12 septembre 2015

La France et les républicains espagnols

 

Réfugiés espagnols : quand la France choisissait l’infamie
Geneviève Dreyfus-Armand, Libération 09.09.2015
http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/09/refugies-espagnols-quand-la-france-choisissait-l-infamie_1379072


extraits
« Lors de la guerre d’Espagne, la France a d’abord accueilli des centaines de milliers de personnes avec humanité. Le premier gouvernement Blum élabore une politique d’accueil des réfugiés conforme à la tradition républicaine.... L’accueil des enfants est particulièrement exemplaire »


En novembre 1938, le gouvernement Daladier (radical) prévoit l’internement des étrangers dits indésirables dans des centres spéciaux. Une poussée xénophobe submerge un pays qui a accueilli depuis 1918 des exilés et des immigrants.

« Dans le pays qu’ils voyaient comme la patrie des droits de l’homme, ceux qui ont combattu les premiers le fascisme sont quelque 275 000 à être internés en février 1939 dans des camps sévèrement gardés : Argelès-sur-Mer, Saint-Cyprien, Le Barcarès, Bram, Agde, Septfonds, Gurs, Le Vernet, Rieucros, Collioure, en France métropolitaine, Boghari, Djelfa, en Algérie ». « Le régime de Vichy multipliera les camps, en faisant un rouage essentiel de sa politique d’exclusion et de collaboration avec l’occupant ».

« Fin 1939, près des deux tiers des réfugiés ont quitté la France... Pourtant, les républicains espagnols entreront en nombre dans la Résistance ».
Des républicains espagnols ont participé activement aux combats de la Libération.


- Les camps français d’internement de la zone sud, Denis Peschanski, 1999
- La France des camps, documentaire de Denis Peschanski réalisé par Jorge Amat, 85 min, 2009
d’après le livre de Denis Peschanski, La France des camps 1938-1946, éditions Gallimard, 2002.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article33



camps-sud

une carte des camps dans le sud de la France
http://1libertaire.free.fr/CampsFrance.pdf

 

carte_camps-sud

http://laretiradaatraverslaviedejesustello.e-monsite.com/album/categorie-par-defaut/
source : NM

Posté par clioweb à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 avril 2015

FMD : revue En Jeu

 

- La Fondation de la Mémoire de la Déportation publie la revue En Jeu (17 euros)
http://fondationmemoiredeportation.com/revue-en-jeu/
http://fondationmemoiredeportation.com/


1 - Résistances au musée

Frédéric Rousseau : « Résistance ». Elements pour la muséohistoire d’une matière hautement dangereuse
Charles Heimberg : Morette, un musée de la Résistance de la première génération: fidélités, temporalités et épopées narratives
Brice Pascal : Une mémoire écrasée par l’évènement du 6 juin 1944: l’évocation de la Résistance dans les musées de Basse-Normandie
Claudio Silingardi : Les musées de la Résistance en Italie. Le cas de l’Emilie-Romagne
Olivier Glassey, Stéfanie Prezioso : Musées de la Résistance en ligne: vers la constitution de nouveaux espaces symboliques ?
Jacques Aron, Constantin Brunner (1862-1937), créateur et passeur d’idées universelles et transnationales
Jacques Aron : La position du philosophe Constantin Brunner dans le cadre de l’antisionisme juif

2 - Des erreurs historiographiques

Pourquoi s’intéresser au problème des erreurs historiographiques ?
Yannis Thanassekos, Bertrand Hamelin et Thomas Fontaine

Statut de l’erreur en sciences sociales et en sciences de la nature - Stefan Goltzberg
La chasse aux erreurs : Lucien Febvre révélé par ses critiques - Olivier Lévy-Dumoulin
L’erreur d’Olga Wormser-Migot sur les chambres à gaz de Ravensbrück et de Mauthausen - Bertrand Hamelin et Thomas Fontaine
Un livre très attendu : François Azouvi, Le Mythe du grand silence. Auschwitz, les Français, la mémoire
Interview de François Azouvi par Yannis Thanassekos et Thomas Fontaine
Silence et oubli de la mémoire de la Shoah : une « illusion » historiographique ? - Sébastien Ledoux
Négationnisme et erreurs historiographiques - Valérie Igounet
De l’erreur historiographique au théâtre. Le Vicaire et la question du silence de Pie XII. 1963-2013 - Muriel Guittat-Naudin
Chronique des enjeux d’histoire scolaire : à propos des erreurs historiographiques - Laurence de Cock et Charles Heimberg

3 - XXe siècle : d’une guerre à l’autre ?

