29 juillet 2014

Le dimanche de Bouvines

 

bouvines-co

Georges Duby. 27 juillet 1214. Le dimanche de Bouvines. Paris, Gallimard, 1973.
(Trente journées qui ont fait la France)

En 1214, la France de Philippe-Auguste est en guerre contre Jean sans Terre. Louis (le futur Louis VIII) bat le Plantagenêt à la Roche-aux-Moines le 2 juillet. Le 27 juillet, le roi triomphe d’une coalition : l’empereur Otton IV, le comte de Flandre, le comte de Boulogne, le duc de Lorraine, le comte de Salisbury, frère naturel de Jean Sans Terre.

Dans Le dimanche de Bouvines, Georges Duby publie une traduction du texte de Guillaume le Breton, le chapelain du roi. La seconde partie est une sociologie de la guerre au XIIe (la guerre des chevaliers n’a rien à voir avec celle des routiers mercenaires ou celle des fantassins). La dernière partie traite du souvenir de la bataille, réactivé après la défaite de 1870, avec un accent mis sur la victoire contre un souverain allemand.

« Grand succès de librairie, Le Dimanche de Bouvines , publié en 1973, est un livre limpide, précis et novateur. Qui réconcilie l'histoire de l'événement et l'analyse des structures sociales ». Jacques Berlioz, L'Histoire 258
Présentation par Lionel Chanel :
http://blogthucydide.wordpress.com/2007/09/03/le-dimanche-de-bouvines-de-georges-duby/


CR par Bernard Guenée. Georges Duby, Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214.
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 6, 1974. pp. 1523-1526.
http://web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1974_num_29_6_293576_t1_1523_0000_002

Le second chapitre a des pages inoubliables sur les tournois, la guerre des vassaux et ce scandale que créent l'intrusion des rotuiers dans le noble jeu de la guerre... La bataille n'est pas la guerre mais une sorte de liturgie, à la fois tournoi et jugement de Dieu, auquel les prudents guerriers ne consentent qu'en cas de nécessité ou de malentendu et lorsque sont épuisés les joies de la guerre...

B Guenée fait la différence entre les 275 chroniques composées au XIIIe, surtout en latin, et les techniques de propagande utilisées plus tard par Philippe le Bel et ses conseillers. Selon lui, la victoire du Capétien, c'est celle du clergé, des seigneurs et du petit peuple de la France du Nord. « ... un  peu au sud de la Loire commence un autre monde, aux structures politiques, à la culture, aux convictions différentes, qui sait peu du roi de Paris et rien de Bouvines ... Marquer le développement du sentiment national ... c'est montrer par quels lents progrès il a peu à peu conquis le royaume tout entier »

En 1914, le 700e anniversaire a célébré la victoire sur un souverain allemand.
En 2014, Le Point proclame : « Il y a 800 ans, la France naissait à Bouvines » :-)
« Le 27 juillet 1214 était un dimanche. Et contrairement au dernier Mondial, les Français firent mordre la poussière aux Allemands ».
« Le XIXe siècle a largement célébré cette bataille qui vit Philippe-Auguste défaire deux ennemis héréditaires »

Toujours en 2014, quand on ne veut / sait plus faire d'histoire dans les médias, on prend une bataille célèbre,
et on prétend célébrer :
la paix (sic),
l'Europe
et la jeunesse...
http://www.bouvines2014.fr/
 
CR par Robert Fossier en 1975 - Bibliothèque de l'école des chartes
http://web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1975_num_133_1_461387_t1_0150_0000_000

Felipe Brandi (EHESS), Connaissance historique et usages politiques du passé,
Considérations autour de l'épilogue du Dimanche de Bouvines de Georges Duby
Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques 44 | 2009 http://ccrh.revues.org/3535

Pierre Campion. Comment Georges Duby écrit l'histoire.
In: Littérature, N°84, 1991. Littérature et politique. pp. 109-126.
le bleu du ciel, le temps perdu, l'espace littéraire, la poétique du récit : l'énonciation, le mouvement de la narration
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/litt_0047-4800_1991_num_84_4_2595

 

bouvines-ac-n

Bouvines d'après Les Grandes Chroniques de France, XIVe siècle
voir aussi Philippe Auguste ramenant Ferrand et Renaud, faits prisonniers
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/75635874/0/fiche___ressourcepedagogique/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grandes_Chroniques_de_France

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


07 novembre 2012

Ils ne savent plus ...

