26 septembre 2015

Ludovia 2015, tables rondes


Chaque année, fin août, les acteurs du numérique éducatif animent une université d'été et des rencontres qui ont lieu à Ax les Thermes (Ariège).
Les vidéos des tables rondes sont disponibles en ligne.  

Ludovia 2015 : le "Mythic" du numérique francophone, synthèse par Bruno Devauchelle pour Le Café p., 28.08.2015
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/08/28082015Article635763461849145352.aspx


Les politiques publiques face à l’appropriation et le détournement dans le numérique éducatif
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-douverture-les-politiques-publiques-face-a-lappropriation-et-le-detournement-dans-le-numerique-educatif/
appriopriation de la technique et suivi des préconisations et des injonctions de l'institution ?
souplesse et adaptation aux besoins, quitte à détourner des applications ou des ressources ?


Education aux médias et culture numérique
Marie Gilliot
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-4-education-aux-medias-culture-numerique/
« Le système éducatif doit donner des clés pour que les formés puissent devenir des citoyens créatifs, éclairés, inventifs »
« Au centre de cette ambition, un enjeu pédagogique crucial : rendre les élèves capables de faire preuve du recul et de la responsabilité nécessaires à la mise en pratique intelligente des compétences informatiques et informationnelles qu'ils seront amenés à mobiliser dans leur vie future. Pour répondre à ce défi, les professionnels de l'éducation déploient inventivité et créativité afin de " détourner " ces outils de leur seule dimension technique et d'inscrire leurs usages dans la formation d'un esprit critique ».


Formation des enseignants au numérique
Jourde et Kaufmann
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-3-formation-des-enseignants-au-numerique/
Comment former aux attentes nouvelles ? Quelle place à une formation par les pairs via les medias sociaux ?
Quelle place pour l'entraide à distance ?
« On ne pourra pas faire l’économie des pratiques des élèves (smartphones…). En même temps, il faut laisser la liberté au terrain et aux différentes formes pédagogiques. Il faut partir du terrain pour construire la formation des enseignants, que ce soit au numérique ou non »
« Il faut bien comprendre que l’on ne va pas imposer des modèles au enseignants. Il faut faire le pari de l’essaimage, avec des enseignants acteurs-producteurs ».
« chaque discipline doit penser, en priorité sa propre responsabilité par rapport au numérique. Il ne faut pas obliger un enseignant à faire du numérique, mais le sensibiliser à toutes les possibilités de faire avec. »


ENT et plates-formes d'apprentissage
Jean-Paul Moiraud
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-2-ent-et-plateforme-dapprentissage/
« il faut que les ENT officiels soient suffisamment utilisés pour justifier les investissements officiels »
« Les ENT doivent à la fois répondre aux besoins des utilisateurs tout en s’inscrivant dans un cadre contraint qui satisfasse les impératifs légaux et budgétaires »
« L’ENT est verrouillé et ne permet pas de choisir les formats ». « Il faut que les ENT puissent communiquer ».
« Faire une demande d’évolution ? » La remontée lente de la chaîne administrative, du rectorat aux collectivités, est inadaptée au besoin de souplesse et au temps du prof et de la classe.


Contenus et services numériques
Sébastrien Reinders
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-1-contenus-et-services-numeriques-pour-apprendre-a-lecole-appropriations-et-detournements/
« L’offre actuelle de ressources est suffisamment étoffée pour répondre aux besoins des enseignants ».
Ouvrir les plates-formes aux productions des enseignants ? Cela pose des problèmes techniques (formats), juridiques et administratifs (quelle validation par l’institution ?


Co-Education, pratiques d'enseignement et d'animation
C. Jouneau-Sion, S. de Vanssay
http://www.ludovia.org/2015/table-ronde-hors-session-pratiques-denseignement-et-danimation-le-numerique-peut-il-aider-a-la-co-education/
« si le numérique est entré dans le quotidien de nombreux enfants et adolescents, par le biais des ordinateurs familiaux, des téléphones portables et des tablettes, il semble que les animateurs ont des difficultés à le prendre en compte dans les activités péri-scolaires et de loisirs. Peut-on comparer les usages numériques respectifs de l'école et de l'éducation populaire ? »
« En France, le système éducatif très hiérarchisé infantilise les élèves, mais aussi les enseignants et les parents »
Serge Pouts –Lajus : « Le ton est critique sur les ENT une habitude à Ludovia »
« Il est aussi possible que les utilisateurs soient dans une contradiction qui se situe entre une volonté de détournement et une attitude très ancrée de respect des objets de l’institution. C’est ce que fait remarquer le responsable d’Itop : « Peut être ne faut-il pas hésiter à détourner l’ENT ? Y aurait-il une peur de détourner l’outil institutionnel ? »


