13 août 2022

La griffe du peintre

 

- La griffe du peintre, La valeur de l’art (1730-1820),

Charlotte Guichard , Le Seuil, « L’univers historique »

Paroles d’histoire 38 49 minutes

https://parolesdhistoire.fr/index.php/2019/02/06/38-la-signature-des-peintres-au-xviiie-siecle-avec-charlotte-guichard/

 

Résumé par André Loez

Le titre du livre, la « griffe » entre métaphore animale, geste auctorial, et dispositif technique (1:40) ;
la signature médiévale ou renaissante comme marque de l’atelier (4:15) ;
le monogramme de Dürer, affirmation de l’auteur mais pas encore autographe (5:45) ;

les raisons qui font émerger la signature dans le tableau au XVIIIe siècle (6:55) ;
les transformations du statut de « l’auteur » dans la période, et sa manifestation dans la signature (7:45) ;
l’émergence d’un public qui sait regarder différemment les tableaux et leurs signatures (10:20) ;
en retour, la complexité des choix d’emplacements pour les signatures, chez Chardin ou Boilly (11:50) ;
les conditions nouvelles de la notoriété des peintres via les Salons notamment (13:05) ;
le jeu de la singularité et de la répétition pour de mêmes tableaux (15:30) ;
un jeu de répétitions et d’échos encore compliqué par la gravure (18:00) ;

la peinture de Fragonard comme « performance » visible dans sa signature (20:10) ;
la signature, “signe défaillant” et indice non fiable, suivant les analyses de Carlo Ginzburg (23:00)
la nouveauté de la logique du nom au XVIIIe siècle, en l’absence de cartel ou de cartouche sur le cadre,
le contexte « démocratique » de la naissance du cartel au moment de la Révolution française (24:10) ;
la « forme tableau » elle-même non encore stabilisée au XVIIIe siècle, qui n’est pas seulement une image, et dont il faut faire l’histoire (26:25) ;

signer de son nom, une forme d’émancipation pour un artiste d’atelier, à travers l’affaire Casanova-Loutherbourg (29:45)
et la signature de femmes pourtant mineures juridiquement comme Élisabeth Vigée-Lebrun (33:30),

la signature monumentale et personnelle à la fois de David (36:15) ;
les réorganisations révolutionnaires du rapport au nom et à la signature (39:40) ;
plus largement la nécessité de faire dialoguer l’histoire de l’art
avec une histoire matérielle et sociale de la culture, où les artistes contribuent à définir la valeur de leurs œuvres (43:20).

 

- La Griffe, titres et sous-titres, 4eme de couverture

recherche à partir de David, la gloire du nom - Stanford

https://searchworks.stanford.edu/view/12819236

La valeur du nom

Une histoire pragmatique de la signature
Une anthropologie du tableau
De Pline à Vasari : l'héritage humaniste
Les premiers héros grecs
Le nom et la fana
Les contes exemplaires de Vasari
Saillance d'un détail
Marques et monogrammes
Signatures détaillées
Le regard de l'expert
La Griffe et la marque : esthétique de la marchandise
Présences de la signature
Chardin, la griffe et l'empreinte
L'original multiple
L'espace du tableau : intériorité et matérialité
La marque de François Boucher
Autographie et performance: la main du peintre
Des savoirs graphiques à l'autographie
La main à l'oeuvre
Frago : geste et performance
Hubert Robert ou la dissémination de la présence
La patrimonialisation du nom
Réputations au Salon
Cadre, cartouche, cartel
Expertise et attribution
Le nom et le canon
Le nom des femmes
Auctorialité et autorité
"Il faudra bien qu'ils croient quand ils auront vu"
Une conscience collective ?
Des stratégies individuelles
David et la gloire du nom
"David & compagnie"
Inscrire son nom dans l'histoire
David contre David : la propriété du nom
L'amour de l'objet
Signatures en Révolution
Identités de papier
La griffe et l'assignat
Politiques de la signature
Fac-similés et trompe-l'oeil : l'art de Louis-Léopold Boilly.


- Une histoire à partir de l’art ? Autour de trois ouvrages récents en histoire de l’art

par Séverine Sofio · Publié 18/10/2020 · Mis à jour 17/12/2021

Le carnet du Mouvement social N°276 (juillet-septembre 2021) / Notes de lecture

https://lms.hypotheses.org/11466

. Charlotte Guichard, La griffe du peintre. La valeur de l’art (1730-1820),
Paris, Éditions du Seuil, « L’univers historique », 2018, 368 p.

. Anne Lafont, L’art et la race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières,
Dijon, Les Presses du réel, « Œuvres en sociétés », 2019, 476 p.

. Hannah Williams, Académie royale. A History in Portraits, Farnham-Burlington, Ashgate, 2015, 358 p.

 

- Le doigt dans l’œil

par Pierre Senges 13 juin 2019

https://www.en-attendant-nadeau.fr/2019/06/13/doigt-oeil-guichard/


APHG, audio 3 déc 2021 ( 1 h 30 )

https://www.aphg.fr/Cafe-virtuel-avec-Charlotte-Guichard-pour-La-griffe-du-peintre


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


02 juin 2021

expo L'empire des sens

 

empire-sens-cognacjay

L’Odalisque brune, François Boucher, 1745, musée du Louvre

( un détail du tableau pour ne pas risquer de choquer FB et les censeurs ? )


L’Empire des sens, de Boucher à Greuze

expo Musée Cognac-Jay

8 rue Elzévir 75 003 Paris

19 mai - 18 juillet 2021

dossier de presse

https://museecognacqjay.paris.fr/sites/default/files/dp_lempire_des_sens.pdf

 

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 février 2015

Marmottan : Naissance de l'intime

 

bain-psyche


intime

La Toilette - Naissance de l'intime.
C'est le thème de l'exposition présentée au musée Marmottan du 12 février au 5 juillet 2015.

