19 avril 2015

Subrahmanyam, Leçons indiennes

 

subra-lecons

Sanjay Subrahmanyam publie Leçons indiennes.
Itinéraires d’un historien. Delhi, Lisbonne, Paris, Los Angeles
.
Is « Indian Civilization » a Myth ? : Fictions and Histories, Ranikhet Permanent Black, 2013

L'ouvrage regroupe une vingtaine d’articles (1995-2012)
présentation Claire Judde de Larivière dans Le Monde des livres 16.04.2015
http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/04/16/sanjay-subrahmanyam-briser-les-frontieres_4616816_3260.html

L'historien polyglotte est devenu l’un des interlocuteurs essentiels du débat contemporain sur l’histoire globale

Il plaide en faveur d’une « histoire connectée, qui croise les préoccupations de nombreux historiens :
élargir les horizons géographiques en évitant l’européocentrisme, dépasser les cadres nationaux, penser une histoire du monde à partir des connexions et des relations - pacifiques ou violentes - au sein d’entités politiques ou économiques hétérogènes (des empires, des océans ou des compagnies commerciales, par exemple…) »

C’est sans doute en France que ses propositions méthodologiques ont trouvé le plus d’écho.

Il combat le repli nationaliste de l’histoire en Inde.
« il insiste sur la nécessité de continuer à « briser les frontières habituelles » pour « aller regarder là où personne n’a voulu regarder ». En laissant de côté la « nation », souvent artificielle et peu pertinente pour les périodes antérieures au XIXe siècle, il faut se départir des conventions historiographiques spatiales ou temporelles tout en prenant garde de ne pas banaliser le projet : « Dès que l’histoire connectée devient une histoire conventionnelle, alors il faut trouver autre chose. »


- sur le site du Collège de France
Histoire globale de la première modernité
http://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/inaugural-lecture-2013-11-28-18h00.htm
Histoire connectée des sociétés de cour
http://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/index.htm


- dans la liste de ses publications :
http://www.history.ucla.edu/people/faculty/faculty-1/faculty-1?lid=3586

. Aux origines de l'histoire globale (Leçon inaugurale au Collège de France), Paris Fayard, 2014.
. Mondi connessi : La storia oltre l'eurocentrismo, sec. XVI-XVIII, Rome: Carocci, 2014.
. The Cambridge World History, Vol. VI : The Construction of a Global World, 1400-1800 CE, Books 1 & 2,
(Co-editor) Cambridge University Press, 2015 (forthcoming).
. Historical Teleologies in the Modern World, London, Bloomsbury, 2015 (forthcoming).
(Ed. with Henning Trüper and Dipesh Chakrabarty)


rappel : billets précédents sur Sanjay Subrahmanyam


.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 septembre 2014

CH : Pourquoi l’histoire globale ?

 

ch121-globale

Pourquoi l’histoire globale ? Cahiers d’histoire, 121, avril 2013
http://chrhc.revues.org/3135


Le numéro des Cahiers d’histoire, disponible en ligne, comporte deux articles de Chloé Maurel :
- une introduction au dossier, avec l’espoir d’orienter l’histoire globale vers des enjeux sociaux, des phénomènes de domination et de résistance à celle-ci. http://chrhc.revues.org/3146
- Le tournant global de l’histoire. un panorama des Récents développements en histoire globale dans le monde (surtout hors de France). http://chrhc.revues.org/3207

extrait de l'introduction :
« L’histoire globale apparaît comme un ensemble large de méthodes et de concepts, incluant plusieurs sous-courants comme l’histoire comparée, l’histoire des transferts culturels, l’histoire connectée, l’histoire croisée, l’histoire transnationale… Toutes ces appellations ne doivent pas être conçues comme des conceptions rivales, mais bien plutôt comme différentes facettes d’un tout.

