01 août 2013

La Marianne de Mai 68

 

bendern

Paris Match n°3076 du 30 avril au 6 mai 2008, p. 84-85
http://lhivic.org/atelier/wp-content/22-pm3076-marianne-2008-300x196.jpg

Caroline de Bendern, la jeune fille au drapeau - photo de JP Rey - Arrêt sur images 01.02.2011

rey-13mai68-manif
J-P Rey, La manifestation du 13 mai 1968

Sur la source, les cadrages et les usages multiples de cette photo de Caroline de Bendern prise par Jean-Pierre Rey,
lire Audrey Leblanc (blog Le clin de l'oeil) :
" La jeune fille au drapeau " 1/2 - Culture visuelle - 06.01.2010
http://culturevisuelle.org/clindeloeil/2010/01/06/
devient " La Marianne de 68 "  2/2 - Culture visuelle - 09.03.2010
http://culturevisuelle.org/clindeloeil/2010/03/09/
Audrey Leblanc cite Annick Cojean, Retour sur images, 1997 et le site du photographe Jean-Pierre Rey
http://jeanpierre-rey.over-blog.com/pages/La_Marianne_de_Mai_68__Publications-433238.html


D'une photographie prise place Edmond Rostand le 13 mai 1968, « La jeune fille au drapeau » de Jean-Pierre Rey devient « la Marianne de 1968 » : la dimension symbolique de l'image l'a emporté sur sa supposée valeur documentaire.

« La jeune fille au drapeau » (vietnamien) est une des photos prises lors de la manifestation unitaire du 13 mai 1968 ( 10 ans ça suffit ! ). JP Rey, le photographe s'inspire de La liberté guidant le peuple, le tableau de Delacroix. Audrey Leblanc cite Gilles Saussier qui parle de « bégaiement visuel de l'histoire » et de « reproduction de figures rhétoriques invariables ».
En juin 1968, lorsque les magazines reparaissent, elle est utilisée plutôt pour sa qualité documentaire. Elle est en compétition avec une autre jeune femme brandissant un drapeau noir. Life repère sa valeur symbolique.

En 1978, dans les magazines consacrés au dixième anniversaire, elle reste relativement discrète.
C'est en 1988 qu'elle s'impose : les cadrages sont resserrés.
L'Express donne une identité à la jeune femme : « le 13 mai, Caroline de Bendern brandit l'emblème du FNL vietnamien ».
En 1997, Annick Cojean raconte l'histoire de la photo et l'anecdote de la jeune sotte déshéritée par son grand-père.
En 1998, Match donne la parole à la jeune fille de bonne famille.

En 2008, Match lui fait dire : « J'avais 27 ans. J'arrivais de New-York : là-bas, j'étais mannequin, je traînais avec Lou Reed, Andy Warhol, je militais contre la guerre du Vietnam et pour les droits civiques. Je connaissais Paris : j'y avais grandi. Là, j'y retournais pour tourner un film. L'après-midi, je rejoignais les étudiants, le soir, je portais des pavés pour les barricades, on fumait des joints… Le jour de la manif du 13 mai, j'avais vraiment mal aux pieds. Le plasticien Jean-Jacques Lebel m'accompagnais, je lui ai demandé de me porter. J'avais un drapeau vietnamien en main, je l'ai brandi. Des photographes étaient là : consciente de l'importance de mon drapeau, j'ai pris la pose... En la découvrant en couverture de Match, mon grand-père est devenu furieux : il m'a coupé les vivres et m'a déshéritée ». Après une carrière de bohème dans le cinéma, la Marianne de 68  s'est retirée aux côtés du batteur de free jazz Jacques Thollot.

 

mar-cons

Sous les pavés la page... et bye-bye l'héritage ! un article de Korkos (Marianne) 26.04.2008
(Commémoration piège à cons) est en accès payant sur le site d'Arrêt sur images 03/05/2008.

 

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,