11 mai 2013

L'opium du politique

 
Le numérique, peu investi par les politiques
Dominique Cardon - Le Monde Opinions 08.05.2013
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/05/08/le-numerique-peu-investi-par-les-politiques_3173832_3232.html

D Cardon voit un choc entre deux conceptions de la politique et du social
[qui rappellent la vieille opposition entre le push et le pull, entre ce qui est balancé par la pub de la TV et le web interactif] :

- Pour les professionnels du marketing, Internet n’est qu’un autre média, aux potentialités inférieures à celles de la télévision. Pour eux, l’essentiel c'est la séduction des électeurs grâce à la diffusion descendante de la parole partisane à vendre.

- Sur le web de la conversation, les jeunes communicants essaient parfois de faire du buzz, de jouer les ventriloques, ou d’organiser la claque des supporters. En fait, l’espace de la conversation reste un entre-soi, qui augmente les ressources de ceux qui sont déjà très informés et dont les choix politiques sont acquis et stables.


Cette tribune fait partie d'une double page sur La communication, opium du politique ?
- Omniprésents, les spin doctors infligent un coût moral à la démocratie, Alain Garrigou
Les spécialistes du marketing ont fait de l’argent le cœur de la politique. AG rappelle la campagne de Bernays et d’American Tobacco lors de la parade de 1929 à New York pour vendre des cigarettes aux femmes. « Est-il sans conséquence que les citoyens soient assimilés à des consommateurs, auxquels s'appliquent des procédés issus de la publicité marchande ? Ces citoyens le sont-ils encore lorsqu'ils sont les cibles de tactiques et de calculs cyniques ? »

- De l'ombre à la lumière, des gourous trop exposés, Philippe Riutort
- Un technicien de l'opinion pour Hollande, Gérard Colé
- Rivalité courtoise entre journalistes et communicants, JB Legrave

.

.

Posté par clioweb à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,