11 décembre 2014

Acrimed : l'édition en SHS

 

Acrimed organise le 31 janvier 2015 sa première journée de critique des médias.
http://www.acrimed.org/article4520.html

Parmi les articles mentionnés dans le magazine électronique n°151 (décembre 2014)
une allusion au documentaire les Nouveaux chiens de garde
que le patron de France TV se défend d’avoir censuré
http://www.acrimed.org/article4513.html

Un article sur L’édition en sciences humaines et sociales
1/2 : crise ou pas crise ?
http://www.acrimed.org/article4486.html
2/2 une crise de l’édition spécialisée
http://www.acrimed.org/article4489.html

Jean Pérès conteste le discours habituel sur la crise
Il le fait commencer en 1982 avec Pierre Nora - une vieille connaissance - qui stigmatisait en 1982
les étudiants (« dépourvus de toute curiosité intellectuelle » et préférant dépenser leur argent ailleurs)
et les auteurs : «  Rares sont ceux qui ont gardé le goût de la belle ouvrage. D'abord parce que bien écrire ne fait pas très scientifique. Ensuite, parce que la plupart ne savent plus le français, qu'on ne leur a pas appris à écrire, ni à aimer, ni à respecter. Enfin et surtout parce qu'il y a l'ordinateur. Celui-ci a bien des avantages, mais il a rapidement modifié la manière d'écrire en substituant un style de flux oral à une écriture de réflexion et de concentration ».

Jean Pérès cite deux articles de Bruno Auerbach
« Publish and perishLa définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition SHS », ARSS 2006,
http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2006-4-page-75.htm
« Production universitaire et sanctions éditoriales. Les sciences sociales, l'édition et l'évaluation », Sociétés contemporaines, 2009
http://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2009-2-page-121.htm

Il évoque la tendance à l’hyperspécialisation et la réponse de L’Harmattan (nombreux titres, faibles tirages)

Le chiffre d’affaire de l’édition SHS s’élevait à 27 M d’euros en 2008 (répartis par moitié entre les livres et les revues). Les 9 M d’aides publiques n’ont rien d’indécent « au regard des quelque 90 millions d’euros collectés chaque année par les éditeurs sous couvert de divers droits de copie et de prêt ».

Il mentionne plusieurs initiatives numériques pour la diffusion des thèses et la valorisation de la recherche :
- http://www.theses.fr
- https://tel.archives-ouvertes.fr/
- HAL-SHS (Hyper article en ligne-sciences humaines et sociales)
https://halshs.archives-ouvertes.fr/

- Ethos au Royaume-Uni (300.000 thèses toutes disciplines)
http://www.ethos.ac.uk/

- Theses Canada (180.000).
http://www.collectionscanada.gc.ca/thesescanada/index-f.html

- Dart Europe propose plus de 500.000 thèses issues de 28 pays européens
http://www.dart-europe.eu/basic-search.php
- ROAR, répertoire des archives ouvertes dans le monde, recense 200 bases de données de thèses en ligne.
http://roar.eprints.org/view/type/theses.html

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,