 

Télécharger le dossier de presse (26 pages, de nombreuses reproductions) :
http://www.marmottan.fr/upload/files/DP_La-toilette-naissance-de-l-intime.pdf


L’exposition réunit des oeuvres d’artistes majeurs, illustrant l'évolution des rites de la propreté, l’invention de gestes et de lieux spécifiques en Europe du XVe à nos jours.
Au XVIIe, la toilette (parfois sèche) est plutôt un spectacle.
Au XIXe, avec l’apparition du cabinet de toilette, l’espace se clôt et la toilette se privatise.
« Pour les peintres réalistes, le nu lui-même n’est plus celui, académique, du corps parfait, mais celui, tout prosaïque, du quotidien : les gestes secrets l’emportent sur l’idéal du trait ».
Au XXe, la baignoire accompagne le triomphe de l’individualisme ; c’est l’occasion d’un total retour sur soi.


1  Le bain amoureux de la Renaissance
2  La toilette « classique » : toilette sèche, toilette sociale
3  Illustres solitaires
4  Les Lumières : ablutions partielles, discrétions et indiscrétions
5  Après 1800, la clôture de l’espace
6  Fin xixe siècle : spécialisation du lieu et corps nouveau de la baigneuse
7  La toilette dans tous ses états modernes
8  Avant-gardes : le nu féminin, un problème formel ?
9  Onguents et cosmétiques : la publicité et la peinture
10 Julio González, le Grand Fer
11  Notre temps

Commissaires de l'expo :
- Georges Vigarello
Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Seuil, 1985, édition illustrée, 2013,
Histoire de la beauté, le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Point Seuil, 2007,
La silhouette du XVIIIe siècle à nos jours, naissance d’un défi, Seuil, 2012,
Le Sentiment de soi. Histoire de la perception du corps (XVIe – XXe siècle), Seuil, 2014

- Nadeije Laneyrie-Dagen
L’invention du corps, Flammarion



Toilette sur toiles, Le Monde 26.02.2015
au XVIIe, « une hygiène sans eau », qui a pour corollaire une « toilette sans nudité »

Le début du XVIIIe siècle n’est guère plus aqueux (quoique…), mais on s’y poudre beaucoup, on s’y farde aussi, et la toilette devient un rituel social. Les dames de qualité reçoivent les marchandes de fanfreluches tandis qu’on les coiffe et les pomponne. Quand l’eau fait sa réapparition – timidement, on commence par de petites bassines, avant de s’enhardir à tenter de se plonger (en chemise) dans un cuvier –, c’est essentiellement pour calmer les ardeurs féminines
http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/02/26/exposition-toilette-sur-toiles_4583411_1655012.html

diaporama (12 reproductions)
http://www.lemonde.fr/culture/portfolio/2015/02/26/l-art-intimiste-de-la-toilette-au-musee-marmottan_4568982_3246.html

Oeuvres de fiction, Libération 04.03.2015
Au musée Marmottan, une exposition retrace l’histoire du rituel intime de la toilette et le rapport des corps à l’hygiène, du XVe siècle à nos jours
http://next.liberation.fr/arts/2015/03/04/oeuvres-de-friction_1214025



Une triple question :
- L'accès à l'eau courante. Le robinet est une conquête récente.
Auparavant, en ville et plus longtemps encore en campagne, il faut transporter l'eau (froide) et l'utiliser avec parcimonie.
http://www.cieau.com/l-eau-potable/l-eau-potable-pour-tous-une-conquete-recente

A Paris, les premiers bains-douches bon marché ouvrent rue de Bretagne en 1899. Jusque vers 1960, les bains-douches municipaux seront un élément essentiel de la vie urbaine. Avec la crise sociale en cours, ils semblent retrouver une certaine actualité.
http://www.reseau-canope.fr/tdc/tdc_982 (pdf)

- L'approche de l'intimité par la peinture incite à féminiser le sujet. Les modèles masculins ne seraient-ils pas concernés par la propreté ?

- Cette approche ne conduit-elle pas les élites parisiennes actuelles à centrer le regard sur l'univers des élites d'hier, des aristocrates avant 1789 ou des bourgeois au XIXe ? Ainsi, la bourgeoisie découvre les bains de mer au XIXe, alors qu'en été, au milieu du XVIe, les paysans de Gilles de Gouberville semblent profiter sans difficulté particulière de la mer proche.
Qu'en est-il de la toilette dans les milieux populaires, paysans ou ouvriers ?


mineur-toilette

cf une photo de la toilette d'un mineur mise en scène sur le blog http://andredemarles.skyrock.com/
(pour les mineurs, relire Germinal ou revoir les adaptations au cinéma).

Recontrution2

Le bain à la Reconstruction
http://www.chahuts.com/albums/reconstruction/?item=16602&page=1



Pour accéder à d'autres reproductions de tableaux sur ce sujet,
consulter The Web Gallery of Art : http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/ (en bas, dans Text taper « toilet »)

Georges La Tour
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/l/la_tour/georges/index.html
François Boucher :
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/b/boucher/index.html
Edgar Degas
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/d/degas/index.html 

 

 

marrmottan-intime

 Eugène Lomont - Jeune femme à sa toilette - 1898 - MDO Beauvais


.

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,