11 mai 2016

Cardon, Nos vies à l'heure des big data



cardon-nantes

Dominique Cardon - Nos vies à l'heure des big data - Nantes 10.05.2016
http://webtv.univ-nantes.fr/fiche/8120/dominique-cardon-nos-vies-a-l-heure-des-big-data



cardon-4

Popularité, autorité, réputation, prédiction...



rappels :
A quoi rêvent les algorithmes - Nos vies à l'heure des big data 10.2015
11 pages en pdf - http://www.seuil.com/extraits/9782021279962.pdf

publications jusqu'en 2014 : http://cems.ehess.fr/index.php?2553

Comment le numérique a révolutionné la connaissance - La Grande Table 29.01.2016

Les carnets de l'économie (4* 3 minutes)
http://www.franceculture.fr/personne-dominique-cardon.html


.

Posté par clioweb à 22:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 novembre 2015

LM : Le big data, prudence...

 

- Le big data, entre nombres et lumières - Le Monde 29.10.2015
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/10/29/big-data-la-nouvelle-frontiere_4799387_4408996.html

Ultraconnectée, l'humanité produit toujours plus de données numériques. Les enseignements qu'on peut tirer de ces volumes vertigineux d'informations brutes restent incertains : les mathématiques peinent encore à les interpréter

« Les chiffres sont impressionnants. Pendant la seule année 2011, le volume de l'information qui a été numérisée dans le monde a atteint 10 puissance 21 octets. En  2013, ce volume a été 4,4 fois supérieur ! A ce rythme, en  2020, l'humanité stockerait 44 zettaoctets de données dans ses ordinateurs, téléphones, tablettes - mais aussi dans ses montres, lunettes, réfrigérateurs, automobiles, puces sous-cutanées, objets de plus en plus bardés de capteurs connectés à Internet. Soit 44 000  milliards de gigaoctets…»

« L'intérêt principal (vendu) du big data : nous faire découvrir des réalités que nous ne soupçonnions pas ».
«  Le big data reste pour l'instant l'apanage de gens qui inventent et vendent des systèmes informatiques, mais qui n'affrontent pas les problèmes spécifiques posés par le traitement de données massives ».

Parmi les inconvénients cités dans l'article :
- Succomber à une pensée magique associée aux chiffres et à la masse de données disponibles
- Peut-on faire confiance aux données collectées ? Quid des réponses volontairement erronées ?
- Les écueils liés aux maths (continu et discontinu, combien de dimensions ? 10,20, 30, 70 ?


dans http://www.google.fr/trends/
Mentions de big data surtout depuis 2011,
plus irrégulier pour connected objects : pointes en octobre, creux en août


- L'inquiétant n'est pas le Big data, c'est qui l'utilise et comment - Internetactu, 31.10.2015
A l'occasion d'une conférence donnée récemment, dont elle a publié le transcript sur son site, Danah Boyd posait la question du monde que nous fabriquons avec les technologies.
http://internetactu.blog.lemonde.fr/2015/10/31/linquietant-nest-pas-le-big-data-cest-qui-lutilise-et-comment/


- Qui parle des big data sur Twitter ?
http://twitter.com/search?q=big%20data&src=typd

- Big data et objets connectés - Faire de la France un champion de la révolution numérique
Babinet, l’ex-patron du CN du Numérique pour l’institut Montaigne + le DG de Cisco.
Le patronat prépare activement 2017
http://tinyurl.com/imontaigne-connectes
http://entreprisesnumeriques.co/2015/04/13/636/


- Les doutes d'Evgeny Morozov :
Morozov, When More Trumps Better, Wall Street Journal, 08.03.2013
http://www.wsj.com/articles/SB10001424127887324178904578342234223307970

http://www.liberation.fr/ecrans/2015/04/20/les-technologies-sont-des-concentres-d-ideologies_1254606
http://www.lesprairiesordinaires.com/mirage-numeacuterique.html

To Save Everything, Click Here: Technology, Solutionism, and the Urge to Fix Problems that Don't Exist

Résister à l'ubérisation du monde (article payant)
http://www.monde-diplomatique.fr/2015/09/MOROZOV/53676

 

.


.

Posté par clioweb à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2015

D Cardon : A quoi rêvent les algorithmes ?

