02 septembre 2015

Sedan 1870, capitulation de Napoléon III

 

sedan-1870

Sedan le 2 septembre 1870 : Reddition de l'empereur Napoléon III
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Sedan
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Battle_of_Sedan

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_franco-allemande_de_1870
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Mémoire_de_la_Guerre_franco-allemande_de_1870_en_France


sedan-napo

« L'ex-Empereur Napoléon III se fait prendre (sic) à Sedan
et livre aux Prussiens une armée française de 80.000 hommes ».
C'est le désastre de Sedan traduit dans les mots de L'histoire par l'image
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=893
http://www.histoire-image.org/site/rech/resultat.php?mots_cles=Bataille+de+Sedan


Le 4 septembre, Léon Gambetta fit acclamer la déchéance de l’empereur dans l’enceinte du Corps législatif, envahie par la foule.
Au balcon de l’hôtel de ville, accompagné de Jules Ferry, Jules Favre et d’autres députés, Gambetta proclama la République.
Un gouvernement provisoire dit « de défense nationale » fut instauré. La guerre contre la Prusse continue.
La médaille avec le nom des 12 membres de ce gouvernement :
http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/proclamation-de-la-republique-4-septembre-1870

empire-paix

« L'Empire, c'est la paix ».
Louis-Napoléon Bonaparte, discours de Bordeaux, 9 octobre 1852
dessin de Daumier
http://expositions.bnf.fr/daumier/images/3/148.jpg


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


15 août 2015

Japon : Le déni de la défaite

 

2015 - Déni de défaite au Japon - Le Monde 13.08.2015
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/08/13/deni-de-defaite-au-japon_4723763_3216.html

Akihito, l’empereur du Japon (81 ans) a exprimé, samedi 15 août, de « profonds remords » pour la Seconde guerre mondiale, à l’occasion du 70e anniversaire de la capitulation. Mais trois ministres se sont rendus au sanctuaire controversé de Yasukuni - Le Monde 15.08.2015
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/08/15/japon-deux-ministres-visitent-le-sanctuaire-controverse-de-yasukuni_4725756_3216.html


1945 le 15 août, discours d'Hiro-Hito. L'empereur accepte la capitulation et échappe à une destitution ou un procès.
Le document officiel est signé le 2 septembre.
http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1725
. Un tribunal militaire international juge les principaux dirigeants :
28 sont accusés, 7 sont condamnés à mort et exécutés en 1948 (dont Tojo Hideki, ex-premier ministre).
. Par la loi fondamentale de 1947 le Japon « renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la Nation » (article 9).


Le trou de mémoire des nationalistes L'histoire 413, jt 2015
http://www.histoire.presse.fr/special-asie-pacifique-1931-1945/trou-memoire-nationalistes-01-07-2015-136387
En 1995 le premier ministre Murayama déclare que le Japon avait « infligé à de nombreux pays, notamment à [ses] voisins asiatiques, des peines et des dommages immenses, au travers de guerres d'agression ou d'une domination coloniale ».

« 70 ans après la 2GM, ombres et lumières de la pensée japonaise d’après-guerre »
Un récent colloque international vient d’avoir lieu à Tokyo, à la Maison franco-japonaise.
http://calenda.org/329007


Depuis soixante-dix ans, la perception de la défaite (requalifié en après-guerre) est au Japon un enjeu politique.
La gauche et la majorité de la population estiment qu’il faut tirer les leçons du militarisme.
« Les intellectuels japonais de l’immédiat après-guerre ont fait preuve d’une lucidité peu commune pour décrypter l’ultranationalisme ».
« Aucun historien ne remet en cause la dimension d'agression de la guerre contre la Chine ou la réalité du massacre de Nankin, même si des discussions sur le nombre de victimes persistent »

La droite proclame qu’il n’y a rien à apprendre de la défaite.
Elle considère la capitulation comme imméritée : à ses yeux, le Japon impérial avait le grand dessein de contrer l’impérialisme occidental.

Shinzo Abe veut tirer un trait sur les dispositions pacifiques et veut pouvoir déployer des troupes combattantes à l’étranger. Il n’a pas les moyens d’une réforme constitutionnelle, mais l’armée japonaise dispose d’un budget équivalent à celui de la France.

