24 avril 2013

Braudel, La grammaire des civilisations

 

braudel-civi-1963



Vincent Capdepuy, [Braudel et] La grammaire des civilisations
blog Histoire Globale, 22 avril 2013
http://blogs.histoireglobale.com/la-grammaire-des-civilisations_2750


Les avatars de l'idée de civilisation
Dans Les grandes traversées - 24.08.2010, France-Culture a diffusé un débat
avec Patrick Boucheron, Christian Grataloup et Jean-Frédéric Schaub
http://clioweb.canalblog.com/archives/2010/08/p10-0.html
L'accès direct en mp3 n'est plus possible (les 1000 jours n'existaient pas encore).

René-Éric Dagorn, "Fernand Braudel et la Grammaire des civilisations (1963)", EspacesTemps.net, Livres, 06.10.2003
http://www.espacestemps.net/articles/fernand-braudel-et-la-grammaire-des-civilisations-1963/

bio de Braudel par C. Grataloup dans le dico J Lévy
Christian Grataloup, "‘Braudel, Fernand (1902-1985)’.", EspacesTemps.net, Livres, 18.03.2003
http://www.espacestemps.net/articles/lsquobraudel-fernand-1902-1985rsquo/
(voir le rsquo et la gestion des signes dans la nouvelle interface d'EspacesTemps)

En juin 2008, le débat du jeudi souligne le triomphe scolaire de Braudel (surtout en géo)
(en août 2010, les manuels Chatel 2de s'annonçaient en retard, en flux hypertendus)

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 février 2012

Les 2 usages d'un très beau mot

 

De nouvelles réactions à la provocation de Guéant, pour compléter le dossier constitué par Le Monde.

- Les deux significations et usages d'un très beau mot
Point de vue de Marcel Detienne, anthropologue et helléniste - Le Monde 23.02.12 

« Qui s'autorise à parler de civilisation au nom des autres devrait savoir que "civiliser" a signifié "domestiquer un peuple barbare", comme il arrive si, par hasard, un empire de circonstance, tel celui de Napoléon III, se taille, se donne par la force un empire colonial, et s'assujettit des millions de sous-hommes, contraints de travailler dans l'espoir de devenir, un jour lointain, "pleinement humains", grâce à l'adoucissement de leurs moeurs et à leur entrée promise dans la religion de leurs missionnaires et administrateurs. Une civilisation, ainsi qu'elle s'est façonnée au cours du XIXe siècle, mérite d'être étudiée comparativement comme elle a commencé à l'être, hier, par des ethnologues. Il leur fallait apprendre à la métropole en rapports circonstanciés les progrès des races de couleur, lesquels de ces indigènes lointains l'on pourrait produire dans les expositions pour témoigner de "la plus grande France".

http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/les-deux


- L'humiliant apprentissage du premier député nègre, Hégésippe Legitimus
Point de vue de Gérard Noiriel, historien - Le Monde 23.02.12 

Le premier député noir de la IIIe République s'appelait Hégésippe Légitimus. Fondateur du Parti socialiste guadeloupéen, il devient député de cette île en 1898.
« C'est l'homme primitif en toute sa candeur aimable. On dirait la confession émue d'un orang-outang descendu de son palmier » écrit Le Matin, le 21 septembre 1898.
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/l-humiliant-apprentissage


- Noter l'Autre est absurde
Point de vue d'André Comte-Sponville, philosophe - Le Monde 23.02.12 

Dire que toutes les civilisations se valent, ou qu'elles ne se valent pas toutes, suppose en effet, dans les deux cas, qu'elles valent quelque chose, qu'on puisse à peu près mesurer objectivement. Mais que peut valoir une civilisation, et comment le mesurer ? Par un prix ? Bien sûr que non : une civilisation n'est pas une marchandise, qu'on pourrait acheter ou vendre ! Par une note ?
L'ancien enseignant que je suis pourrait l'envisager, mais pour se rendre compte aussitôt d'une évidente et double absurdité.
La première, c'est que toute évaluation suppose des critères, des normes, des valeurs de référence, qui n'existent qu'à l'intérieur d'une certaine civilisation…
La seconde raison, qui est encore plus forte, c'est qu'une civilisation n'est pas un ensemble homogène et immuable, ni même une collection strictement définie, dont on pourrait calculer, comme dans une classe de collège, la "moyenne".
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/noter-l-autre-est-absurde


