19 août 2015

Peut-on dégoogliser Internet ?


« Google n'est pas qu'un moteur de recherche, une messagerie, ou un média social.
C'est une entreprise (Alphabet) de plus de 53 000 salariés qui travaillent aussi à la création et au développement de voiture sans chauffeur, ou de remèdes contre des maladies graves. Tout comme Facebook ou Amazon...
Qui les contrôlent, ces entreprises ?
Quelle instance peut leur imposer des limites professionnelles et éthiques ? »

« Alors, peut-on dégoogliser Internet ?
Ou en tout cas limiter, réglementer le pouvoir de Google sur le web ? »

Emission du grain à moudre d'été 17.08.2015
avec Andréa Fradin Rue 89, Benjamin Jean, Olivier Babeau
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-d-ete-peut-on-degoogliser-internet-2015-08-17

Un débat très intéressant et courtois sur les enjeux économiques, sociaux, culturels et juridiques...
2 éléments :
. Les géants du jour craignent de disparaître, d'où une fuite en avant permanente.
Google a bcp de succès (2/3 des internautes dans le monde, 90 % en France). Mais l'entreprise a connu des échecs retentissants (Wave) et Google + ne concurrence pas vraiment Facebook. http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/echecs-google/
. Les internautes ont une forte part de responsabilité dans la situation actuelle, souvent par simple paresse.


Juste un oubli dans l'émission : les FMN du GAFAM sont expertes en évasion fiscale,
avec l'aide de dirigeants de pays européens comme l'Irlande ou le Luxembourg.
Un enjeu que l'Europe néo-libérale n'a aucune envie d'affronter.

g-impots

Jean-Michel Delambre, Le Canard enchaîné 19.08.2015

. Alphabet a été immatriculée au Dalaware, comme les 2/3 des groupes américains côtés en Bourse et 950 000 entreprises du monde entier.
L'entreprise aura à payer un impôt fédéral, mais aucune taxe locale. Le Canard 19.08.2015

. Facebook n'a payé que 320 000 euros d'impôts sur des bénéfices de l'ordre de 105 M d'euros.
L'astuce ? Ne déclarer que 5 % du chiffre d'affaires réalisé en France.
Le prélèvement fiscal aurait dû s'élever à 35 M.

. Aux Etats-Unis, l'evasion fiscal des entreprises se poursuit selon Le Figaro cité par Le Canard.
D'ici 2024, le manque à gagner est estimé à 34 Mds $.

 

Framasoft a l'ambition de mettre à disposition des internautes une alternative libre à chacun des services privateurs de liberté.
http://degooglisons-internet.org/
http://framablog.org/2015/06/30/ca-degooglise-pepere/

Un moteur à tester :
http://www.qwant.com/

rappel :
D. Cardon, Google, Facebook : Pagerank / Edgerank  -  la guerre des classements
Affordance - Google et FB : ce qui résiste
http://clioweb.canalblog.com/tag/pagerank
.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


30 décembre 2011

Comment ils ont tué la Poste

 

meek-lhr


- James Meek, In the Sorting Office
London Review of Books - 28 April 2011 - l'auteur : http://jamesmeek.net
L'article intégral en ligne :
http://www.lrb.co.uk/v33/n09/james-meek/in-the-sorting-office

L'écrivain a enquêté sur la poste néerlandaise. Il décrit un service dégradé et des salariés malmenés, l'envers d'une privatisation sans durabilité et d'une compétition fort peu rationnelle.

Comment ils ont tué la Poste
Traduction en 6 pages par Courrier international, à lire en bibliothèque - 1103-04
http://www.courrierinternational.com/magazine/2011/1103-1104-l-or-la-face-cachee-d-une-frenesie-mondiale

Extraits :
Concurrence ?
« In the Netherlands, as in Britain, the postal market has been liberalised in the name of the consumer, as Europe’s former citizens are now known: competition, it is said, will benefit everybody. But competition, as Leijten noted, only really exists for large organisations. Private citizens can’t post letters in Sandd or Selekt mailboxes. There aren’t any. Ordinary Dutch people still have to pay 46 cents to send a TNT letter. The Dutch government, meanwhile, has negotiated a deal with Sandd to deliver some of its mail at 11 cents a pop. ‘For ordinary people, there’s no choice, there’s only TNT,’ Leijten said. ‘The postal system is sick ».

Une guerre fraticide
« Every week Dutch households and businesses are visited by postmen and postwomen from four different companies. There are the ‘orange’ postmen of the privatised Dutch mail company, trading as TNT Post but about to change their name to PostNL; the ‘blue’ postmen of Sandd, a private Dutch firm; the ‘yellow’ postmen of Selekt, owned by Deutsche Post/DHL; and the ‘half-orange’ postmen of Netwerk VSP, set up by TNT to compete cannibalistically against itself by using casual labour that is cheaper than its own (unionised) workforce. TNT delivers six days a week, Sandd and Selekt two, and VSP one. From the point of view of an ardent free-marketeer, this sounds like healthy competition. Curiously, however, none of the competitors is prospering ».

