22 mars 2016

Twitter a 10 ans

 

twitter-10ans

Hier Twitter fêtait ses dix ans d'existence.
http://twitter.com/search?q=10%20ans%20twitter&src=typd


= Le premier tweet a été envoyé le 21 mars 2006.
Utilisateurs actifs mensuels dans le monde en 2015 : 300 M (France 2,3 M)
http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-twitter/

Les porte-voix des financiers se désolent : la publicité rapporte moins sur Twitter que sur Facebook.

Twitter, le média social prolonge beaucoup le monde du spectacle et de la TV commerciale.
Les communicants d'une chanteuse peuvent revendiquer 57 357 380 fans abonnés,
un footeux 3 M de fans, les rédactions du Monde 5 200 000 suiveurs, Le Petit Journal 850 000, etc.
Les chiffres d'E. Laurentin (La Fabrique de l'histoire, 11,5 K) sont très loin de ceux de Bern, l'animateur et historien de France 2 (365 K)


C'est aussi un outil excellent au service de la vie intellectuelle (et universitaire).
La force de Twitter, c'est la concision (mais un lien est possible vers un blog ou un site internet)
ET le travail individuel et collectif des internautes qui publient sur ce média. Souligner la place des retweets.
Le visuel occupe une place croissante par rapport au texte limité à 138 caractères.

La prise de notes en live-tweets lors d'une conférence est intéressante.
Avec une limite : une succession de petites phrases en 138 caractères ne rend pas toujours compte de la complexité d'un raisonnement.

Un enjeu évoqué ci-dessous, c'est la confusion fréquente entre messages privés et commentaires publics.
De plus,
Twitter n'échappe pas au buzz, la même image pouvant réapparaître tous les 6 mois (cf. les cartes isochrones),
http://clioweb.canalblog.com/tag/isochrone




= Les historiens et Twitter, quelques exemples :

des internautes se présentant comme historiens
http://twitter.com/search?f=users&q=historien


- Twitter, academia and me, Laura O’Brien U of Sunderland,  19.02.2015
http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=348
http://twitter.com/lrbobrien
http://clioweb.canalblog.com/tag/lauraobrien
Twitter est une très efficace source d'informations et de plus en plus une vitrine pour les institutions.
Une dérive à éviter : confondre les frustrations privées et la circulation des informations professionnelles


- Sébastien Poublanc, Utiliser Twitter en historien-ne ? 19.03.2016
http://www.boiteaoutils.info/2016/03/twitter-historiens/
http://twitter.com/HistorieNumeriQ
se construire un réseau de spécialistes dans son domaine de recherche

 

- Joëlle Alazard,  Voyager au M-A, l'expo de Cluny, 11.2014
http://twitter.com/search?q=Voyager%20au%20Moyen-Age%20from%3AAlazardJ&src=typd
http://twitter.com/AlazardJ


- L'utilisation de Twitter et Storify par Mathilde Larrère
(L'histoire des femmes, 1848, La Commune, l'Affiche rouge...)
http://clioweb.canalblog.com/tag/larrere
http://twitter.com/LarrereMathilde
http://storify.com/LarrereMathilde


- Frédéric Clavert, Les commémorations de 14-18 sur Twitter avril-jt 2014 - 21.08.2014
http://histnum.hypotheses.org/2172
http://histnum.hypotheses.org/category/ww1
http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/IGPS/Texte_Nicolas_06_Twitter.pdf
très forte prééminence de l'anglais, importance du choix des mots-clés, intérêt du graphe dynamique



- Les Digital Humanities se déploient sur Twitter : l’exemple du colloque #dhiha5 Martin Granjean 12.06.2013
http://www.martingrandjean.ch/colloque-dhiha5-les-digital-humanities-se-deploient-sur-twitter/
(La vidéo du colloque Digital Humanities était diffusée en direct grâce au web,
les tweets pouvaient venir de la salle mais aussi de l'extérieur)
MG y voit un nouveau mode de communication scientifique :
1147 tweets contenant le hashtag #dhiha5 sont envoyés pendant deux journées
Des outils pour constituer des collectifs informels et de construire une expertise collective
http://twitter.com/GrandjeanMartin