Ainsi l’histoire globale emprunte à l’histoire comparée (développée par Marc Bloch dès 1928-193013) l’idée de faire des comparaisons entre des sociétés distinctes, voire entre des lieux et des époques éloignées.

Elle emprunte à l’histoire des transferts culturels (développée par Michel Espagne et Michael Werner à propos des transferts culturels franco-allemands dès les années 198014) l’idée qu’il ne faut pas concevoir les sociétés que l’on compare comme des entités closes, cloisonnées, mais que les éléments d’une culture, en se déplaçant vers une autre culture, se modifient.

L’histoire connectée, développée par Sanjay Subramanyam, puis Romain Bertrand, apporte l’idée de décentrer le regard vers des sociétés extra-occidentales et d’accorder aux sources extra-occidentales la même importance qu’aux sources occidentales. Ainsi Romain Bertrand, dans L’histoire à parts égales (2011), donne une « part égale » aux sources hollandaises et aux sources javanaises pour étudier les premiers contrats entre Hollandais, Malais et Javanais sur l’île de Java au tournant du xviie siècle.

Dans le même esprit, c’est-à-dire dans l’idée de reconnecter des histoires qui ont été découpées à la suite du cloisonnement produit par l’essor des historiographies nationales, l’historien américain Patrick Manning, spécialiste de l’Afrique, a montré les connexions entre le mouvement des droits civiques aux États-Unis dans les années 1950-1960 et le mouvement d’indépendance des colonies africaines au même moment, ou entre le courant de la Harlem Renaissance aux États-Unis dans les années 1930 et le courant de la négritude développé au même moment par Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor.

En outre, l’histoire globale intègre les apports de l’histoire transnationale, qui insiste sur le fait que les historiens ne doivent plus se contenter d’étudier les relations interétatiques, mais aussi les phénomènes, de plus en plus nombreux, qui se passent au-delà de l’action des États : échanges entre intellectuels de différents pays, action dans le monde entier des firmes multinationales, rôle d’associations et ONG internationales comme Amnesty International ou le Conseil mondial de la paix, etc.

L’histoire globale implique l’idée que les échanges, les influences entre sociétés et cultures, ne se font pas seulement à sens unique, mais souvent à double sens et qu’il y a des circulations culturelles, des circulations de savoirs, qui s’établissent entre espaces dominés et espaces dominants...

Un dernier élément important de l’histoire globale est la dimension interdisciplinaire...


Publications de Chloe Maurel :
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article478
http://www.ihmc.ens.fr/Chloe-MAUREL.html
http://www.crhq.cnrs.fr/_index.php?page=biblio/M/Maurel-actu&suite=


maurel-colin


.
.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 janvier 2014

Sanjay Subrahmanyam

 

- Sanjay Subrahmanyam, pionnier de l'Histoire globale - La suite dans les idées, 04.01.2014
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-sanjay

- Histoire globale de la première modernité,
Leçon inaugurale au Collège de France, 28.11.2013
http://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/inaugural-lecture-2013-11-28-18h00.htm

Vers la 45e minute : La conscience de la globalité ... « faut-il traiter le sujet en fonction des débats actuels sur la globalisation et de l'histoire de ses origines, posée par les théoriciens du système monde d'un côté, par les économistes néo-libéraux du National Bureau of Economic Research de l'autre » ?
« Pour ma part, je reste agnostique sur l'utilité du concept de globalisation comme sur toute potion magique à fort contenu téléologique »
Les autres cours, la biblio : http://www.college-de-france.fr/site/sanjay-subrahmanyam/


