22 juillet 2016

UE et Travailleurs détachés

 
dtd-lm

Bruxelles va bel et bien réviser la directive sur les travailleurs détachés
Bruxelles soutient l'axe franco-allemand contre le dumping social
Le Monde - 20.07.2016
http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/07/20/bruxelles-soutient-l-axe

 

L'article du Monde illustre la valse hésitation des médias entre information et communication politique.

Mercredi 20 juillet 2016
9:19, la commissaire européenne n'a pas encore parlé.
Mais les journalistes savent déjà ce qu'elle va dire.
10:25 : un tweet signale l'article mis en ligne.
http://twitter.com/EmmanuelLauren2/status/755680093628985345
14:02 : une vidéo est postée sur Facebook

A quoi sert la presse ?
à informer sur des événements qui ont eu lieu ?
à se faire par anticipation le porte-voix de la communication politique ?


extraits de l'article du Monde :
« Marianne Thyssen, la commissaire à l'emploi devait annoncer, mercredi 20 juillet 2016,
qu’elle maintenait en l’état son projet de révision de la directive de 1996 sur les « travailleurs détachés ».


« Dans son projet de révision, Bruxelles propose de maintenir le principe...
mais de réduire les différences de coût du travail entre les salariés qui exercent dans un même pays ».

« Les travailleurs détachés devront bénéficier des mêmes conditions de rémunération... »

« Mercredi, Mme Thyssen devait présenter une série d’arguments justifiant sa non-prise en compte des cartons jaunes »

« Pour que le projet de révision de directive soit adopté,  il faudra qu’il obtienne une majorité qualifiée au Conseil et au Parlement européen : ce n’est pas gagné »

 

 

mthyssen


- Le 20 juillet, à 14 h 02, la commissaire a fait poster sur son compte Facebook
un extrait vidéo de son intervention (point presse ?)
http://www.facebook.com/mariannethyssen/videos/1119225208101928/

Posting of Workers: Commission discusses concerns of national Parliaments
Posting proposal does not breach the subsidiarity principle - Brussels, 20 July 2016
http://europa.eu/rapid/press-release_IP-16-2546_en.htm

« The College adopted today a Communication re-examining its proposal for a revision of the Posting of Workers Directive in the context of the subsidiarity control mechanism that several national parliaments triggered in May. After careful consideration of their views, the Commission concludes that the proposal for a revision of the Directive does not constitute a breach of the subsidiarity principle ».

Un renvoi est fait à une précédente présentation du projet le 8 mars 2016.
La Commission présente une réforme de la directive concernant le détachement de travailleurs - vers un marché du travail européen approfondi et plus équitable. http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=89&newsId=2488



Que contient la directive ? - Le Monde 04.07.2016
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/07/04/que-contient-la-directive-europeenne-sur-les-travailleurs-detaches_4963478_4355770.html
« Le texte de 1996 posait le principe des travailleurs détachés permettant à des salariés de pays membres de travailler dans un autre pays de l’Union. Ils sont payés selon le salaire local, mais les cotisations sociales appliquées restent celles de leur pays d’origine (environ 45 % en France, 13 % en Roumanie). Au fil des ans, ce texte a donné lieu à des abus et à une véritable concurrence déloyale, notamment dans les secteurs à bas coût de main-d’œuvre ».

La France menace de ne plus appliquer la directive - Le Monde 03.07.2016

http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/07/03/la-france-menace-de-ne-plus-appliquer-la-directive-sur-les-travailleurs-detaches_4962877_823448.html


camion-roumain
http://www.sitecommunistes.org/ch328esclave.htm

 

 

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 février 2016

F-C : Internet nous rend-il cons ?

 

rate-fc

si vous avez raté, vous êtes un...
Les communicants continuent de frapper...

 

>> APPRENDRE : Hannah aime Martin. (sic)
Pourquoi pas aussi Schopenhauer et son caniche ?
Les communicants de F-Culture ont fait le choix d'ajouter au bombardement et à la profusion de messages ?


>> Fromanger à Beaubourg,
Un dossier de presse est à télécharger. Pour le visuel, il faut solliciter un droit d'accès.
NB : Pour familiariser un public large avec la peinture et la création,
une TV moins commerciale ne serait-elle pas mieux placée que la radio (par définition sans images) ?

« Internet nous rend-ils (encore plus ?) cons ? »
http://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-idees/et-dieu-dans-tout-ca

Que de mépris et d'hypocrisie !

