20 juin 2014

Bac 2014 : SES, Medef et flexibilité

 

Bac 2014, sujets de SES
http://clioweb.free.fr/bac/bac-ses-specialite2014.pdf

Sujet : Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ? (4 documents)
ou
Épreuve composée
- Mobilisation des connaissances (6 points)
.... 1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? (3 points)
.... 2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? (3 points)
- Étude d’un document (4 points)
- Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)
À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous démontrerez que la famille peut constituer un frein à la mobilité sociale des individus

Ces sujets ont fait réagir le parti de Gauche (flexibilité) et les proches de Dupont-Aignan (protectionnisme)


-  Sur le web, des économistes ont proposé des réponses aux sous-questions sur la flexibilité et sur la politique protectionniste :
. Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE
http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/europe/2014/06/

. Jacques Sapir, blog RussEurope
"On ne saurait imaginer choix plus tendancieux, et plus erroné du point de vue de la science économique".
http://russeurope.hypotheses.org/2421

. Céline Antonin, économiste à l'OFCE a traité à sa amnière le sujet :
«Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ?»
http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/europe/2014/06


- 20.06.2014 -  Dans les sujets de SES 2014, pour Erwan Le Nader (VP de l’APSES) « on voit bien les défauts du nouveau programme. Il insiste sur la restitution aux dépens du débat et de la réflexion. Ca laisse la porte ouverte aux accusations de dérive idéologique »
« Les deux sujets sont donc conformes au nouveau programme, qui oblige à asséner des connaissances aux élèves sur un rythme effréné, sans avoir vraiment le temps d'innover, de  débattre et de problématiser. Ils sont faisables par les élèves, mais peuvent difficilement procurer du plaisir intellectuel à l'élève qui le rédige, et au professeur qui le corrige. Ils révèlent ainsi ce qui manque fondamentalement aux nouveaux programmes de SES, mais que la grande majorité des  professeurs s'efforce tout de même de perpétuer : le bonheur de vraiment comprendre la société actuelle, de confronter les théories, de réfléchir ». http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/06/20062014Article635388480924388997.aspx

- 24.06.2014 -  Une polémique excessive, mais instructive, titre un communiqué de l'APSES
« Ces formulations malheureuses ne sont pas le fruit du hasard. Elles sont le résultat direct du couple formé par les nouveaux programmes et les nouvelles épreuves, inaugurés il y a deux ans, très vivement contestés au sein de notre profession ».


- Panique(s) morale(s) et baccalauréat, Denis Colombi, blog une heure de peine
Denis Colombi conteste ces critiques à l'emporte-pièce sur internet : « des politiciens instrumentalisent un sujet d'examen à leurs propres fins », ils illustrent leur méconnaissance de ce qu'est un examen et disent leur mépris pour le travail des enseignants et des élèves.
« Comment voulez-vous avoir une parole positive sur vos élèves, dire qu'ils apprennent des choses, qu'ils progressent, que vous faites un vrai travail en classe lorsqu'il suffit à n'importe qui de regarder deux minutes un sujet de bac pour se permettre de rendre un jugement définitif sur votre travail ? [...]
Beaucoup ont intérêt à taper sur l'école pour faire avancer leurs idées, même quand celles-ci n'ont rien à voir avec l'école. Pour vous, c'est peut-être un combat politique où tous les coups sont permis. Pour moi, c'est mon métier. Pour les élèves, c'est leur travail ».


 - 20.06.2014 - Faire disserter sur notre ignorance.
Un journaliste économique du Monde réagit au sujet :
« Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ? »
http://campus.lemonde.fr/campus/article/2014/06/20/au-bac-es

« La théorie économique dit que la croissance provient de la combinaison de plusieurs facteurs : le travail, le capital et... le reste ! Ce « reste » s’appelle – en jargon économique –, le « résidu », depuis que l’économiste américain Robert Solow, Nobel d’économie en 1987, l’a théorisé comme tel. Et ce « résidu de Solow », qui  fait l’objet de nombreux travaux et débats, garde une très grande part de mystère.  Bravo d’avance aux cancres et aux bons élèves, auxquels les adultes demandent de disserter sur leur propre ignorance ! »


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


23 décembre 2013

Delhommais et l'APSES

 

- « Les Français sont des cancres en économie »
affirme PA Delhommais, dans un édito du magazine Le Point 19.12.2013
Tout cela n'est guère surprenant, ajoute-t-il, « compte tenu de l'enseignement économique que les Français reçoivent au lycée. Ou, pour être plus juste, ne reçoivent pas ».
Selon lui, « l'Apses préfère former des citoyens-chômeurs » plutôt que de « faire comprendre aux lycéens les mécanismes du marché et de cette horrible mondialisation libérale dans laquelle ils vont vivre et tenter de se trouver une place ». Il ajoute que « l'inculture économique des Français coûterait au pays 1 point de PIB par an ».

