17 septembre 2016

L'économie est-elle une science ?

 

- Pierre Cahuc, André Zylberberg, Le négationnisme économique / et comment s'en débarrasser, Flammarion

Pour les auteurs, « l’économie est devenue une science expérimentale fondée sur une analyse rigoureuse des faits. Cette révolution méconnue produit des connaissances qui heurtent souvent de plein fouet les croyances et les intérêts des grands patrons, des syndicalistes, des intellectuels et des politiques. Ils font tout pour semer le doute, même sur les vérités les plus établies. Leurs contre-vérités portent un nom : le négationnisme économique. À l’origine de choix stratégiques, il nous appauvrit et se traduit par des millions de chômeurs ».


- Parmi les nombreuses réactions très vives,
lire celle de Christian Chavagneux pour le magazine Alternatives économiques
une copie de l'article à lire sur le blog d'Etienne Chouard
http://chouard.org/blog/2016/09/12/negationnisme-economique-laffaire-cahuc/


- La controverse tourne au dialogue de sourds entre P. Cahuc et B. Coriat
les 2 invités du grain à moudre 15.09.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre

Benjamin Coriat est un des économistes atterrés
http://www.atterres.org/
il a dirigé Le retour des communs - La crise de l'idéologie propriétaire - ed. les liens qui libèrent

P. Cahuc était l'invité de la Grande Table le 07.09.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie


- Sur l'économie et sur les prétentions d'une économie dite expérimentale,
lire Annie Cot dans Le Monde 15.09.2016
Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on assiste à un tournant empirique de l'économie
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/09/15/

« Le problème n'est pas de chercher à faire science, mais de croire qu'il s'agit de " la " science, unique, univoque et universelle. Or l'économie, comme toutes les disciplines, s'est construite sur des a priori ».

L'économie est une science multiple. Le big data est une piste, mais à interroger, comme l'économétrie.

« A la fin du XIXe, Walras invitait à distinguer plusieurs champs qui obéissent à des règles différentes : l'économie politique pure, qui est mathématique et traite des relations entre des objets ; l'écon appliquée, relative aux relations entre les hommes et les choses ; l'économie sociale, qui s'intéresse aux relations entre les hommes. Il refusait de mélanger les trois. Il distinguait ainsi les domaines du vrai, du juste et de l'utile . Autrement dit, ce qui est vrai n'est pas forcément juste et utile, ce qui est juste et utile n'est pas forcément vrai, et ainsi de suite. Cette exigence n'a pas vieilli ».


- sur le blog de l'OFCE :
« Le livre contient des développements intéressants... Cependant, le livre est caricatural et probablement contre-productif tant les affirmations sont à la frontière du raisonnable » écrit Xavier Ragot, président de l'OFCE
http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/le-negationnisme-economique-de-cahuc-et-zylberberg-leconomie-au-premier-ordre/

réponse des auteurs :
« loin de vouloir « importer dans le débat public la hiérarchie du débat académique » selon les mots de Xavier Ragot,  nous voudrions simplement que le débat académique soit mieux portée à la connaissance des non-spécialistes afin qu’ils puissent distinguer ce qui relève des incertitudes (ou des consensus) entre chercheurs de ce qui relève des options politiques des intervenants ».
http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/eclairage-sur-le-negationnisme-economique/


Cette polémique vient après un lobbying insistant de Michel Pébereau (jamais assez de patrons dans les manuels).
Le programme mis en place par Luc Chatel en lycée est vigoureusement contesté par l'APSES mais tjs en vigueur en 2016



.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,