22 septembre 2015

La Tunisie, une révolution internet ?

 

« La Tunisie, une révolution internet ? par Nabila Abbas , La vie des idées, 22.09.2015
http://www.laviedesidees.fr/La-Tunisie-une-revolution-internet.html


Même si le terme de révolution internet pour décrire la révolution tunisienne ne peut rendre la complexité des causes et du processus révolutionnaire, la toile a offert un cadre unique de contestation et d’expression de nouvelles voix dans le débat politique.

L’expression « printemps arabe » utilisée par les médias et par des universitaires est une désignation largement contestée par les acteurs.
Le terme « Révolution Internet » a un double défaut : il accorde trop de place aux utopies technophiles de la « démocratie 2.0 » ; il minore la réalité sociale et la dimension violente et populaire de [ce mouvement]. La mobilisation sociale était bien réelle : le soulèvement des travailleurs dans le bassin minier a été important, mais des médias sous contrôle ont participé à un black-out total pendant six mois.

Le numérique a permis de contourner la censure, de rendre la parole aux habitants, de surmonter la peur de la répression et de vaincre le sentiment de leur impuissance. « Dans le cas tunisien, cette « parole interdite » se dégage, entre autres, dans la sphère numérique. Les forums, les comptes Facebook, Twitter, les sites d’information, le journalisme citoyen, les fils de commentaires, les vidéos et les photos partagées constituent un immense recueil de témoignages et de sources pour la science politique et pour d’autres disciplines qui se proposent d’étudier et de comprendre le processus révolutionnaire tunisien, son développement, ses différents acteurs et leurs imaginaires . Néanmoins, cette démarche ne peut se revendiquer exhaustive : traiter uniquement la sphère numérique serait réducteur. Il est évidemment nécessaire d’analyser les imaginaires, les paroles ainsi que les autres modes de contestation qui ne s’expriment ni sur la toile, ni publiquement, ni par écrit ».


rappel :
La dessinatrice Nadia Khiari (Willis from Tunis) participait hier au colloque Le dessin de presse dans tous ses états (CESE Paris).
Willis critique moins la religion en elle-même que son instrumentalisation par des politiciens.
Selon elle, pour contrer les démagogues, il faut en finir avec le politiquement correct,
dire les choses avec clarté et ne pas chercher à être trop polis.
http://clioweb.canalblog.com/tag/willis
.

.

Posté par clioweb à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 septembre 2013

Le sarkoboy aux 350 000 euros

 

- Bagage farci de billets pour l'ancien diplomate, Libération 30.08.2013
Ex-conseiller de Sarkozy, Boris Boillon a été arrêté par la douane avec plus de 350 000 euros en cash.
Gare du Nord, le 31 juillet à 16 h 30, les douanes contrôlent un passager qui s'apprête à monter dans un TGV vers Bruxelles. Incognito, en jean et polo. Son bagage recèle 350 000 euros et 40 000 dollars en cash. [Au sein de l'UE, tout transfert de plus de 10 000 euros est interdit sans déclaration préalable (art 464 du code des douanes)].
Le sarkoboy est résident belge et a monté à Paris la société de conseils Spartago, puis French Group avec un ancien consul irakien. http://www.liberation.fr/politiques/2013/08/30/bagage-farci-de-billets-pour-l-ancien-diplomate_928439
AFP : http://www.liberation.fr/societe/2013/08/30/boris-boillon-arrete-gare-du-nord-avec-350-000-euros-sur-lui_928341


- Il s'agit de Boris Boillon, le diplomate nommé en Irak en 2009, en Tunisie en 2011 après la chute de Ben Ali.
Kadhafi l’appelait «mon fils» et NS «mon petit Arabe».
Son passage à Tunis avait été marqué par de multiples bévues ("questions débiles", "photos malencontreuses", "pose en James Bond") qui avaient défrayé la chronique et soulevé l'indignation de nombreux Tunisiens ("Boillon dégage").
Boris Boillon, ancien ambassadeur à Tunis, arrêté avec 350 000 euros en liquide, Le Monde 30.08.2013
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/30/boris-boillon-ancien-ambassadeur-de-sarkozy-arrete-avec-350-000-euros-en-liquide_3469109_3224.html


- Que faisait Boris Boillon, ex-« Sarkoboy », avec 350 000 euros gare du Nord ? - Rue 89 30.08.2013
http://www.rue89.com/2013/08/30/faisait-boris-boillon-ex-sarko-boy-350-000-euros-gare-nord-245315


- Les photos, Google Images les a indexées et archivées :

boillon
source : Google images


- La source de tous ces articles, c'est un article (payant) de Médiapart :
Boris Boillon interpellé avec 350.000 euros en liquide - Médiapart 30.08.2013
http://www.mediapart.fr/journal/international/300813/boris-boillon-interpelle-avec-350000-euros-en-liquide

.

