22 juin 2012

L'Orient des Juifs, suite

 

L’Orient des Juifs - Libération 15.06.2012
http://www.liberation.fr/culture/2012/06/14/l-orient-des-juifs_826375

Au XIXe siècle, de Tanger à Jérusalem, des peintres découvrent l’Orient et ses Israélites. Sujets ethnographiques, passeurs vers les origines… Une exposition met pour la première fois en lumière les fantasmes conviés par leurs représentations.

« De Delacroix à Horace Vernet, voici donc les peintres figurant, en leur costume local du XIXe siècle voire en tenue bédouine, les hommes de l’Ancien Testament, lesquels sont plantés dans un décor «authentique», inspiré des déserts sahariens, ou mieux, des séjours en Terre sainte. «Il y a là un basculement, relève Laurence Sigal. Dans la tradition picturale des scènes bibliques, le canon était gréco-romain. Il devient oriental ». La mutation est en phase avec un retour aux sources de la Bible, promu en France par Ernest Renan, qui prône avec sa Vie de Jésus (1863) une «historicisation» du personnage. Elle satisfait aussi la recherche romantique d’origines orientales où régénérer la civilisation occidentale ».

2 tableaux accompagnent l’article :
. William Wyld, Le départ des israélites pour la terre promise, scène algérienne; salon de 1841
http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2012/04/13/wyld/

. Alexandre Cabanel, Ruth et Booz, 1868, Montpellier


- Un détournement de sens : les Juifs dans l’orientalisme - Lunettes Rouges - 13.04.2012
Le blog cite Rina Cohen, « Les Juifs 'Moghrabi' en Palestine (1830-1903) à propos des migrations du XIXe.
http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/tag/orientalisme/


- Les juifs dans le grand  fourre-tout de l'orientalisme - Le Monde 12.04.2012
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/04/12/les-juifs-dans-le-grand-fourre-tout-de-l-orientalisme_1683737_3246.html

« Trois sujets en une seule exposition et sous un titre qui induit en erreur et attire l'attention sur sa part la plus prévisible : il y a là de quoi inspirer quelques regrets » écrit Ph Dagen.
. La mode ouverte par Delacroix (Noce juive au Maroc 1841) fait l'objet des deux tiers de l'exposition
La Captivité des Juifs à Babylone, de Morot, pourrait illustrer une scène de la Salammbô de Flaubert, et le Joseph gardien des greniers de Pharaon d'Alma-Tadema LeRoman de la momie de Gautier. Quant à Esther se parant pour être présentée au roi Assuérus, de Chassériau, son immense mérite est d'offrir à la vue les plus beaux seins de l'histoire de la peinture
. La représentation du peuple et de l'histoire juive par des artistes juifs (cf Eduard Bendemann)
. Une salle finale est consacrée aux peintres venus vivre en Palestine dans l'entre-deux-guerres.

rappel : Les Juifs dans l'orientalisme - revue de presse 06.06.2012


esther-chasseriau

Théodore Chassériau, Esther se parant pour être présentée au roi Assuérus,
dit La toilette d'Esther, 1841, huile sur toile, 45x35 cm, Musée du Louvre, Paris
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/c/chasseri/index.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Théodore_Chassériau


http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Paintings_by_Théodore_Chassériau


.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,