11 décembre 2015

Régionales : nous avons tué la politique

 

Il n’y a pas de vague Bleu Marine, par Frédéric Gilli -  Le Monde 10.12.2015

http://www.lemonde.fr/elections-regionales-2015/article/2015/12/10/il-n-y-a-pas-de-vague-bleu-marine_4828268_4640869.html

http://www.oplpv.fr/2015/12/il-ny-pas-de-vague-bleu-marine-par.html


Pour parler de vague, les médias n’ont regardé que les pourcentages par rapport aux exprimés, pas le nombre réel des électeurs : 6 millions pour le FN, 14,6 millions pour les (autres) partis représentés au Parlement.
« Plus qu’une progression puissante du FN, le résultat de dimanche est avant tout la déconfiture combinée du PS et de ses alliés potentiels à gauche, de Les Républicains et de ses alliés à droite ».

« Le problème est que l’on préfère s’épouvanter devant les résultats du FN au lieu de regarder la réalité du désastre politique en face »... « les Français sont en attente de politique, mais ils ont un problème d’offre : ils ne veulent pas du FN mais aucun des partis traditionnels ne leur offre une perspective digne de se mobiliser ». « Sarkozy a tué la République, nous, nous avons tué la politique » fait dire Le Monde 08.12.2015 à Martine Aubry.


Dans les médias et dans les états-majors, on organise ainsi les discours et les analyses à l’aune des évolutions (fantasmées) d’une partie infime de la population. Cela produit plusieurs effets délétères. D’abord, cela conduit à donner un espace démesuré à une grille d’analyse des enjeux qui reste marginale dans le pays mais qui s’impose faute de place pour des débats ouverts... On teste (par sondages) et alimente ainsi un déclinisme et une fermeture sans bornes quand la société regorge d’initiatives, de bonnes volontés et d’envie de liens et d’échanges…

« Enfin, cela relègue dans une abstention de plus en plus dure tous les autres électeurs potentiels qui désespèrent de trouver un espace et une offre politique qui leur correspondent. Et tout cela se fait en permettant aux appareils politiques classiques, de tous les partis, de ne pas s’interroger plus durement sur leurs pratiques militantes, sur le nombre de jours qu’ils ont passés sur le terrain, hors périodes électorales, à échanger librement avec les habitants et à forger collectivement du sens pour construire les repères dont nous avons tous terriblement besoin dans les moments que nous sommes en train de vivre ».     


[ il faut peut-être y ajouter un ni-ni (ni Hollande ni Sarko en 2017).
Cela tient au bilan des politiques menées (cf. le rejet de Sarko en mai 2012, les défaites de la gauche aux élections de 1985, 1993, 2002).
Mais aussi aux clivages politiques : pour la droite (et plus encore l'extrême droite), la gauche n'a aucune légitimité à gouverner : cela a marché pendant 23 ans, de 1958 à 1981 ! A cette détestation s'ajoute une bonne dose d'hyprocisie. En 1998, 5 présidents de région UDF ont été élus avec des voix FN * : Millon, Soisson, Blanc, Baur, Harang). En 2011-2012, Sarko s'est aligné sur Buisson, avec l'illusion qu'il suffisait de faire les mêmes discours que le FN pour capturer ses électeurs. 

Ces électeurs ne sont pas au-dessus de tout soupçon.
Ils attendent beaucoup trop des élus, y compris dans des domaines qui ne dépendent pas de leurs compétences.
Les points de vue sont souvent irréconciables et tiennent davantage à des choix idéologiques qu'à une réalité (cf. en éducation, la fausse querelle sur les méthodes de lecture).


* En 1998, 5 présidents de région, tous issus de l'UDF, acceptent les voix du FN : Charles Millon en Rhône-Alpes, Jean-Pierre Soisson en Bourgogne, Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, Charles Baur en Picardie et Bernard Harang en région Centre. En Haute-Normandie, Jean-Paul Gauzès, élu grâce aux voix FN, n'a pu rester président que cinquante minutes. Et en Midi-Pyrénées, Marc Censi, élu dans les mêmes conditions, a dû démissionner une première fois, avant d'être réélu par une majorité identique et de renoncer pour laisser la place à Martin Malvy (PS).
http://www.slate.fr/story/54081/fn-alliance-droite-1998

 

.

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 avril 2013

Lorànt Deutsch, les historiens de garde

 

- Les historiens de garde : Lorànt Deutsch, Patrick Buisson et le roman national
    William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin
William Blanc est invité dans la Fabrique 19.04.2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire


- Les historiens de garde, c’est plus qu’un livre, c’est aussi un site qui a deux fonctions.
. prolonger le livre en proposant des sources
(certaines disent le contraire de ce qu'a lu Lorànt Deutsch)

. ouvrir sur d’autres sujets non abordés dans le livre, faute de place ou de temps.
ex : L’invention des Français, l'ouvrage de Jean-François Kahn
Herman Lindqvist en Suède
Alain-Jacques Czouz-Tornare décortique une émission de Franck Ferrand.
http://www.leshistoriensdegarde.fr/

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,