- L’APSES a répondu avec vigueur à l'éditorialiste du Point
Elle demande un droit de réponse.
Elle souhaite des contradicteurs qui fassent leur travail avec davantage de sérieux.
Elle rappelle que l’enseignement de SES tant vilipendé ne concerne que 15% d’une classe d'âge.
De même, en quoi serait-il scandaleux d’étudier à la fois les mécanismes et les limites des marchés financiers ?Pourquoi faudrait passer sous silence , la crise financière de 2008 et la faillite de Lehman Brothers, avec tous ceux qui en ont pâti ? http://www.apses.org/initiatives-actions/communiques-et-courriers/article/droit-de-reponse-au-point-suite-a


NB : L’éditocrate parle d’enseignement biaisé.
Lui même ne retient que les arguments qui le confortent dans ses préjugés néo-libéraux (cf le quiz du Codice, la crise de 2008 attribuée aux Etats, pas aux entreprises). Quant à l’exemple du capital avec intérêts, il ressort autant de l’apprentissage du calcul élémentaire que de l'influence des SES.

« Les Français n’ont probablement pas besoin de subir une quelconque influence de professeurs altermondialistes pour saisir, tout particulièrement aujourd’hui, les dangers de la course effrénée au profit, des marchés sans règles, du creusement des inégalités » avait répondu par avance Gérard Grosse (IDIES).
http://www.idies.org/index.php?post/Les-Francais-premiers-de-la-classe-en-economie

.

Posté par clioweb à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 février 2013

Agrégation de SES 2014

 

Sociologie du genre, éco géographique, patrons et patronat, l'engagement ...

un détour par les thèmes étudiés pour l'Agrégation de SES 2014
http://www.apses.org/metier-pedagogies/concours-inspection/article/themes-agregation-ses-2014


Economie
- 1) Économie de l’environnement
- 2) L’Économie géographique
- 3) Économie Publique (nouveau thème)

Sociologie
- 1) Les stratifications sociales
- 2) L’exclusion sociale
- 3) Sociologie du genre (nouveau thème)

Histoire et géographie du monde contemporain
- 1) Patrons et patronat dans le monde occidental : Allemagne (à l’exclusion de la RDA), France, Royaume-Uni, États-Unis, début XIXe-fin XXe siècle
- 2) Crédit, banque et banquiers en France, de la Révolution aux années 1980 (nouveau thème)

Droit public et science politique
- 1) L’engagement politique aujourd’hui
- 2) Les mutations des démocraties contemporaines (nouveau thème)


Dans la biblio en ligne,
5 liens web, dont
Stoker, G. (2006), Why politics matters: making democracy work, Basingstoke, Palgrave Macmillan.
http://eprints.soton.ac.uk/47278/

Economie publique, 5 mentions des "services publics",
aucun titre sur les biens communs

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 décembre 2012

SOS pour les SES et l'Histoire-Geo

 

- SOS pour les sciences-éco Libération - 16 décembre 2012
Stéphane Beaud Sociologue à l’ENS, Guy Dreux, Lycée Rodin, Paris XIIIe et Gilles Raveaud Paris-VIII-Saint-Denis
http://www.liberation.fr/societe/2012/12/16/sos-pour-les-sciences-eco_868008


- Et pour l'histoire-géo,
Thomas Goussu, Lycée Couperin, Fontainebleau
http://www.liberation.fr/societe/2012/12/16/et-pour-l-histoire-geo_868003

« A première vue certes, beaucoup d’enseignants ont été séduits par les nouvelles formulations, l’approche thématique, l’approfondissement des exigences et des problématiques. A l’usage, ces exigences sont intenables et leur mise en œuvre va à l’encontre des objectifs initiaux : au lieu de développer l’autonomie intellectuelle et la capacité de critique de nos élèves, ceux-ci se préparent à bachoter plus que jamais en apprenant par cœur des croquis complexes ou des plans de composition ».