[ Un billet lu en 3 minutes à l'antenne, dans un "journal des idées" (re-sic).
Une enquête pour un mook (?), les propos de 2 psychanalystes pour répéter les inévitables poncifs sur l'addiction, sur la perte de concentration...
Passons sur l'obsession présente du religieux sur l'antenne.
Qu'est-ce qu'un con pour un salarié ancien de F-C ?]


« Is Google Making Us Stupid ? »
Nicholas Carr a lancé le discours à la mode, Books magazine a ajouté au titre américain un "encore plus" stupide.
http://tinyurl.com/8t3o3g6
A leur suite, tous les magazines (surtout de droite et d'extrême-droite)
se sont empressés de noircir du papier et de se lamenter sur la mort supposée du livre.
Un détail : n'est-ce pas ces magazines que l'on est amené à feuilleter en patientant dans une salle d'attente ?
Dans ces magazines, une avalanche d'articles courts, de pages avec plein de brèves, de pages entières de pub,
est-ce le meilleur support pour inciter à une lecture supposée lente et profonde ?
N'y aurait-il qu'un seul type de lecture, celui des romans-fleuves ?


Les 3 minutes de Munier finissent par Riss et Charlie.
Grâce à Internet, vous pouvez voir, écouter ou réécouter
Riss dire son désaccord de fond avec Plantu lors du colloque Cartooning for Peace
Le dessin de presse dans tous ses Etats - 21.09.15
http://clioweb.canalblog.com/archives/2015/09/25/32682156.html

Un dernier mot sur la perte de l'attention
Internet tuerait l'attention ?
Pour écrire ces quelques lignes, n'a-t-il pas fallu un temps assez long d'attention et de concentration ? Bien plus que les 25 secondes d'un spot de pub à la TV ? Pourquoi ceux qui ont accès à un micro ne prennent-ils pas le temps d'interroger l'impact des méthodes de cette publicité commerciale ?


Pourquoi les animateurs vendeurs de livres posent-ils si peu de question sur le système économique ?
Pourquoi si peu d'analyses sur ce qu'autorise la puissance financière colossale des FMN du GAFAM ?
Sur la capacité de ces géants financiers d'échapper à l'impôt et au financement des infrastructures publiques ?
Pourquoi la promo de certains bouquins, répétée d'émission en émission, ressemble-t-elle de plus en plus au défilé des acteurs dans les talk-shows pour vendre au public un film tourné souvent au moins un an auparavant ?


.
.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 décembre 2015

MEN : Tu devras...

 

tudevras


Quand le ministère de l'éducation nationale paie des communicants
pour vanter son actuelle campagne de recrutement...


Au temps de Peillon, la campagne de 2013 avait fait jaser
(Qui veut la réussite de tous ? - qui oserait vouloir l'échec de tous ?)



laura       julien


Et en 2011, au temps de Chatel, les chargés de propagande avaient fait fort
dans une communication personnalisée et genrée (rêves ou ambitions ?)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/02/08/26366300.html


rappel : masterisation -  http://clioweb.canalblog.com/tag/hamsterisation


.

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 octobre 2015

RVH 2015 : L'empire de la Com'

 

empire-com

L'empire de la com'
Claude Weill, Isabelle Veyrat-Masson, Maurice Leroy, Cynthia Fleury, Pierre Zemor
http://www.rdv-histoire.com/


L'empire de la Com : le courage de s'en libérer, RVH Blois 2015
Réductrice, bousculant les identités, la com' envahit tout : médias, institutions, associations, lieux de savoir et de pouvoir… Une autre communication politique, authentique dans une relation empathique avec les gens, peut-elle libérer la démocratie de son empire ?
Avec Pierre Zemor, Isabelle Veyrat-Masson, Cynthia Fleury, Claude Weill et Maurice Leroy
http://www.youtube.com/watch?v=EU1gg6DqCBg


Claude Weill évoque le film d'Yves Jeuland  Un temps de président.
Les politiques ont l'illusion que si le rideau s'ouvre, le public va découvrir la vraie réalité, et changer d'opinion à leur égard. L'ennui, c'est que le film montre des communicants parlant de communication (que dire ? quand le dire ? comment le dire ?). Derrière le décor, il y a un autre décor, dans une mise en abyme perpétuelle.

Maurice Leroy se sent un crocodile qui entre chez un maroquinier.
Selon lui, les TV (de la pub) en continu sont une catastrophe pour le débat politique. Elles imposent à un élu de savoir répondre en qq secondes à n'importe quelle question sur un sujet choisi par celui qui tient le micro. Cela rend fous les politiques qui acceptent de jouer ce jeu.


Cynthia Fleury : La com' ne marche pas ? Pourtant les politiques continuent d'en abuser.
C'est donc qu'ils y trouvent un intérêt.