Sanjay Subrahmanyam, pionnier de l'Histoire globale.
Né à New-Dehli, spécialiste de l'Inde du Sud aux XVIème et XVIIème siècles,  cosmopolite et polyglotte, il enseigna pendant 7 ans à l'EHESS en France (au Centre d'études sur l'Inde et l'Asie du Sud), avant  d'accéder à la chaire d'Histoire indienne à l'Institut d'études orientales à Oxford. Depuis 2004, il est engagé à l'Université de Californie à Los-Angeles (UCLA) au département d'Histoire, et a été nommé en juin 2013 Professeur au Collège de France à la Chaire d'Histoire globale de la première modernité. Il a prononcé sa leçon inaugurale en novembre dernier.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanjay_Subrahmanyam
http://en.wikipedia.org/wiki/Sanjay_Subrahmanyam


Parmi ses publications :

Comment être un étranger : Goa-Ispahan-Venise - 16ème - 18ème siècles" (mars 2013)

Vasco de Gama : légende et tribulations du vice-roi des Indes
(Il évoque dans la suite dans les idées la réception difficile du livre au Portugal
et le malentendu qui lui a valu les critiques virulentes des nationalistes qui voyaient en lui un nationaliste indien :-)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanjay_Subrahmanyam#Bibliographie
http://en.wikipedia.org/wiki/Sanjay_Subrahmanyam#Selected_publications

lire également : Sanjay Subrahmanyam , voyageur perpétuel,
portrait par Daniel Bermond dans L'histoire n°368
http://www.histoire.presse.fr/actualite/portraits/sanjay-subrahmanyam-voyageur-perpetuel-01-10-2011-39363

 

sanjay-cdf

Sanjay Subrahmanyam - Collège de France

 .

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

16 juin 2013

Sanjay Subrahmanyam au CdF

 

Le Collège de France accueille un nouveau professeur :
Sanjay Subrahmanyam occupe à partir de juin 2013 la chaire «Histoire globale de la première modernité» (décret du 21.04.2013)
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20130613.OBS3285/sanjay-subrahmanyam-un-historien-global-au-college-de-france.html

sa page web à l'UCLA :
http://www.history.ucla.edu/people/faculty?lid=3586

Un entretien à l'occasion de sa bio de Vasco de Gama - Le Nouvel Obs, 18.06.2012
http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20120618.OBS8944/ignorant-assassin-paranoiaque-cupide-lache-cruel-le-vrai-vasco-de-gama.html

La Fabrique - 08.06.2012
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoireactualites-du-vendredi-080612-2012-06-08
Les Lundis de l'histoire - 21.05.2012
http://www.franceculture.fr/emission-les-lundis-de-l-histoire-vasco-de-gama-decouvreur-de-l-inde-2012-05-21

 

subramanyam

Sanjay Subrahmanyam - source : history.ucla.edu

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 avril 2013

Histoire globale, biblios

 

- Qui écrira l'histoire de la mondialisation ?
France Culture - Forum : "L'Année vue par... l’histoire" 2/5 - La Fabrique - 09.04.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire

38e - « il ne faudrait pas que le titre du livre de Romain Bertrand (L'Histoire à parts égales) claque comme un slogan culpabilisateur, comme une injonction morale.C'est un utile dérivatif à notre tendance à la regression historiographique
Il y une rapidité vertigineuse, par effet social et scolaire,  à transformer des innovations qui sont là pour nous libérer des pesanteurs académiques en injonctions qui deviennent de nouvelle contraintes. L'histoire connectée, c'est une proposition, ce n'est pas une obligation politique (morale et intellectuelle)».

Les aires culturelles ...

47e : Le pôle conservateur, comme souvent, c'est l'université. La polémique sur les empires africains vient du fait que le secondaire a voulu faire un pas de côté, tenter une histoire que ne soit pas seulement européocentrée.