 

>> amusez vous à tester les connaissances historiques de vos élèves...parlez leur de Jules Ferry , de Gambetta, de la Commune ou de la révolution de 1848....et même de Danton et de Robespierre, vous m'en direz des nouvelles 
en essayant de faire COURT,  qq éléments de réponse :
.
- dans quel pays la Garonne prend-elle sa source ? En Belgique ... :-)
ce n'est pas en cycle III, mais dans un jeu tv de Fce 2.
La candidate n'avait pas lu et ni appris la Géo pour les nuls...
.
- une bourde sur Clovis ?
En juin 2005, le futur patron du Monde en trouvait dans des copies de bac
(le programme d'histoire portait sur l'après 1945 :-):-).
Il avait juste oublié de vérifier ses sources, 
et confondu vraies copies d'élèves et canular ou facétie imaginé par un internaute.
.
-  La Commune ?
Chatel a déstructuré l'HG au lycée (pas seult les SES).
En seconde, le programme s'arrête vers 1850 (sauf pour les migrations).
Celui de première va en théorie de 1851 à nos jours.
Ouvrez un manuel d'H en première
et cherchez y la Commune de Paris ...
.
.
Pas question de nier des problèmes qui tiennent à la pédagogie,
aux ados d'aujourd'hui,
à l'histoire enseignée, 
à des choix sociaux et politiques.
Mais la prudence est nécessaire devant des jugements globaux
(cf la culture éco des Français jugée par les amis du patronat
ou l'austérité vue par Rue 89 :-):-)
.
.
Sur le fond 3 remarques :
.
- "Ils ne savent plus", le discours (et le constat) n'est pas neuf.
Il vaut dans toutes les disciplines (cf l'anglais parlé
par nos dirigeants politiques depuis une génération)
Les déclinistes savent s'en servir et le mettre en scène
pour préparer le terrain à la démolition.
.
Prenez le temps de revoir l'Ecole buissonnière
un vieux film (1949).
Pour l'examen du Certif, un instit interroge sur les années en 15
(1715, 1515, 1415, 1615 .. mais pas 1815 ni 1315)
Albert lui répond déclaration des droits de l'homme
(art 1 : les hommes naissent et demeurent ...)
.
Et ne confondons surtout pas les références des plus âgés
(qui ont pu étudier la Révolution en 3e et en 2de)
et celles des jeunes (Athènes au Ve, pas Danton)
.
.
- Peut-être faudrait rappeler que l'école n'est pas la source unique en histoire ;
la famille l'est (en 1995, la 2GM était déjà connue via les gds parents),
tout comme la télé (pour France 2 qui préfère Marie-A à Danton, Varennes, c'est ""l'évasion"" de Louis XVI !!),
l'espace vécu au quotidien par les ados (rural ? urbain ? péri-urbain ?), 
sans oublier les jeux et les BD.
.
- L'histoire a profondément changé depuis 2 générations,
avec des appuis sur l'anthropologie, la socio ...
Comparer le Bouvines de Duby aux historiens du XIXe
Face à la production scientifique, aux groupes de pression mémoriels, 
les concepteurs de programme ont tendance à charger la barque, 
pour complaire à toutes les demandes sociales
("la libération de la Corse sera traitée
dans tous les manuels" avait promis chatel à un député ump).
.
Du coup, le temps indispensable pour faire vivre cette histoire enrichiemanque ;
les enjeux ne sont pas toujours perçus par certains lycéens.
Le MEN adore supposer connu ce qui n'a pas été enseigné,
et il oublie trop souvent de croiser les programmes 
pour mieux enraciner ce qui est étudié dans chaque discipline isolée.
Le XVIe sera traité en 2de en histoire, mais en 1ere en Lettres ...

.
Un dernier mot sur le faux débat sur la chrono
Les médias adorent.
MA 15 15, c'était commode pour téléphoner.
Mais cela ne disait rien des hommes du début du XVIe,
aussi bien Raphaël - cf l'expo du Louvre 
que les paysans (cf les RDV de Blois)
.
Raisonner en prenant le temps comme facteur, 
c'est sans doute moins mécanique et moins rassurant pour qq nostalgiques, 
mais bien davantage formateur.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,