 

 
A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l'heure des big data (Seuil/La République des idées)
Dominique Cardon, l'auteur est l'invité de La Suite dans les idées 03.10.2015.
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-etant-donnees-la-revolution-sociale-des-big-data-2015-10-03
extraits de l'introduction : http://tinyurl.com/cardon-gbooks

3,3 Mds de requêtes sur les 30 000 Mds de pages indexées par G
350 M de photos et 4,5 mds de likes distribués sur FB
144 Mds d'emails entre 3 Mds d'internautes
Tous les 2 jours, nous produisons l’équivalent de ce que toute l’humanité a archivé depuis la naissance de l’écriture.

Face à cette accumulation de données, les algorithmes sont utilisés pour classer le big data et prédire notre avenir.
« La révolution n’est pas dans cette incroyable production et accumulation de données, mais dans la capacité et la manière de les calculer, de les trier et les organiser au point de façonner une grande partie des cadres cognitifs et culturels de nos sociétés nouvelles, des sociétés de comportements. Il est donc plus que l'heure d'ouvrir la boite noire des algorithmes ».
D. Cardon propose de politiser les algorithmes, d’ouvrir la boite noire de leur fonctionnement.


Il distingue 4 manières de mesurer la réputation :
- Compter les clics et la popularité    (à la manière des chiffres très imprécis de la mesure d’audience des médias,
    pour vendre la pub aux marchands)
- Tenir compte de la notoriété de ceux qui font les liens d’une page web (Google)
- Mesurer les likes, les retweets (l’affinité passant avant la qualité du contenu - Twitter, Facebook)
- Traiter les traces laissées par les internautes, avec une naïveté : estimer que le volume des données va garantir la validité des résultats, sans se soucier de l’intérêt et de la pertinence de la question posée. Le principe c’est de prédire les comportements à partir des conduites antérieures.


cardon-algos



.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juin 2015

Sciences sociales : le défi numérique

 

socio-4



dossier : Le tournant numérique… et après ? Socio, 2015-4
Sous la direction de Dana Diminescu et Michel Wieviorka
http://socio.revues.org/791


au sommaire :
Vie et mort des sciences sociales avec le big data, Dominique Boullier,
La carte et le territoire à l’ère numérique, Henri Desbois ,
Les enjeux épistémologiques des humanités numériques , Alexandre Gefen
L’ogre et la toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du web, Valérie Schafer et Benjamin Thierry
Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? Pierre Mounier

Débat : Le régime de vérité numérique, Antoinette Rouvroy et Bernard Stiegler

Droit de suite : Les interactions publiques à l’épreuve des technologies de participation à distance
L’exemple de la visioconférence dans les audiences judiciaires, Christian Licoppe et Laurence Dumoulin

Chantiers : Le politique face au numérique : une fascination à hauts risques, Françoise Thibault et Clément Mabi

La carte et le territoire à l’ère numérique, Henri Desbois
extraits :
« Toute carte est un double spectacle : celui du territoire représenté, et celui des moyens mis en œuvre pour produire cette représentation...la fascination qu’exerce Google Earth doit au moins autant à la démonstration technique qu’au spectacle du monde ».
« L’effet de Google Earth est moins de mettre dans les mains de tous des moyens de surveillance que de produire une image symbolique d’un monde entièrement visible, avec son globe vierge de tout nuage, entièrement offert au voyeurisme spatial. L’idée de la surveillance globale est antérieure aux globes virtuels, mais il n’est pas indifférent que l’esthétique cartographique dominante épouse le style visuel d’une des techniques les plus emblématiques de la surveillance »

« Dans ce constat, « on peut aussi y voir un encouragement à explorer des géographies alternatives. L’hégémonie de la mesure, du calcul et de la technique, plus manifeste que jamais dans la construction de nos représentations de l’espace géographique, peut aussi donner soif de représentations alternatives... À l’heure où les géomètres et les informaticiens sont les producteurs presque exclusifs de notre géographie commune, n’oublions pas qu’il est rare que les choses vraiment importantes de la vie s’expriment en chiffres et en équations. Écoutons les artistes et les poètes ».

Un détail : Un article sur les cartes et les globes numériques, sans carte et sans globe.
La géo soumise aux normes de la sociologie ?

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juillet 2013

Mise en données de l'histoire ?

 

Mise en données du monde, mise en données de l’histoire ?  Frédéric Clavert
http://www.clavert.net/mise-en-donnees-du-monde-mise-en-donnees-de-lhistoire/

Grâce à un billet de Guido Koller sur son excellent blog We think history ,
Frédéric Clavert dit avoir découvert le livre de Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier,
Big Data : a Revolution that Will Transform How We Live, Work, and Think. Boston 2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/07/18/27666363.html

Pour ces auteurs, « tout est potentiellement quantifiable, donc tout peut être mis en données ».
Quelles seraient les conséquences à tirer pour l'écriture de l'histoire ?

