19 décembre 2016

LMD : manuel d'économie critique

 

manuel-eco-critique

Manuel d’économie critique,
Le Monde diplomatique 09.2016
http://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

 


« Équations impénétrables, courbes énigmatiques, raisonnements nébuleux… L’économie dominante invite à un double renoncement : devant les difficultés techniques d’un univers réservé aux experts, d’une part ; devant des « lois » scientifiques immuables, de l’autre.

« Le contre-manuel du « Monde diplomatique » entend inverser cette logique. Son ambition ? Rendre l’économie accessible au plus grand nombre et en souligner la nature politique. Bref, rappeler que, comme la chose publique, l’économie est l’affaire de tous. Et permettre à chacun de s’en emparer »
+ glossaire et choix de livres, de films et documentaires (Merci Patron, Howard Zinn...)

2 articles sont en ligne :
    « Nobel d’économie » : quand une banque distribue des médailles, Frédéric Lebaron
    Hayek ou le bolchevisme néolibéral, Pierre Rimbert
http://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/

ont contribué à ce contre-manuel : Samir Amin, Guillaume Barou, Aurélien Bernier, Sophie Béroud, Élodie Bertrand, Robert Boyer, Benoit Bréville, Martine Bulard, Mona Chollet, Laurent Cordonnier, François Denord, François-Xavier Devetter, Cédric Durand, Frédéric Farah, Cyrille Ferraton, Jean Gadrey, Paul Guillibert, Serge Halimi, Michel Husson, Sabina Issehnane, Raoul Marc Jennar, Renaud Lambert, Serge Latouche, Frédéric Lebaron, Sylvain Leder, Frédéric Lemaire, Frédéric Lordon, Jean-Marie Monnier, Caroline Oudin-Bastide, Juan Miguel Pérez, Evelyne Pieiller, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Dominique Plihon, Laura Raim, Christophe Ramaux, Gilles Raveaud, Mathias Reymond, Hélène Richard, Pierre Rimbert, François Ruffin, Pierre Salama, Émilie Sauguet, Alexis Spire, Philippe Steiner, Bruno Tinel, Julie Valentin, Julien Vercueil, Ibrahim Warde, Arnaud Zacharie, Daniel Zamora.



Le sommaire :

L'ECONOMIE, UNE SCIENCE COMME LES AUTRES ?
Idée reçue - « Les chiffres sont formels »
Gouverner par les nombres
Offre et demande, les Adam et Ève de l'économie
Quand une banque distribue des médailles
GRAPHIQUE Un foisonnement d'écoles de pensée
Échanger autre chose que de l'argent
Ces experts dont les médias raffolent
Discrètes manœuvres contre l'(éco)diversité


PRODUIRE PLUS, TOUJOURS PLUS
Idée reçue -  « La croissance, c'est la prospérité »
Le Sud découvre qu'il est entravé, pas en retard
La nature, nouvel eldorado marchand
GRAPHIQUE Dépenser pour relancer: des flux et des fuites
Repeindre le capitalisme en vert
L'introuvable New Deal européen
La décroissance ou le sens des limites


LE PONT ET LA CALE
Idée reçue - « Tous gagnants grâce au dialogue social »
Bons sentiments à la rescousse de l'esclavage
Pourquoi la démocratie s'arrête aux portes de l'entreprise
Le travail à la chaîne est-il mort?
GRAPHIQUE L'origine du profit selon Karl Marx
Les mille et une justifications du profit
Les patrons ont-ils lu Marx
Coopératives : destin d'une utopie


PARTAGE DES RICHESSES: ESPOIRS ET IMPASSES
Idée reçue -  « La pauvreté, voilà le fléau ! »
Équité, l'égalité en trompe-l'œil
GRAPHIQUE Aux États-Unis, les riches creusent l'écart
Petite histoire de l'impôt
Fiscalité sur le revenu, la peau de chagrin
Niches, fraude, paradis fiscaux : de l'ardoise au coup d'éponge
La charité contre L'État
La cotisation, une ambition à ranimer


L'EMPLOI, À QUEL PRIX?
Idée reçue - « Ce sont les entreprises qui créent l'emploi »
Le travail, droit ou devoir?
Lutte contre le chômage : rustines et chausse-trapes
GRAPHIQUE Le bonheur est dans la courbe
L'embauche à la veille de la Révolution française
Un revenu garanti pour dépasser le salariat


