18 juin 2021

Jeanne

 

lavisse1884-jeanne-120

Lavisse 1884,  page 120 sq - Gallica
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3728370/f122.item.zoom

 


Jeanne d'Arc, héroïne nationale

BNF Classes
http://classes.bnf.fr/heros/arret/03_2_1.htm


L’historien comme vecteur de l’héroïsation
 
http://classes.bnf.fr/heros/arret/03_2.htm

 
https://multimedia-ext.bnf.fr/pdf/heros_2.pdf

 

En 1841, Michelet élève Jeanne d'Arc au rang d'héroïne nationale.

Jules Quicherat, élève de Michelet, publie les actes des procès de condamnation et de réhabilitation,
entre 1841 et 1849, source essentielle dans la construction d’une Jeanne d’Arc de gauche,
fille du peuple, abandonnée par le roi, martyrisée par l’Église

Jules Quicherat (1814-1882)
  
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Quicherat

- Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d'Arc, 5 vol., 1841-1849. Consultable en ligne

- Aperçus nouveaux sur l'histoire de Jeanne d'Arc, 1850


Les catholiques, par la voix de Félix Dupanloup, évêque d’Orléans,
lancent un processus de canonisation en 1869 pour concurrencer la "sainte laïque".
La béatification a lieu en 1909 et la canonisation en 1920.

« Enjeu entre la gauche et la droite, entre les anticléricaux et les catholiques,
entre les gaullistes et les pétainistes, elle fut progressivement accaparée par la droite nationaliste,
d’où son abandon par les progressistes jusqu’à devenir aujourd’hui
un personnage essentiellement vénéré par l’extrême droite ».


.
Lavisse, 2e année d’histoire de France, 1884
Jeanne Darc
  
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3728370/f122.item
   https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3728370/f122.item.zoom


Cette histoire a été rappelée par Christian Amalvi,

le 15 juin 2021 lors d'une conférénce sur
L’École nationale des chartes et le roman national

Lavisse, rééditions 1947 et 1950 (Jean Bourdon)
http://pointdevuedekermouster.eklablog.com/sur-le-chemin-de-l-ecole-ernest-lavisse-a204122806

Lavisse, manuels (1884 1895  1913 + 1919 ou 1923)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C5%93uvres_d%27Ernest_Lavisse#Histoire


.
.

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 octobre 2018

Education XIXe

 

Enseignement mutuel ou enseignement simultané ?

(ouvrage d’Anne Querrien, article d’une étudiante de Pilippe Meirieu)

Un débat vif au début du XIXe.
En 1834, Guizot impose le système actuel
« le maître paraissant le meilleur garant de la morale »
http://clioweb.canalblog.com/archives/2017/05/14/35283898.html

- Christian Amalvi . L'exemple des grands hommes de l'histoire de France à l'école et au foyer (1814-1914).
In: Romantisme, 1998, n°100. pp. 91-103.
http://www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1998_num_28_100_3292
ou en pdf
http://www.persee.fr/docAsPDF/roman_0048-8593_1998_num_28_100_3292.pdf

http://clioweb.canalblog.com/tag/amalvi

en résumé :
Les grandes figures modèles du catholicisme de 1814 à 1914 : St Vincent de Paul, Le curé d'Ars, sainte Geneviève ...
Le Panthéon laïque, ou la « voie royale » de la Révolution : Voltaire, Rousseau, Hoche, Kléber, Lamartine, Gambetta ...
Le Panthéon national : Jeanne d'Arc, Henri IV, Bayard, du Guesclin, Turenne …

Pour Annie Bruter, le roman national ne date ni de 1880 ni de la Révolution.
La création de cet enseignement est dûe au Second Empire (l’HG est obligatoire au primaire depuis la loi du 10 avril 1867) et non à la IIIe République, dont l’œuvre propre consiste dans la suppression de l’histoire sainte
http://clioweb.canalblog.com/tag/bruter

