02 septembre 2013

Une histoire partagée

 

singara-atlas
Pierre Singaravélou, Jean-François Klein, Marie-Albane de Suremain
Atlas des empires coloniaux (XIXe-XXe s.) , Paris, Autrement, 2012


Colons, colonisés, une histoire partagée - Libération Le Mag, 30.08.2013
http://www.liberation.fr/monde/2013/08/30/colons-colonises-une-histoire-partagee_928383

ITV - Des élites autochtones qui pactisent avec les colonisateurs, des peuples qui résistent… L'historien Pierre Singaravélou, spécialiste des empires coloniaux, signe un ouvrage collectif qui déjoue les clichés.
Explications cartes à l'appui.


extraits :
« Pour la première fois en France, une équipe de chercheurs français et étrangers décide d’écrire collectivement une histoire comparée des empires coloniaux, européens, japonais et américain, sous la direction de Pierre Singaravélou , déjà coauteur d’un Atlas des empires coloniaux. De nombreux clichés sont ainsi débusqués, ceux de l’historiographie traditionnelle mais aussi ceux des études post-coloniales qui s’inspirent des travaux de l’intellectuel américano-palestinien Edward Saïd et enfin ceux de l’historiographie conservatrice ou néoconservatrice, illustrée aujourd’hui par Niall Ferguson. Ici, l’histoire de la colonisation n’est pas abordée d’un point de vue moral et ne dresse aucun bilan, ni positif ni négatif »…

« La colonisation a été à l’origine d’une histoire commune, violente mais tissée de nombreux échanges, qui fait de nous ce que nous sommes. Colonisés et colonisateurs ont été transformés par cette expérience. Et il revient aujourd’hui aux historiens d’étudier ces interactions … En France, à quelques exceptions près, nous manquons cruellement de travaux empiriques pour mesurer l’impact de la colonisation sur la métropole elle-même, ses institutions, sa culture, et ses pratiques sociales »…

« En se concentrant sur les migrations «blanches» transatlantiques, les historiens ont longtemps éludé les grands flux migratoires asiatiques.
Environ 50 millions de Chinois et 30 millions d’Indiens ont quitté leur région d’origine pour travailler outre-mer, dans les colonies européennes. Si la majorité d’entre eux ont fini par rentrer chez eux, une partie est demeurée sur place et a contribué à refaçonner la démographie de certaines colonies comme Maurice et Singapour, dont la population devient respectivement majoritairement d’origine indienne et chinoise ». …

Q - La colonisation serait-elle à l’origine de la mondialisation ?
R - « Il est tentant de penser que les empires ont constitué l’un des principaux vecteurs de la mondialisation dès le milieu du XIXe siècle. C’est par exemple la thèse de l’historien Niall Ferguson, qui parle d’«anglobalisation» pour qualifier le rôle décisif de l’empire britannique dans l’avènement de la «modernité» aux quatre coins du monde avec la diffusion du libre-échange, des institutions politiques modernes, de la langue anglaise ou encore des sports dits «modernes».
L’expansion coloniale a, certes, induit une accélération et une intensification des interactions à l’échelle mondiale qui, pour la première fois dans l’histoire, ont concerné - simultanément mais avec une intensité variable - des populations des cinq continents. Mais contrairement à Niall Ferguson, on ne peut pas dire que la colonisation a entraîné un processus univoque d’occidentalisation des sociétés colonisées. Celles-ci se sont appropriées, ont adapté et réinventé des formes culturelles d’origine européenne : le développement des langues créoles et des syncrétismes religieux illustre parfaitement cette mondialisation impériale avant la Seconde Guerre mondiale ».

Libération a regroupé 4 cartes : le monde de Félix Eboué (1884-1944), celui de Gabriel-Louis Goulvant (1872-1932), Philip José Rizal (1861-1896), John Pope Hennessy. (1834-1891)
sur Félix Eboué : http://fr.wikipedia.org/wiki/Felix_Eboue
cartoon from Charles Alston, 1943 - http://en.wikipedia.org/wiki/Felix_Eboue

singaravelou
Pierre Singaravélou
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article484

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


11 mars 2013

A quoi pensent les historiens ?

 

A quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle
sous la direction de Christophe Granger, éditions Autrement 2013 (source ChP)

- 4e de couverture : Que font les historiens aujourd’hui ? Comment traitent-ils des archives ou des images, des classes sociales ou de l’environnement ? Et où puisent-ils le pouvoir de produire de la vérité sur le passé ? L’histoire, fille du présent, n’a cessé depuis quinze ans de reformuler ses savoirs et ses questionnements.
Dans le même temps, la fonction
civique de l’histoire a changé de nature. Exigences mémorielles, intervention de l’État pour en réglementer le contenu officiel, retours du « grand récit national » ont imposé aux historiens de repenser leur métier. En décrivant leurs méthodes et le renouvellement des champs qui s’offrent à eux, une nouvelle génération d’historiens dessine ici le portrait vivant et accessible de l’histoire telle qu’elle se pratique au XXIe siècle

