03 novembre 2012

Vues de ville et géo au XVIe

 

bratislava

Posonium vel Pisonium vt Lazius Hungariae urbs - Braun & Hogenberg, 1588
voir aussi la page Wikipedia


Jean-Marc Besse, Vues de ville et géographie au XVIe
: concepts, démarches cognitives, fonctions.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/11/32/67/PDF/Vues_de_ville_et_geographie.pdf
in F. Pousin (dir.) Figures de la ville et construction des savoirs. Architecture,urbanisme, géographie, CNRS Editions, 2004.

Qui a inventé la géographie ? Planète Terrre, 31.10.2012 (enregistré à St Dié) :
« …c’est à la Renaissance que l’Europe commence à réaliser véritablement son éducation géographique, et ceci non seulement à cause de la répercussion de la découverte des Nouveaux Mondes, mais aussi et surtout, à cause d’un ensemble d’événements philologiques et intellectuels, qui ont conduit vers une modification très profonde des concepts et des pratiques de la géographie ; ces événements sont la réapparition dans les cultures latines de l’Occident des textes de la Géographie de Ptolémée (dont on a pu dire avec raison que c’était l’autre grande découverte de la Renaissance), puis de la Géographie de Strabon, auxquels nous ajouterons les traités de rhétorique épidictique, qui comme nous allons le voir, jouent un rôle important dans la nouvelle formule descriptive de l’iconographie urbaine ».
http://en.wikipedia.org/wiki/Ptolemy

Au XVIe, avec la cosmographie, la géographie est une branche des maths appliquées.
L’auteur fait la distinction entre la géo et la chorographie : la géographie veut donner à voir la totalité du monde, impossible à contempler par l'être humain (différence avec astronomie).
La chorographie découpe des parties isolées de la terre, et donne à voir l’évidence : la vue de ville qui traduit ce qu'on peut voir si on choisit le bon point de vue. Elle peut être placée au sein d'un recueil, elle peut figurer sur une peinture murale, elle peut être traduite en maquette.


cf le lien avec les entrées royales, décalque des triomphes romains.

Urbs et civitas : « Le dessin général de la ville incarne et conrétise la vertu civique de la population qui l'habite ».

Parmi les exemples analysés,
Georg Braun, Bâle (1575)
http://historic-cities.huji.ac.il/switzerland/basel/basel.html
Georg Braun, Bratislava (la gravure est en ligne, pas le texte cité)
http://historic-cities.huji.ac.il/slovakia/bratislava/maps/braun_hogenberg_IV_44.html


« La vue perspective remplit mieux que les autres types de vue, le programme rhétorique et politique qui consiste d'une part à mettre la ville sous les yeux, et d'autre part à en montrer l'organisation interne et l'architecture. Si les vues perspectives se sont imposées, et n'ont pas disparu, c'est qu'elles permettaient, mieux que les autres types de représentation, de projeter la ville comme un monde à part entière, noyau et cercle de civilité, de vertu politique, et tout simplement, non seulement de grandeur, mais aussi de bonheur ».

Posté par clioweb à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,