D'une guerre à l'autre ? Séquençages chronologiques, constructions causales et liens téléologiques :
Les périodisations et les aspects matriciels du XXe siècle guerrier en question - Julien Mary et Yannis Thanassekos

D’une historiographie à l’autre. 14-18 / 39-45 : jeux de miroir et perspectives croisées.
Entretien avec André Loez et Nicolas Mariot

1914-1945 : La Grande Guerre est-elle la matrice du XXe siècle monstrueux ?
Arrêt sur une vulgate du troisième millénaire - Frédéric Rousseau

Penser les guerres dans l’ « Autre Europe » : la séquence 1914-1945 en République tchèque et en France - Helena Trnkova
La Première Guerre mondiale à la veille de la Seconde. Novembre 1918 de Döblin, Le Monde réel d’Aragon :
leçon de contre-histoire par le roman engagé des années 1930 - Aurore Peyroles

La guerre de Corée, ou comment périodiser une guerre civile inter-étatique - Laurent Quisefit
Réfugiés, rébellions et enchaînement de conflits dans l’Afrique des Grands Lacs entre 1986 et 2000 - Agathe Plauchut
L’expulsion des Allemands des Sudètes : quel défi pour les historiens tchèques de la 2GMe à nos jours ? - Françoise Mayer
La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle - Laurence de Cock et Charles Heimberg


4 - Fin des camps – Libérations des déportés

Regards croisés sur la fin des camps nationaux-socialistes - Michel Fabréguet
Les marches de la mort et la phase finale du génocide nazi - Daniel Blatman
L’évacuation du camp de Neuengamme et de ses Kommandos au printemps 1945 - Detlef Garbe
Héros ou victimes ? La représentation de la libération du camp de Mauthausen
dans les témoignages écrits de survivants français - Peter Kuon
Entre angoisse et espoir. Expériences de survivants de l’évacuation du camp annexe de Melk - Alexander Prenninger
La Suisse et les déportées,1945-1947 : accueil, témoignage, prise de conscience - Éric Monnier, Brigitte Exchaquet-Monnier


enjeu

Posté par clioweb à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

26 juillet 2013

Politique du barbelé

 
Olivier Razac, Philosophie du fil de fer barbelé, LMD 08.2013
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/08/RAZAC/49559

barbele

Olivier Razac, Histoire politique du barbelé, Flammarion, 2009


Olivier Razac, Histoire politique du barbelé. La prairie, la tranchée, le camp, Paris, La Fabrique, 2000,
Trois grands moments
- L'appropriation et la clôture de la prairie par les colons entraîne l’exil des Indiens et l'extinction de leur culture
- La défense des tranchées lors de la GG
- Les camps de concentration
http://www.philophil.com/philosophe/razac/fils_de_fer_barbeles/barbeles.htm

CR par François Bouloc - CRID14-18
http://www.crid1418.org/bibliographie/commentaires/razac_bouloc.html

Publications d'Olivier Razac
http://www.enap.justice.fr/recherche/Olivier_Razac_publications_auteurs.php

Traquer les bébés
http://www.philomag.com/olivier-razac

Babylone, Espace 2
http://www.rts.ch/espace-2/programmes/babylone/3541424-babylone-du-09-11-2011.html


razac

Olivier Razac - Uriage 2012

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 mars 2013

Le nazisme, la société des camps

 

"Wir haben nicht einmal alle Nazi-Lager erfasst"
(Nous n'avons même pas abordé tous les camps nazis) - (source : Nicole)

Die Zeit publie un entretien avec l’historien Geoffrey Megargee
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/interview-holocaust-studie

Au début de ses recherches, l'historien Geoffrey Megargee pensait trouver 5000 ou 7000 camps et ghettos nazis. Personne n'avait alors songé à en faire l'addition.

Les chercheurs du Holocaust Memorial Museum ont fait l’addition de tous ces lieux de la violence nazie. Ils dénombrent 42 500 lieux de la terreur, « qui servaient à poursuivre des gens, à les forcer au travail, à la torture et la mise à mort ». Et ils ont sans doute fait des oublis.

