27 mars 2018

1849 : Les EU d'Europe - Victor Hugo

 

Victor Hugo
Discours d'ouverture du Congrès de la Paix
Paris 21 août 1849

Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_sur_les_Etats-Unis_d'Europe_au_congrès_international_de_la_paix_en_1849_à_Paris

 

extraits :

« Messieurs, la paix vient de durer trente-deux ans, et en trente-deux ans la somme monstrueuse de cent vingt-huit milliards a été dépensée pendant la paix pour la guerre ! » (Sensation.)

« Supposez que les peuples d’Europe, au lieu de se défier les uns des autres, de se jalouser, de se haïr, se fussent aimés ; supposez qu’ils se fussent dit qu’avant même d’être français, ou anglais, ou allemands, on est homme, et que, si les nations sont des patries, l’humanité est une famille ».


« Et maintenant, cette somme de cent vingt-huit milliards, si follement et si vainement dépensée par la défiance, faites-la dépenser par la confiance ! ces cent vingt-huit milliards donnés à la haine, donnez-les à l’harmonie ! ces cent vingt-huit milliards donnés à la guerre, donnez-les à la paix ! (applaudissements)

Donnez-les au travail, à l’intelligence, à l’industrie, au commerce, à la navigation, à l’agriculture, aux sciences, aux arts, et représentez-vous le résultat. Si, depuis trente-deux ans, cette gigantesque somme de cent vingt-huit milliards avait été dépensée de cette façon, l’Amérique, de son côté, aidant l’Europe, savez-vous ce qui serait arrivé ? La face du monde serait changée ! les isthmes seraient coupés, les fleuves creusés, les montagnes percées, les chemins de fer couvriraient les deux continents, la marine marchande du globe aurait centuplé, et il n’y aurait plus nulle part ni landes ni jachères, ni marais ; on bâtirait des villes là où il n’y a encore que des solitudes ; on creuserait des ports là où il n’y a encore que des écueils ; l’Asie serait rendue à la civilisation, l’Afrique serait rendue à l’homme ; la richesse jaillirait de toutes parts de toutes les veines du globe sous le travail de tous les hommes, et la misère s’évanouirait ! »

« Et savez-vous ce qui s’évanouirait avec la misère ? Les révolutions. (Bravos prolongés.)

Oui, la face du monde serait changée ! Au lieu de se déchirer entre soi, on se répandrait pacifiquement sur l’univers ! Au lieu de faire des révolutions, on ferait des colonies ! Au lieu d’apporter la barbarie à la civilisation, on apporterait la civilisation à la barbarie ! (sic) »

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 août 2017

Braudel, Leçon au CdF 1953

 

- Fernand Braudel, Leçon inaugurale au Collège de France (1953)
lue par Clémence Azincourt pour FCu 05.08.2017
http://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/huit-lecons-lues-18-lecon-inaugurale-de-fernand-braudel

 

- Braudel l'historien monde, grande traversée 3 au 7.08.2015
http://www.franceculture.fr/emissions/fernand-braudel-lhistorien-monde-multidiffusion

L'histoire globale est-elle un mythe ? / Séville - 03.08.2015    
Les avatars de l'idée de civilisation / Dubrovnik - 04.08.2015
Le capitalisme détruit-il l'économie de marché ? / Gênes - 05.08.2015
Identités françaises et roman national / La Meuse - 06.08.2015
Quel enseignement pour l'histoire / La Maison des Sciences de l'Homme - 07.08.2015

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 février 2012

Tolérance et fraternité ...

 

dans Marianne, 11/02/2012, le billet d'Alain Rémond :

« Tout ce qu'on aime dans la civilisation occidentale, ces valeurs de respect, de tolérance, d'humanisme. la liberté. l'égalité, la fraternité, Guéant en est le contre-exemple complet. Chaque jour. ou presque il bafoue ce qu'on aime dans la Civilisation occidentale. par ses paroles comme par ses actes ».

