08 août 2016

Le pinard des poilus 2/2



- La lutte contre l'alcoolisme démarre à la fin du XIXe, peut-être plus tardivement que chez les pays voisins.
Elle est introduite dans les programmes scolaires après 1882.

- Des décisions qui ont une histoire : l'exemple de l'alcool
Henri Bergeron (CSO - CNRS - Sciences Po) 2007
http://www.cso.edu/upload/pdf_actualites/cso-bergeron-colloque%20sfsp1.pdf

Bergeron distingue 3 qualifications de l'alcool
. Les ligues de tempérance en font depuis le milieu du XIXe une question morale, source d'une dégénérescence héréditaire.
L'Etat met en place une régulation minimale qui préserve les intérêts des producteurs d'alcool
. Une médicalisation de l'alcoolisme suit (cf. Magnus Huss)
. La lecture populationniste l'emporte des années 1920 aux années 1960
L'alcool devient moins la cause de l'existence de " tarés ", qui menace la " race ", que le responsable d'un " manque à produire et à reproduire "

Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la Troisième République : L'exemple de la Seine Inférieure, Didier Nourrisson
http://doc.hubsante.org/index.php?lvl=notice_display&id=23558

Alcoolisme et antialcoolisme en France au XIXe siècle : autour de Magnus Huss
Henri Bernard, Histoire, économie et société 1984
http://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1984_num_3_4_1380

 

absinthe


Jean-Pierre Panouillé, Et les Français prirent goût à l'absinthe. L'Histoire 52

L'absinthe est la cible majeure avant 1914.
En 1906, dans une pétition, la Ligue nationale contre l'alcoolisme écrit :
« L'absinthe rend fou et criminel, provoque l'epilepsie et la tuberculose, elle tue chaque année des milliers de Français. Eklle fait de l'homme une bête féroce, de la femme une amrtyre, de l'enfant un dégénéré, elle désorganise et ruine la famille, elle menace l'avenir du pays »

En 1908 un groupe anti-alcoolique au Parlement veut interdire l'absinthe,
limiter le nombre des débits de boisson, supprimer le privilège des bouilleurs de cru.


- Avec la guerre, la lutte contre l'alcoolisme est mise en sourdine.
L'Etat et les militaires mettent tout en oeuvre pour acheminer le vin sur le front.
Le lobby du vin est très efficace, il vante la divine bonté du vin de France
Le 17 mars 1915, une loi interdit la production et la vente de l'absinthe, "l'infâme alcool".


- Après guerre, la lutte contre l'alcoolisme occupe beaucoup de place dans les discours.
La lecture populationniste et statistique s'installe.
Mais la guerre a nationalisé la consommation de vin dans tous les foyers.
La production de vin dépasse les niveaux d'avant 1914.

vin-produ.

 

.

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 septembre 2014

L’absinthe honorée

 

L’absinthe honorée - Libération Grand Format, 05.09.2014
http://next.liberation.fr/food/2014/09/05/l-absinthe-honoree_1094465
Populaire mais interdite car jugée dangereuse, la «fée verte» est à nouveau autorisée en France depuis 2011. Voyage le long de la frontière franco-suisse, cœur historique de la production

A Môtiers, la Maison de l’absinthe vien d’ouvrir dans l’hôtel de district où l’on jugeait les contrevenants

« C’est le début du bel âge pour la «fée verte» : de quelques litres par jour distillés à la fin du XVIIIe siècle, la production atteint 25 000 litres par jour cent ans plus tard. En 1900, le Val-de-Travers compte 13 distilleries industrielles qui emploient 500 personnes, et des dizaines de familles vivent de la culture de l’absinthe. Côté français, à Pontarlier, on compte 25 distilleries qui font vivre 3 000 personnes, une bonne centaine de débits de boissons et 15 millions de litres produits. Le parfum de la cuite, comme on appelle la fabrication de la bleue, embaume l’arc jurassien. Il faut dire que l’offre est à la hauteur de la demande : en France, la consommation annuelle dépasse les 350 000 hectolitres avant la Première Guerre mondiale ».

« Alors qu’elle conquiert de plus en plus de gosiers, la voilà accusée de tous les maux : alcoolisme, prostitution, misère sociale, folie. La faute aussi au mauvais alcool et à un taux trop élevé de thuyone (molécule de l’huile essentielle de l’absinthe) de certains tord-boyaux. Ajoutez à cela, une charge soutenue des ligues antialcooliques avec le soutien intéressé des pinardiers, et la fée verte devient une vilaine sorcière, conspuée aux cris de «Pernod fils perd nos fils». Le 28 août 1905, un ouvrier vigneron de Commugny (canton de Vaud) rentre chez lui chargé comme un coffre-fort helvète, tue sa femme enceinte et ses deux enfants. C’est le coup de grâce pour la bleue, désignée coupable par l’opinion : elle est bannie de Suisse à partir du 7 octobre 1910 et, cinq ans plus tard, interdite en France ».

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,