Les nazis ont créé des camps pour tout. Camps d 'enfermement, camps de concentration, camps d'extermination, ghettos, mais aussi camps pour travailleurs forcés, maisons pour juifs, centres de prostitution forcée, camps pour enfants évacués, camps pour les Allemands ethniques qui s'établissaient comme colons en Pologne, camps pour les travailleurs sur les chantiers d’autoroutes… Sans oublier les camps pour les soldats, les camps pour les SS, les jeunesses hitlériennes et tous les autres.
« Le nazisme, c’est une société de camps » conclut Geoffrey Megargee

dans l'article, une carte des ghettos en Europe orientale (plus de mille) - The New York Times :
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/ghetto-map-nyt.jpg


naz-camps

Carte des camps nazis (détail - The NYT))
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/nyt-sscampmap.jpg
Diese Karte, erstellt von der New York Times, zeigt große Konzentrationslager und bisher kaum bekannte SS-Lager.
Autres cartes, dont Belin 1983 : http://clioweb.free.fr/camps/cartescamps.htm


Wolfgang BENZ / Barbara DISTEL, Der Ort des Terrors.
Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager, 9 volumes, C.H.Beck, 2005-2010
1 : Die Organisation des Terrors,
2 : Frühe Lager, Dachau, Emslandlager,
3 : Sachsenhausen, Buchenwald,
4 : Flossenbürg, Mauthausen, Ravensbrück,
5 : Hinzert, Auschwitz, Neuengamme,
6 : Natzweiler, Groß-Rosen, Stutthof,
7 : Wewelsburg, Majdanek, Arbeitsdorf, Herzogenbusch (Vught), Bergen-Belsen, Mittelbau-Dora,
8 : Riga. Warschau. Kaunas. Vaivara. Plaszów. Klooga. Chelmo. Belzec. Treblinka. Sobibor
9 : Arbeitserziehungslager, Ghettos, Jugendschutzlager, Polizeihaftlager, Sonderlager, Zigeunerlager, Zwangsarbeitslager


- Version Le Figaro 05.03.2013 : 42.500 camps de toutes sortes auraient été construits de 1933 à 1945, selon une enquête récente du Mémorial de la Shoah à Washington.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/05/


.

 

Posté par clioweb à 19:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 septembre 2012

Drancy, vu et vécu de l'intérieur

 

cercle-deportation



Mercredi 10 Octobre 2012 à 14 h 30


Lycée Condorcet
salle polyvalente Francis Poulenc
8 rue du Havre -  75009 PARIS
(Métro Saint-Lazare ou Madeleine)


Conférence de Michel Laffitte
Historien, docteur de l'EHESS,
 co-auteur avec Annette Wieviorka du livre À l’intérieur du camp de Drancy, éd. Perrin, 2012

.
Le camp de Drancy
.
vu et vécu de l'intérieur

.
La Cité de la Muette, devenue camp de Drancy, fut du 20 août 1941 au 17 août 1944
le principal lieu de rassemblement, d’internement
et de déportation des Juifs vers les camps de concentration et d’extermination.
.

Témoignages de  :
Yvette LÉVY déportée en 1944, à Auschwitz-Birkenau, avec des enfants des Maisons de l'UGIF.
 Victor PÉRAHIA  interné à Drancy vingt mois avec sa mère, avant leur déportation à Bergen-Belsen.

 

ENTREE LIBRE

Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz, 73 avenue Parmentier, 75011 Paris
site web : http://www.cercleshoah.org

télécharger l'affiche en format pdf

Les conférences et projections organisées par le Cercle d'étude depuis 1997


------------------------------------------------------------------------------------------------------


France 3 : Drancy 1941-1944, un camp aux portes de Paris

Un documentaire écrit et réalisé par Philippe Saada.
avec l’aide de l’historien Michel Laffitte.
diffusion Lundi 1 octobre 2012 à 23h30


.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


10 avril 2012

Aller à Auschwitz-Birkenau ?

 

birkmem

Birkenau - 18 mars 2001 - source : Clioweb


- Enseigner la Shoah, des professeurs en quête de réponses à Auschwitz - Le Monde 09.04.2012

Mattea Battaglia a accompagné 40 profs de l'académie de Toulouse.
Une visite encadrée par le Mémorial de la Shoah.

En fond, lire le mépris à la mode à l'égard des manuels
(« Je ne sais pas qui a le temps de se tenir à jour, de lire un livre, un vrai, pas un manuel » (sic))
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2012/04/09/


- « Un aspect du génocide s'est révélé à moi :
tuer prend, somme toute, très peu de place
» - Le Monde 09.04.2012
Claire Zalc a accompagné un voyage depuis Reims.
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2012/04/09/

.
- Annette Wieviorka : « Il n'est pas indispensable d'aller visiter Auschwitz pour savoir ce qu'a été la Shoah, pas plus qu'il n'est nécessaire de visiter les champs de bataille de la Grande Guerre pour connaître son histoire » - Le Monde 09.04.2012.