« Comptons que le ministère saura, en élaborant les futurs programmes, redéfinir sagement ce que peut être une «exigence» et ne pas faire d’une légitime ambition un facteur de démotivation, de dégoût et finalement d’échec pour nos élèves. Gageons aussi que, dans un souci de démocratie, la parole des praticiens sera entendue et respectée ... »

« Face à cette urgence, l’inspection vient… d’alléger les programmes de première en série S, au vu des résultats de juin dernier ! Idéalement, elle aurait le souci d’anticiper et de ne pas sacrifier des cohortes entières d’élèves. Pour les candidats au bac 2013, ce changement est urgent ! »

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 novembre 2012

SES : Non au gavage

 

ses-non-gavage


Quelque deux cents professeurs de SES ont manifesté mercredi 28 novembre 2012 à Paris à l'appel de l'APSES pour dénoncer les programmes et les épreuves de bac mis en place au temps de Chatel.

« Munis de plumes, de becs de canard et d'entonnoirs, ils ont dénoncé le gavage des élèves en vue de l'épreuve du baccalauréat. Le même jour, un appel national à la grève était lancé dans la discipline ».

« Ils réclament un allègement immédiat de trois chapitres en Terminale, ainsi que la refonte des programmes de première et de terminale pour la prochaine rentrée et un changement de statut de la discipline en seconde, actuellement enseignée comme cours d'exploration ».
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121128/ses-denoncer-le-gavage-des-eleves


ses-demesures

 

ses-pgm-non-soutenables

source des photos : https://groups.google.com/forum-apses/


- Le Monde Education :- « Au ministère, l'affaire est tranchée : on ne modifie pas des programmes en cours d'année, encore moins des épreuves du baccalauréat. En revanche, un groupe d'experts se réunira prochainement ... »
115 profs de SES contestent l'analyse de l'APSES et se présentent comme les défenseurs de l'assise scientifique des SES. http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/2012/11/29/


- Billet de Bruno Faidutti - 24.11.2012 - http://faidutti.com/blog/
« Pour rassurer des enseignants angoissés à l’idée de “mal” juger, ou simplement de juger, les élèves, pour rassurer des élèves angoissés de ne pas savoir exactement comment ils étaient jugés, on a voulu objectiver les notations des enseignants, et standardiser les contenus de leurs cours. ... cela conduit ... à juger les élèves non pas sur leurs capacités d’analyse ou de réflexion globale mais sur leur détermination à apprendre et réciter servilement un cours … »

Faute de corpus unique en sciences sociales,  les mêmes sujets sont traités et retraités avec « des différences qui relèvent plus du vocabulaire que de la démarche scientifique – le développement durable est traité en géographie et en économie, l’innovation technique en économie et en histoire, les inégalités en sociologie et en géographie, et bien souvent en littérature, avec Balzac ou Zola  ».


Un détail : La dimension politique est occultée. Lors du quinquenant précédent, une campagne persistante a voulu rendre les sciences sociales responsables d'un désamour de l'entreprise (privée). La coupure entre Economie (néo-classique) et Sociologie est une réponse à ces idéologues (cf Pébereau).



Voir aussi la revue de presse de Sésame : http://sesame.apses.org/index.php


.

 

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 octobre 2012

SES, état des controverses

 

- Les SES : histoire de la discipline, état des controverses
Élisabeth Chatel et Gérard Grosse,19.10.2012

http://democratisation-scolaire.fr/spip.php?article153


- 15 propositions du Collectif Roosevelt 2012
http://www.roosevelt2012.fr/

 

.

Posté par clioweb à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juillet 2012

Des sciences sociales au lycée

 

Au lycée, (il faut) des sciences sociales pour former les citoyens - Le Monde opinions 13.07.2012

extraits :
« ... les choix opérés lors de la dernière réforme du lycée sont une nouvelle fois particulièrement révélateurs : inflation des notions et que les élèves sont censés maîtriser, priorité donnée à l'exposé de prétendus fondamentaux au détriment de l'étude des questions de société, cloisonnement rigide entre l'économie et les autres sciences sociales.

