15 mai 2014

J-F. Gravier et le désert français

 

Dans un point de vue mis en ligne le 11 avril 2014, Philippe Pelletier voit dans le mécano territorial annoncé par Manuel Valls une forme de « technobureaucratie soutenue par des politiques en panne d’inspiration », un « degré zéro de la géographie ».
De nouvelles régions, ou le degré zéro de la géographie
http://libelalettredorion.blogs.liberation.fr/mon-blog/2014/04/combien-de-régions-pour-la-france-.html

Il rappelle le combat de la Fédération Régionaliste Française entre 19000 et 1955 et le rôle de Jean Charles-Brun (1870-1946), un membre du Conseil national sous Vichy ». Après 1945, le personnel et les idées (maurrassiennes) de Vichy reprennent du service. Il cite l’exemple de Jean-François Gravier (1915-2005), l’auteur du très célèbre « Paris et le désert français » (1947)

extrait :
« Avant 1940, Jean-François Gravier, géographe, membre des étudiants royalistes de l’Action française, écrit des articles violents dans des journaux d’extrême droite (Combat, La Gerbe). Après la débâcle contre l’Allemagne nazie, il édite le journal Idées (1941-1944), mensuel publié à Vichy pour propager la doctrine pétainiste. Il exprime souvent son admiration pour Walter Darré, ministre de l’agriculture dans le gouvernement nazi. Il tonne contre la démocratie et l’individualisme. Dans son livre Régions et Nation (1942), il prône une représentation non élective des notables (curés, instituteurs…). En novembre 1942, il est engagé par François Perroux (1903-1987) dans la Fondation française pour l’étude des problèmes humains que celui-ci préside. La même année, il devient directeur du département de bio-sociologie du Centre Alexis Carrel dans lequel il occupe la direction du Centre d’études régionales.

À la Libération, Gravier est protégé par le père Lebret, dominicain fondateur de l’Association Économie et Humanisme. Il est ensuite employé par le Ministère de la Reconstruction et par le Commissariat général au Plan (1950-1965). Il collabore à la revue XXe siècle fédéraliste éditée par La Fédération, où l’on retrouve trois anciens des non-conformistes de L’Ordre Nouveau : Robert Aron, Alexandre Marc et Denis de Rougemont (1). L’heure n’est plus au « rejet de la civilisation », comme le proclamaient les non-conformistes des années précédentes, mais à « l’aménagement de la civilisation ». Gravier, qui obtient au milieu des années 1960 la chaire d’Économie et d’Organisation Régionale au C.N.A.M., siège au Conseil économique et social (1959-1964) ».

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,