- Oui, il est permis d'évaluer les cultures !
Pierre-Henri Tavoillot, membre du Conseil d'analyse de la société, comme Luc Ferry - Le Monde 23.02.12 

Ce dernier texte veut légitimer la provocation de Guéant. Il parle d’œuvres, de repentance, de « civilisation de la démocratie », confondant visiblement civilisation et système politique.
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/23/oui-il-est-permis

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2012

L'ouvrier de l'implicite

 

- Guéant, ouvrier de l'implicite
André Gunthert - 12/02/2012 - http://culturevisuelle.org/totem/1596

extraits :
« La phrase de Guéant n’est pas une improvisation de comptoir, mais la formule soigneusement pesée d’un discours rédigé (par Yves Roucaute) pour un meeting de l’UNI ».

« L’ancienne xénophobie fondée sur la nature s’est transformée en un différentialisme appuyé sur la culture ».

« L’autre évolution majeure est la règle de dissimulation des opinions xénophobes, qui s’expriment en public sous la forme d’allusions, de plaisanteries ou de sous-entendus, dont Jean-Marie Le Pen s’est fait une spécialité. Sans aucun hasard: la maîtrise de l’implicite est devenu la forme obligée et comme la seconde nature du néoracisme.
Pour fonctionner, le discours implicite suppose la participation active du public auquel il est destiné, qui reconstitue la partie manquante de l’allusion et savoure l’effet de connivence … la manipulation de l’implicite vaut désormais signature pour manifester des opinions indignes ».

André Gunthert évoque les laborieuses justifications des hiérarques accourus à son secours ; il s’inquiète devant les hésitations et les doutes à gauche.


- Aucune excuse, aucune sanction, soutien total à M. Letchimy - Le Monde opinions
http://www.lemonde.fr/idees/2012/02/10/aucune-excuse-aucune-sanction-soutien-total-a-m-letchimy

Pour Patrick Chamoiseau, « M. Letchimy a donc vu juste et a dit ce qu'il fallait dire comme il fallait le dire.
Et il a fait honneur non seulement à la Martinique mais à la France et à son Assemblée Nationale toute entière ».

« …Réactiver l'idée de civilisation, et recommencer à les hiérarchiser n'est pas une mince affaire ! Ce n'est pas non plus une simple stratégie électorale, mais un état d'esprit, voire un semblant de pensée. Derrière les déclarations répétées de ministre de l'intérieur de la France, se dessine l'auréole du discours de Dakar, les chroniques de la chasse aux enfants immigrés alentour des écoles, les velléités de police génétique contre les regroupements familiaux, la traque honteuse des Roms, le spectre du ministère de l'identité nationale, le grondement régulier des charters expéditifs, les quotas d'expulsions prédéfinis et célébrés, le renvoi des étudiants étrangers, et même la fragilisation systématique des immigrés en situation régulière qui, en ce moment, dès trois heures du matin, affrontent les glaciations devant les préfectures... En face d'une telle convergence, on croirait voir de grandes ailes qui s'ouvrent pour un sinistre envol ».
Un envol inspiré par le bon sens supposé du comte de Gobineau qui écrit : « Les peuples ne dégénèrent que par suite et en proportion des mélanges qu'ils subissent ... »


- Guéant, Gobineau et les « valeurs républicaines »
Gérard Noiriel, blog Performances - http://noiriel.over-blog.com/

Gérard Noiriel, qui affirme vouloir se tenir « à distance de la polémique », veut « alimenter la réflexion en privilégiant des enjeux de connaissance ». Pour lui, ce qui anime Gobineau, c’est moins le racisme que le ressentiment de la vieille aristocratie face au triomphe de la démocratie (il aurait présenté les mélanges entre deux races comme heureux). Son ennemi, ce ne sont pas les races inférieures, ce sont les paysans aux portes même de la capitale.

