22 mars 2012

Pour une autre méthode

 

« Pour une autre méthode d'élaboration des programmes scolaires »

« De nombreux programmes scolaires sont aujourd’hui l’objet de polémiques publiques et de contestations fortes notamment parmi les enseignants chargés de les mettre en œuvre.

Cette situation est le fruit d’une politique éducative brutale qui considère que l’élaboration des programmes peut être menée dans l’urgence et laisse très peu de place au débat et à la concertation. Elle résulte d’une conception des réformes du système éducatif qui écarte toute discussion démocratique sur les contenus à enseigner et les compétences à acquérir, ignore les travaux de recherche en éducation et, dans le second degré, pour des raisons budgétaires et idéologiques, part des structures.

Il faut en finir avec l’écriture de programmes scolaires, confisquée par quelques « experts » ou responsables, sans réelle concertation avec les professionnels de l’enseignement et de la recherche. Il faut sortir de cette méthode qui impose des choix éducatifs contestés à l’ensemble du système éducatif et qui conduit à publier des textes ignorant jusqu’aux avis du Conseil supérieur de l’éducation (CSE), sans même tenir compte d’amendements votés très majoritairement.
Il appartient, certes, à la représentation nationale de fixer les finalités et missions de l’école, lieu de formation de tous les futurs citoyens. Mais les programmes scolaires du premier et du second degré, vecteurs de ces objectifs, structurent l’enseignement. Ils doivent être mobilisateurs pour les élèves, cohérents entre eux et conçus en complémentarité pour créer du sens et construire une véritable culture.

C’est pourquoi les enseignants doivent être associés à leur construction conjointement et dans un esprit d’ouverture avec les didacticiens et les universitaires de la discipline, et avoir les moyens de se les approprier afin de pouvoir en faire des outils puissants et efficaces au service des élèves.
Comment imaginer que ce qui sera enseigné ne soit l’objet d’aucun débat sérieux, d’aucune consultation réelle, d’aucune interrogation avec les personnels sur leur faisabilité, d’aucune articulation avec les conditions matérielles de leur mise en œuvre ?

Les organisations signataires lancent un appel pour une autre méthode de construction et d’écriture des programmes scolaires qui soit démocratique, transparente, plus respectueuse de « l’expertise » enseignante, et plus conforme aux intérêts des élèves. Inscrite dans un temps suffisamment long pour permettre un bilan de l’existant et une large consultation des enseignants, ouverte à la pluralité des regards et des approches (pédagogiques, disciplinaires, didactiques, sociologiques…), cette méthode doit prévoir la confrontation, le suivi de la mise en œuvre et la vérification régulière de la pertinence des programmes enseignés avec, en particulier, les personnels et l’ensemble des organisations syndicales et associations de spécialistes.

Elles demandent au ministre de l’Éducation Nationale, d’ouvrir dès maintenant le chantier de cette rénovation et d’en établir un calendrier qui inclura la remise à plat urgente des programmes les plus contestés ou considérés comme infaisables par les enseignants ».

Organisations signataires
- des syndicats de personnels de l’éducation :
- des associations et des collectifs de spécialistes
- des associations pédagogiques
voir la page http://www.snes.edu/


et source :


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 mai 2011

2011 : Appel aux jeunes générations

Le 8 mars 2004, treize vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France libre lançaient un Appel aux jeunes générations dénonçant notamment la remise en cause du socle des conquêtes sociales de la Libération. Cette tendance régressive s'accélère dramatiquement. Nombre de citoyennes et citoyens s'en indignent.

Partout la prise de conscience que les valeurs, toujours actuelles, incarnées en 1944 dans le programme du Conseil National de la Résistance, ouvrent l'espoir qu'un mieux-vivre ensemble est possible. Il est aujourd'hui concevable de définir un nouveau programme de la Résistance pour notre siècle. Au lieu de cela, le débat public qui s'annonce avec les élections de 2012 semble privilégier les manœuvres politiciennes au service d'intérêts particuliers sans traiter :
des causes politiques des injustices sociales,
des raisons des dérégulations internationales,
des origines des déséquilibres écologiques croissants.

Comme en 2004, nous souhaitons que tous les citoyens, tous les partis, tous les syndicats, toutes les associations participent à l'élaboration d'un Projet de Société du 21ème siècle en repartant du programme du CNR " Les jours heureux " adopté le 15 mars 1944.

Ce programme politique constitue toujours un repère essentiel de l'identité républicaine française.


Avec l'association " Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui " nous appelons tous les partis politiques, toutes les candidates et candidats à un mandat public dans le cadre des élections présidentielle et législatives de 2012 à prendre trois engagements qui mettront réellement en application la devise républicaine " Liberté Egalité Fraternité ".


Premièrement, afin de garantir l'égalité
:

Lancer immédiatement le travail législatif et réglementaire qui permettra de reconstituer les services publics et institutions créés à la Libération pour aller vers une véritable démocratie économique et sociale. Possible en 1944, cette démarche l'est d'autant plus aujourd'hui, alors que le pays n'a cessé de s'enrichir depuis. Droit à la santé pour tous, droit à une retraite, droit à l'éducation, droit au travail, droit à la culture demeurent les seuls véritables garants de l'égalité républicaine. Une égalité qui n'a de sens que dans le respect du droit des étrangers.


