16 novembre 2013

Révoltes bretonnes 1675

 

La Fabrique - Actualités du vendredi 15/11/13
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoireactualites-du-vendredi-151113-benedicte-savoy-et-alain-cr

12e-29e minute
Ecouter Alain Croix sur les deux révoltes bretonnes du temps de Louis XIV :
- celle du papier timbré dans les villes
- celle des paysans contre les droits imposés par les seigneurs et le clergé (la dîme)
Il décrit l'exploitation politique de ces révoltes vers 1975, avec lecture sociale (chemise et bonnet rouge) et lecture régionaliste contre le pouvoir central

Dans l'épisode récent, Alain Croix voit
- une remarquable opération de communication
- une lecture profondément malhonnête de l'histoire.
La révolte sociale de 1675 est mise au service d'une revendication régionaliste en 2013
- Une redoutable manipulation. Ceux qui sont à l'origine d'un modèle agro-industriel qui a largement reposé sur les subventions européennes et
a montré ses défauts sur le plan de l'environnement sont en train de détruire cette filière pour aller gagner de l'argent ailleurs (cf le Brésil). Ils essaient avec succès de détourner la colère justifiée des salariés et  de leurs familles contre Paris, le symbole commode de tous les maux
Le héros pendu en 1675 à Nantes, était un bas-breton, un "sale étranger", pas un vrai Nantais.

dans la même émission, Bénédicte Savoy (Berlin) commente l'annonce du «Trésor de Munich» par les autorités allemandes.
1 500 trésors pillés par les nazis retrouvés à Munich - Le Monde 04.11.2013
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/11/04/1-500-tresors-pilles-par-les-nazis-retrouves-a-munich_3507491_3246.html


- Une référence historique tirée par les cheveux - Laurent Bihl, Libération 07.11.2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/11/07/une-reference-historique-tiree-par-les-cheveux_945369

« Enseignant, je ne suis pas tant choqué par le raccourci historique imaginé par les manifestants du moment, que par l’assourdissant silence des commentateurs. Tout ceci est asséné dans une indifférence et une absence de questionnement qui pose tout de même problème, surtout après les tonitruants débats qui ont agité le Landerneau éducatif voici quelques semaines. A quoi sert l’histoire alors ? A une telle récupération, gadgétisant les colères du passé afin de draper des revendications dans un enracinement régional fantasmé ? Où sont les historiens que diable ! »

- En 2010, à Munich, les douaniers allemands ont découvert chez Cornelius Gurlitt des tableaux d'Auguste Renoir, Henri Matisse, Pablo Picasso, Marc Chagall, Paul Klee, Oskar Kokoschka ou Max Beckmann.
Quatre marchands ont vendu les œuvres considérées comme de l'art dégénéré par Hitler et les Nazis : Karl Buchholz, Bernhard Böhmer, Ferdinand Möller et Hildebrand Gurlitt (le père de Cornelius).

.
.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,