26 juin 2014

Tâche complexe et situation problème

 

- Tâche complexe et situation problème - « La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes … et externes… » résume le site web Eduscol dans une page de 2010 sur le livret de compétences.
http://eduscol.education.fr/cid51827/temoignage-mise-en-oeuvre-dans-la-classe.html


Au Québec, Carrefour-Education fait le lien entre la tâche complexe et la situation-problème et suggère la lecture des didacticiens Alain Dalongeville, Michel Huber et Renée De Vecchi. Le sujet est aussi abordé dans l'ouvrage de  Nicole Tutiaux-Guillon et Yannick Mevel sur la didactique de l'HG au collège et au lycée. http://chrhc.revues.org/3415 - http://ecolededemain.wordpress.com/2013/11/07/

La démarche vient du socio-constructivisme et de l’enseignement des sciences. Elle met l’accent sur la construction des savoirs, elle place l’élève au centre de l’apprentissage, le professeur mettant en place des activités intellectuellement riches qui l’incitent à raisonner par lui-même, à exploiter ou acquérir des connaissances et développer des compétences.
http://carrefour-education.qc.ca/dossiers/les_situations_probl_mes_en_univers_social


- La tâche complexe : une présentation par Remy Fauthoux (TaCos de Thucydide),
http://tacohgec.wordpress.com/category/a-propos-des-taches-complexes/

voir aussi des pistes sur le site académique de Bordeaux
http://disciplines.ac-bordeaux.fr/histoire-geo/?id_category=20&id_rubrique=61&id_page=312


Les Cahiers pédagogiques
ont consacré en janvier 2014 le numéro 510 aux tâches complexes (Un nouvel art d’enseigner ? - Dans toutes les disciplines - Entre l’école et le monde). Plusieurs articles sont disponibles en ligne dont celui de Dominique Zuzlewski, « Que peut le ministre brésilien de l’agriculture ? »
http://www.cahiers-pedagogiques.com/No-510-Des-taches-complexes-pour-apprendre

.


23 septembre 2012

La raison en danger ?

 

- Qui a peur des vérités scientifiques ? - Le Monde Science et Techno

« Le sociologue Bruno Latour,  critique féroce de l'institution scientifique, propose un armistice entre relativistes et rationalistes. Mais la science bataille sur un autre front : la confusion entre faits et opinions ».
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/09/20/qui-a-peur-des-verites-scientifiques_1763270_1650684.html

Le Monde Science et Techno consacre plusieurs articles
à La raison en danger, à partir de l'ouvrage du sociologue Bruno Latour
Enquêtes sur les modes d'existence. Une anthropologie des modernes
lecture critique dans Le Monde des livres 21.09.2012 : qui a peur de Bruno Latour


- Nous appelons vrai ce qui correspond à la réalité
Jean-Jacques Rosat est MC en philo au Collège de France.
Il a coordonné avec Thierry Discepolo le numéro 44
de la revue Agone sur le thème  Rationalité, vérité et démocratie

extrait :
« Le constructivisme et l'antiréalisme en philosophie des sciences ne datent pas d'hier. Au début du xxe siècle, un Édouard Le Roy défendait des positions de ce genre, au nom de l'idée que la science est construite par l'esprit humain. Vient ensuite Gaston Bachelard, qui mêle à son travail philosophique un regard d'historien. Insistant sur le travail d'élimination des obstacles épistémologiques et de création de nouveaux concepts, il affirme que la science « construit ses objets ». Si on veut dire par là que, pour concevoir l'idée d'un certain microbe et réussir à le voir dans un microscope, il faut avoir un esprit déjà construit d'une certaine manière, c'est évidemment très important. Mais le terme d'« objet » peut vite conduire à des formulations floues : est-ce du concept « microbe » que l'on parle, ou bien du microbe lui-même ?
On arrive alors à cette idée de Bruno Latour : Ramsès II est mort il y a plus de 3 000 ans, mais sa mort par tuberculose ne peut avoir eu lieu avant 1882, puisque c'est à cette date seulement que la science a construit le bacille responsable de cette maladie. C'est oublier que, si son concept a été créé par Koch, le bacille lui-même n'a eu aucun besoin de la science pour exister et pour tuer le pharaon.
Il y a chez certains constructivistes une telle insistance sur la construction de l'objet scientifique qu'ils finissent par gommer le réel, en le remplaçant par sa représentation ou par les discours qu'on tient sur lui  ».

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/09/20/nous-appelons-vrai-ce-qui-correspond-a-la-realite_1763272_1650684.html


- Le rationalisme, au risque du biais  anti-écolo
L'AFIS (Association fse pour l'information scientifique), un lobby pro-OGM ?
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/09/20/le-rationalisme-au-risque-du-biais-anti-ecolo_1763271_1650684.html

 

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,