Le premier intérêt, c'est d'occuper les journalistes en leur imposant un agenda jour après jour
[il aurait fallu rappeler la pratique de Sarko et de ses proches] 
La com' permet aussi d'amuser l'audience sur des questions anecdotiques et d'éviter d'affronter les vrais problèmes : l'absence d'une ligne politique claire, l'absence d'accord sur cette politique. Le DIRE prend la place du FAIRE.

Le fonctionnement de la TV actuelle est vigoureusement critiqué : choix des sujets, choix des invités, définition pour eux de ce qui est supposé audible par les spectateurs. Le résultat, c'est au nom de l'audience, un refus de la complexité, un appauvrissement et une dénaturation du  débat public.

Le dispositif actuel, appuyé sur internet et une supposée interactivité casse l'illusion que la com' descendante peut changer l'image des politiques.
La TV n'est plus le seul écran.
Les internautes peuvent réagir sur leur ordi ou leur smartphone. Les réactions par tweets sont parfois affichés en bas de l'écran de TV. Cela donne du grain à moudre aux " décodeurs " qui décryptent les chiffres avancés et les contredisent souvent. Mais cela peut aussi donner un écho à des préjugés et à des opinions scandaleusement caricaturales.

Isabelle V-M : nous sommes tous devenus des experts en communication politique.
Cet élément est une des raisons du succès du Petit Journal.


PS1 :
- Pourquoi le silence sur la place de l'argent dans la conquête du pouvoir ?
(cf. les campagnes présidentielles aux USA (cf; Trump),
ou en France - le financement de la campagne de Sarko en 2012).

- Pourquoi le silence assourdissant sur les méthodes employées par le quinquennat précédent
(cf. les analyses sur le sarko-berlusconisme : http://clioweb.free.fr/debats/musso.htm)

- CW use et abuse de Périclès raconté par Plutarque.
Sur le plan de la politique comme des moyens d'information,
la comparaison avec Athènes et l'Antiquité est-elle vraiment pertinente ?

- Cette table ronde a été filmée. Aucun des intervenants n'appuie son discours sur l'image. L'outil essentiel, c'est le micro. Un enregistrement audio suffirait, avec diffusion sur une webradio.


PS2 : Il faudrait interroger l'impact du modèle publicitaire via la mise en scène et la vidéo :
course permanente qui détruit toute capacité d'attention (spots en 30 secondes) et délégitimer un discours politique qui prend son temps,
le futile mis au même niveau que l'essentiel,
des acteurs singeant une caricature d'humanité...
A la longue, est-il possible d'échapper à ce type de conditionnement visuel et sonore ?]


PS3 - Quelle est la place du public dans ces tables rondes ?
Ces tables rondes prévoient en général un temps (15 mn sur 1h30) pour les questions.
Quand les intervenants sont bavards, il reste 5 minutes et les questions (ultra-courtes) servent à peine d'alibi.

Si le débat avait un sens en démocratie, sur un sujet comme celui des rapports entre communication et politique,
ne faudrait-il pas inverser l'ordre ?
Ne pas démarrer par un long monologue de celui qui distribue la parole,
mais partir des questions du public, sur 2 ou 3 thèmes choisis au préalable et annoncés ?
Cela impliquerait de prendre le public davantage en considération,
et de ne pas entretenir la coupure trop fréquente en les experts/spécialistes/habitués du micro
et les autres - nous -  (tous vus comme des incapables et des ignorants ...)


.

 

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 mai 2011

La tyrannie de la com'

- Archives de avril 28th, 2011
Le Monde fait de la pub pour le Webpedagogique  pour réviser en Philo ou en Histoire (avec des extraits de 2000 ans d'histoire) - http://www.lemonde.fr/education/

- Nouvelle carte du risque sismique en France
http://www.rfi.fr/actufr/images/112/carte_seisme432.jpg
http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=7280

- La tyrannie de la com' - Le Monde - Livres 01/05/2011
« On n'imagine pas Charles de Gaulle ni Pierre Mendès France accepter les diktats de conseillers en communication. C'est peut-être qu'ils avaient quelque chose à dire... »
Deux années durant, Aurore Gorius et Michaël Moreau, deux jeunes journalistes ont enquêté sur cette écologie du paraître, du fabriqué et de l'écran de fumée pour écrire Les Gourous de la com' (La Découverte).

« Aujourd'hui, aucun élu n'oserait se priver des recettes d'un expert ès médias, s'il exerce ou aspire à de hautes fonctions. Les grands patrons non plus. La com' a tout envahi. Elle se montre d'autant plus insidieuse, insistante, impérieuse, que le produit est invendable ou creux ou indéfendable.

