26 février 2012

Enquête dans la pauvreté ouvrière

 

debine

Deux générations dans la débine: enquête dans la pauvreté ouvrière,
Jean-François Laé & Numa Murard éd.Bayard – La suite dans les idées, 25.02.2012
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16260-25.02.2012-ITEMA_20347735-0.mp3

« A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime. Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières poches de pauvreté semblaient alors devoir s'effacer. Grossière erreur. Aujourd'hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive.

Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l'adaptation à la précarité économique. La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l'intérieur l'expérience de la pauvreté ».
http://www.bayard-editions.com


[ A confronter au président des riches et au candidat du Medef dont la propagande essaie de tromper les électeurs sur la réalité sociale actuelle. Ses amis ont amassé assez d'argent pour mettre quelques emplâtres temporaires sur les fermetures en cours d'entreprises menacées par la délocalisation.

A Condé sur Noireau, où 330 salariés d'Honeywell ont découvert la brutalité du capitalisme financier, le député ump local fait semblant de découvrir les dégats sociaux et de vilipender les patrons d'Honeywell, au moins le temps d'une campagne de réélection ].

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


20 février 2012

Low-cost et délocalisations

 

- Renault-PSA : le losange aux anges, le lion rougit
Low-cost contre berlines
Les délocalisations face au «made in France»
L’alliance ou l’indépendance
http://www.liberation.fr/economie,13
http://www.liberation.fr/economie/01012390528-renault-psa-le-losange-aux-anges-le-lion-rougit

Les cinq petits nègres
Tous les patrons du secteur automobile insistent sur le fait qu'il devient impossible pour un constructeur de gagner de l'argent en Europe - Le Monde opinions

Renault - Polémique autour de la stratégie low cost

Pour l'instant, la gamme entry - Logan, Sandero, Duster - du constructeur est un succès : 813 000 véhicules, produits dans dix usines hors de France, ont été écoulés dans le monde, dont 10 % en France.
http://www.lemonde.fr/economie/2012/02/10/


- Fais sauter la banque !
Portrait de Bernard Maris. L’économiste antilibéral et pédago de Charlie Hebdo débarque au conseil général de la Banque de France. (1 700 euros mensuels le jeton de présence, sans compter le repas et le meursault).
http://www.liberation.fr/economie/01012390439-fais-sauter-la-banque

 
bm-anti-m1                  bm-anti-m2

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 août 2011

Cet appel est gratuit ...



>> Cet appel est gratuit depuis une ligne fixe xxx.

Un témoignage comme il en existe des centaines dans les associations de consommateurs...

Rien de tel qu'une bonne panne technique pour faire toucher du doigt les usines à gaz mises au point par ceux qui savent marchandiser les services publics et mesurer l'absurdité de certaines de leurs formules :

S'il n'y a plus de tonalité sur la ligne,
Comment l'utiliser pour appeler un réparateur ?
Comment profiter de la gratuité supposée ?

Le message conseille aussi d'être à son domicile (pour les tests),
d'avoir un portable à disposition,
et de consulter sur internet la démarche à suivre (en cas de panne !!!)
(le portable, un auxiliaire obligé notait déjà Florence Aubenas.
Pour être pauvre dans la société marchande, il faut avoir au préalable dépensé beaucoup d'argent ... ).


Certains fournisseurs disposent de magasins en ville.
Leur vitrine donne l'illusion de la proximité, mais lors d'une altercation avec un client excédé, une salariée s'est présentée comme commerciale, prête à placer un abonnement en 3G ! mais incompétente pour résoudre des questions techniques ...