Or, les SES ont construit leur réussite sur les principes inverses : sélectionner un nombre limité d'objets d'études (l'entreprise, l'Etat, la culture, la famille, ...), et initier les élèves à leur observation raisonnée grâce aux concepts et méthodes des sciences sociales dont il convient justement de confronter les regards. Car c'est en partant des élèves tels qu'ils sont réellement que l'on peut leur permettre de progresser.

Il faut donc prendre au sérieux leurs représentations, leurs interrogations et leur appétence.
Ce n'est pas en proposant des programmes encyclopédiques que l'on permet à tous les profils d'élèves d'avoir le temps de développer leur curiosité et de s'engager dans des apprentissages et une réflexion véritables... »
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/13/au-lycee-des-sciences-sociales


Les profs de SES ont eu à combattre des attaques frontales : des programmes cloisonnant économie (classique) et sciences sociales, des campagnes de stigmatisation d'une certaine droite.

Sur le site de l'APSES, deux exemples de ce combat :

- L'APSES demande un 
moratoire sur les nouvelles épreuves du bac 2013. http://www.apses.org/initiatives-actions/communiques-et-courriers/article/nouvelles-epreuves-du-baccalaureat

- La dernière offensive du ministre précédent consistait à vouloir fusionner deux disciplines, les SES et les PFEG (principes fondamentaux de l'économie et de la gestion), les sciences économiques et sociales et la gestion. Il espérait faire coup double : supprimer encore plus de postes de profs, réduire le recrutement d'une discipline trop peu docile au gré d'un certain patronat.
http://www.apses.org/debats-enjeux/ses-et-serie-es-dans-les-media/article/cme-le-refus-du-cse-revue-de

 


.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 février 2012

Education : néo-évaluation et politique

 


- A New York, tollé après la publication des évaluations de 18 000 enseignants - Le Monde AFP 27.02.2012

« Le principal syndicat d'enseignants de New York a dénoncé lundi 27 février la publication inédite des notes d'évaluation de 18 000 enseignants, estimant que ces données n'étaient absolument pas fiables. Après une bataille judiciaire de près de 18 mois, ces notes ont été publiées ce week-end, avec le nom des enseignants et leur école, par plusieurs médias new-yorkais, au grand dam de la Fédération unie des enseignants.
Les notes, qui oscillent entre 0 et 99, sont établies selon un mode de calcul complexe, basé notamment sur les progrès de leurs élèves du CM1 à la 4e, lors de tests standard en maths et anglais ».


- SES : programme chatel-medef, bac chatel

. sur le site SES de l'académie de Grenoble, un CR d'une réunion du 19 janvier à Paris et un powerpoint fait par l'IG. http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/ses/index.php?lng=fr
. le site SES-ENS propose un nouveau service : un forum pour les enseignants de SES.

Le point de vue de l'APSES :
« ... Il existait donc des marges de manœuvre pour améliorer l’existant, en affinant et cadrant mieux les consignes données aux équipes concevant les sujets officiels par exemple, et ce sans déstabiliser à ce point l’esprit des épreuves de baccalauréat. On aurait même pu imaginer, soyons audacieux, que l’Inspection générale organise une enquête auprès des professeurs de SES, voire des lycéens eux-mêmes. On aurait pu imaginer qu’à partir des conclusions de cette enquête, soient mis sur pied des groupes de travail afin de s’appuyer sur l’intelligence collective des enseignants de SES ...

... la méthode empruntée pour modifier les épreuves autant que le résultat ne sont pas de nature à rassurer une communauté enseignante déjà préoccupée par le caractère encyclopédique, désincarné et morcelé des nouveaux programmes ».
Marjorie Galy, présidente de l’APSES
http://www.apses.org/tout-sur-l-apses/publications-apses/la-lettre-de-l-apses/article/lettre-de-l-apses-sur-les

 

- Vincent Peillon : «Pour l’école, on met tout sur la table»

Médiapart : http://www.mediapart.fr/article/offert/17794c395347183a09be62d2d73a1d9a
Copie sur le blog Sauvons l'Ecole - http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-vincent-peillon


- Ce que M. Hollande se prépare à garder de l'héritage Sarkozy (s'il est élu), selon Le Monde 27.02.2012
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/

EDUCATION
La Loi LRU. Tantôt critiquée, tantôt saluée comme une réussite, la réforme des universités que M. Sarkozy ne cesse de mettre en avant semble embarrasser le PS. "Ce n'est pas pour nous le sujet majeur, même s'il est emblématique", estime Vincent Peillon, chargé du pôle éducation, qui voit dans la question de son abrogation "un faux débat". "Ce qui est important, c'est ce par quoi on remplace, en l'occurrence une loi-cadre qui interviendra assez rapidement après une courte consultation", plaide-t-il.