 

dhiha5-2013

http://www.martingrandjean.ch/wp-content/uploads/2013/06/GrapheDHIHA5communautes.png

 

= 7 raisons de souhaiter longue vie à Twitter, le media social - dans Telerama-medias
http://tinyurl.com/zxm85bd

= Twitter, dix ans, et trois défis pour survivre une décennie de plus - 20 minutes
http://www.20minutes.fr/high-tech/1810315-20160321-trois-defis-twitter-survivre-10-ans-plus

= Twitter, un service d’utilité publique ?  Johan Hufnagel, Libération 21.03.2016
« A la différence de Facebook, qui se conçoit comme une gigantesque place de marché, Twitter promet à ses utilisateurs d’être des producteurs de contenus, de conversation et d’idées. La simplicité de l’utilisation et le système égalitaire - il explique pour beaucoup la levée de boucliers des utilisateurs quand Twitter a voulu mettre en place un système non chronologique - complexifient la capacité de la plateforme à gagner de l’argent. Pas loin de 2 milliards quand même en 2015.
Et si nous en prenions acte ? Si Twitter devenait un service d’utilité publique, à la manière d’une fondation ? »
http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/21/twitter-un-service-d-utilite-publique_1441120

.

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


19 mai 2015

Chercheurs et social medias

 

Pour un chercheur, comment faire connaître ses pistes de travail ?
Où publier ses articles en ligne ?
Vaut-il mieux choisir un support public (HAL, HAL-SHS) ou une entreprise privée (academia.edu) ?
Une publication légère et directe ou une publication mise en forme par des professionnels des métadonnées ?
Des médias sociaux généralistes (Twitter) ou des médias spécifiques à chaque domaine ?

Un tweet récent a mentionné des textes issus de la 2ème rencontre des correspondants IST de l’InSHS,
au siège du CNRS à Paris le 19 novembre 2013
http://corist-shs.cnrs.fr/journee_corist_2013

dont deux 2 tables rondes
Réseaux* sociaux pour les chercheurs
Wikipédia comme un outil de valorisation de la recherche
http://papad.org/p/CORIST-SHS_2013

[ * Les publicitaires de Facebook ont imposé j’aime à la place de i like, réseau social comme traduction en français de social media. Y compris quand le prétendu réseau sert seulement à faire du buzz et à compter les fans d’une chanteuse, d’un acteur ou d’un politicien... ]

 

Un billet d’Eric Verdeil cite les analyses de Stéphane Pouyllau (Le libre accès privatisé ?) et de Frédéric Clavert (Les rs, une illusion? )
Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access
http://rumor.hypotheses.org/3390/

Du puits de science au passeur de science, enseigner avec Wikipédia
http://blog.wikimedia.fr/du-puits-de-science-au-passeur-de-science-enseigner-avec-wikipedia-5671

open-ed

Les 4 plate-formes d’OpenEdition répondent largement à ces attentes,
avec Calenda, l’agenda des colloques, les 1050 carnets de recherche,
les 400 revues en ligne et les 2000 ouvrages publiés.
http://www.openedition.org/


voir aussi :
Olivier Le Deuff (dir.) La mutation des sciences humaines et sociales
http://www.fypeditions.com/le-temps-des-humanites-digitales/

Carrefour de l'IST, Nancy 2014
http://webcast.in2p3.fr/events-carrefour_ist_2014

Delphine Lereculeur
http://www.scoop.it/t/reseaux-sociaux-by-open-access-now



.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 mars 2015

Schacht, le banquier d'Hitler, un génie ?

 

Schacht, le banquier d'Hitler, un génie ?
20minutes.fr le laisse croire dans un entretien avec l’économiste Jean-François Bouchard.

Frédéric Clavert, historien et biographe du banquier, conteste vigoureusement cette vision.
http://histnum.hypotheses.org/2360

Schacht refuse le compromis avec les démocrates (de Weimar) ?
Il accepte la compromission avec les nazis.

