22 octobre 2014

22 août 1914 : un jour en enfer

 

Le Luxembourg belge a particulièrement commémoré le centenaire de la "bataille des frontières" qui, les 22 et 23 août 1914, a causé la perte dans cette province voisine de la Lorraine de 14 500 soldats français, 6 000 soldats allemands et de 900 Belges. L'affrontement fut notamment meurtrier dans les villages d'Ethe, Bleid et Gomery où périrent 2 300 soldats français, 700 soldats allemands et 282 civils belges massacrés par l'envahisseur. La télévision locale TVlux a diffusé un magazine titré "Un jour en enfer" et un reportage rappelant ces événements :
http://www.tvlux.be/video/-un-jour-en-enfer-ep-3-ethe-gomery-latour_16631.html
http://www.tvlux.be:video:la-bataille-des-frontieres-en-luxembourg_17084 2.html


Deux associations, les Amis du patrimoine latournois et "Sur les pas de la mémoire", s'évertuent à conserver le souvenir de ces journées et des victimes grâce au musée de Latour et aux reconstitutions présentées à la date anniversaire alors qu'un parrainage des tombes a été mis en place :

http://www.tvlux.be/video/ethe-1914-sur-les-pas-de-la-memoire_17065.html
http://www.tvlux.be/video/ethe-sur-les-pas-de-la-memoire_11050.html
http://www.tvlux.be/video/ethe-parrainage-des-tombes_17083.html


Le 22 août 2014 et les jours suivants, d'importantes cérémonies eurent lieu sur le sol de la commune de Virton qui comprend les villages d'Ethe, Bleid, Gomery et Latour. Un hommage fut notamment rendu aux soldats de Normandie, du Maine et d'Île-de-France qui tombèrent en pays de Gaume comme le rapporte le journal télévisé spécial 14-18 de TVlux du 25 août 2014

http://www.tvlux.be/video/jt-special-14-18_17108.html

Vidéos : La Bataille des Frontières – Un jour en enfer (14-18)
http://www.tvlux.be/video/un-jour-en-enfer-ep-1-avant-la-bataille-des-frontieres_16541.html
source : JCR


rappel : Tués Virois du 22 août 1914 :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/08/20/30447654.html

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 janvier 2011

Le plan parcellaire d’Allemagne (1477)

- Thomas Jarry, Autour d’un plan médiéval normand : Le plan parcellaire d’Allemagne (Fleury-sur-Orne) de 1477, Histoire et sociétés rurales Vol. 23, 2005/1. http://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2005-1.htm

Extraits :
« Au sud de l’agglomération de Caen, le marais d’Allemagne (aujourd’hui Fleury-sur-Orne) fit l’objet au XVe siècle d’un dessin parcellaire, conservé dans le fonds de l’abbaye Saint-Étienne de Caen aux Archives départementales du Calvados. Sur près d’un mètre de long, on détaille les microtoponymes, les superficies des parcelles et les noms des tenanciers des 145 ha compris dans un méandre de l’Orne… ».

jarry_2004

source : Th Jarry, Histoire et sociétés rurales - 2005-1

p 172 - Apparemment aisée en raison du caractère immédiat du visuel, l’utilisation des plans comme source historique est un exercice aussi difficile que l’interprétation d’un texte. Confronter les sources cartographiques aux sources archéologiques et textuelles, construire une méthode scientifique et définir les outils de l’analyse géographique sont les conditions primordiales pour répondre à quatre questions : comment le plan a-t-il été dessiné ? quand a-t-il été dessiné ? pourquoi a-t-il été dessiné ? que nous apprend-il sur l’espace et la société rurale ?

p 183 - … Si les plans parcellaires du Moyen Âge sont si peu nombreux, c’est que pour cette époque la plupart des terriers conservés fournissent des descriptions souvent très longues, très précises et très détaillées, qui ne nécessitent pas une représentation du terroir pour remplir la fonction qui leur est dévolue, celle de connaître ou reconnaître des droits perçus sur des terres et des hommes. Les traditions orales et écrites, la reconnaissance par des jurés de la paroisse, suffisent à faire preuve.

j_manoir_bath

Le manoir du bac d’Athis, Th Jarry, HSR 2005-11

p 187 - Le manoir du bac d’Athis avec sa cour et son étable s’élève au bord de l’Orne. Le passage du fleuve par le bac est toujours en activité au milieu du XVIIIe siècle, comme on le constate dans un bail à ferme concédé par l’abbaye Saint-Étienne de Caen à Thomas Le Coq le 9 juin 1759… Plus aucune construction ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral ou dans l’état de section de 1809…

p 191 - Sans doute la « liste figurée » de notices parcellaires, placées les unes à côtés des autres, sans échelle ni orientation, reste-t-elle proche du document fiscal originel, et tient-elle lieu surtout d’« aide-mémoire ». Cependant, cette vision de l’espace par bouts et côtés est une des plus anciennes représentations d’un paysage rural et des plus originales, ancêtre des nombreux et magnifiques plans parcellaires qui accompagnent de plus en plus fréquemment les terriers à partir du XVIIe siècle.

ge_fleury

Le plan parcellaire de 1477 concerne le Grand Marais (source : Google Earth)

Le cadastre napoléonien est numérisé, mais son accès est payant

Voir aussi la zone ZI dans le cadastre actuel

.
- Fleury sur Orne et Allemagne
Fleury-sur-Orne est mentionné sous la forme latinisée Alemannia en 1077, en français Allemagne jusqu’en 1916. Elle doit sans doute son nom à une garnison d’Alamans de l'armée romaine préposée à la garde du gué qui franchissait l’Orne à l’époque du Bas-Empire dans le cadre du tractus Armoricanus et Nervicanus.