Elle évoque la place d'Auschwitz dans la mémoire collective, à la fois usine nazie de mise à mort, camp de concentration sans oublier la quarantaine de kommados (cf Bobrek pour Simone Veil)

« Si un enseignant en éprouve le besoin, une visite peut beaucoup lui apprendre, sur les traces de l'histoire qui s'est déroulée sur ce site, mais aussi sur la façon dont il a été muséifié et sur les problèmes que pose sa conservation ».

« Ces voyages visent à inculquer aux adolescents le "plus jamais ça". A y réfléchir, cette conception de l'éducation est curieuse. Elle postule que nos élèves sont des petits nazis en puissance qu'il faut éduquer non par l'inculcation de valeurs positives mais "contre Auschwitz". Une éducation préventive... Il arrive d'ailleurs que les jeunes soient déçus. Certains attendaient beaucoup de ce voyage, une sorte de révélation ou de conversion. Il ne s'est rien passé de tel. Comme si le fait d'aller quelques heures sur le lieu pouvait être source de transformation »
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2012/04/09/annette-wieviorka

1monum

Birkenau - 18 mars 2001 - source : Clioweb


- La déportation dans les camps nazis - http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm

- Le Cercle d'étude de la déportation et de la shoah - http://www.cercleshoah.org/

- Nuit et Brouillard, un film dans l'histoire - http://clioweb.free.fr/camps/nuitetbrouillard.htm

 

camps

Les camps nazis - manuel Belin Terminale 1983


.
.

Posté par clioweb à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 novembre 2011

Résister dans les camps nazis

 

cnrd2012_MRN


CNRD 2012 - Résister dans les camps nazis
On présentera les différentes formes qu’a pu prendre cette résistance et les valeurs qu’en transmettent les déportés par leurs témoignages.

Le Musée national de la Résistance a mis en ligne un dossier pédagogique organisé en 4 parties :
1 - Résister dans les premiers camps nazis (1933-1940)
2 - Résister dans le système concentrationnaire (1940-1945)
3 - Résister dans les centres de mise à mort (1942-1944)
4 - La résistance dans la mémoire des camps nazis : l’exemple de la France

Pour  télécharger le dossier de 32 pages en pdf :
http://www.musee-resistance.com/IMG/pdf/cndr2012__resistance_web.pdf

 

 

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 septembre 2011

Activités du Cercle d'étude

 


Activités et annonces sur le site web du Cercle d'étude :

- Maurice Audin la disparition
Le documentaire de François Demerliac a été projeté à Paris le 14/09/2011
L’association Maurice Audin :
http://www.ann.jussieu.fr/AUDIN/index.htm
Pierre Vidal-Naquet : http://clioweb.free.fr/dossiers/pvn.htm

- Octobre à Paris - 17 octobre 1961, film de Jacques Panijel, 1962,
Avec la participation de Mehdi Lallaoui fondateur de l’association « Au nom de la mémoire », et J.L. Einaudi (sous réserve).

Le film sur la répression de la manifestation des Algériens a été interdit en 1962. Il sera projeté dans le cadre de l'association Ciné-histoire, au cinéma Les 3 Luxembourg, le mercredi 19 octobre 2011.
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article198


- Résister dans les camps nazis

. CNRD 2012 - Bibliographie et choix de sites web sur le site du Cercle d'étude
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article194

Ciné Histoire, séance C.N.R.D. le vendredi 16 décembre 14h 30 en partenariat avec le M.R.N. Mme M.J. Chombart de Lauwe, Présidente de la FMD. http://www.cercleshoah.org/spip.php?article198

- Les Hommes libres, un film d’Ismaël Ferroukhi, 2011
Les Hommes libres est construit autour de deux personnages principaux : l’un est un personnage historique, Si Kaddour Ben Ghabrit, fondateur de la Mosquée de Paris en 1926 et recteur de celle-ci pendant les années d’Occupation, dont plusieurs témoignages attestent qu’il a protégé et sauvé des juifs ; l’autre est un personnage de fiction, Younes, qui avec ses compagnons d’armes (Ali, Leïla), incarne les différentes facettes de l’engagement des maghrébins dans la résistance.
dans le dossier, trois entrées :
Le nationalisme algérien durant la 2GM
l'expérience résistante des Maghrébins
La mémoire musulmane de la shoah
http://www.zerodeconduite.net/dp/zdc_leshommeslibres.pdf