- The World history Association,
http://www.thewha.org/


- Chloé Maurel « La World/Global History », Questions et débats
, Vingtième Siècle 4/2009 (n° 104), p. 153-166.
http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-4.htm

- Pierre Grosser, « L'histoire mondiale/globale, une jeunesse exubérante mais difficile » ,
Vingtième Siècle. 2011/2 n° 110, p. 3-18.
http://repositorio.ufsc.br/bitstream/handle/123456789/25820/VING_110_0003.pdf?sequence=1


- Une histoire du monde global - biblio oct 2012 - Sciences humaines
http://www.scienceshumaines.com/fic_bdd/pdf_fr_fichier/Bibliographie_histoire_globale_2012.pdf

- Histoire globale, le blog et la page Facebook
Les historiens français et les mondialisations, Olivier Grenouilleau, 10/2010
http://blogs.histoireglobale.com/les-historiens-francais-et-les-mondialisations_579

- Histoire globale, mondialisations et capitalisme, La Découverte, 2009
Beaujard Philippe, Laurent Berger et Philippe Norel
http://blogs.histoireglobale.com/les-historiens-francais-et-les-mondialisations_579


- Ecrire l'histoire du monde, Le Débat n° 154, 2009


Mc-Neil, Hodgson (?), Wallerstein, Franck, Manning, Abu-Lughod, Mazlish ...
voir les biblios de James M. Blythe, http://cassian.memphis.edu/history/jmblythe/GlobalF12/GlobalF12.html
http://cassian.memphis.edu/history/jmblythe/GlobalS10/bib.html
http://cassian.memphis.edu/history/jmblythe/global%20f05/globalbibf05.htm
Eric Lane Martin (2008) :
http://worldhistoryconnected.press.illinois.edu/2.2/martin.html

notamment
William McNeill. The Rise of the West. A History of the Human Community. Chicago 1963
Hobson, John M., The Eastern Origin of Western Civilization, Cambridge, 2004
Wallesrstein http://en.wikipedia.org/wiki/Immanuel_Wallerstein
http://www.faculty.rsu.edu/users/f/felwell/www/Theorists/Wallerstein/WallersteinBooks.htm
Andre Gunder Frank and Barry K. Gillis, eds., The World System: Five Hundred Years or Five Thousand, London: Routledge, 1993, reprinted 1996
Janet Abu-Lughod, Before European Hegemony. The World System A.D. 1250-1350, Oxford, 1989
Manning, Patrick, "The Problem of Interactions in World History", American Historical Review 101 1996, 770—782
Bruce Mazlish and Akira Iriye, The Global History Reader, NY: Routledge, 2005

.


.

Posté par clioweb à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 juin 2012

Froisser la frise du temps

 
Patrick Boucheron : Apologie pour une histoire inquiète


Entretien en 3 temps
sur le site http://www.nonfiction.fr/ :
1 - L'urbain et le politique (1/3)
http://www.nonfiction.fr/boucheron-13
2 - Espace, temps, identités : continuités historiques et entretemps (2/3)
http://www.nonfiction.fr/boucheron-23
3 - Histoire, arts, littérature (3/3) - à paraître le 26 juin 2012


Extraits :
L'urbain et le politique (1/3)

«  Il n’est pas simple par exemple, dans la pratique enseignante, de s’opposer à une tradition romantique retravaillée par l’historiographie libérale puis marxiste qui instaure une coupure entre l’histoire de la ville et l’histoire rurale. Marc Bloch disait par exemple qu’au troisième siècle de notre ère, l’érection des murailles isolant la civitas (désignant désormais la cité fortifiée seulement) de ses campagnes séparait l’Antiquité du Moyen Âge. Evidemment, dans cette perspective, faire l’histoire des villes au Moyen Age, ce n’est pas tout-à-fait faire de l’histoire du Moyen Age : c’est faire l’histoire d’un lieu qui s’en extrait, où s’inventerait quelque chose de nouveau. Je n’y crois pas, mais il faut bien reconnaître que cette idée est tenace. Elle est en tout cas fortement enracinée, y compris dans l’enseignement supérieur où il faut expliquer aux étudiants qu’une des spécificités du Moyen Age qu’ils imaginent souvent comme rural et chevaleresque, c’est d’avoir été le grand moment de création des villes et d’invention d’une grande civilisation urbaine, même si elle reposait sur des bases fondamentalement différentes de celles de la cité antique. En quoi l’étaient-elle ? Précisément dans l’indistinction des grandes catégories de l’économique, du politique, du religieux, etc. dont vous parlez. C’est cela, fondamentalement, qui change. Ce qu’on appelle le Moyen Age est aussi le moment où toutes ces catégories n’ont pas le sens séparé qu’on leur donne aujourd’hui ».