Ressources, jeux et contenus
http://www.ludovia.org/2015/explorcamps-session-1-ressources-jeux-contenus/

ENT et plates-formes d'apprentissage
http://www.ludovia.org/2015/explorcamps-session-2-ent-plateformes-dapprentissage/

Education aux medias
http://www.ludovia.org/2015/explorcamps-session-3-education-aux-medias-culture-numerique/

Mobilité et nomadisme
http://www.ludovia.org/2015/explorcamps-session-4-mobilite-nomadisme/
« comment choisir et adapter un écosystème numérique en fonction des besoins des équipes éducatives ? »


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


20 février 2014

La mixité dans l'Education

 

Antoine Prost vient de publier l’ouvrage « Du changement dans l’école ». Il combat le stéréotype selon lequel les enseignants seraient opposés à toute réforme. Dans l’entretien publié dans Libération 25.09.2013, il évoque un changement majeur mené sans bruit, celui de la mixité scolaire.

Deux ouvrages abordent ce sujet :
- Françoise et Claude Lelièvre, Histoire de la scolarisation des filles, Paris,1991 -
- Rebecca Rogers, La mixité dans l’éducation, Enjeux passés et présents, ENS Editions, 2004.

Chez les catholiques, le concile de Trente a réaffirmé l’attachement de l’Eglise à la séparation des sexes et des espaces. La droite religieuse s’oppose à la mixité, avec le soutien du Vatican (cf. l’encyclique de Pie XI en 1929).
Côté républicain, Condorcet a plaidé en faveur de la coéducation. Vers 1880, les républicains font le choix d’une scolarisation séparée, de « l’égalité dans la différence ». En 1936, les CEMEA appliquent la mixité ; ils sont suivis par les Francs-Camarades après 1945.

Dans les années 1960, face au gonflement des effectifs (du fait du baby-boom et de la prolongation de la scolarité jusqu’à 16 ans), l’administration comprend son intérêt : la mixité réduit les dépenses de construction ou le volume des salaires. Dans le secondaire, une circulaire est publiée en 1957, et la moitié des collèges sont mixtes dès 1964. En primaire, la circulaire de 1965 s’applique aux nouvelles écoles. La mixité concerne moins de 10 % des effectifs en 1961-62 ; elle en touche plus du tiers à la fin de la décennie, y compris dans le secteur privé. En 1975, la loi Haby la généralise. Mais les ENS n’ont suivi que dans les années 1980, longtemps après le choix pionnier de l’ENSET (Cachan).

Il existe des exceptions significatives. En 1956, Bourguenolles, une commune du sud Manche inaugure un nouveau groupe scolaire. Le couple d’instituteurs veut installer la mixité, garçons et filles en rangs séparés. Le curé (prêtre depuis 1904) et le conseil municipal s’y opposent. Les parents, habitués à la gémination au temps de la classe unique, se mobilisent et soutiennent les enseignants. L’inspection académique leur donne raison. Une fracture durable s’installe : aux élections municipales de 1959, la commune change de majorité ; le nouveau maire reste en poste pendant trente ans.

La mixité a permis aux filles d’accéder aux mêmes études que celles des garçons, mais il faut attendre 1982 pour voir une circulaire réclamer « une pleine égalité des chances ». En 2004, Nicole Mosconi constatait que « les programmes scolaires contribuent à persuader les élèves, filles et garçons, que les femmes n’existent pas dans la société, dans l’histoire et la culture ». La lutte contre les préjugés sexistes n’était donc pas terminée. Elle est même toujours d’actualité.

source : conclusion de la Chronique Internet n° 425
http://clioweb.free.fr/chronique/aphg425.pdf

Posté par clioweb à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,