01 septembre 2015

World Economy - PIB par Etat


howmuch

Une infographie inhabituelle publiée dans Les Echos.

 

- One Diagram That Will Change the Way You Look At the US Economy, HowMuch, 21.07.2015
The World Economy divided by Area

The graphic above (Voronoi diagram) represents the relative size of each country’s economy in terms of nominal GDP:
the larger the area, the larger the size of the economy.
The areas are further divided into three sectors: services, industrial, and agricultural.


L'occasion de remonter à la source et d'évoquer les questions habituelles
sur le titre choisi, la validité des chiffres retenues et les choix graphiques.

HowMuch mentionne le "nominal GDP in 2014" et "Voronoi diagram"
"Rest of the World" is not divided into sectors (que dire de l'intérêt actuel des chiffres par secteur ?)
http://howmuch.net/articles/one-diagram-that-will-change-the-way-you-look-at-the-us-economy
GNP (Gross National Product = PNB) - GDP (Gross Domestic Product = PIB)

Un regard sur la seule économie des USA ?
Pourquoi l'absence de regroupement graphique des pays de l'UE ?
Tantôt un chiffre (13,9), tantôt deux chiffres après la virgule (23,32).


- Dans Wikipedia, qui adore les listes (recopie à vérifier)
des chiffres par pays, soit selon le FMI, soit selon la Banque mondiale
http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_GDP_(nominal)


- Quels indicateurs ?
Limites du PIB, indicateurs alternatifs
http://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_intérieur_brut
http://en.wikipedia.org/wiki/Gross_domestic_product#List_of_other_approaches_to_the_measurement_of_(economic)_progress

pib-etats-2010-sp


- L'Atelier carto de Sciences-Po propose
cette carte du PIB par pays en 2010  classique mais parlante
(Mds $ PPA - chiffres de la Banque mondiale)
http://cartographie.sciences-po.fr/sites/default/files/maps/083_PIB_hab_2010-04.jpg

autres cartes de l'atelier de Sciences-Po en classement artisanal :
http://clioweb.free.fr/carto/cartotheque-scpo2.htm


.

 

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


24 juillet 2013

De quoi politiste est-il le nom ?

 

De quoi « politiste » est-il le nom ?
Agathe Cagé, Libération Rebonds, 22.07.2013
http://www.liberation.fr/politiques/2013/07/22/de-quoi-politiste-est-il-le-nom_920021


Sciences-Po Paris a accueilli la semaine dernière le XIIe congrès de l’Association française de science politique (AFSP).
Thème :  Inégalités et démocratie
http://www.congres-afsp.fr/programme.html

« Ni sociologue, ni historien, ni philosophe, ni juriste, le politiste a du mal à se définir autrement que de manière tautologique. Il est chercheur en sciences politiques... Le politiste analyse des politiques publiques lorsque l’étudiant de Sciences-Po a pour ambition de les mettre en œuvre ».

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mai 2013

Cartes en ligne et indexation

 

500-FMN
Les FMN, le rôle des USA, Toyota, les IDE ... une recherche à partir de Google Images


Les bases de cartes sont nombreuses sur le web : cf Le Monde diplomatique, l'Atelier de carto de Sciences-Po
Pour exploiter le travail des cartographes de Sciences-Po
,
voici une liste des cartes disponibles en deux versions :

- un tri alphabétique des titres choisis par l'Atelier
http://clioweb.free.fr/carto/cartotheque-scpo.htm

- un essai de tri artisanal par thèmes
http://clioweb.free.fr/carto/cartotheque-scpo2.htm


A l'origine de ces deux listes, la difficulté de repérer les cartes existantes et la nécessité d'actualiser une liste établie en 2009.
2 exemples :
* Une question sur une carte des FMN.
1 -  Sur le site carto de Sciences-Po,
http://cartographie.sciences-po.fr/fr/cartotheque
Utiliser le moteur interne : /carte/monde/français/entreprises
La carte des multinationales arrive en 16e rang, loin après les dépenses militaires, les ports, le commerce
http://cartographie.sciences-po.fr/fr/cartotheque?page=1&term_node_tid_depth[0]=530&pays=&term_node_tid_depth_7=fran%C3%A7ais&term_node_tid_depth_2=106&extrait=&auteur=&themes[0]=548


2 - Dans Google Images, taper « sciences-po carte multinationales »
http://tinyurl.com/dx6y2bu
Parmi les réponses, la carte des 500 premières multinationales
http://cartographie.sciences-po.fr/en/firmes-multinationales-les-500-premi-res-2010
(mais aussi bcp de bruit, dont des graphiques ou des cartes libellées dans d'autres langues)
http://cartographie.sciences-po.fr/fr/cartotheque/10_maghre?page=62