La suppression de la carte scolaire. Cette réforme fut combattue par la gauche. Elle n'a pourtant pas entraîné de révolution sur le terrain. Pas sûr que le PS revienne sur ce dispositif, M. Peillon estimant lui-même que "les modèles précédents n'étaient pas formidables".

La formation des enseignants. Le gouvernement de François Fillon a ouvert la voie à une suppression des IUFM, au profit d'une (dé)formation en master des enseignants. Le PS annonce qu'il "reviendra entièrement sur la réforme de la formation des enseignants, qui a été détruite", selon M. Peillon.


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 décembre 2011

Les lobbies à l'assaut des SES

 

La France en crise ?
La faute à ceux qui ont alourdi la dette de 500 Mds depuis 2007 ?
Non, selonb les idéologues du Medef, il faudrait incriminer les profs de SES en lycée qui ne formeraient pas assez de bons commerciaux.
« Tant qu'on n'a pas vendu à un client, on n'a rien compris à l'économie » affirment Olivier Dassault (!!) et Jean-Michel Fourgous. En plus de quelques députés UMP, Beigbeider (Medef) et Lemaître ont aussi attaqué les profs de SES.
http://agora.hypotheses.org/1072

L'APSES a répliqué par un communiqué
et un droit de réponse dans Vousnousils à JM Fourgous.

En substance, 

- La richesse d'un pays ne se résume pas aux seules entreprises marchandes (qui savent vendre).
- « Il ne suffit pas d'avoir été VRP pour répondre aux questions des élèves.
Plus que d'un stage en entreprise, les enseignants ont avant tout besoin d'une solide formation scientifique (qu'il convient d'actualiser tout au long de la carrière) et pédagogique (aujourd'hui largement remise en cause), afin de s'appuyer sur des travaux documentés et reconnus de spécialistes en sciences sociales ».

 

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2011

Manuels sous surveillance

 

marianne1911

source : Marianne 19/11/2011

Comment fabriquer des manuels sans déclencher la guerre !
Un dossier dans Marianne (19/11/2011) avec des exemples en HG et en SES. http://www.marianne2.fr
 cité par le forum https://groups.google.com/group/aggiornamento-histgeo/

  

Rien n'est plus explosif qu'un livre d'école écrit Anna Topaloff dans Marianne n° 761.
Elle rappelle plusieurs controverses récentes : le Medef qui voit du marxisme dans tout manuel de SES qui parle de chômage,
les cléricaux qui mènent campagne contre l'étude du genre en svt, les lectures opposées de la colonisation (zoos humains ou hôpital d'Hanoï), ou l'affrontement sur l'histoire de l'Europe et du Proche-Orient (Nakba et/ou Shoah).
Jusqu'en 1905, les écoles catholiques avaient leurs manuels spécifiques et leur panthéon (cf Christian Amalvi).

Aujourd'hui, dans l'ère de l'histoire sous surveillance (Brigitte Gaïti), chaque nouveau manuel est scruté par une multitude de groupes de pression et, au moindre écart, les courriers affluent sur le bureau du ministre et sur ceux des éditeurs. Qui, si l'on en croit les auteurs, ne brillent pas par leur courage.
Le manuel est d'abord un marché : 38 millions d'exemplaires vendus en 2010 pour un CA de 28 M d'euros. Les éditeurs ont donc tout intérêt à mettre sur le marché les ouvrages les moins clivants possibles afin de ne pas perdre des milliers d'acheteurs potentiel

« Pour les sujets considérés comme sensibles, comme le conflit israélo palestinien, il est recommandé de les traiter non pas sous la forme d'une leçon, mais via une étude de documents: cela permet de mettre les deux points de vue sur un pied d'égalité ». (O. Loubes)

L'article poursuit par un autre double débat : la place du texte et de l'image dans les manuels de lettres, le type de texte (littéraire ou non - recettes de cuisine, articles de presse ... -).
Le choix du manuel est aussi le reflet des rapports de force en salle des profs.

Les 2 dernières pages en version doc, mise en ligne temporaire

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,