La numérisation est l’action de convertir une information analogique en information numérique, faite de 0 et de 1. La quantification l’a précédée, au temps de l’analogique (cf la marine militaire US au XIXe siècle).
FC cite l’utilisation des médias sociaux pour constituer et actualiser une bibliographie, ou de Ngram pour suivre l’évolution de l'emploi d’une expression (linguistic computing, europeanisation) dans la littérature imprimée.
Le site Global perspectives on digital history (qui a été notament animé par le regretté Peter Haber) permet d’avoir une vision rapide et globale de ce qui s’écrit dans le domaine de l’histoire numérique ». http://www.gpdh.org/

« La mise en données de l’histoire est un phénomène qui avance. Ses conséquences ne sont pas toutes encore très claires ». Son utilisation exige une réelle prudence dans les méthodes et une vérification des données disponibles.

..

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Big Data : a Revolution

 

bigdata
Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier,
Big Data: a Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think. Boston 2013
qq pages à feuilleter sur Amazon


Entretiens avec les auteurs :
http://blogs.cfr.org/asia/2013/04/04/big-data-an-interview-with-kenneth-cukier-and-viktor-mayer-schonberger/

http://www.businessoffashion.com/2013/05/the-long-view-big-data-will-change-all-aspects-of-the-fashion-industry.html

Vidéos :
mars 2013 - New America Foundation
http://www.youtube.com/watch?v=0esPF3-aFn0

avril 2013 - Google Talks
http://www.youtube.com/watch?v=bYS_4CWu3y8


A venir en ligne :
Kenneth Cukier et Viktor Mayer-Schönberger, Mise en données du monde, le déluge numérique
Le Monde diplomatique, juillet 2013 - http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/CUKIER/49318


Cukier-Schonberger

Viktor Mayer-Schönberger and Kenneth Cukier
source : BOF

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 mai 2012

3 regards sur le numérique

 


- 3 regards sur les technologies numériques

. Le Monde Economie consacre une double page à l'entrée en bourse de Facebook
Le retour de la bulle Internet ?  - Sheryl Sandberg, le vrai patron


. Surfer la vie, Joel de Rosnay, le technologue humaniste, invité de Place de la Toile
Il cite, A la découverte du web 5.0, sa conférence à TedX  - http://www.tedxparis.com/2010/derosnay

Place de la Toile au format mp3 : http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10465-12.05.2012-ITEMA_20367929-0.mp3
Vers la 29e mn :
Le web 3.0, c'est le web intuitif (l'association d'idées)
Le web 4.0 la realité augmentée, l'environnement cliquable,
Le web 5.0 le web symbiotique.

Selon lui, Facebook va devenir le moteur de recherche le plus important : un lien vers une page, même indexée par des internautes pèse moins que les liens en cascade d'amis d'amis d'amis

vers la 49e mn :
L'expansion intrusive du big data l'inquiète, tout comme le danger d'infobésité.
Sa réponse, c'est le recul, la prise de distance, une sagesse fondée sur la solidarité et la spiritualité laïque.

[ La TV se moque parfois de la futilité du buzz sur Internet.
Que fait un tv-réalité quand elle n'a rien d'essentiel à dire ?
Elle paie des caméramen pour filmer le convoi, sans intérêt, en route vers l'aéroport de Villacoublay ... ]


. Quelle politique pour le numérique à l'Ecole ?
Alain Chaptal, LabSic de Paris XIII : "Les TICE n’ont jamais été prises au sérieux" - Le Café pédagogique
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/05/15

« S'il est une leçon que l'on peut tirer à coup sûr des dizaines d'années d'efforts faits à travers le monde en matière de TICE, c'est qu'il n'existe pas de baguette magique ni de technologie miracle. Ce qui compte, c'est une approche globale et une politique de réglages fins, prenant en compte tout à la fois la formation initiale et surtout continue (un changement majeur pour la France qui ignore largement le Professional Development à l'anglo-saxonne), les problèmes d'infrastructure, d'assistance, de ressources, qui valorise l'innovation mais aussi qui suscite et développe la réflexion et la recherche dans ce domaine, y compris et surtout auprès des praticiens. Et qui ose aller loin dans les détails pratiques »

Lire son point de vue sur les serious games, sur le TBI, sur les ENT.
Les ENT peuvent parfois être une régression du point de vue des usages. Certains décideurs pourraient vouloir s'en servir comme outil de flicage, en amont ou en aval, faute de pouvoir pénétrer la boite noire de la salle de classe ...


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,