Il fait reculer le chômage après 1933 ?
En préparant la seconde guerre mondiale, un désastre pour l'Allemagne et pour le monde entier.


schacht

http://histnum.hypotheses.org/2360

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 janvier 2015

FB : le clic fossoyeur ?

 

wired1411

http://www.wired.co.uk/magazine/archive/2014/11


Pendant 48 heures, Mat Honan a "liké" tout contenu s'affichant dans son fil d'activités.
Résultat : l'algorithme a évincé les humains et lui a proposé des « contenus de qualité lamentable ». « Certains de ses amis, voyant apparaître tout d'un coup des liens du Tea party avec la mention "Mat Honan aime", lui ont demandé si son compte s'était fait hacker ou s'il allait bien... »


L’article :
Mat Honan, This is what happens when you get to like-happy on Facebook, Wired.co.uk, 14.10.2014 (publié en magazine le mois suivant)
http://www.wired.co.uk/magazine/archive/2014/11/start/fear-and-liking-on-facebook
une conclusion : « It also meant that, by liking everything, I turned Facebook into a place where there was nothing I liked ».

La présentation par Frédéric Clavert, 16.10.2014 :
http://histnum.hypotheses.org/2227

Facebook est-il un tombeau de données ?
- « Avant d'être social, Facebook est d'abord un moteur à clics ».
- Les organismes qui payent apparaissent plus souvent dans notre flux d'activités
- Facebook est de plus en plus un fossoyeur : les données qu’il véhicule « risquent de devenir inexploitables, en tout cas dans les sciences humaines et sociales ».

.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 juillet 2014

L'histoire à l'épreuve du numérique - 2



L'histoire à l'épreuve du numérique - 2

Le séminaire Fichet-Heynlin s’intéresse à l’impact de la numérisation à l’université.
La séance du 26 mars 2014, avec deux historiens invités, a été présentée sur ce blog le 19.04.2014


Jean-Philippe Genet
a co-dirigé l’ouvrage Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer.
Une transcription de ses interventions est en ligne :
http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm


Frédéric Clavert
a fait une thèse sur Schacht et codirigé l’ouvrage « L’histoire contemporaine à l’ère numérique ».
Il a mis en ligne la transcription du contenu de son intervention.
http://www.clavert.net/seminaire-fichet-heynlin
et L’administration de la preuve en histoire à l’ère numérique
http://www.clavert.net/ladministration-de-la-preuve-a-lere-du-numerique-et-du-reseau-suites-du-seminaire-fichet-heynlin/

L'audio du séminaire est disponible en ligne :
http://www.reseau-terra.eu/article1309.html


Une présentation courte a été faite dans Historiens & Géographes, n° 427 :

Que change le numérique au travail des historiens ? L’historien doit-il devenir un programmeur ?

Le séminaire ne se limite pas aux réponses habituelles sur le rapport aux archives (bases disponibles en ligne, usage  parfois autorisé de la photo numérique) et sur la publication des travaux (le traitement de texte et l’export en pdf sont des passages obligés, y compris pour les adversaires déterminés de la modernité). Les enjeux centraux sont abordés : la pertinence des questions posées au passé, la qualité du traitement et de l’interprétation des données.

Jean-Philippe Genet énumère les opportunités manquées. Il dresse un réquisitoire vigoureux. Les historiens ont été actifs dès les années 1960 au sein d’équipes comportant des techniciens. L’étude des Florentins au XVe a été une réussite, celle des conscrits de la Restauration, un échec relatif. Vers 1980, l’institution a retardé d’au moins dix ans le passage des historiens à la micro-informatique. Dans la gestion des carrières, elle est incapable de prendre en compte le changement volontaire, la pluridisciplinarité assumée ou le travail en équipe.
http://clioweb.free.fr/chronique/aphg427.pdf

 

Posté par clioweb à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


10 mai 2014

Nuages de mots

 

nuages-dh
Aurélien Berra (EHESS), Digital Humanities - http://philologia.hypotheses.org/1212

Nuages de mots / nuages de tags - Wordle, Tagul,Tagxedo, Iramuteq, etc... permettent de classer un corpus.