Deuxièmement, afin de garantir la liberté
:

Approfondir la forme républicaine du gouvernement afin de séparer clairement les pouvoirs et renforcer la démocratie parlementaire au détriment de notre régime présidentiel personnalisé.

Développer de nouvelles pratiques de la démocratie dans laquelle l'action de la société civile sera reconnue, et restaurer les conditions du principe d'ailleurs défini à l'article 2 de la constitution actuelle : " gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ".

Garantir la qualité du débat démocratique et la fiabilité des contre-pouvoirs, en assurant à nouveau la séparation des médias et des puissances d'argent comme en 1944.

Ces 3 axes de débats devront aboutir à une démarche souveraine d'" Assemblée constituante " vers de nouvelles pratiques républicaines.


Troisièmement, afin de garantir la fraternité
:

Travailler les coopérations avec les peuples et les pays, en refusant l'actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. Favoriser résolument des solutions soutenables pour les équilibres écologiques, dans les limites de développement compatibles avec la survie humaine. Ecarter de la marchandisation totale les besoins vitaux de l'être humain comme l'eau, la nourriture et l'énergie. Il est temps de bien vivre ensemble, dans la haute nécessité de l'épanouissement du plus grand nombre et d'offrir une perspective d'avenir prometteur aux jeunes générations.

Plus que jamais, comme le proclamait en 2004 l'Appel des Résistants aux jeunes générations, à ceux et celles qui font ce siècle qui commence, nous voulons dire avec affection : " Créer c'est résister. Résister c'est créer ".

sources :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/14/

http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article182

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 mai 2011

L'Ecole, c'est élémentaire


Un reportage de Fanny Capel à lire dans Télérama n° 3201 - 18/05/2011
autour de l'Appel pour que l'Ecole redevienne une priorité nationale
impulsé depuis l'école Jean Jaurès d'Epinay sur Seine

Un comité de mobilisation a été créé à Saint-Denis, et des contacts ont été pris avec des parents d'autres départements (Aude, Hérault, Hte Garonne ... Calvados, Doubs).

Parmi les questions :
Quel rôle pour les syndicats d'enseignants et les fédérations de parents ?
Des astres morts qui ont intégré la défaite ?
ou la source d'impulsions fédératrices et de succès ?

2 articles de Maryline Baumard sont cités :
. A Epinay-sur-Seine, des parents exaspérés par le non-remplacement des enseignants veulent saisir la Halde -Le Monde, 17 janvier 2011. http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4379

. En Seine-Saint-Denis, les parents d'élèves s'énervent - Le Monde 06/02/2011

- - - - - - - -

Extraits de l'Appel :
http://www.appeldesappels.org/tam-tam/appel-pour-que-l-education-redevienne-une-priorite-nationale-1194.htm

« Des enseignants absents non remplacés. Des milliers d'heures perdues par année (jusqu'à 1 année au total sur une scolarité complète !), des postes de médecins scolaires, d'enseignants spécialisés pour les enfants en difficulté, de personnels chargés de l'intégration des enfants handicapés, d'infirmiers… non pourvus ou supprimés. La suppression de l'année de formation initiale des enseignants uniquement pour faire des économies budgétaires (Enseigner, c'est un métier !). Les réformes réductrices des contenus des programmes…sans compter la pénurie organisée chez les partenaires de l'école (comme l'Aide Sociale à l'Enfance) ou la réorientation de la PJJ vers le tout répressif…
Tout cela, au détriment des besoins des élèves… »

Thèmes abordés dans l'Appel :
la crise de sens,
les inégalités territoriales,
former des acteurs responsables, émancipés et dotés d'esprit critique
les écoles passoires énergétiques
la pédagogie remplacée par un traitement sécuritaire des violences scolaires
quelle place faite aux parents ?

Nous demandons à ceux et à celles qui signent cet appel
  - d'agir pour l'abandon des toutes les régressions éducatives décidées ces dernières années,
  -  de mettre en place un grand débat national sur " l'école que nous voulons " pour des choix citoyens en matière d'éducation.

Nous réaffirmons
  -  qu'aucun enfant n'est condamné à l'échec,
  -  que tout enfant, même s'il ne s'adapte pas au système, peut à tout moment, progresser, révéler des talents et réussir,
  -  que l'école à vocation à lui donner les moyens d'être un citoyen autonome et responsable de sa vie, de s'épanouir dans un ou des métiers et dans la société.

- - - - - - - -

- Les mobilisations mises en avant sur le blog http://sauvons-lecole.over-blog.com/
    Nuit des écoles à Trappes
    L’école primaire craint l'asphyxie avec une nouvelle vague de suppressions de postes
    L'Eclair du ministère provoque un orage
    Lettre des enseignant-e-s d’une école d’Orly à leur inspectrice…
    Lettre ouverte à tous ceux qui prennent nos mots, les retournent et leur donnent un tout autre sens.
    J.-J. Hazan (Fcpe) : "L'évaluation de CE1 n'a aucune légitimité"
    600 postes RASED en moins, de l’échec en plus !
    Nuit des écoles : vendredi 20 mai

telerama_18052011

Nous, parents et instits, voulons sauver l'école
Télérama
, 18 mai 2011

  

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,