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2011

La Tunisie dans l'UE ?


- Proposons à la Tunisie d'adhérer à l'Union européenne

Point de vue de Sylvain Kahn publié par Le Monde Opinions 02/03/2011

Le texte de Sylvain Kahn : 

« Face au printemps des peuples arabes, les dirigeants européens sont à la peine. Leur incapacité à s'enthousiasmer pour ces batailles de la dignité et du courage aux portes de l'Union européenne (UE) crève les yeux. Invoquer, comme le président français depuis 2008, l'Union pour la Méditerranée (UPM), ajoute de la confusion à l'inaction. Unir des démocraties et des dictatures ne débouche sur aucun progrès. Et aujourd'hui, chaque pays arabe en révolution appelle une politique spécifique. La Tunisie est à ce moment le pays où la révolution démocratique est la première à s'accomplir. Pour l'Europe, comment soutenir la Tunisie ? Comment la conforter ? Comment s'engager aux côtés des tunisiens enfin libres ?

En prenant un engagement généreux, audacieux, durable et responsable : celui d'ouvrir l'UE à une adhésion de la Tunisie. Une telle politique serait la plus pertinente sur tous les plans : idéalisme, intérêt, géopolitique, réalisme.

L'idéalisme : la Tunisie, si proche et familière bascule dans la liberté : n'est-ce pas une extension des valeurs universelles qui animent en pratique l'Europe depuis la décolonisation et le Traité de Rome ?

L'intérêt bien compris : il y a une continuité démographique, territoriale, réticulaire, économique, sociale, universitaire, entrepreneuriale, commerciale, touristique, immobilière et linguistique entre les européens et les tunisiens. C'est en l'organisant ensemble que les uns et les autres en tireront le meilleur parti.

La géopolitique : l'élargissement est, l'expérience le démontre, la voie la plus efficace pour co-produire un intérêt général commun aux postulants et aux Etats déjà membres. Il permet de mutualiser la mobilité géographique et les circulations migratoires, des idées et des richesses.

Le réalisme : les négociations d'adhésion, bien plus que les politiques de coopération et d'assistance, sont un levier puissant pour la transition démocratique, la construction de l'état de droit et le développement.


UN PIED D'ÉGALITÉ

Les Français et les Espagnols évoquent un plan Marshall (la Tunisie serait-elle ruinée et menacée d'un retour de la guerre froide ?). L'Italie un don immédiat de 5 millions d'euros. La Commission, 258 millions sur trois ans, plus un statut de partenaire avancé, comme le Maroc et la Jordanie, ni plus ni moins. Pourtant, l'UE n'a pas attendu 2011 pour financer l'investissement en Tunisie et d'autres pays du monde arabe. Le partenariat euro-méditerranéen puis la politique de voisinage ont programmé 16 milliards d'euros depuis 1995.

Nos dirigeants européens sont en décalage avec leur propre histoire. Avec les grecs se libérant de la dictature des colonels et les portugais en révolution des œillets (1974), la Communauté économique ruopéenne (CEE) a très vite envisagé l'adhésion. Idem avec les espagnols s'affranchissant du franquisme (1975). La Tunisie actuelle n'est-elle pas comparable à la Grèce et au Portugal d'alors ? L'UE s'est ensuite ouverte aux européens de l'Est libérés des dictatures communistes en énonçant les critères d'adhésion de Copenhague (1993) : ils sont toujours en vigueur !

L'heure n'est plus aux dons et à la guerre anti-émigration. Avec les tunisiens, il s'agit de conforter l'Etat de droit naissant, le dynamisme de la population et une économie sociale de marché libérée du népotisme, de la corruption et des monopoles prédateurs. Que l'UE place la Tunisie démocratique sur un pied d'égalité. Qu'elle lui propose d'adhérer » .


Posté par clioweb à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

de Tarnac à Tunis



De Tarnac à Tunis, tombeau pour une ministre - Libération rebonds 02/03/2011
Gérard Coupat, médecin, père de Julien Coupat

« Chère Michèle-Yvette-Marie-Thérèse Alliot-Marie  »
« Ce qui vous arrive est injuste… »
« Je tenais à vous dire que je trouve particulièrement injuste que l’on vous fasse à présent grief de mentir, car de mentir, depuis que je vous écoute, vous n’avez jamais cessé de le faire. Vous êtes allée jusqu’à déclarer à la radio, l’affaire s’étant retournée, que vous n’aviez jamais traité les gens de Tarnac de «terroristes», que c’était une invention des journalistes. Il est vrai que vous n’étiez que ministre de l’Intérieur quand vous les avez fait arrêter par la police antiterroriste ».

http://www.liberation.fr/societe/01012323061-de-tarnac-a-tunis-tombeau-pour-une-ministre

Juppé, le ministre qui « rappelle de mauvais souvenirs aux victimes du génocide rwandais »
http://www.liberation.fr/politiques/01012323172