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/marianne/ar-gueant.jpg

.
Lu sur twitter : 1 milliard de Guéants ne vaudront jamais un seul Patrick Chamoiseau 

Charlie-Hebdo a caricaturé l'homme du Guéantdertal

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 août 2010

Braudel, civilisations et cultures-monde

24.08.2010 : Les avatars de l'idée de civilisation
débat sur France-Culture, avec Patrick Boucheron, Christian Grataloup et Jean-Frédéric Schaub
fichier à podcaster en mp3
écoute sur france-culture

La grammaire des civilisations, c'est la réédition posthume en 1987 d’un manuel de 1963 ( Le monde actuel. Histoire et civilisations ) écrit avec un outillage mental des années 30.
Le BO du 19 juillet 1957 étalait le récit historique de la 6e à la 1ere. Les civilisations et la longue durée occupaient toute l'année de terminale. En juin 1959, le récit revient : le programme définitif prévoit un trimestre sur 1914-1945, deux sur les civilisations. Chez Nathan, le Monnier proposait 2 ouvrages, un de Duroselle en 250 pages sur l'événementiel (1914-1945), un de 350 pages sur les civilisations (M Bodin, JB Duroselle, JP Faivre, J Poirier, E Tersen, avec 6 chapitres sur la civilisation occidentale, 2 sur le monde communiste, 2 sur le monde musulman, 3 sur l'Afrique noire...).

Le projet scolaire a échoué : la longue durée a succombé devant la résistance du système. Sur le terrain, l'événementiel a vite occupé plus de 2 trimestres, l'épreuve orale au bac laissant peu de chance à la seconde partie. Le bac a servi de rabot : la période 1914-1945 a vite occupé tout l'espace, l'événementiel politique semblant plus rassurant dans un sujet d'oral à l'examen. Dans les années 1980, l'histoire des relations internationales a joué un rôle équivalent, avant l'arrivée, après 1995, des sujets nationaux dits de "société".
En France, l'histoire globale n'a pas eu de succès, mais les programmes ont plutôt évité une approche trop étroitement nationale (cf en Term : Le monde, l’Europe, la France)

Lire Fernand Braudel et la Grammaire des civilisations (1963), un article de René-Éric Dagorn http://www.espacestemps.net/document639.html

L'approche par les civilisations est à mettre en contexte : vers 1963, les activités rurales (chasse, élevage, labours, rizières...) occupent encore une place importante dans un monde en fortes mutations. 1963, c’est aussi la fin des empires coloniaux. Braudel n'était pas un anti-colonialiste.La civilisation, c’est au singulier un moyen de classer les sociétés en fonction du modèle européen (évolutionnisme, progrès de l'humanité) ; au pluriel, c’est aussi le moyen d’insister sur la diversité des sociétés. Il y aurait à dire sur l'influence de l'anthropologie anglo-saxonne (cf le double sens du mot « culture », les œuvres majeures léguées par les générations précédentes, par ex l'antiquité gréco-romaine, les pratiques sociales ordinaires ).
La triple temporalité chez Braudel, c'est un contrefeu au structuralisme.

Comment penser l’altérité, proche (Le Cid, Saladin) ou lointaine ?

Braudel a ouvert des portes. Il a incité à penser à l’échelle du monde, et les géographes de la géohistoire sont peut-être ses meilleurs héritiers. Mais L’Identité de la France a précédé ce que les intervenants présentent comme une certaine frilosité des historiens français depuis 1990 : à la différence des anglo-saxons, ils fuient les grandes questions, celles qui font courir le risque du démenti ou du ridicule, et préfèrent se réfugier dans des questions limitées, avec des réponses limitées sur des objets limités dans un cadre national...

Allusions dans le débat à Tamerlan, à Huntington, à Aristote au Mont Saint Michel...

braudel          braudelgc   

Posté par clioweb à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,