« En tant que doctrine politique, le racisme présuppose l’égalité et l’homogénéité des citoyens appartenant à un même Etat national. C’est le peuple français tout entier qui est désormais érigé en « aristocratie » face aux autres peuples de la terre. Ceux qui tentent de discréditer les propos de Claude Guéant en affirmant qu’ils ne sont pas « républicains » font fausse route. Ils ne veulent retenir qu’une facette de la République : les droits de l’homme. Mais la République c’est aussi le régime politique qui a justifié la colonisation au nom de la supériorité de la civilisation française ; le régime qui a placé, dès la Première Guerre mondiale, les travailleurs immigrés issus des pays en guerre avec la France, dans des camps de concentration ».
http://noiriel.over-blog.com/gueant-gobineau-et-les-valeurs-republicaines

Carole Reynaud-Paligot souligne également le faible écho de Gobineau, avant son exploitation par les racistes allemands dans leur propagande. Elle insiste sur l'existence d'une pensée raciale hiérarchisante et inégalitaire au sein des milieux républicains de la Troisième République. Néanmoins le titre de son dernier ouvrage incite à ne pas se limiter à une histoire franco-française : De l'identité nationale. Science, Race et politique. Europe-Etats-Unis XIX-XXe siècle. La vision raciste ne touche donc ni un seul pays ni une seule génération.


- Autres réactions et points de vue dans la rubrique Le Monde opinions
http://tinyurl.com/lm-gueant-uni

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 février 2012

Toutes les civilisations ...

 

- Guéant :
« Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas ».
Le Figaro - les propos  -  l'évidence ??? - l'excuse : Longuet penserait la même chose (depuis 1968 ??)
Le Monde - http://tinyurl.com/lm-gueant-civ
Libération - http://tinyurl.com/lib-gueant-civ
L'Humanité - http://www.humanite.fr/politique/

Libération fait l'inventaire des réactions.

Lu sur twitter : 1 milliard de Guéants ne vaudront jamais un seul Patrick Chamoiseau

Charlie-Hebdo a caricaturé l'homme du Guéantdertal , le chantre de la décivilisation


- Le Monde rappelle le parcours de l’UNI maintenue, un des relais de l’UMP en direction de l'extrême-droite :
« Pour l'UMP, l'UNI est aujourd'hui très utile : elle peut concurrencer l'extrême droite sur ses thèmes, comme on l'a vu fin 2011 autour du droit de vote des étrangers. C'est une sorte de pendant universitaire à la Droite populaire, collectif de députés qui compose l'aile la plus radicale de l'UMP ».
http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/02/05/quest-ce-que-luni/


- « Toutes les civilisations ne se valent pas ». Comme les races autrefois...
lire la réaction d’Esther Benbassa, Sénatrice EELV du Val-de-Marne
http://www.huffingtonpost.fr/esther-benbassa/toutes-les-civilisations-_b_1256193.html

extraits : 
« Le jeu pervers auquel se livre Claude Guéant fait froid dans le dos »

« Comment supporter cette surenchère politique d'inspiration bassement xénophobe, qui fait son chemin dans les esprits… »

« Quelle honte pour la France d'être dirigée par des politiciens sans éthique, prêts à sacrifier la cohésion nationale et notre capacité à vivre ensemble sur l'autel de leurs petits intérêts à court terme ! A quand La France aux Français ? »

Esther Benbassa vient de publier
De l'impossibilité de devenir français. Nos nouvelles mythologies nationales
http://estherbenbassa.eelv.fr/
Feuilleter les 20 premières pages :
http://vitrine.edenlivres.fr/p/15962?referrer=showcase

Le mardi 7 février, elle était l'invitée de Frédéric Bonneau sur Le Mouv' (source LN)
http://www.lemouv.fr/diffusion-le-messie-et-le-roman-national
.

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 septembre 2011

L'histoire à parts égales

 

parts-egales


Dans un Monde des livres un peu moins littéraire cette semaine, trois excellentes pages sur l'histoire globale ou histoire connectée, une approche qui risque de mettre beaucoup de temps à passer dans l'histoire scolaire. A archiver.


