18 juin 2015

Pour une lecture profane des conflits

corm

 

Georges Corm, Pour une analyse profane des conflits, Le Monde diplomatique, février 2013
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/02/CORM/48760

Peut-on comprendre la guerre au Mali si l’on fait l’impasse sur la difficile survie des tribus qui peuplent le vaste désert du Sahara ? Que le drapeau des rebelles soit celui de l’islamisme radical ne change rien aux données profanes, économiques, sociales et politiques qui, là comme au Liban, en Irak, en Iran ou en Palestine, constituent le terreau des affrontements et des crises.

« Nous avons changé d’époque.
A la période où l’on condamnait, à l’Ouest, la subversion communiste encouragée par Moscou et où l’on célébrait, à l’Est, la lutte des classes et l’anti-impérialisme a succédé celle qui convoque les luttes de communautés religieuses ou ethniques, voire tribales. Cette nouvelle grille de lecture a acquis un crédit exceptionnel depuis que le politologue américain Samuel Huntington a popularisé, il y a plus de vingt ans, la notion de « choc des civilisations »

« Peu de journalistes ou d’universitaires se préoccupent de maintenir un cadre d’analyse de politologie classique, qui prenne en compte les facteurs démographiques, économiques, géographiques, sociaux, politiques, historiques et géo-politiques, mais aussi l’ambition des dirigeants, les structures néo-impériales du monde et les volontés de reconnaissance de l’influence de puissances régionales...
En règle générale, la présentation d’un conflit fait abstraction de la multiplicité des facteurs qui ont entraîné son déclenchement. Elle se contente de distinguer des « bons » et des « méchants » et de caricaturer les enjeux... »

« Faire cesser cette instrumentalisation et les analyses simplistes qui visent à dissimuler la réalité profane des conflits constitue un impératif urgent, notamment au Proche-Orient, si l’on veut parvenir à apaiser cette région tourmentée ».

Là-bas si j’y suis
http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-pour-une-lecture-profane-des-conflits


Table des matières de l'ouvrage publié par La Découverte en avril 2015
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Pour_une_lecture_profane_des_conflits-9782707174734.html

(extraits)
I / Déconstruire la logique de justification des conflits
1. Introduction à l’approche « profane » dans l’analyse des conflits
2. Les nouveaux conflits et le rôle du « retour du religieux »
3. Religion et géopolitique : une relation perverse

II / Les manipulations de la mémoire et de l'histoire, causes des conflits
4. L’ère des rétractions identitaires et de la communautarisation du monde
5. L’exportation de la querelle des racines dans l’imaginaire de la construction de l’identité occidentale
6. Mémoire et histoire dans la genèse des conflits du Moyen-Orient
7. La Palestine, déversoir des passions européennes et américaines

III / Problématique de laïcité et de la liberté
8. Communautarisme et multiculturalisme, sources de conflits
9. La bataille pour la liberté au Proche-Orient
10. Les trajectoires inverses de la liberté religieuse en Europe et dans le monde arabe

Conclusion. Une vision binaire du monde cristallisée sur le Moyen-Orient : vers une troisième guerre mondiale ?

- Georges Corm  a également publié
"Pensée et politique dans le monde arabe : Contextes historiques et problématiques, XIXe-XXIe siècle", La Découverte,‎ 2015
La table des matières :
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Pensee_et_politique_dans_le_monde_arabe-9782707182937.html


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 décembre 2014

Pulvériser la pensée dominante



Qu'est-ce que la cartographie radicale ?
Un texte de Nicolas Lambert après le séminaire GRANIT à Bordeaux
http://neocarto.hypotheses.org/1127

« C'est créer des « cartes obus » pour « pulvériser la pensée dominante »

« … Multiplier les représentations du monde et les confronter pour construire du conflit, du débat. Faire une carte radicale c'est donc aussi créer de l'altérité, une tension positive pour contester ce qui semble être l'ordre naturel des choses ».

« La carte joue le rôle d'alerte ou de déclencheur pour mener une action politique, mener des actions de terrain ou porter des revendications concrètes. C'est une cartographie de combat, un élément parmi d'autres dans la lutte politique ».

.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 avril 2011

Le monde selon Facebook

 
Dans un article publié par Le Débat n° 163 (janv-fev 2011) , Jérôme Batout se sert du film The social network pour souligner un paradoxe : Facebook est une entreprise qui fait commerce des données privées et tire profit de l'affichage d'une affinité de façade (« j'aime », x est mon « ami »...). Or ceux qui sont à l'origine de l'entreprise ont tous été marqués par une rupture : conflit sentimental entre MZ et sa copine, conflit d'affaires entre MZ et les jumeaux Winklevos, démêlés en justice avec un autre associé.. « Le film met en scène l'accumulation prodigieuse de coups fourrés, de dissimulations, de vengeances...»

JB constate que Facebook clive l'espace public comme aucun autre site internet ne l'a fait...Un site qui prétend avoir attiré 500 millions d'internautes doit nécessairement mettre le doigt sur un formidable besoin social. Mais « cette puissante adhésion suscite en même temps un féroce rejet ».

Il ajoute que Facebook, le résultat d'une succession de conflits mal maîtrisés, est fondé sur le refoulement de toute divergence et de toute forme de conflit.
L'affichage des affinités de surface est survalorisée, sur le modèle de l'overfriendly, une manière de faire société peut-être habituelle à Harvard ? Tout ce qui pourrait exprimer le commencement d'un désaccord est découragé. En cas de divergence, par peur d'engager le débat (ou par incapacité) , on laisse pourrir la situation, jusqu'au point extrême de la rupture. Or la dimension conflictuelle est normale dans la vie sociale, dans la vie d'une démocratie, dans la formation d'une personnalité. A force de l'éviter et de la refouler, on pousse la crise à son paroxysme et on débouche sur une impasse. Les seules sorties envisagées alors résident dans le déni et dans la fuite : on peut bloquer un internaute, on peut faire supprimer un contenu en le signalant de façon anonyme.

JB interroge l'application d'une telle philosophie à la société et à la vie publique.
Que serait une société faite uniquement de l'addition des groupes d'affinités superficielles ?

Il termine par 4 questions :
- D'où vient une telle volonté de refoulement du conflit ?
- Le refoulement du confit conduit inexorablement à la radicalisation. Quels dangers, individuels et publics en résultent ?
- Que peut-on entreprendre pour favoriser la ré-appropriation de cette dimension conflictuelle ?
- Le conflit et le compromis sont au cœur de la démocratie. Que devient cette démocratie quand le conflit est systématiquement évité et refoulé ?

 
rappel :
- Facebook, un cas d'école, le lien vers l'analyse critique par Thierry Joliveau en trois articles de la carte de Paul Butler 
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/02/04/20302536.html

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,