10 mars 2016

1944 vote des femmes : octroi ou conquête ?

 

- « L’octroi des droits civiques et l’entrée des Françaises en politique
L’action du général de Gaulle en faveur du droit de vote et de l’éligibilité des femmes »
http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1944-1946-la-liberation/le-droit-de-vote-des-femmes.php


- Est-ce bien de Gaulle qui a donné le droit de vote aux femmes ? Libération 29.04.2015
http://www.liberation.fr/france/2015/04/29/est-ce-vraiment-de-gaulle-qui-a-donne-le-droit-de-vote-aux-femmes_1277138
Le droit de vote des femmes ? Pour plusieurs hommes politiques, c’est au général de Gaulle qu’il faut dire «merci». Une vision un peu enjolivée du suffrage féminin, qu'on doit d'abord à un député communiste... et à des années de luttes féministes


extraits :
De Gaulle, nouvelle icône féministe ? Doit-on vraiment réserver toutes nos louanges au général ? Pas vraiment. «Il ne s’agit pas de nier qu’il a joué un rôle puisque c’est bien lui qui signe l’ordonnance du 21 avril 1944 qui instaure le droit de vote des femmes, décrypte Christine Bard  auteure des Femmes dans la société française au XXe siècle. Mais cette décision n’est pas prise par lui tout seul, mais collégialement par l’assemblée consultative d’Alger, par un vote.»

La proposition d’étendre le droit de vote aux femmes est d’ailleurs avancée par un communiste, Fernand Grenier. Au départ, le texte ne prévoyait que d’instaurer l’éligibilité des Françaises. Fernand Grenier propose d’y ajouter le droit de vote. Cela donnera : «Les femmes sont éligibles et électrices dans les mêmes conditions que les hommes». Le texte est voté par 51 voix contre 16.

Il est donc un peu hâtif de présenter Charles de Gaulle comme le grand instigateur du suffrage féminin. «Il ne faut pas réécrire l’histoire : le droit de vote des femmes n’était pas un sujet particulièrement important pour de Gaulle, précise Christine Bard. Dans ses mémoires, le droit de vote tient en trois lignes. Il avait des conceptions traditionnelles sur le rôle des femmes, même si cela ne l’a pas empêché d’accepter l’idée de la citoyenneté des femmes, plus aussi subversive qu’au XIXe siècle.»

En 1944, le suffrage féminin est presque devenu une obligation : il s’agit pour la France de rattraper son (grand) retard vis-à-vis des autres pays européens. Le Sénat, qui bloquait jusqu’alors toute évolution, n’existe plus. «Il aura fallu ces circonstances très exceptionnelles pour que les Françaises puissent voter. C’est beaucoup plus complexe que l’idée du grand homme qui "accorde" ce droit.»



Christiane Taubira : Le vote ? « Non, ni donné ni octroyé, conquis ! »


Pour Christine Bard, il faut oublier
les termes «donner», «accorder» voire «octroyer». «Utiliser ces mots, c’est faire comme si les femmes étaient passives, indifférentes, comme si elles ne l’avaient pas vraiment demandé», s’agace l’universitaire. «C’est un mythe que les Françaises étaient peu investies. Certes, en France, le mouvement a été moins radical qu’en Angleterre, plus respectueux de la légalité. Mais il y a eu un mouvement suffragiste très riche, avec de nombreuses associations, des journaux, des dizaines de milliers de militants. Le problème, c’est l’oubli. On n’a pas valorisé cette histoire dans notre mémoire collective.»
Au sortir de la guerre, c’est la participation des femmes à la résistance qui va jouer comme argument de poids : on ne peut pas refuser des droits politiques à des femmes qui se sont battues contre les nazis. Mais cette raison invisibilise tout un passé de luttes féministes pour le droit de vote. «Dès 1944, on occulte le rôle des suffragistes. On les oublie alors que si les femmes ont gagné le droit de vote, c’est parce que des suffragistes l’ont réclamé pendant des décennies.»


Femmes citoyennes, actes du colloque de mai 2015
http://www.senat.fr/rap/r14-672/r14-6720.html
dont

L'ordonnance du 21 avril 1944 et le vote des femmes

Modératrice : Réjane Sénac, CR CNRS au CEVIPOF, « L'égalité sous conditions. Genre, parité, diversité »  2015
Christine Bard, Université d'Angers : « Une histoire du suffragisme »
Anne-Sarah Bouglé-Moalic,  « Vers l'ordonnance de 1944 : cent ans de débats sur le vote des femmes »
Mariette Sineau, DR CNRS au CEVIPOF : « Les Françaises aux urnes, 1945-2015 »



- Michelle Zancarini-Fournel, « La place de l’histoire des femmes dans l’enseignement de l’histoire »,
Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 93 | 2004 2016. http://chrhc.revues.org/1289
« L’ordonnance de 1944 sur l’organisation des pouvoirs publics à la Libération accorde le droit de vote aux Françaises, donc les fait accéder de plein droit à la citoyenneté alors qu’elles n’ont pas encore obtenu ni tous les droits sociaux, ni l’égalité civile »

Hubertine Auclert, (1848-1914) association Le suffrage des femmes 1883
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hubertine_Auclert

Chavannas, Les Françaises veulent voter, 1909, L’histoire par l’image
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=282

Hanna Diamond, « Libération ! Quelle Libération ? L'expérience des femmes toulousaines », Clio. Femmes, Genre, Histoire , 1 | 1995 http://clio.revues.org/517


Anne-Sarah Bouglé-Moalic
Le droit de vote des femmes : un siècle de combat politique - nov 2013 ?
http://www.crhq.cnrs.fr/fichiers-attaches-doctorants/these-Bougle.pdf
thèse Le vote des Françaises. Cent ans de débats, 1848-1944)

 

.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


14 août 2012

L'Algérie entre colonisation et assimilation

 

L'Algérie entre colonisation et assimilation 1830-1945

L'assimilation, un projet politique ou un leurre ?
La République, des valeurs souvent contredites par la réalité de la société coloniale.

Public-senat diffuse et rediffuse cette semaine le colloque du 30 juin 2012
samedi 18/08/2012 à 04h30
dimanche 19/08/2012 à 01h00
mardi 04/09/2012 à 17h00
http://www.publicsenat.fr/vod/evenement/1830-1945-l-algerie-entre-colonisation-et-assimilation/120779


ou en vidéo
première table ronde - 30/06/2012
Guy Perville, Olivier Le Cour Grandmaison, Sylvie Thénault, Christelle Taraud, Todd Shepard
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video13475.html


Ecouter Sylvie Thénault sur le régime pénal de l'indigénat, dans sa pratique effective héritée des militaires (4 séquestre des biens, amende collective, internement adminsitratif, pouvoirs disciplinaires)

Elle souligne l'opposition entre 2 visions de l'assimilation,
celle vendue aux métropolitains comme une chance manquée par la République,
celle pratiquée par la société coloniale.
(en 1848, les départements sont crées dans les zones de peuplement européen,
l'assimilation ne concerne que les coloniaux, pas les colonisés ("les indigènes") soumis à l'administration militaire)

Selon elle, l'assimilation est toujours une violence.
si elle est incomplète, elle est une discrimination
si elle est complète, elle vaut dépersonnalisation
Les Algériens en voulaient-ils ?
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video13472.html


seconde table ronde - 30/06/2012
Matthew Connelly, Laetitia Bucaille, Ali Haroun, Isabelle Mandraud, Abdelmadjid Merdaci, Gilbert Meynier, Amar Mohand-Aemr
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video13482.html


.

 

Posté par clioweb à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,