- Aurélien Berra a publié un nuage de mots dans le compte rendu du séminaire « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs » (2012-2013).
L’étude de deux ouvrages parus en 2004 et 2012 y apparaît, tout comme la référence à SpecLab de Johanna Drucker. L’Italie est très présente, ainsi que la Suisse (Rousseau Online, Infoclio). J-Ph Genet, Semanticpedia, E-diasporas (Dana Diminescu) ou un projet sur Libanios occupent une place plus discrète. http://philologia.hypotheses.org/1212

- Frédéric Clavert a utilisé cette technique
. pour étudier Les mots de l’histoire économique d’après le site de l’AFHE.
. Nine months of #twitterstorians : http://www.clavert.net/nine-months-of-twitterstorians/
. autres exemples : http://tinyurl.com/clavert-iramuteq
 

 - La technique peut servir en lycée, avant et après un cours :

. Utiliser les nuages de tags avec les élèves :
Thot Cursus : « Pour résumer un cours, identifier les mots importants d’un texte pour en faire un lexique, utiliser un support original pour un oral, illustrer une rubrique d’un blog ou un panneau d’exposition, faire un brainstorming par exemple, les nuages de tags peuvent être utilisés en oeuvre en SVT, en français, en histoire-géographie et bien sûr au CDI. Il suffit de créer un texte ou d’importer un texte sur une application comme Wordle, Tagul, Tagxedo, les mots sont agencés en nuage (ou sapin ou toute autre forme de votre choix) et les termes les plus utilisés sont mis en valeur en apparaissant en gros caractères ».  http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/17271/usages-pedagogiques-wordle/


anne-201

Classe Terminale, Matthieu Clément - La Réunion


. Interroger Google images en tapant par exemple :
« Wordle + déclaration des droits de 1789 »
« Worlde +  industrial revolution  »
« Wordle + Grande Guerre » (V. Capdepuy)
« Wordle +  World War II », etc.


. Wordle was created by Jonathan Feinberg : http://www.wordle.net/credits
Wordle FAQ : http://www.wordle.net/faq

Tom Barrett - 51 manières d'utiliser : http://www.scribd.com/doc/57195236
Utiliser Wordle en classe, Abel Carballiño, Francofolies

Des exemples mentionnés sur le site Schoolhistory
http://www.schoolhistory.co.uk/forum/index.php?showtopic=10037&hl=wordle
dont I have a dream :
http://www.wordle.net/show/I_have_a_dream_by_MLK

Digital Humanities : http://wiki.ubc.ca/Library:Digital_Humanities/Case_Study/Wordle

.

Posté par clioweb à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 avril 2014

L’histoire à l’épreuve du numérique - 1

 


L’histoire à l’épreuve de l’informatique (et du numérique)

Un séminaire Fichet-Heynlin du 26 mars 2014, deux heures à écouter en différé
(ne pas se décourager, la technique est surprenante : la vidéo affiche 6 minutes d’intro, mais l’audio fait 110 minutes). source MC et Madi
http://www.reseau-terra.eu/article1309.html
La page web comporte un lien vers deux textes de Frédéric Clavert
Histoire et transformations numériques  -  L'administration de la preuve

Une transcription des interventions de Jean-Philippe Genet est en ligne :
http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm
Lire également l’intro de l’ouvrage « Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer »

A écouter pour l’évolution des conditions du travail des historiens, du fait des formes héritées du XIXe, des possibilités de la technologie disponible à un moment donné. Et une question récurrente : quelle formation prévoir pour les historiens ? Générale ou technique ? Pluridisciplinaire ou cloisonnée dans les cases héritées ?


Jean-Philippe Genet dresse un réquisitoire vigoureux contre une institution incapable de penser le changement :
- elle a bloqué pendant une décennie le passage à la micro-informatique au milieu des années 1980.
- Le CNU gère les postes universitaires en clonant les formes passées.
- Il est incapable de penser la chronologie autrement qu’à travers les périodes figées de l’histoire (européenne).
- Il ne sait pas prendre en compte la pluridisciplinarité ni valoriser le travail en équipe.