... ce qui reste aujourd’hui des communes italiennes … c’est le centrovico monumental.. « Mais paradoxalement, ce qui caractérise le pouvoir communal italien est presque l’inverse de ce qui se donne à voir aujourd’hui de son héritage édilitaire. C’est la dissémination du pouvoir. Un pouvoir qui n’est pas du tout polarisé mais fondamentalement polycentrique … »


Espace, temps, identités : continuités historiques et entretemps (2/3)

« … les Francs de Clovis portent le nom des Francs du IIIe siècle, mais ne sont pas nécessairement en continuité ni biologique ni territoriale avec eux. Il y a dans l’histoire des peuples barbares une appropriation des noms de peuples qui ne suit pas nécessairement les parcours ou les invasions, et donc qui n’implique pas d’héritage ou de migrations. L’histoire fléchée, celle de nos cartes scolaires qui sont zébrées de part en part et que je décris dans L’entretemps, est une manière de dessiner des continuités là où il n’y en a pas. D’où l’attention aux plis, aux discontinuités… L’historien n’est pas là pour jardiner le petit lopin des racines et des identités. Il doit au contraire trancher, creuser, et montrer qu’au cœur de nos vies travaillent des discontinuités, des plis, des inquiétudes… »


Froisser la frise du temps :  « Cela veut dire, simplement, refuser une histoire orientée d’une seule manière irréversible, dans laquelle Rome succède à Athènes, puis les nouvelles Rome à Rome, mais où tous les chemins mènent à Rome (quel proverbe hideux, quand on y songe) et où l’histoire file en abandonnant derrière elle les espaces qui ont simplement connu leur quart d’heure de célébrité warholienne, et sur lesquels on ne reviendra pas. Athènes, dans les manuels scolaires, n’existe qu’au temps de Périclès, d’abord comme un présage, et après comme un remords. Mais Athènes, c’est toujours intéressant, à chaque époque, même aux moments faibles, y compris aujourd’hui : on voit que la manière dont les Grecs tentent d’affronter la crise économique et politique terrible qu’ils subissent est certes travaillée par l’héritage fantasmé de la Grèce ancienne, mais aussi, et surtout, par l’histoire de l’inachèvement de l’État au XIXe siècle ».

Lire enfin la distinction  entre la grammaire des civilisations selon Braudel et les histoires connectées, une histoire en devenir qui suscite de l’envie dans le grand public (Subrahmanyam, Brook, Bertrand)

La 3eme partie sera à lire en ligne le 26 juin

boucheron

Patrick Boucheron
source : Fayard, éditeur de l'Histoire du monde au XVe siècle - 2009


Cet entretien fait partie d'une double série consacrée à l'histoire :

(1ère série) L’histoire publique – L’enjeu de la mémoire
http://www.nonfiction.fr/lhistoire_maintenant

1.    Figures historiques, événements mémorables : entretien avec François Dosse
2.    "L’histoire est une matière d’endoctrinement" : entretien avec Olivier Lévy-Dumoulin
3.    Une historienne dans la cité : entretien avec Annette Wieviorka
4.    Les usages publics du passé en perspectives : entretien avec Sabina Loriga, Isabelle Ullern et Olivier Abel,
5.    Mille ans de mémoires : entretien avec Nicolas Offenstadt (1)

(2e série) Histoire : Épistémologie
http://www.nonfiction.fr/histoire__epistemologie

1.    Questionner, dialoguer, faire de l’histoire : entretien avec Nicolas Offenstadt (2)
2.    Le murmure des sans voix : entretien avec Arlette Farge
3.    Apologie pour une histoire inquiète : entretien avec Patrick Boucheron


Wikipedia liste les publications de Patrick Boucheron : http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Boucheron
Les liens guident vers un entretien publié par Histoire pour tous

La page de Paris I n'indique que les textes en accès ouvert, et utilise une syntaxe bien compliquée.