Désarmement unilatéral
« What the Germans did was not so different from what the Dutch did: they tried to protect their decently paid former state postmen from low-wage competition in their home country, while setting up networks of low-wage private postmen to undermine the former state post in the country next door ».

Petits boulots. L’art de dénigrer le travail des salariés.
« Sandd promotes the job as a ‘bijbaan’, a bit of work on the side for somebody who wants fresh air and exercise and already has a state pension, is studying or has a salaried husband ».
un exemple de factrice : « She works, she reckons, about 30 hours a week for the two companies, earning about five euros an hour, although the legal minimum wage in the Netherlands is between eight and nine euros an hour. She has no contract. She gets no sick pay, no pension and no health insurance… » 

Le retour du droit et du social ?
« While I was in the Netherlands, the Dutch parliament’s pressure on the low-wage postal companies, which had been building for years, finally forced them to make a deal. In the small hours of the morning they agreed with the unions that by the end of September 2013, 80 per cent of all postal workers in companies like Sandd must be on proper contracts, meaning they gain some degree of social protection ». Un responsable ajoute : « Yes, we underpaid, if you want to call it that, in the same way that others did. From early on we said when others agree to come to a labour agreement we will follow. We would not take the lead ».


Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 septembre 2010

Education : Les pièges de la concurrence

Et si la compétition scolaire portait tort même aux bons élèves ?

Les méfaits de la compétition scolaire, entre bahuts et entre élèves, Le grain à moudre 14/09/2010
avec Philippe Tournier (Snpden), Nathalie Mons, sociologue, Natacha Polony, journaliste, Sylvain Broccolichi, sociologue.

A écouter pour les corrections apportées par les participants à des jugements trop rapides et trop sommaires : comparaison entre la Suède et la Finlande, mise en perspective de l'enseignement privé confessionnel : il est privé mais avec des fonds publics et sans les contraintes imposées à l'éducation nationale. Les journalistes jugent habituellement de la situation du privé par le cas parisien, alors que la situation en Ile de France n'est pas celle de la province (cf chercher ses clés sous le lampadaire ?)

L'émission au format mp3

Chroukri BEN AYED, Sylvain BROCCOLICHI, Danièle TRANCART
École : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l'école française. La Découverte

4e de couverture :
« Toujours plus d'élèves en échec, toujours plus d'enseignants démoralisés et de parents inquiets quant à l'avenir de leurs enfants. Toujours plus de palmarès d'établissements qui sèment le doute et attisent les frustrations. Est-ce réellement du choix de l'école que peut venir le salut, comme le suggèrent les récentes mesures d'assouplissement de la carte scolaire ?

Est-il vrai qu'en intensifiant la concurrence entre établissements, on crée une émulation qui favorise l'élévation des performances des élèves ?
La réponse est non.
C'est ce que montre cet ouvrage fondé sur une étude de grande ampleur, qui combine de façon inédite approche historique, comparaisons statistiques et enquêtes de longue durée sur différents sites (restituant la parole d'enseignants, de parents et d'élèves). Partout où la concurrence creuse les disparités entre établissements, à commencer par la région parisienne, les difficultés des élèves se multiplient, et pas seulement dans les « ghettos ». Leur scolarité se trouve en effet perturbée par toute une série de troubles et de déstabilisations associés à l'obsession des classements et au zapping scolaire. À l'inverse, les meilleurs résultats s'observent là où des coopérations durables favorisent des continuités éducatives et des pratiques cohérentes.

Grâce également à un éclairage international, ce livre aide à comprendre en quoi l'essor de la concurrence et le manque de régulation politique ont contribué au déclin de l'école française ».

 

Posté par clioweb à 06:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2009

Les mots ont un sens


. - Les mots ont un sens
La novlangue néolibérale exposée sous la forme d'un plan de métro.

preneur


Les concepts - lignes de métro :
1.   La globalisation / la mondialisation
2.   L’esprit de l'entreprise
3.   La rhétorique guerrière
4.   Le peuple et les élites
5.   Les valeurs de la République
6.   La communication et l'éducation
7.   Le train des réformes
8.   L’état social actif
9.   L'étranger et le problème de l'immigration
10. Désamorçage de la critique et dialogue social
11. La société civile à la rescousse
12. Les embellissements périphériques du discours
13. Le management de l'individu


Les mots ont un sens : 
http://www.arterroriste.eu/paysages-invisibles/mots-du-pouvoir

Le plan de métro de la novlangue néo-libérale
:
http://arterroriste.pagesperso-orange.fr/plan5grand.pdf

Le décodage du plan de métro :
http://pagesperso-orange.fr/arterroriste/pdf/Lesmots.pdf

(en cas de pb, copier l'adresse dans Internet Archive)

.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,