20 juin 2014

Bac 2014 : SES, Medef et flexibilité

 

Bac 2014, sujets de SES
http://clioweb.free.fr/bac/bac-ses-specialite2014.pdf

Sujet : Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ? (4 documents)
ou
Épreuve composée
- Mobilisation des connaissances (6 points)
.... 1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? (3 points)
.... 2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? (3 points)
- Étude d’un document (4 points)
- Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)
À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous démontrerez que la famille peut constituer un frein à la mobilité sociale des individus

Ces sujets ont fait réagir le parti de Gauche (flexibilité) et les proches de Dupont-Aignan (protectionnisme)


-  Sur le web, des économistes ont proposé des réponses aux sous-questions sur la flexibilité et sur la politique protectionniste :
. Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE
http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/europe/2014/06/

. Jacques Sapir, blog RussEurope
"On ne saurait imaginer choix plus tendancieux, et plus erroné du point de vue de la science économique".
http://russeurope.hypotheses.org/2421

. Céline Antonin, économiste à l'OFCE a traité à sa amnière le sujet :
«Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ?»
http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/europe/2014/06


- 20.06.2014 -  Dans les sujets de SES 2014, pour Erwan Le Nader (VP de l’APSES) « on voit bien les défauts du nouveau programme. Il insiste sur la restitution aux dépens du débat et de la réflexion. Ca laisse la porte ouverte aux accusations de dérive idéologique »
« Les deux sujets sont donc conformes au nouveau programme, qui oblige à asséner des connaissances aux élèves sur un rythme effréné, sans avoir vraiment le temps d'innover, de  débattre et de problématiser. Ils sont faisables par les élèves, mais peuvent difficilement procurer du plaisir intellectuel à l'élève qui le rédige, et au professeur qui le corrige. Ils révèlent ainsi ce qui manque fondamentalement aux nouveaux programmes de SES, mais que la grande majorité des  professeurs s'efforce tout de même de perpétuer : le bonheur de vraiment comprendre la société actuelle, de confronter les théories, de réfléchir ». http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/06/20062014Article635388480924388997.aspx

- 24.06.2014 -  Une polémique excessive, mais instructive, titre un communiqué de l'APSES
« Ces formulations malheureuses ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont le résultat direct du couple formé par les nouveaux programmes et les nouvelles épreuves, inaugurés il y a deux ans, très vivement contestés au sein de notre profession ».


- Panique(s) morale(s) et baccalauréat, Denis Colombi, blog une heure de peine
Denis Colombi conteste ces critiques à l'emporte-pièce sur internet : « des politiciens instrumentalisent un sujet d'examen à leurs propres fins », ils illustrent leur méconnaissance de ce qu'est un examen et disent leur mépris pour le travail des enseignants et des élèves.
« Comment voulez-vous avoir une parole positive sur vos élèves, dire qu'ils apprennent des choses, qu'ils progressent, que vous faites un vrai travail en classe lorsqu'il suffit à n'importe qui de regarder deux minutes un sujet de bac pour se permettre de rendre un jugement définitif sur votre travail ? [...]
Beaucoup ont intérêt à taper sur l'école pour faire avancer leurs idées, même quand celles-ci n'ont rien à voir avec l'école. Pour vous, c'est peut-être un combat politique où tous les coups sont permis. Pour moi, c'est mon métier. Pour les élèves, c'est leur travail ».


 - 20.06.2014 - Faire disserter sur notre ignorance.
Un journaliste économique du Monde réagit au sujet :
« Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ? »
http://campus.lemonde.fr/campus/article/2014/06/20/au-bac-es

« La théorie économique dit que la croissance provient de la combinaison de plusieurs facteurs : le travail, le capital et... le reste ! Ce « reste » s’appelle – en jargon économique –, le « résidu », depuis que l’économiste américain Robert Solow, Nobel d’économie en 1987, l’a théorisé comme tel. Et ce « résidu de Solow », qui  fait l’objet de nombreux travaux et débats, garde une très grande part de mystère.  Bravo d’avance aux cancres et aux bons élèves, auxquels les adultes demandent de disserter sur leur propre ignorance ! »


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,