- Les lundis de l'histoire, 04.03.2013
Invités : Christophe Granger, Romain Bertrand, Patrick Boucheron
http://www.franceculture.fr/emission-les-lundis-de-l-histoire-profession-historien-2013-03-04


- Table des matières
:
Ouverture : Science et insouciance de l’histoire
Christophe Granger
Il y a vingt ans : Passés recomposés
Jean Boutier et Dominique Julia

Métier
Qu’est-ce qu’être historien aujourd’hui ? Permanence et mutations d’une communauté académique
Marte Mangset et Emmanuelle Picard
Histoire et sciences sociales : nouveaux cousinages
Stéphane Van Damme
Histoire et littérature
Judith Lyon-Caen
Histoires et historiens dans l’espace public
Nicolas Offenstadt

Compétences
L’historien en « ses » archives
Yann Potin
Voir le passé : histoire et cultures visuelles
Gil Bartholeyns
Le sens de la mesure : nouveaux usages de la quantification.
Claire Lemercier et Claire Zalc
L’imagination narrative, ou l’art de raconter des histoires
Christophe Granger
Les enjeux historiens d’un centenaire : la Grande Guerre
André Loez et Nicolas Offenstadt

Mutations
La tentation du monde : « histoire globale » et « récit symétrique »
Romain Bertrand
Catégories sociales et discours sur la société
Déborah Cohen
L’histoire, les feminist & others’ studies
Delphine Gardey
L’histoire des émotions
Jan Plamper
L’émergence d’une histoire environnementale
Grégory Quenet
Les « classiques » de l’histoire au XXIe siècle

.

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 février 2013

Géographes et historiens

 

Les relations entre géographes et historiens : enseignement, didactique, épistémologie, recherche
débat entre Christian Grataloup, géographe, et Patrick Garcia, historien
http://echogeo.revues.org/13297

(voir également l'intro d'Alexis Sierra, La géographie et l’histoire : l’association de deux disciplines qui s’ignorent ?
http://echogeo.revues.org/13298

En géo, la didactique a servi de terrain d'expérimentation des approches novatrices, contre une géo universitaire déterministe. En histoire, pas de didactique, juste la scolarisation d'une histoire établie.

La rencontre entre la géo novatrice et l'histoire n'a pas eu lieu.
L’histoire est handicapée par sa méfiance congénitale de la théorie, et par l’empreinte nationalo-centrée de l’historiographie.

Peu de références croisées entre historiens et géographes, plutôt des sources communes, prises chez les sociologues, les philosophes et les anthropologues

CG : « c'est par ma faute qu'on a tendance, en France, à penser que la géohistoire doit se penser à l'échelle mondiale ».


également sur le web :
- Retour sur la création d'EspacesTemps (1975)
entretien avec Jacques Lévy réalisé par Karine Ginisty le 20 septembre 2010
« Le déséquilibre dynamique de la géographie a été l'élément décisif et il fut suivi d'un deuxième temps fondateur : la censure par l'ENS d'un article très critique, que j'avais écrit, portant sur le Dictionnaire de Pierre George (1970) ».
double allusion, à la déception devant une géo sclérosée et à la castagne avec Le Lannou.
http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_debats/debat_01_02_Levy.php

- Christian Grataloup, Penser autrement l'histoire du monde
http://blog.passion-histoire.net/?p=9626

- Voir aussi la thèse de Yann Calbérac, Terrains de géographes, géographes de terrain, Lyon 2010
http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/55/14/81/PDF/these_calberac.pdf



Jacques Lévy, Pour une géographie scientifique.
Espaces Temps, 1, 1975. pp. 53-65
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espat_0339-3267_1975_num_1_1_2902

Espaces Temps, les Cahiers (oct 1975-2004)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/espat

Une version en ligne existe depuis 2002 :
http://www.espacestemps.net/historique/


.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

29 septembre 2012

Libération : Jeu de cartes

 

Pour les 10 ans de la collection Atlas chez Autrement
Libération Le Mag propose un quizz en 4 pages à la fois savant et accessible

L'article mentionne
l'Atlas de l'empire napoléonien *,
l'Atlas de la Californie (Dorel et un studio de carto local)
l'Atlas du Japon

* Les déplacements du capitaine Coignet entre 1799 et 1815
http://aphgcaen.free.fr/chronique/409/coignet.jpg


« Ce travail avec le cartographe, un homme de l'art capable de traduire visuellement une idée, s'appuie sur un langage aux règles lexicales de mieux en mieux affirmées et partagées.
Au premier coup d'œil, une carte doit parler, avoir de la conversation. C'est la garantie du succès du dialogue avec le travail du gveographe. Et avec tous ceux qui veulent savoir ».

Parmi les cartes reproduites, le tour de France de Charles IX (G Balavoine) , l'exil de Mme de Stael (F Le Goff), la France au XVIe, les plans de Londres, New York et Mexico, des anamorphoses (l'eau, le revenu net, les religions)


- L'Atlas historique de Guillaume Balavoine (1815-2012)

- Les anamorphoses de Worldmapper 
dont population without access to safe tap water


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,