Le 23 août 1916, le conseil municipal décide un remplacement du nom pour celui de Fleury-devant-Douaumont, commune de la Meuse détruite cette même année lors de la bataille de Verdun au cours de la Première Guerre mondiale. Par décret du 12 avril 1917, le nom de Fleury-sur-Orne devient officiel.
source : Wikipedia

Posté par clioweb à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 octobre 2010

L'Orne et le télétravail

L'Orne, la fibre optique et l'armoire normande

orne_armoire

source : France 3 Basse-Normandie, mercredi 20 octobre 2010, 12/13, vers la 11e mn

.
- Un publi-reportage de France 3 Normandie (20 octobre) vante une initiative du conseil général de l'Orne. En 2 mn, à partir de 10 mn 30, l'exemple d'un informaticien qui a fui Velizy pour faire du télétravail à Boitron, une commune de 324 habitants au sud-est de Sées.

Le problème n'est pas dans la décision de financer les infrastructures, mais dans la communication politico-médiatique sur cette dépense publique.

Tout est dit sur l'achat de la fibre optique, sur les relais hertziens, sur les chiffres du débit, sur la verdure des champs opposés au temps perdu en banlieue. Rien sur la dimension humaine et sociale du travail dans un local qui ressemble à une boite sans vie et sans humanité. Alors l'armoire normande n'est-elle là que comme alibi pour supporter les inévitables discours de promotion sur le couple tradition et modernité ?


boitron_cube

Boitron - source : France 3 Basse-Normandie, mercredi 20 octobre 2010, 12/13, vers la 11e mn

Il y aurait aussi beaucoup à dire sur le télétravail.
JJ Mahé a déjà servi d'exemple dans un article des Echos (22/06/2010) où patrons et députés UMP réclament une modification du Code du travail : « program manager chez Sun Microsystems (aujourd'hui Oracle), il est ravi de travailler deux jours par semaine dans sa maison de Boitron, un petit village de l'Orne  » écrivait Tatiana Kalouguine, la journaliste.

La fibre optique et le télétravail pour repeupler un département que les jeunes préfèrent souvent fuir ? Pourquoi un patron choisirait-il l'Orne plutôt que la Roumanie ou le Maroc ? Relire sur les mirages du travail à distance un excellent article d'Alain Rallet (Sciences Humaines n° 104, Avril 2000)

.
- L'accès lent et compliqué au reportage est surtout très révélateur de la conception du web chez les gens de télévision.
D'abord il faut être très patient :  Pour revoir 2 minutes de reportage, il faut subir 25 secondes de pub. Il faut avoir installé une extension microsoft $. Enfin, les fermes de serveurs des sous-traitants de France-T semblent terriblement sous-dimensionnés.
http://info.francetelevisions.fr/video-info/
ou
en version temporaire, au format real player

Bien sûr la pub a submergé la TNT, et la formule répétée, les « Ne quittez surtout pas, (le reportage) c'est tout de suite après la pub » sont devenus la règle. Ou encore « vous pouvez le recevoir sur votre smartphone, mais c'est payant ».

Imaginez un seul instant le même mode de fonctionnement soit imposé à l'ensemble du web. 25 secondes de pub avant chaque requête ? Vous auriez probablement fui le web depuis longtemps, et vous ne seriez pas en train de lire ce commentaire.
Google a des tas de défauts, mais l'entreprise US fait d'autres choix, dont nous profitons tous. Cela permet de comprendre l'irritation de certains de nos dirigeants hexagonaux doublement nostalgiques d'un minitel 2.0 : ils continueraient d'avoir un  contrôle total ; l'accès tarifé arrondirait leurs fins de mois.

orne_champs

source : France 3 Basse-Normandie, mercredi 20 octobre 2010, 12/13, vers la 11e mn

Xavier de Mazenod, un responsable de cette initiative précise :
- L'Orne n'est pas couverte de fibre optique. Dommage.
- Rien (dans le reportage) «  sur le réseau humain derrière le télécentre (une centaine de télétravailleurs) et une récupération du projet au profit du CG ».
« Pour le dire plus vite : notre projet vaut mieux que ce raccourci de com'. Authentique comme notre armoire normande restaurée pour l'occasion ;-) »
Consulter le site Zevillage, présenté comme « la communauté du télétravail ». On y apprend que le télécentre de Boitron a été inauguré le mardi 21 septembre 2010.


Posté par clioweb à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,