LE MARCHÉ OU LA CONSTRUCTION D'UNE EVIDENCE
Idée reçue -  « La concurrence, gage d'efficacité »
L'extension du domaine du marché
Le poing de l'État au service de La main invisible
GRAPHIQUE Droit du travail en vigilance orange
L'URSS mise sur la planification
Le continent ignoré de l'économie non marchande
Comment la propriété privée a été imposée par la force
Hayek ou le bolchevisme néolibéral


MONDALISATION : LA M|SE EN CONCURRENCE DES PEUPLES
Idée reçue - «Tout le monde profite du libre-échange »
Opium et canons font plier la Chine
Immigration : comment le Sud subventionne le Nord
GRAPHIQUE Plusieurs tours du monde pour un smartphone
Depuis soixante-dix ans, l'idée fixe qui guide les marchands
Tous les écrans du monde
Le grand marché transatlantique se fait justice lui-même
Le protectionnisme n'est pas l'autarcie


MONNAIE,UNE ÉNIGME SONNANTE ET TREBUCHANTE
Idée reçue - « Rien ne se crée, tout se prête »
À quoi sert la monnaie?
L'odeur de l'argent
GRAPHIQUE Le grand Meccano de la création monétaire
La Banque centrale européenne, indépendante ou hors contrôle?
Géopolitique des taux de change
Étrange « maladie hollandaise »
De la monnaie unique à la monnaie commune


DETTE : LE CHANTAGE
Idée reçue - « L’État doit gérer en bon père de famille »
Vertus oubliées de l’endettement
Comment a été inventée la carte de crédit
Victimes consentantes des marchés
GRAPHIQUE 1981, l'occasion ratée
En Europe, la dette contre la démocratie
Les faibles paient, les autres négocient


FINANCE : L'INSOUTENABLE PROMESSE
Idée reçue - « Grâce aux Brics, un monde multipolaire)
Qu'est-ce qu'une crise financière?
Bourse: Vol au-dessus d'un nid de coucous
Capital fictif : l'ivresse et le vertige
« Leveraged BuyOut » : acheter sans rien dépenser (ou presque)
GRAPHIQUE Le Brésil secoué par les investisseurs
Marier finance et islam
Et si on fermait la Bourse...


rappel : Manuel d'histoire critique
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/09/03/30522609.html

 

.


20 décembre 2011

Roland Gori, Le berger et l'expert

 

folie-eval-1001

Roland Gori, interventions et publications sur le web
http://clioweb.free.fr/dossiers/rolandgori.htm


- Le berger et l'expert
Une anecdote répétée par Roland Gori sur "la Folie Evaluation" :
la soumission et la servitude volontaire ne sont pas la réponse unique.
http://clioweb.free.fr/dossiers/rolandgori.htm#berger
ou sur ce blog


« Crise de la culture et démocratie : les nouveaux dispositifs de servitude et d’émancipation sociale »
La conférence à l'IRTS d'Hérouville n'est pas encore en ligne.
Mais les sources ne manquent pas sur le web, en article ou en vidéo :

- L'objectivité illusoire et fallacieuse des chiffres
Un entretien récent publié par La Marseillaise (15/12/2011). Une synthèse très efficace.
La néo-évaluation ?
Sous le masque d'une pseudo "rationalité" technique (les chiffres qui seraient ventriloques !) c'est le cheval de Troie d'un capitalisme financier qui vide toute démocratie de sa force et de ses valeurs humanistes.
Pour le profit à court terme d'une minorité de barons pilleurs.

- Les fabriques de l’homme neuroéconomique
Une autre intervention, au colloque du Derpad en 2010
analyse les mutations en cours de la psychiatrie :
elle est incité à passer du patient au client ;
elle doit repérer (dès 3 ans !) et classer les sujets dans des segments de population à risques, en fonction de troubles du comportement  dont le nombre explose (100 dans le DSM de 1950, 400 en 1994)
http://journee-arisse.voila.net/documents/actescolloque2010DERPAD.pdf


- Egalement 1 heure de conférence à Lille en févier 2011,
L'évaluation comme " dispositif de servitude volontaire "

- ou une participation déjà citée aux Chemins de la connaissance.
Vivre et penser dans la dignité - LCC - 16/12/2011 - l'émission au format mp3