- Les Tsiganes dans l’Europe occupée : entre persécutions et génocide
Cercle d'étude, Mercredi 19 octobre 2011 à 14h au Lycée Buffon, Paris 15 ème

. Conférence de Marie Christine Hubert, Historienne et archiviste.
Auteur d’une thèse d’histoire sur les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale. Co-auteur avec Emmanuel Filhol du livre Les Tsiganes en France : un sort à part (1939-1946), Editons Perrin.
- Présentation de documents sur la persécution et la déportation des Tsiganes du Nord-Pas de Calais et de Belgique par Monique Heddebaut, membre de la Commission historique du Nord, conseillère scientifique auprès du Musée de la Résistance de Bondues (Nord) et de Malines (Belgique).
- Témoignage de Raymond Gurême , ancien interné tsigane du camp de Linas-Montlhéry et co-auteur avec Isabelle Ligner du livre Interdit aux nomades, Editions Calmann-Lévy
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article197

http://www.cercleshoah.org/IMG/pdf/AfficheTsig.pdf

 

 . 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juillet 2011

Sam Braun

.

sam-braun1

Sam Braun vient de décéder en juillet 2011.
Il avait été arrêté et déporté fin 1943.
source : http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p6_217922/sam-braun-un-grand-temoin


sam-braun2

Sam Braun, Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu,
entretien avec Stéphane Guinoiseau, Paris, Albin Michel, 2007.


- « Sam Braun est né à Paris le 25 août 1927 mais a vécu son enfance et le début de son adolescence à Clermont-Ferrand. Ses parents, immigrés, se sont mariés en France, furent naturalisés en 1924 (sa mère venait de Kichinev, actuelle capitale de la Moldavie et son père de Pologne). Son père était commerçant - plus ou moins efficace et prospère d’ailleurs ! Sa famille n’est pas pratiquante mais Sam a été éclaireur israélite. ...

Le 12 novembre 1943 Sam, ses parents et sa petite sœur sont arrêtés chez eux à 6 heures 30 par des miliciens... »

Lire la suite de ce texte sur la page du Cercle d'étude (un monument numérique ?).
Sur cette page, Nicole mentionne également
l'adaptation théâtrale de l'ouvrage,
le 
témoignage sur TV5
le Testament philosophique des anciens déportés d'Auschwitz (sur le blog 
http://www.sambraun.com/ ).

http://www.cercleshoah.org/spip.php?article103&lang=fr


sam-braun-theatre

source : http://www.cercleshoah.org/


- L'hommage rendu à Sam Braun au cimetière du Père Lachaise
. Gabriel Kenedi pour Rue 89. 06/07/2011
http://www.rue89.com/2011/07/06/rdv-au-pere-lachaise-avec-sam-braun-deporte-a-16-ans-212471

 

  .

Posté par clioweb à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 septembre 2010

Sarah Montard

sarah3

Sarah Montard, lors du 67e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv.
Elle a été déportée à Auschwitz en mai 1944 - source Blog Laurent Montard

Témoignage en 3 parties, pour le Mémorial de la Shoah ( après la pub de dailymotion :-)....
partie 1
http://www.dailymotion.com
partie 2
http://www.dailymotion.com/
partie 3
http://www.dailymotion.com/

.
- Mme Sarah Lichsztejn-Montard
Témoignage pour le Cercle d'étude lors de la conférence de Gérard Noiriel sur L’immigration juive en France de la fin du XIXe à la  fin de la seconde guerre mondiale (25 juin 2008).
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article55

« Sarah est née en 1928 à Danzig de parents polonais ; elle est arrivée en France à l’âge de 2 ans et demi. Son père, né en Lituanie dans une famille de rabbins, est devenu libre penseur, sioniste de gauche, puis anarchiste en lisant Bakounine et Kropotkine. C’est un intellectuel, poète et journaliste yiddish, enseignant dans une école juive. Il fréquente le cercle des écrivains juifs de Varsovie. Sa mère, née à Malorita, un shtetel près de Brest-Litovsk, vient d’une famille traditionnaliste. Elle a étudié à l’école russe. Elle est couturière à façon. Après la révolution russe et la guerre russo-polonaise, le village est devenu polonais. La situation économique est très dure, l’antisémitisme virulent. Ils émigrent en France, le pays des droits de l’homme, de la liberté et de la douceur de vivre. Ils habitent d’abord dans le XVème où ils côtoient des Russes blancs. Ils déménagent dans le XXème, arrondissement à forte population juive, à Ménilmontant, puis à Belleville. Les logements sont moins chers et ressemblent à des taudis, sans électricité, sans eau, avec des punaises.