** Autre exemple, les IDE dans le monde
Une carte de Sciences-Po :
Investimentos externos diretos (IED) - ingresso, 2010 juste au dessus de 2 cartes sur la corruption en 2011
http://cartographie.sciences-po.fr/fr/category/themes/entreprises?page=9

Le rapport 2012 de la CNUCED donne des chiffres page 15, mais pas de carte
http://www.unctad-docs.org/UNCTAD-WIR2012-Overview-fr.pdf

Une occasion de découvrir ou de revisiter les anamorphoses de Worldmapper
http://www.worldmapper.org/
Capital Consumption
http://www.worldmapper.org/display.php?selected=311


Voir également le dossier Cartes du Monde diplomatique
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/
Dans la rubrique Economie et Finances,
voir une carte de Philippe Rekacewicz sur la criminalité financière (1er avril 2000 ..)
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/criminalitedpl2000


.
 

06 mars 2013

Après la farce

 

- Sciences-Po après la farce, Alain Garrigou , Régime d'opinion, lundi 4 mars 2013,
http://blog.mondediplo.net/2013-03-04-Sciences-Po-apres-la-farce

« La nomination d’un pantouflard à la direction et le maintien des dirigeants promettent que rien ne sera changé des orientations anciennes célébrées par le service de presse et ses relais médiatiques. Après la farce, pourquoi pas ? La privatisation ramènerait Sciences Po à ses origines et la mener à terme, comme cela se fait pour une entreprise, pourrait même s’accompagner du retour à l’ancien nom d’Ecole Libre des Sciences Politiques. Avec les ressources de l’entreprise privée et non celle de l’Etat. Le pouvoir politique ne peut plus donc ignorer sa responsabilité : s’il continue à laisser faire, ce sera en connaissance de cause ».


- Mur du son, mur du bruit - Le 13h de Guy Birenbaum
http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/27/guy-birenbaum_n_2816423.html

L'"information", continue, partagée, télévisée, radio-diffusée, écrite, numérisée, multi-diffusée n'en est plus au cap du mur du son. Désormais, nous passons tous les jours le mur du bruit...(je m'inclus).

L'information, si tant est que c'en soit une, son contenu, sa véracité, ont alors finalement moins d'importance que le bruit produit. Parce qu'une fois ce mur franchi, le bruit persiste.
Jusqu'au bruit d'après.
Au suivant !


- La "Métropole de Paris" du gouvernement critiquée à gauche comme à droite

http://www.huffingtonpost.fr/2013/03/04/metropole-paris-gouvernement-critiquee-elus-conseil-regional

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 février 2013

Multinationale ou paquebot ivre ?



- Sciences-Po : la multinationale, V Soulé, Libération, 22 février 2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/22/sciences-po-la-multinationale_883917

Portrait d’étudiants de l’antenne du Havre, héritiers des élites internationales.

Longue analyse de la marque Sciences-Po avant la désignation du successeur de Descoings : «L’école a énormément grossi et changé ces dernières années, et elle ressemble à un paquebot ivre, explique un chercheur, dans la maison depuis 1989. Ce que nous attendons de la future direction, c’est qu’elle ouvre le débat sur ses missions et sur son identité : pourquoi ne pas devenir une université européenne ?» Après le tumulte des années Descoings, le futur directeur devra ainsi dessiner un nouvel avenir. Mais il lui faudra d’abord, tout simplement, rassurer ».


- La valse immobile des élites, Alain Garrigou (Nanterre)

« Richard Descoings a échoué à privatiser Sciences Po, puisque le financement public constitue encore 70 % du total. Il a en revanche privatisé les rémunérations des dirigeants en augmentant la sienne à plus de 500 000 euros par an et celle des membres du comité exécutif.

Comme peu d'institutions, Sciences Po a mis en oeuvre la célèbre loi de conservation des élites proposée par Lampedusa (1896-1957) : Il faut que tout change pour que rien ne change. Faire le dos rond pendant l'orage, telle est la stratégie des oligarchies, dont il serait vain d'attendre qu'elles mettent en cause leur autorité ».
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/21/une-crise-revelatrice


- Egalement dans la double page du Monde - 21.02.2013 :
http://www.lemonde.fr/idees/ensemble/2013/02/22/quelle-sciences-politique-pour-sciences-po_1836052_3232.html


. « Le projet pédagogique de Richard Descoings est une formidable réussite » pour Pébereau, un des dirigeants dont le rôle a été mis en cause.