En cas d'appel (avec le portable), l'accent peut renseigner sur le pays (à bas salaires) choisi pour la délocalisation.
Les questions, standardisées, sont faites pour être lues.
Rarement pour générer un diagnostic efficace.
( « dans ces centres délocalisés, les salariés prolétarisés dont la conversation suit un scénario programmé ont l’avantage d’être parfaitement interchangeables... ils n’ont ni la possibilité de prendre des initiatives, ni celle d’acquérir (et de monnayer) des connaissances ou une expérience » écrit JN Lafargue dans Le Monde diplo de juillet).
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/07/23/21606763.html
http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/LAFARGUE/20788

De plus, le recours à des entreprises sous-traitantes évite de payer des salariés, mais peut être à la source de nouveaux problèmes (l'inversion de numéro de téléphone, vous connaissez ?)

Les concepteurs de ce système ont évité soigneusement de penser en terme de solutions temporaires de dépannage
(le véhicule de courtoisie chez votre garagiste)
« Dans ces services, tout semble fait non pour régler des problèmes réels , mais pour empêcher que ces problèmes n'atteignent les responsables qui sont à leur origine » écrivait JN Lafargue .


Un seul et unique élément tombe rarement en panne : le prélèvement automatique, qui n'a pas à tenir compte de la réalité du service fourni. (lui aussi peut cependant être problématique : à la suite d'une erreur d'un opérateur, un lecteur de Micro-Hebdo a eu à payer deux abonnements pour le même service, jusqu'à une intervention directe exceptionnelle du journal :-)

Un dernier détail : au nom de la concurrence dite non faussée, les acteurs sont démultipliés : le fournisseur d'accès n'est pas le propriétaire des cables ...  Une tactique bien utile pour se défausser sur le voisin en cas de problème.

Les associations de consommateurs ont beaucoup bataillé pour mettre fin à des pratiques scandaleuses (naguère, plus les pannes étaient nombreuses, et plus le temps d'attente était long, plus l'opérateur s'enrichissait sur le dos des internautes).


Là où l'économie marchande est défaillante,
les collectivités territoriales ont parfois mis en place des structures utiles.

La presse adore opposer le web 1.0 et le web 2.0.
J'opposerais plutôt deux situations :
celle où les décideurs et les techniciens compétents font tout pour faciliter la vie des internautes,
celle où les informaticiens sont payés uniquement pour multiplier les chausse-trappes et empêcher une exploration efficace du web. (j'ai vu un cas récent où le navigateur avait été remplacé par une interface propriétaire, et où le copier-coller avait été rendu impossible...)

Au total, une double bureaucratie, mercantile et informatique.
Un excellent moyen de vous faire apprécier votre accès actuel à internet, 
un outil qui a bouleversé nos sociétés.
Parfois à notre avantage.


PS - ce matin, deux jours après le retour à la normale, un SMS et un message vocal de l'opérateur pour annoncer ... le retour à la normale ! La communication serait-elle plus simple que la technique ? Ne faudrait-il pas plutôt former et salarier des techniciens compétents ??

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 septembre 2010

Délocaliser le soutien scolaire ?

Délocaliser le soutien scolaire ? The Guardian 10/09/2010
Une officine londonienne fait du différentiel de salaire entre Nord et Suds un argument de vente...

« Graduates based in India are being trained to give maths tuition to British children over the telephone and online, at all hours of the day and night. A tutoring agency has hired 100 tutors in Punjab and coached them in the primary school curriculum and GCSE and A-level syllabuses, so that they can teach schoolchildren of all ages. The tutors will be available 24 hours a day and seven days a week. They will be paid £7 an hour. The minimum wage in Punjab is £2.52. The agency is charging £12 per lesson, less than half the amount parents would normally pay for one-to-one private tuition ».

En France, les mêmes officines tentent d'exploiter commercialement l'anxiété des jeunes profs, une insécurité liée à la démolition de la formation professionnelle initiale. Dans une de ces boites privées, selon Le Monde Education, on peut acheter « une préparation par correspondance (440 euros par an), des cours du soir ou du samedi (990 euros par an), des stages intensifs (600 euros par stage)... A titre de comparaison, les droits d'inscription à l'université s'élèvent, eux, à 237 euros pour un étudiant de master... ».
Une offre commerciale qui sera peut-être un jour délocalisée en Roumanie ou en Afrique du nord...

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,