Les parents, de gauche, sont surveillés par la police. La mère, ouvrière à domicile, est payée à la pièce, et connaît la morte saison en hiver. Le père, l’intello, travaille épisodiquement dans les journaux juifs ou dans des petits boulots non déclarés. Sans carte de travail, il est reconduit à la frontière espagnole, italienne ou belge, tous les 6 mois et revient clandestinement. Les connaissances de ses parents s’intéressaient tous à la politique et avaient amené le yiddish dans leurs bagages. Ils étaient très pauvres, mais elle était heureuse. Le samedi, quoiqu’il arrive, ils s’évadaient au cinéma. L’essentiel, c’était l’école. Quand, à quatre ans, elle va à l’école maternelle, elle ne parle pas du tout français. Ses parents suivaient des cours de français à l’Alliance française. C’était primordial pour s’intégrer. Ses parents sont pleins de respect pour l’école de la République. Elle se souvient de quelques réflexions antisémites ...  ».

.
- Les rescapés, témoigner pour transmettre, n° 6 - 2008 -
extrait :
« Sarah Montard, petite Parisienne, est âgée de 11 ans et demi au début de la guerre. Pour échapper aux bombardements, sa famille l’envoie dans une maison de l’Oeuvre de secours aux enfants (OSE) jusqu’en juillet 1940, sur la Côte d’Azur, où sa mère vient la chercher. Elles reviennent à Paris en passant la ligne de démarcation.

sarah4

Sarah et les enfants de l'OSE à Boularis (Côte d'Azur) en 1940
source : Serge Klarsfeld, Mémorial, repris sur le site holocaust-memory.org

En mai 1941, son père est arrêté lors des premières rafles de Juifs étrangers et interné au camp de Pithiviers, dans le Loiret, d’où il réussit à s’évader en août 1941 et entre alors dans la clandestinité.

Le 15 juillet 1942, une amie du lycée prévient Sarah qu’une arrestation massive se prépare et qu’il faut quitter Paris. Mais Sarah et sa mère sont arrêtées le lendemain par la police française. À 14 ans, l’enfance de Sarah bascule. Conduites au Vél’ d’Hiv', elles réussissent à s’en évader le même jour et se cachent chez des amis, puis dans une chambre, à Paris.

Le 24 mai 1944, à 7 heures du matin, deux jeunes inspecteurs en civil viennent arrêter Sarah et sa mère suite à une lettre de dénonciation. Conduites au dépôt du palais de Justice, elles partent le lendemain pour Drancy. Le 30 mai 1944, Sarah et sa mère sont envoyées à la gare de Bobigny d’où elles partent pour Auschwitz, par le convoi n° 75.  Elles arrivent le 2 juin 1944 à Birkenau. Toutes deux sélectionnées sur la Bahnrampe de Birkenau, elles sont affectées dans des Kommandos extérieurs dans lesquels elles effectuent d’exténuants travaux. Séparée de sa mère, elle est envoyée au camp des hommes.

Le 18 janvier 1945, le camp est évacué. Pendant la « marche de la mort » elle retrouve sa mère, et elles arrivent ensemble au camp de Bergen-Belsen. Sarah y attrape le typhus, mais sa mère la sauve.

Libérées par l’armée anglaise le 15 avril 1945, elles reviennent à Paris le 24 mai 1945 et retrouvent le père de Sarah qui avait pu se cacher. Aujourd’hui, Sarah témoigne inlassablement et accompagne régulièrement des élèves à Auschwitz ».

16 mars 1945: c'est aujourd'hui mon anniversaire !
http://www.anti-rev.org/temoignages/Montard96a/body.html

.
- Sur le blog de Laurent Montard :

67eme anniversaire de la rafle du Vel d'hiv

Voyage à Auschwitz

Discours du 19 juillet 2009

Sarah prépare un ouvrage dont le titre vient d'une chanson d'Edith Piaf : Chassez les papillons noirs (à paraître début 2011)
 

sarah

Sarah à Granville, le 16 septembre 2010

Le 20, elle est allée témoigner au Lycée La Morandière.

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,