Une question : Que faire face à un tel tsunami politique ?
Les réponses sociales, politiques ou syndicales, sont-elles à la hauteur du diagnostic ?

gori-irts

Roland Gori à l'IRTS d'Hérouville - 12/2011
.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 octobre 2011

10 questions à Alain Caillé


Alain Caillé est professeur de sociologie et économiste à l'Université de Paris X. C'est le fondateur du MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales) dont il dirige la revue.
A lire sur le site web de Valéry Rasplus (blog du N Obs, 01/03/2011)
http://valery-rasplus.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/02/27/10-questions-a-alain-caille.html


Extraits
:

Valéry Rasplus : Avec plus de trente ans de réflexion sur le don et le contre-don, que peut-on retirer « d'utile » aujourd'hui de cette pratique de réciprocité pour notre société ?

Alain Caillé : Faisons le lien avec la question précédente (sur la recherche et son évaluation chiffrée). Le principal fléau qui s'abat sur nos sociétés n'est pas seulement la privatisation généralisée, i.e. la soumission de toutes les sphères d'activité à une norme marchande et financière hégémonique, c'est, dans le sillage de cette omni-marchandisation et omni-financiarisation, la subordination de tous nos actes désormais, à une logique d'évaluation quantifiée...

...Si cette évolution devait toucher à son terme, alors plus rien n'aurait de sens.Tout ce qui fait le prix de la vie, i.e. les choses sans prix, serait résorbé et dissous dans l'utilité et l'instrumentalité. Que peut-on retenir de ces considérations pour nos sociétés ? Le sens de l'utilité de l'inutile, sans doute. Plus spécifiquement : notre démocratie aura reposé sur des fondements utilitaristes, - les individus ne formant société qu'en vue de leur avantage propre - et sur la perspective d'une croissance économique infinie. Cette perspective n'est plus guère crédible. Il faut donc imaginer à la démocratie des fondements anti ou supra-utilitaristes, i.e. qui donnent tout leur poids et tout leur prix aux motivations intrinsèques de l'action. C'est dans ce sens que nous plaidons, Marc Humbert, Serge Latouche, Patrick Viveret et moi pour l'avènement d'un convivialisme, d'un art de vivre ensemble « en s'affrontant sans se massacrer » comme disait Mauss, qui se présenterait comme le digne successeur du libéralisme, du communisme et du socialisme (et de l'anarchisme).


Le blog : http://valery-rasplus.blogs.nouvelobs.com

Valéry Rasplus : http://www.nonfiction.fr/fiche-perso-591-valery_rasplus.htm

10 questions à Michel Wieviorka (01/02/2011) :
http://valery-rasplus.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/02/01/10-questions-a-michel-wieviorka.html

.

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 mai 2011

La diversion par les chiffres


- Education : la manip des chiffres - Véronique Soulé, Libération 09/05/2011

Luc Chatel aime brandir les statistiques pour justifier ses mesures. Il semble en réalité faire diversion, afin que personne ne s’attarde trop sur ses échecs. Faute d’avoir convaincu (que l'obsession de la suppression des postes ne guidait pas toute sa politique), le ministre brandit donc des chiffres mirobolants, censés masquer une série d’échecs.

http://www.liberation.fr/societe/01012336247-education-la-manip-des-chiffres

.
Un budget trompeur

http://www.liberation.fr/societe/01012336245-un-budget-trompeur

- Des dépenses enjolivées

http://www.liberation.fr/societe/01012336251-des-depenses-enjolivees

Des profs dénigrés

« Un rapport de la Cour des comptes avait fait scandale en 2005 en parlant de 32 000 enseignants qui n’étaient pas devant des élèves, sous-entendant qu’ils ne faisaient rien. Ses détracteurs avaient dénoncé l’amalgame, entre des heures de décharge syndicale, des congés maladies, des enseignants en surnombre, etc. Le directeur des personnels enseignants du ministère avait même protesté et le rapport avait été enterré ».

http://www.liberation.fr/societe/01012336250-des-profs-denigres


Des effectifs inadaptés

http://www.liberation.fr/societe/01012336249-des-effectifs-inadaptes

une élue UMP : " On n’est pas nécessairement professeur d’anglais au collège toute sa vie. Il faut pouvoir s’ouvrir à d’autres disciplines et à d’autres niveaux. Aller du collège au primaire. Ou l’inverse ".