NS est un cas d'école. Communiquant-né, entouré d'une pléiade de conseillers images, expert en saturation des médias, gros consommateur d'enquêtes d'opinion, il est au plus bas dans les sondages. Conclusion ? Les gourous de la com ne peuvent pas tout. Leur talent, qui surpasse tous les autres, est d'abord de faire croire qu'ils sont indispensables. C'est ce que suggère ce livre sobrement implacable ».


- La droitisation du débat public - Le Monde - Opinions
http://www.lemonde.fr/idees/
. Les dérapages néo-réacs, reflets de la panique morale.
Gaël Brustier, et Jean-Philippe Huelin (prof d'HG)
. Une " génération Sarkozy décomplexée (François Jost, Paris 3)
. Le populisme est une réponse aux angoisses collectives (Raffaele Simone)
« Il reste à se demander ce qui pousse les démocraties sur la bordure, dangereuse, du populisme »
« le populisme pourrait être une manifestation d'impatience envers la démocratie, d'autant plus forte qu'émergent sur la scène politique des groupes porteurs de puissants intérêts personnels, et c'est pire encore s'ils se présentent avec l'arrogance que favorise un médiocre niveau de culture. Dans cette interprétation, le populisme est le précurseur politique du fascisme, quelles que soient la version et la forme de ce dernier ».

- " Ce soir ou jamais ", l'émission de Frédéric Taddeï disparaît de la grille journalière de France 3.
Décision curieuse, un an avant les prochaines élections... Trop de débats et trop d'invités politiques au gré du Château ?
http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/

- " Madame Nhu ", la belle-soeur de Ngo Dinh Diem - Le Monde
Femme de pouvoir au charme vénéneux, elle joua un rôle de premier plan aux côtés de Ngo Dinh Diem, son beau-frère 

 

 

Posté par clioweb à 09:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 juillet 2010

Temporarily unavailable

Le Canard commente le silence de la vitrine voulue par NS sur le web, et le plantage spectaculaire des communicants.

«Deux ans de triturage de neurones, 1,6 millions d'euros de budget... Le résultat est beau comme un pétard mouillé : lancé le 14 juillet, le site est tombé en rade illico ».

Dix jours plus tard, le 24 juillet, le site officiel en .fr répond toujours :
« Website temporarily unavailable »
« xx.fr, a complete and complex site, is temporarily unavailable ».
« Thank you for your patience.
   Merci pour votre patience .
   Wir danken Ihnen für Ihre Geduld.
   Le agradecemos su paciencia
   Vi ringraziamo per la pazienza ».
Combien de milliers d'euros coûte chaque mot d'excuse ?

Posté par clioweb à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juillet 2010

L'abus des superlatifs

Conclusion de la Chronique internet 411,
à paraître dans la revue Historiens & Géographes (extraits)

« Réussite  », « Excellence  », « le Meilleur du Meilleur  »…
En Education, ces derniers temps, la communication institutionnelle use et abuse des superlatifs. Bien entendu, « on imagine mal une structure affirmer  : je vais faire le moins bon enseignement ! » ironise la présidente de l’ex-Paris XII dans Rue des écoles (02/07/2010). Cependant, il y aurait beaucoup à dire sur les excès d’une rhétorique qui résulte du croisement de l’idéologie de la compétition et des méthodes du marketing.

Les communicants jonglent avec les mots  : ils vantent le « droit à la formation  » alors que certaines décisions récentes sont une négation du métier de prof  ; ils osent parler de « bien-être au travail  », y compris quand un « management  » fondé sur le stress et la mobilité forcée conduit au suicide plusieurs salariés (les « ressources humaines  » ?).

L’image de l’école publique et laïque pâtit de cette dérive. Les médias ont appris à enfermer l'humain et le social dans une vidéo de 82 secondes ou un article de 250 mots. Ils savent décrire par anticipation la teneur d’une conférence de presse ministérielle mais l’enquête sur le terrain est devenue l’exception. La reconnaissance du travail accompli au quotidien, avec conscience et détermination, par les enseignants ne semble plus être leur priorité.

L’éphémère (la « cagnotte » contre l’absentéisme) l’emporte fréquemment sur le long terme : en décembre, le JDD a protesté vigoureusement contre le sort fait à l’histoire et à la géographie en Terminale S, mais ses confrères sont restés discrets sur les conséquences prévisibles de la suppression de la formation professionnelle par alternance. http://www.100000voixpourlaformation.org

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,