« Plusieurs facteurs favorisent le regain de vigueur de ce « déni de défaite » : l’arrivée de nouvelles générations qui n’ont pas connu la guerre, ce qui est le cas de la majorité des parlementaires ; la mémoire de celle-ci qui s’estompe ; les inquiétudes des jeunes (aggravation des inégalités, isolement social) ; la montée d’un populisme de droite qui se veut rassembleur ; l’absence d’une opposition politique crédible après la faillite de l’arrivée au pouvoir du Parti démocrate (2009-2012)… »

« Shinzo Abe cherche à mettre l’histoire au service du prestige national. Sa politique risque d’attiser les antagonistes régionaux (avec la Chine et la Corée du Sud, qui dénoncent la remilitarisation du ­Japon). Elle reste mal acceptée par les Japonais qui demeurent, dans leur grande majorité, attachés au pacifisme constitutionnel ».

.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 mars 2012

La volonté de comprendre

 

bd-naz2

L'Europe sous la domination nazie, manuel Bordas, 3e, 1971


- A Falaise, hier soir, conférence de Bertrand Lécureur sur L'image du nazisme et de ses crimes dans les manuels de collège (F, All, RU, B). Le sujet d'une thèse dirigée par C. Amalvi et soutenue à Montpellier. http://www.theses.fr/2010MON30036

Selon BL, le poncif sur le silence et le tabou est à nuancer.
cf l'ex du manuel Bordas de 3e en 1971 : http://clioweb.free.fr/manuels/1temp/b3-71/

Cette conférence a été l'occasion de constater une fracture entre les références des adultes et celle des ados soumis en ce moment au brouillage de l’histoire. Que reste-t-il aujourd'hui d'Hitler et du nazisme dans les manuels chatel de 1ere ?

Un détail : en 1966, le programme de 3e évitait le XXe en ne traitant que la période 1715-1870


- « Aux Larmes Lycéens », L'Histoire n° 373
Annette Wieviorka critique la dérive compassionnelle des nouveaux programmes d’histoire de la 1ere chatel :

Extraits :
« Les gens sont méchants , déplorait l’humoriste Fernand Raynaud pour faire rire nos grands-parents qui n etaient pas dupes. Nicolas Sarkozy pense, lui, que c’est la folie des hommes qui cause des génocides. Avec un tel présupposé, enseigner l’histoire reviendrait à extirper le mal ou la folie, présent en chacun de nous en communiant avec les souffrances des hommes du passé. A cette aune, tout se vaut. C’est la défaite de la volonté de comprendre.

Les manuels obéissant aux programmes, les hommes au pouvoir pendant cette période sont pratiquement absents, comme le sont l’Alsace-Lorraine ou les notions de patriotisme ou de nationalisme qui, pourtant, ont une histoire. La psychologie règne en malte. Les hommes sont « traumatisés» comme le sont les sociétés. Il n’est pas question de la révolution bolchevique, ni d’ailleurs du traité de Versailles. Rien ne permet de comprendre le monde qui naît de cette guerre, sinon que tout le monde a beaucoup souffert.

Vient la Seconde Guerre mondiale dont la particularité est d’être un « degré supplémentaire dans la guerre totale ». Le lycéen ne sait toujours rien de Hitler, du nazisme, du communisme : ils seront abordés dans les chapitres consacrés au « totalitarisme ». Il ignore et continuera d’ignorer le terme « antisémitisme »

Les auteurs de manuels ont beaucoup travaillé pour rendre ces programmes conformes à l’idée qu’ils se font de leur discipline…

… La 2 GM, une guerre encore plus totale que la Première, est une « guerre d’anéantissement ». Ce terme pourtant, lui non plus, ne va pas de soi… Tous les bombardements sont mis sur le même plan, ceux du Blitz par la Luftwaffe comme celui de Dresde par les Alliés, sans parler de la bombe atomique, « une arme contre les populations civiles ».

Le cours d’histoire devrait être l’occasion de se dégager de l’air du temps, de réfléchir, d’analyser. La conception qui émane des nouveaux programmes est au contraire une conception compassionnelle d’une histoire tendant à faire communier les adolescents dans la douleur du passé ».

.

Posté par clioweb à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 juin 2011

Marc Bloch, historien et résistant

 

- Les Lundis de L'histoire (30/05/2011) portaient sur la nouvelle édition :
Marc Bloch. Mélanges historiques, CNRS éditions (2011).

Jacques Le Goff recevait Pierre Toubert et Yann Potin.
L'émission au format mp3


.
Plusieurs ouvrages de Marc Bloch sont disponibles dans des versions anciennes 
dans la bibliothèque virtuelle Les Classiques des Sciences Sociales,
dont 
Apologie pour l’histoire ou métier d'historien 
L'étrange défaite
http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/bloch_marc.html

.
- Le site officiel de l'association Marc Bloch, historien et homme d'action (1886-1944) :
http://www.marcbloch.fr/

- Quelques pistes à propos de Marc Bloch et de son oeuvre :
http://clioweb.free.fr/dossiers/39-45/defaite.htm



Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,