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 janvier 2011

La foire aux statistiques

- 35 heures : la foire aux statistiques - Libération, Desintox  26/01/2011 Luc Peillon, Cédric Mathiot
http://www.liberation.fr/economie/
Benoît Hamon, Laurence Parisot, François Chérèque ou Jean-François Copé : chacun assène son propre chiffre sur la durée du travail en France. Même  Yann Barthes, l'animateur de Canal Plus donne son avis.

.
- Chômage et sous-emploi : quels sont les vrais chiffres ? - Claire Guélaud, Le Monde 27/01/2011
Qui sont les demandeurs d'emploi ?
Comment sont-ils indemnisés ?
Comment sont-ils radiés ?
Combien de chômeurs y a-t-il en France ?
Autour de 2,7 millions, comme l'assure le gouvernement ? Plus près de 4,2 millions, comme le disent d'autres chiffres de la Dares, le service statistique du ministère du travail ? Et combien de personnes sont victimes du sous-emploi ? 1,2 million, 1, 4 million ou plus ?
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/26/
http://lewebpedagogique.com/pascalp/2011/01/28/

.
- Philippe Bas nommé à la tête de l'ANSES
cet ex-ministre et ex-secrétaire général de l'Elysée sous Chirac a été nommé président du CA de l'ANSES (Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). Il laisse son poste à la tête de l'OFII (Office français de l'immigration et de l'intégration) à Dominique Paillé, ex-porte parole de l'UMP.
IPB avait tenté en vain de se parachuter député d'Avranches

Posté par clioweb à 08:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 août 2010

1940 : L'instituteur, voilà l'ennemi

Dans le dernier article de la série Histoire(s) de l'été 1940 (12/12) : « Les instituteurs sont les responsables de la défaite ».

Cette campagne haineuse est lancée par les chefs militaires qui cherchent des excuses et des boucs émissaires. Ils tentent de se dédouaner de leurs responsabilités en stigmatisant le pacifisme militant des instits et du SNI, le syndicat majoritaire.

La suspicion envers les enseignants n'est pas nouvelle : elle est largement répandue dans les milieux conservateurs... En 1934, Pétain avait réclamé la tutelle sur l'Education nationale. Son programme ? Il est limpide : « Je m'occuperai des instituteurs communistes ».

Vichy (la « Révolution (sic) nationale ») y ajoute sa détestation du Front populaire, sa haine des idéaux égalitaires hérités de la Révolution et son exécration de la laïcité. A partir du 17 juillet, tout fonctionnaire peut être révoqué par un simple décret : l'épuration peut commencer. Le 3 septembre, la loi de 1904 interdisant aux congrégations religieuses d'enseigner est abrogée, et le 18, les Ecoles Normales d'instituteurs sont supprimées.

« L'heure est à la rénovation des programmes (sic) : une commission de révision est réunie à Vichy, à l'Hôtel Plaza. Dans l'impossibilité de faire imprimer de nouveaux manuels, les autorités académiques se contentent d'édicter des listes de livres interdits, et de formuler quelques orientations. Ainsi, les programmes d'histoire feront-ils l'impasse sur la Révolution française et ses suites, ainsi que sur les guerres franco-allemandes, armistice oblige. On passera sous silence l'histoire de Napoléon et les conquêtes de la République. En revanche, Jeanne d'Arc, l'ennemie des Anglais, sera l'objet de toutes les dévotions ».
Seule décision traduite dans les faits : cinq heures de préparation physique par semaine.

L’éducation en chiffres en 1940 :
5,2 millions d’élèves dans le primaire, 130 000 instits
200 000 en primaire supérieur
200 000 élèves dans le secondaire (payant jusqu’en 1933, avec « petites classes). 15 000 profs, 28 000 bacheliers
75 000 étudiants.

La source de l'article : Rémy Handourtzel, Vichy et l'école (1940-44) Noésis, 1997
L'école sous Vichy, fiche de Anne Angles pour TDC
Les géographes à l'aune de Vichy, compte rendu de la Journée d'étude de l'EHGO - version html - version pdf
(dont les conditions de la naissance de l'Agrégation de géographie, les ouvrages en circulation...)

Sur les causes politiques et sociales de la défaite, lire surtout Marc Bloch, L'étrange défaite
Une version est disponible sur Les Classiques des Sciences sociales, le site de JM Tremblay :
http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/bloch_marc.html

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,