûtait plus de 10 000 F - 1500 euros - mais peu évolués (Informatique pour tous, c'était les MO5 en terminaux de nanoréseaux, après les premiers Goupil et les léanord SilZ. Au temps des premiers Apple ou des premiers compatibles IBM).Ces ordis étaient loin d'avoir la puissance de calcul et d'affichage des smartphones actuels : impossible d’éditer des cartes de géo en haute définition sur des écrans non grahiques qui affichaient 40 colonnes (cf. le logiciel Cartax).
La formation s’occupait beaucoup à apprendre à programmer des tris en tous genres, sans réelle relation avec les contenus enseignés par les disciplines scolaires. http://clioweb.free.fr/clio/egotechnohistoire.htm

Mais longtemps avant l’invention du web 1.0, ces initiatives ont sensibilisé les enseignants aux évolutions prévisibles. Elles ont disposé à supporter les balbutiements de l’Internet, quand la connexion aléatoire et coûteuse se faisait à 56 ou 64 ko. Elles ont permis de questionner les pratiques du métier de prof. Elles ont parfois permis des changements de carrière.
Ce mouvement a été brutalement interrompu par la politique menée par Claude Allègre : obsédé par la logique « un prof devant une classe », il a détruit la formation continue, oubliant que la formation est un élément-clé de toute réforme réussie.

Dix ans plus tard, le ministre Chatel a supprimé l'HG en Terminale S. Dans les instructions officielles réécrites dans l'urgence, l’usage de l’ordinateur est devenue une injonction obligée. Pour de bonnes raisons (ne pas accroître le nombre des disciplines), tout nouvel enseignement doit se faire une place sans moyens. Le Ministère demande aussi aux lycéens de connaître des savoir-faire qu'il a négligé de leur faire enseigner.

Du coup, les obstacles majeurs demeurent : dans une classe à 36 lycéens, il est difficile d'échapper au cours magistral (dialogué). Dans les salles informatiques, les ordinateurs ont vieilli, et l’accès à un réseau est souvent un vrai parcours du combattant (essayez de vous connecter au wifi public et gratuit dans une université !).

.
.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 septembre 2014

Ludovia 2014

 

Ludovia 2014 - « Ecole numérique », « territoires connectés », chaque année depuis 2004 des acteurs du numérique se rencontrent à Ax-les-thermes (Ariège) à la veille de la rentrée. Ludovia, c’est tout à la fois une université d’été, un colloque, un séminaire collectivités territoriales, une vitrine pour les éducateurs et les entreprises.

« Les objets numériques : création et consommation », le thème 2014 questionnait l’attitude des enseignants face à l’offre industrielle. Les thèmes précédents concernaient : l’immersion (2006), la convivialité des interfaces (2007), do it yourself (2008), espace(s) et mémoire(s) (2009), interactivité et interactions (2010), mobilités (2011), plaisir et numérique (2012), imaginaire(s) du numérique (2013).

Des vidéos témoignent de la variété des activités (tables rondes, explorcamps) et des pistes explorées (les décrocheurs, annonce de la Khan-académie en français, tablettes en Saone et Loire ou dans un collège du Gard (Nicolas Bertos). 

Bruno Devauchelle a rédigé plusieurs articles pour Le Café ;
il suggère une présence accrue du monde de la science et des techniques.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/08/29082014Article635448977697769823.aspx

Des entretiens courts sont aussi disponibles.
http://ludovia.org/2014/webconferences-plateaux-tv/
Ainsi, le sociologue Dominique Cardon répond à trois questions :
« Comment Wikipédia peut-il être un modèle éducatif ? »
« L’externalisation numérique des connaissances rend nos sociétés plus intelligentes ? »
« Comment les jeunes gèrent-ils la frontière entre usages personnels et éducatifs du numérique ? »

.

.