. « Rendez-vous raté avec les sciences sociales » pour Bernard Lacroix (Nanterre)  

. « Ni think tank ni média, l'Institut d'études politiques doit revenir à ses fondamentaux »
Pascal Perrineau, Lucien Jaume

. Des savoirs qui s'enseignent surtout dans les universités. La science politique n’est pas une marque limitée à Sciences-Po Paris. Elle s’enseigne dans les universités, dont Paris 1. Daniel Gaxie (Paris 1)

. La transparence, une idée neuve à Sciences Po. L'institution ne peut pas rester à l'écart des progrès démocratiques selon David Colon, un des candidats potentiels.


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 décembre 2012

Le labo fou des élites

 

Sciences-Po : le laboratoire fou des élites
Daniel Bernard et Perrine Cherchève - Marianne 06.12.2012 (source MG)
http://www.marianne.net/Sciences-Po-le-laboratoire-fou-des-elites

extraits :
Depuis des années, ces princes de la politique et de l'économie dirigent Sciences-Po en club privé, à l'abri de tout contrôle démocratique. Marianne a pu consulter les minutes de leur dernier conseil d'administration. Edifiant.

« Le 3 avril 2012, Richard Descoings est mort, nu, dans une chambre d'un palace new-yorkais, laissant assumer aux survivants qui avaient encouragé ses audaces, ses fulgurances, ses transgressions, un bilan hautement contrasté et une rémunération mensuelle fixée à 43 000 euros par un cénacle autoproclamé. Soudain, chacun a revisité la fable, trop vite gobée, d'une mutation exemplaire, celle d'une grande école affreusement française en business school... »

Casanova ?  « Juriste percutant, vieux sage myope aux lunettes d'écaille, cartographe émérite des réseaux administratifs, politiques et médiatiques, ce Corse de Paris berce, charme et s’impose ». Il ne savait rien, affirme-t-il

Pébereau ? « il s'est forgé dans l'establishment une statue monumentale d'hyperbanquier, croulant sous le poids de ses stock-options mais néanmoins amateur de Bach et patriote ».

« Les membres de cette tribu, quelques dizaines d'esprits supérieurs, rêvent d'une martingale qui leur permettra de perpétuer le monde d'avant, quand les princes de la politique et de l'économie faisaient tourner la planète, à l'abri de tout contrôle démocratique ».


- La liste des partis-tirelires qui touchent les aides publiques
François Krug - Rue 89
http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/12/06/voici-la-liste-des-partis-tirelires-qui-touchent-les-aides-publiques


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 novembre 2012

Les parrains de Sciences-Po

 

- Sciences-Po, comptes à rebours - Libération 23.11.2012
http://www.liberation.fr/societe/2012/11/22/sciences-po-comptes-a-rebours_862417

- Michel Pébereau, le «parrain» d’élèves
Pour les anciens élèves de Sciences-Po, Michel Pébereau, c’est d’abord un professeur qui, dans les années 90, donnait chaque lundi dans l’amphi Boutmy un cours de politique économique aussi ennuyeux que profondément libéral.
Le parrain du capitalisme haxagonal a mis ses convictions entre parenthèses et accepté 5 Mds d’aides de l’Etat. Fort bien payé, il a touché 8 M d’euros en 2011 en combinant salaire, bonus et vente d’actions.
http://www.liberation.fr/societe/2012/11/22/michel-pebereau-le-parrain-d-eleves_862421

- Les parrains de Sciences-Po - Le Monde 23.11.2012
extraits :
Michel Pébereau et Jean-Claude Casanova ont toujours régné sans difficulté sur Sciences-Po. Le premier est un grand banquier introverti et puissant, le second un agrégé de droit et d’économie.
En 2011, ni l'un ni l'autre ne s'étaient émus lorsque Descoings décida de distribuer 295 000 euros de primes aux 11 membres du comité exécutif. « Ces deux hommes si intelligents et rompus aux rapports de force paraissent depuis six mois avoir manqué de ce sens politique qui a fait leur pouvoir ».
L'entrevue entre le duo de Sciences-Po et la ministre de l'enseignement supérieur a été tendue. …Le banquier lâche avec hauteur que " « dans le privé, aucune entreprise n'attendrait si longtemps avant de nommer son PDG ». Réplique de la ministre : « Si on gère Sciences-Po comme le secteur bancaire a géré les subprimes... »
http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2012/11/22/les-parrains-de-sciences-po_1794151_1473692.html

 

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 octobre 2012

Sciences-Po, succession story

 

- Sciences-Po, succession story, V. Soulé, Libération 14.10.2012
La prestigieuse école parisienne, choquée par la mort brutale du charismatique Richard Descoings et fragilisée par les révélations sur sa gestion, s’enlise dans le choix d’un nouveau directeur.
http://www.liberation.fr/societe/2012/10/14/sciences-po-succession-story_853187