JPG mentionne deux projets :
Le projet STUDIUM vise à réaliser en ligne un dictionnaire prosopographique et biobibliographique des écoles parisiennes depuis leur origine au XIIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge
http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique230
Palm-Méditextes, Etudes et édition de textes médiévaux
http://www.paris-sorbonne.fr/etudes-et-edition-de-textes


Rappels :
History and Computing : http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/07/27/21682075.html
Egotechnohistoire, 25 ans d'ordi en HG : http://clioweb.free.fr/clio/egotechnohistoire.htm

.
.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

18 juillet 2013

Mise en données de l'histoire ?

 

Mise en données du monde, mise en données de l’histoire ?  Frédéric Clavert
http://www.clavert.net/mise-en-donnees-du-monde-mise-en-donnees-de-lhistoire/

Grâce à un billet de Guido Koller sur son excellent blog We think history ,
Frédéric Clavert dit avoir découvert le livre de Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier,
Big Data : a Revolution that Will Transform How We Live, Work, and Think. Boston 2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/07/18/27666363.html

Pour ces auteurs, « tout est potentiellement quantifiable, donc tout peut être mis en données ».
Quelles seraient les conséquences à tirer pour l'écriture de l'histoire ?

La numérisation est l’action de convertir une information analogique en information numérique, faite de 0 et de 1. La quantification l’a précédée, au temps de l’analogique (cf la marine militaire US au XIXe siècle).
FC cite l’utilisation des médias sociaux pour constituer et actualiser une bibliographie, ou de Ngram pour suivre l’évolution de l'emploi d’une expression (linguistic computing, europeanisation) dans la littérature imprimée.
Le site Global perspectives on digital history (qui a été notament animé par le regretté Peter Haber) permet d’avoir une vision rapide et globale de ce qui s’écrit dans le domaine de l’histoire numérique ». http://www.gpdh.org/

« La mise en données de l’histoire est un phénomène qui avance. Ses conséquences ne sont pas toutes encore très claires ». Son utilisation exige une réelle prudence dans les méthodes et une vérification des données disponibles.

..

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Big Data : a Revolution

 

bigdata
Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier,
Big Data: a Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think. Boston 2013
qq pages à feuilleter sur Amazon


Entretiens avec les auteurs :
http://blogs.cfr.org/asia/2013/04/04/big-data-an-interview-with-kenneth-cukier-and-viktor-mayer-schonberger/

http://www.businessoffashion.com/2013/05/the-long-view-big-data-will-change-all-aspects-of-the-fashion-industry.html

Vidéos :
mars 2013 - New America Foundation
http://www.youtube.com/watch?v=0esPF3-aFn0

avril 2013 - Google Talks
http://www.youtube.com/watch?v=bYS_4CWu3y8


A venir en ligne :
Kenneth Cukier et Viktor Mayer-Schönberger, Mise en données du monde, le déluge numérique
Le Monde diplomatique, juillet 2013 - http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/CUKIER/49318


Cukier-Schonberger

Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier
source : BOF

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mai 2013

Enseigner l'informatique ?

 

- L’enseignement de l’informatique en France : il est urgent de ne plus attendre
Rapport de l’Académie des sciences - mai 2013
http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/rads_0513.pdf

« L’Europe et la France en particulier accusent un important retard conceptuel et industriel dans le domaine par rapport aux pays les plus dynamiques, comme les Etats-Unis et certains pays d’Asie. Ce retard est en partie lié aux carences de l’enseignement de l’informatique »
« Les circonstances sont très favorables à l’introduction d’un véritable enseignement de l’informatique ... »
« Tous les enseignants devront être formés à l’impact de l’informatique dans l’évolution de leur discipline : la simulation dans les sciences expérimentales, l’usage de bases de données en histoire ou géographie, l’analyse de textes en littérature, la traduction automatique, la création artistique, etc. »


- Lire Bruno Devauchelle, Enseigner l'informatique : Un rapport qui méconnaît l'Ecole, Le Café 16.05.2013
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/05/16052013Article635042841227838366.aspx

Le rapport a été écrit par des spécialistes. « Le numérique nécessite une réflexion globale, pas simplement la définition d'un nouveau territoire qu'il s'agirait alors d'installer et de défendre, au risque de l'opposer à d'autres disciplines dont on sait qu'elles sont promptes à se défendre ».