.
.
.

Posté par clioweb à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 juin 2012

Vasco de Gama, carrière et légende

 
vasco


- Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes (Alma éditeur)
http://www.alma-editeur.fr/index.php?vasco-de-gama
http://www.alma-editeur.fr/images/stories/Alma/Catalogue/revue-de-presse-vasco-de-gama.pdf

La traduction en français a attendu 15 ans…
The Career and Legend of Vasco da Gama, Cambridge: Cambridge University Press, 1997
(Spanish translation, Vasco de Gama, Barcelona: Crítica, 1998;
Portuguese translation, A Carreira e a Lenda de Vasco da Gama, Lisbon: CNCDP, 1998).
Lecture critique par Serge Grunziski dans les Annales, 2001
http://www.persee.fr/web/revues/


- Vasco de Gama, découvreur de l'Inde ? - Les Lundis de l'histoire - 21.05.2012
Avec Sanjay Subrahmanyam, qui publie
Comment devient-on Vasco de Gama ? Le découvreur de la route maritime des Indes était un homme de petite noblesse, âpre et rude, qui mourut vice-roi des Indes.
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10193-21.05.2012-ITEMA_20370241-0.mp3

- Vasco de Gama - La Fabrique de l'histoire, 08.06.2012
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-08.06.2012-ITEMA_20375368-0.mp3


- Le goût de l’archive est polyglotte
Entretien avec Sanjay Subrahmanyam
par Anne-Julie Etter & Thomas Grillot [La vie des idées - 27.01.2012]
http://www.laviedesidees.fr/Le-gout-de-l-archive-est.html

extraits :
« J’appartiens à une génération qui est en quelque sorte post nationaliste. L’histoire faite par les gens de la génération de mon père, des gens nés dans les années 1920 et 1930, était toujours nationale, et parfois nationaliste …On est ensuite passé à la critique de cette histoire, et ce fut en partie le travail des Subaltern Studies. Dépasser la critique s’est avéré très difficile : on revenait toujours sur les mêmes choses, quoique ce fût dans une autre optique ou bien avec quelques mea culpa au départ… il fallait prendre une direction nouvelle. J’avais l’avantage d’avoir accès à un certain nombre d’autres archives »
Lire l'entretien sur les « Connected histories », l'histoire connectée, à propos d’un article de 1997.

Quel public ?
« … On peut créer ses lecteurs, mais on écrit d’abord pour les gens qui s’intéressent à l’histoire en professionnels, pas cette masse de lecteurs qui, en Inde, lisent vos livres avec un regard politique, donc de travers. Mon livre sur Vasco de Gama a par exemple été utilisé comme une polémique contre l’Occident, ce qu’il n’est pas du tout – jusqu’à faire de Gama un précurseur du FMI et de la Banque mondiale ! Mon travail avec Muzaffar Alam, qui porte notamment sur les rapports entre les communautés religieuses, a aussi été exploité pour noircir l’image des musulmans aux XVIIe et XVIIIe siècles »
« Das Gupta a beaucoup écrit en bengali, mais de manière plus populaire. Moi-même, j’ai publié directement en tamoul seulement en tant que journaliste. Ne pas écrire des monographies d’histoire en langues indiennes, c’est assez culpabilisant. Mais le faire, c’est se priver de marché, d’interlocuteurs ».


subrah

Sanjay Subrahmanyam
Liste de ses travaux sur la page web du site de l'UCLA


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,