- Pourquoi Peillon rouvre le débat sur la dépénalisation du cannabis ? Le Monde 15.10.2012
http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/15/pourquoi-peillon-rouvre-le-debat-sur-la-depenalisation-du-cannabis_1775481_823448.html

« Quelle mouche l'a piqué ? Vincent Peillon a suscité un tollé à droite et a mis la majorité dans l'embarras en se déclarant dimanche 14 octobre en faveur d'un débat sur la dépénalisation du cannabis »

« Jusque-là, M. Peillon, concentré sur la réforme de l'école, ne s'aventurait pas sur des sujets ne faisant pas partie de son périmètre ministériel. Et il semblait se tenir davantage à distance raisonnable des feux de l'actualité »

« M. Peillon peut en revanche cultiver son image d'électron libre du gouvernement. En cinq mois, c'est la troisième fois que l'ancien porte-parole du PS se fait recadrer par le chef du gouvernement ...
 
Fin septembre, M. Peillon a aussi annoncé le recrutement de 40 000 enseignants dès 2013. Cela en contradiction avec les consignes de François Hollande … »


-  Tea Party, la peur au vote - Libération - L'Amérique aux urnes 3/4 - attendre mercredi pour l’article en ligne.
la hantise du terrorisme, des profs gauchistes, de l’assurance maladie pour tous...
http://www.liberation.fr/grand-angle,76
http://www.liberation.fr/elections-americaines-2012,100118

.

Posté par clioweb à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 octobre 2012

Sciences-Po Paris : la grande gabegie

 

Sciences-Po Paris - Dans un rapport de 210 pages, la Cour des comptes dénonce la grande gabegie
de la gestion de l’ère Richard Descoings - Le Monde -

La Cour des comptes veut mettre fin à une époque. La haute juridiction fustige la gestion dispendieuse de l'ex-directeur Richard Descoings et réclame des réformes profondes de structure

http://www.lemonde.fr/2012/10/08/sciences-po-la-cour-des-comptes-denonce-la-gabegie-de-l-ere-descoings


« Médiapart avait dévoilé les énormes primes que s'octroyaient les dirigeants de Sciences-Po. La rémunération annuelle brute du patron de l'IEP a crû de 60,4 % entre 2005 et 2011 et culminé à 537 246,75 euros en 2010 ». Chaque page du rapport Descoings sur le lycée a coûté 9 612 euros ...
http://www.sauvonsluniversite.com/IMG/pdf/rapportconsultationlycee.pdf

« Les enseignants vacataires sont mieux traités qu’à l’université. Mais ils assurent 93 % des heures pour 20 % des dépenses en personnel ».

« Le coût de la scolarité à Sciences-Po pour un étudiant payant les droits maximums au tarif 2010 serait donc de 51 700 euros sur cinq ans, contre plus de 35 000 euros pour HEC ».
Richard Descoings a vanté l’ouverture à des élèves venant de ZEP. L'IEP accueille davantage de boursiers en 2010 qu'en 2005. Mais, dans le même temps, « la proportion des étudiants issus de parents cadres ou exerçant une profession intellectuelle supérieure s'est accrue de 5 points, passant de 58,5 % à 63,3 % ».

Le rapport met en cause l’absence de tout contrôle, interne ou externe.
Il pointe une singularité : un établissement de droit public est géré par la FNSP, une fondation de droit privé

« L'école promet de modérer les salaires mais réfute les critiques sur son statut »


Le site de la Cour des Comptes devrait bientôt héberger ce rapport : http://www.ccomptes.fr/



Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2012

Nick Ut a l'edj de Sciences-Po

 

nickut-scpo

Nick Ut à Sciences-Po, le 27.09.2012 - photo André Gunthert


Nick Ut est l'auteur de la très célèbre photo de Kim Phuc en 1972.
Il a donné, à Paris, le jeudi 27 septembre, une Master Class devant un parterre d’étudiants en journalisme de Sciences-Po et quelques invités venus lui poser des questions, parmi lesquels des chercheurs du LHIVIC.
La master class n'a pas été enregistrée ni mise en ligne.
voir quelques photos et un lien vers des tweets :
http://www.journalisme.sciences-po.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1701&Itemid=1


Culture visuelle lui a consacré deux articles.
- Une icône a-t-elle besoin d’auteur?
André Gunthert - 30/09/2012
http://culturevisuelle.org/totem/1687/

- Ut pictura wall paper ?
Olivier Beuvelet - 30 septembre 2012
http://culturevisuelle.org/parergon/archives/1688


Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,