- Orient-Occident, la rencontre n'a pas eu lieu
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/29/orient-occident

« Une flottille a jeté l'ancre dans la rade de Banten, au nord de Java. Ceux qui viennent de passer le détroit de la Sonde sont hollandais et abordent pour la première fois ce monde insulindien qu'ils rêvent comme un eldorado. Ils pensent vivre un moment historique. C'est, pour eux, le 22 juin 1596, Anno Domini : le nouveau siècle frémit d'impatience. Pour ceux qui les accueillent, en revanche, le seuil du premier millénaire vient d'être franchi, sans que rien de neuf soit apparu ... »

« D'où l'expérimentation historiographique à laquelle invite ce livre enthousiasmant qui contredit avec allégresse les discours ambiants sur le déclin de l'histoire en langue française : envisager les récits d'une rencontre entre deux mondes qui s'ignorent, en conférant une égale dignité documentaire aux archives du contact. Cette Histoire à parts égales exige de ralentir l'allure, de densifier la description, de se rapprocher des acteurs. Elle ne peut se payer de mots, ni se contenter d'une théorie des bonnes intentions ; elle est, tout entière, une méthode d'enquête et un art du récit. Aussi ne révèle-t-elle sa force véritable que dans le foisonnement aventureux d'une lecture au long cours ».


- Java, un des noms de l'oubli qui a recouvert l'histoire de toutes les sociétés extra-européennes
entretien avec Romain Bertrand auteur de L'histoire à parts égales, Le Seuil 2011
«... la pire façon d'écrire l'histoire des premiers contacts entre les Européens et les sociétés d'Asie du Sud-Est, c'est de céder à la tentation téléologique, de la raconter depuis ce que nous imaginons être sa fin logique : la colonisation. Laissons aux commencements leur indétermination.. ».
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/29/java-un-des-noms-de-l-oubli


.
A monde global, histoire globale, Antoine Lilti
« Dans L'Histoire à parts égales, la scène convenue de l'affrontement colonial semble se déliter et laisse apparaître en filigrane l'histoire plus trouble d'une incompréhension mutuelle, d'une rencontre manquée ... 
La leçon, à défaut d'être simple, est précieuse : l'histoire ne révèle ni le choc inéluctable des civilisations, ni une inter-culturalité béate, mais bien la richesse des processus complexes par lesquels des sociétés et des individus entrent en contact, échangent, se combattent et, parfois, s'ignorent ou se méprennent ».
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/29/a-monde-global-histoire-globale_1579689_3260.html

(Mediapart rapproche le livre de celui de Jack Goody, Le vol de l'histoire. Comment l'Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde. Gallimard 2010) 

.
- Empires ou civilisations ?
Là où la notion de civilisation implique souvent des mondes cloisonnés, qu'Huntington (et Bush) ont voulu opposer, celle d'empires privilégie les circulations
http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/09/29/l-empire-contre-attaque_1579691_3260.html

Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires in World History. Power and the Politics of Difference, Payot Histoire
Les grandes civilisations, cours du Collège de France à Aubervilliers, présenté par Carlo Ossola et Jack Ralite, Bayard

.
Egalement, un article sur l'ouvrage de Samuel Kassow, Qui écrira notre histoire ? Les archives secrètes du ghetto de Varsovie, Grasset. Avec Emanuel Eingelblum, une soixantaine de bénévoles du groupe Oyneg Shabes ont amassé les archives du ghetto où les nazis entassent et tuent.

.
- Romain Bertrand tente une nouvelle histoire du monde, qui n’oublie pas 55% de l’humanité 
Joseph Confavreux - Médiapart - 28 septembre 2011 
http://www.mediapart.fr/article/offert/b359cf94c2fd6be2f017f333d8840394


- 10/10 : L'émission Les Lundis de l'histoire recevait Romain Bertrand et Patrick Boucheron.
Romain Bertrand mentionne quelques désamours et un énervement...
à archiver et écouter en différé au format mp3

.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,