- Un austère au Château
Xavier Musca devient secrétaire général de l'Elysée
http://www.liberation.fr/politiques/01012322867-un-austere-au-chateau


Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a passé ses vacances de Noël en Libye révèlent Les Inrockuptibles à paraître mercredi. Libération 02/03/2011


Didier Lombard renonce à son poste et quitte France Télécom - Libération économie - 
Dans un premier temps, le patron de FT au moment de la vague de suicides avait obtenu son maintien au sein du groupe, comme conseiller spécial. Avec un salaire brut annuel de quelque 500.000 euros, selon les estimations du syndicat CFE-CGC/Unsa. Sans oublier sa retraite « chapeau »…

Didier Lombard, Le conseiller contesté, selon Le Monde 28/02/2011

 

Posté par clioweb à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 février 2011

2011 et les historiens de 1789

Pierre Serna fait une lecture distanciée d'un entretien et de deux points de vue d'historiens réputés publiés par Le Monde

Jean Tulard : L'an 1789 de la révolution tunisienne, Le Monde 18/01/2011
« La Révolution pour Jean Tulard ?
Les soldats l’ont bien voulu mais dès que le peuple bougera, ils reprendront les armes et les hommes en uniforme se saisiront des affaires de l’État comme au 18 brumaire. La conclusion s’impose : il faut savoir gré aux militaires de ne pas avoir tiré sur les civils
».

Steve Kaplan, De 1789 à l'intifada égyptienne, le pain reste le symbole de la contestation sociale, Le Monde 07/02/2011
« La Révolution pour Steven Kaplan ?
Un piège et une contradiction libérale qui enfermera tôt ou tard le peuple lorsqu’il aura compris que liberté peut aussi rimer avec dérégulation du prix des denrées vitales ...
»

JC Martin, Le renvoi à 1789 égare plus qu'il n'éclaire - Le Monde 11/02/2011
Pourquoi faudrait-il alors invoquer notre révolution tricolore, la vraie, la seule, celle de 1789 (1793 demeurant quand même problématique) pour expliquer "les révolutions" de Tunisie et d'Egypte ?
« La Révolution pour JC Martin ?
La carte de la contre-révolution comme meilleur remède à la mondialisation !
»

Dans Les vétérans de la vieille Révolution
ou une vision dépassée des révolutions de 2011 ?
(14/02/2011)
un texte à lire sur le site de l'IHRF, Pierre Serna écrit :
« Trois regards passés, trois regards différents, à ne pas mélanger, à ne pas confondre entre le rêve militaire, la nostalgie de la France profonde et le regard progressiste et perspicace du dérèglement du libéralisme, mais liés par le fait générationnel. La critique est facile et l’art plus difficile : que n’a-t-on proposé au Monde de publier un texte ?
Justement, le texte cité auparavant « Les Tunisiens ne sont pas en 1789 » a été proposé au Monde et sûrement, pour d’excellentes, raisons refusé. Il a été publié sur le site de l’IHRF et chacun peut le lire.
D’autres plus jeunes historiens ont-ils envoyé leur texte au monde ? Combien Le Monde a –t-il refusé d’avis de plumes moins expérimentées, moins connues, moins médiatiques que les trois historiens publiés ? Comment le savoir ? Voilà des faits qu’il est impossible d’éclairer, mais qui donnent à voir une autre façon de comprendre et d’écrire l’histoire ».

Lire également :
Pierre Serna, Les Tunisiens ne sont pas en 1789 !  IHRF, 31 janvier 2011

Posté par clioweb à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 janvier 2011

Tunisie, le choc de l'après

- La Tunisie face au choc de l'après-Ben Ali - Le Monde 15/01/2011
« Président depuis 23 ans, M. Ben Ali a fui en Arabie saoudite, chassé par une révolte contre l'arbitraire du régime et sa corruption ». http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2011/01/15/

- WikiLeaks : Corruption en Tunisie, "ce qui est à vous est à moi" - Wikileaks - Le Monde - 15-01-11
« Le Monde publie exceptionnellement une traduction en français d'un télégramme diplomatique américain dévoilé par WikiLeaks et décrivant la corruption au plus haut niveau du régime du président Ben Ali »

- La révolution du Jasmin, de Sidi Bouzid à la fuite de Ben Ali - Libération
http://www.liberation.fr/monde/

.
- Dossier Tunisie, Le soulèvement - Libération
http://www.liberation.fr/tunisie-soulevement-2011,99999

.
- Leila Trabelsi, la cleptodame - Libération 18/01/2011
Ecartant les clans rivaux, l’omnipotente seconde épouse de Ben Ali a pillé le pays au profit de sa famille (son clan ?).

« C’est l’histoire d’une Du Barry
qui s’est prise pour la Pompadour
et aurait pu finir comme Marie-Antoinette ... »

 

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,