21 avril 2011

Le mépris pour la Princesse


- NS a dérégulé langue présidentielle
, Pierre Encrevé - Libération 19/04/2011

« Dans un pays où la langue a partie liée avec la nation, où la culture classique est l’un des capitaux symboliques les plus précieux des dominants, pratiquer l’injure populaire («pauv’con !») tout en affichant son mépris pour la Princesse de Clèves était sociologiquement très risqué et a davantage installé l’idée d’une hypoprésidence que l’inverse ».

« S’il y a eu un hyperprésident c’est évidemment De Gaulle, rejoint par Mitterrand : l’un et l’autre ont élevé le statut de président très au-dessus de celui du citoyen, se posant en représentation du «peuple souverain» : c’étaient des sur-présidents, qui déléguaient l’intendance au Premier ministre. D’où aussi cette langue ostensiblement cultivée, savante souvent, symbole de leur stature d’exception : loin du vulgaire, «souveraine»  ».

« NS semble avoir vécu son élection comme un sacre. Il ignorait apparemment que le réel est un mur auquel on se heurte et qu’il y a peu de pouvoir au pouvoir. Il pensait que, devenue présidentielle, sa parole serait ipso facto performative, qu’il lui suffirait de dire pour faire  ».


« Il sous-estime la rationalité de l’électorat populaire », Philippe Reynaud, Paris-II - Libération 19/04/2011

« La tragédie, c’est qu’en réalité, ni la droite ni la gauche ne peuvent faire grand-chose pour les classes populaires. Elles sont confrontées à un processus de désindustrialisation dont le contrôle semble hors de portée du pouvoir politique. Les différences sont minimes : pour la gauche, il convient d’y répondre par le maximum d’assistance compatible avec les finances publiques ; pour la droite, avec le minimum d’assistance compatible avec le maintien de l’ordre  »


- Quand l'hyper(chef) s'ennuie ...
Libé-Labo
http://www.liberation.fr/politiques/06013479-sarkozy-le-maitre-de-l-ennui

 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,