19 décembre 2014

Libération : Zéro pour les notes ?

 

 

zero

Une de Libération, 09.12.2014

- Un héritage de 1890
Régulièrement attaquées depuis leur instauration en 1890 en France, les notes sur 10 et sur 20 ont survécu à tout. Même à Mai 68.
http://www.liberation.fr/societe/2014/12/08/un-heritage-d-un-autre-siecle_1159562

En mars 1968, à Amiens, les responsables de l’éducation stigmatisent «les excès de l’individualisme qui doivent être supprimés en renonçant au principe du classement des élèves, en développant les travaux de groupe, en essayant de substituer à la note traditionnelle une appréciation qualitative et une indication de niveau (lettres A, B, C, D, E)».
« Alain Peyrefitte est emporté par les événements, Edgar Faure lui succède. Et c’est lui qui, avec l’aval du général de Gaulle, publie en 1969 une circulaire dans laquelle il est vivement conseillé d’abandonner les notes. Victoire ? Très partielle. Certains enseignants se plaisent alors à ajouter des «+» ou des «-», voire des «++», aux lettres, au moins aussi tordus qu’un 9,25/20. C’est surtout une éclipse de courte durée.
En 1972, sous la présidence de Pompidou, le gaulliste Olivier Guichard publie un décret rétablissant les notes de 0 à 20 dans les classes d’examens »


- Lettres, chiffres, smileys… panorama des différents choix de notation pratiqués à l’étranger
http://www.liberation.fr/societe/2014/12/08/dans-le-monde-une-echelle-tres-ouverte_1159557

Le CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire) a publié une comparaison internationale.
« L’Allemagne note de 1 à 6. Mais les enseignants ne vont quasiment jamais plus bas que le 5, qui devient de fait la note la plus faible. Dans le secondaire, les profs allemands affinent mais cela dépend des filières. Au Gymnasium (l’équivalent du lycée général), ils notent de 0 à 15 »

En Finlande, les enseignants ne descendent jamais en dessous du 4 (sur 10)
La Corée du Sud, qui a fait récemment une entrée remarquée en tête des classements, ainsi que le Québec, dont les résultats sont plus moyens, notent ainsi sur 100
Aux Etats-Unis, les enseignants utilisent six lettres de A à F. Mais ils vont rarement plus bas que D.
A l’opposé, en Angleterre on a récemment ajouté un A* (au-delà d’excellent)


- Les propositions du CSP pour l'évaluation (11.2014)
http://www.education.gouv.fr/cid75495/le-conseil-superieur-des-programmes.html


- Ecole : la fin des notes fait couac

- A Paris, le collège Budé se dénote

- Pierre Merle : « Cela n’indique pas ce qui va bien et ce qu’il faut travailler »

- Brighelli : « Cesser de noter les élèves en difficulté, c’est se moquer d’eux »

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,