- Les enjeux ne sont pas nouveaux. Ils ont été posés dès les années 1970 :
L'informatique en Education, pour quoi faire ?
A quel niveau (en maternelle avec le logo de Seymour Papert ? en université seulement ?)
Enseigner l'informatique théorique ou l'informatique appliquée ?
Enseigner la programmation ou la "bureautique" ?
L'informatique peut-elle ignorer les machines ?
Traiter automatiquement des données ou Communiquer en ppt ou sur twitter ?
Que faire des enjeux politiques, sociaux et économiques (dans l'espace public, dans les entreprises, au niveau individuel ..) ?
A quels lycéens, quels étudiants destiner ces enseignements ?

Côté prof, les premières dotations en ordi des lycées (1983 ?) étaient accompagnées d’une formation de 100 h (une ébauche de programmation). cf Quelques points de repère dans une histoire de 40 ans - L'association EPI (1971-2011)
http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h11epi_jb.htm

Côté lycéens, le Ministère a hésité entre une option lourde, surtout exploitée par les lycéens scientifiques et un vide total.
En 2012, en série scientifique, Chatel a introduit une spécialité « Informatique et Sciences du Numérique » (ISN).
Au programme : Représentation de l'information, Algorithmique, Langages et programmation, Architectures matérielles.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=57572


La formation informatique des historiens en France : une urgence écrivait Jean-Philippe Genet dans Mémoire Vive N°9 - http://pireh.univ-paris1.fr/mv/num9.html
Les questions sur le type de formation sont déjà posées par les historiens en 1993, en fonction de la technique du moment (UNIX et MS-DOS). Et à une époque où l'histoire quantitative occupait une place importante, une époque où les étudiants en histoire pouvaient avoir réussi un bac C ou S.


Les pionniers se souviendront de la galère des débuts d'internet.
Depuis, les outils se sont répandus dans toute la société et les usages se sont énormément diversifiés.
En géo, les programmeurs ont développé plusieurs logiciels de carto. Les applications en ligne (Géoclip ou Arctique en France) sont très efficaces, et laissent davantage de temps pour faire de la géo.
De fait, il semble exister au moins deux types d'informaticiens : ceux qui mettent toute leur intelligence à faciliter le travail des autres sur ordi ; ceux que l'on paie pour empêcher ou entraver le travail des internautes, à coup de mots de passe, d'interfaces peu intuitives ou de trappes connues des seuls initiés.

Pour compliquer le tout, l'instabilité fait partie du débat : les processeurs et la mémoire ne sont plus ceux de 1985 ou de 2004.
Face à ces mutations, on peut tenter de courir après la technique et subir l'obsolescence. On peut, comme un prof de maths vers 1987, prétendre remplacer l'ordi (ou la tablette) par un crayon (tout en tenant la main de sa voisine pour lui enseigner à se servir du mulot !).

Alors enseigner aux historiens à coder ? (cf F. Clavert)
http://www.clavert.net/le-code-et-lhistorien-contemporaneiste-pensees-eparses/
ou créer les conditions d'une coopération entre techniciens et historiens ? (Ph. Rygiel)

Le débat ne sera sans doute jamais clos.
Encore faudrait-il poser des questions auxquelles il soit possible de répondre utilement sur le terrain.

Voir également
25 ans d'ordi en HG : http://clioweb.free.fr/clio/egotechnohistoire.htm
La page History and Computing : http://clioweb.canalblog.com/tag/historyandcomputing
et les 7 pages Dans la Toile des médias sociaux : http://clioweb.canalblog.com/tag/mediassociaux

J-Ph Genet, A. Zorzi, Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer - EFR 2011
http://digital.casalini.it/10.1400/171938
un ouvrage de synthèse des Ateliers ATHIS (2006-2008)
http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique619



.