L’initiative de mettre l’histoire de France, avec sa géographie, au rang des matières obligatoires de l’école primaire revient à Victor Duruy, ministre du Second Empire5, qui répondait ainsi à un vœu formulé dès la monarchie de Juillet
revue Histoire de l’Education, numéro 126, 2010
http://journals.openedition.org/histoire-education/2147
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/03/10/20592929.html


- La hantise des origines

Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation,
Le Seuil, collection L’Univers Historique, 2013
http://clioweb.canalblog.com/tag/hantisedesorigines


- Ernest Lavisse est souvent vilipendé par ceux qui souhaitent voir l'histoire sortir du « roman national »
Son manuel n’était pas le seul ni le plus vendu.
Olivier Loubes a étudié les nuances entre les version successives (par ex 1895, 1919)
http://clioweb.canalblog.com/tag/Lavisse

Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale,
Leçon d’ouverture au cours d’histoire du moyen âge, à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881
Extrait de la Revue des Deux Mondes livraison du 15 février 1882
La patrie, le Moyen-Age, 5 parcours de profs, grande et petite leçon...
http://clioweb.canalblog.com/tag/1881

 

Sur l’enseignement de l’histoire,
Débats, programmes et pratiques du XIX° siècle - Laurence de Cock, Libertalia, 2018

 

CR Yannick Mével, Les cahiers pédagogiques
http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?page=recherche&recherche=M%C3%A9vel

 




.


Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2016

Lavisse et ses usages

 

lavisse-patrimoine

Lavisse : le roman national comme patrimoine scolaire,
actes de la journée d'études du 15.11.2014

 

lavisse-hist-mem

le sommaire de l'ouvrage - source ldc


lavisse-lrg-2014

Lavisse : le roman national comme patrimoine scolaire ? Journée d'étude, 15.11.2014
EA 2529 CICC « Civilisations et Identités Culturelles Comparées » (Université de Cergy-Pontoise)
et Établissement public du château de La Roche-Guyon
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/504/files/2014/11/Flyer-Journe%CC%81e-Lavisse.pdf

Retours sur le « moment Lavisse », introduction à la journée d’études
Patrick Garcia, Cergy-Pontoise

L’histoire de France au tribunal des manuels de Lavisse pour l’enseignement primaire
Jean Leduc, Toulouse

L’ami du ministre : Ernest Lavisse et Victor Duruy, une filiation ?
Jean Charles Geslot, Versailles SQY

Lavisse pédagogue
Annie Bruter, INRP

Les Petits Lavisse et la laïcité
Etienne Bourdon, grenoble

Les maîtres d’école faisaient-ils de l’histoire « à la Lavisse » de 1945 aux années 1970 ?
Benoît Falaize, Cergy-Pontoise

Un récit Lavissien actualisé ? Exemple des récits de l’histoire nationale par les élèves
Françoise Lantheaume, Lyon 2

De 2013 à 1913, Lavisse et versa. À propos d’une réédition avortée du Petit Lavisse,
de ses usages politiques à ses usages pédagogiques et retours
Olivier Loubes, Toulouse

Les usages politiques d’Ernest Lavisse dans les débats contemporains sur l’école
Laurence de Cock, Aggiornamento hist-géo

Conclusions de la journée d’études
Patrick Garcia & François Pernot, Cergy-Pontoise

rappels :

- Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale,
Leçon d’ouverture au cours d’histoire du Moyen Age, à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881 -
Extrait de la Revue des Deux Mondes livraison du 15 février 1882 -
http://clioweb.canalblog.com/tag/lavisse-1881

5 parcours de profs
Grande leçon, petite leçon
Un historien privilégié
La poésie de l'histoire
Séductions du Moyen-Age

Version texte (à corriger) au format word :
http://clioweb.free.fr/textes/gallica/lavisse-1881.doc


- Le roman national et ses nuances

. Annie Bruter, le roman national ne date ni de 1880 ni de la Révolution.

. Olivier Loubes, Lavisse, l'instituteur national,
dans 1500 ans d'histoires de France, L'Histoire, coll n° 44, jt-sept 2009
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/03/10/20592929.html


- Lavisse, in La République, Pédagogie
Pierre Nora, Les lieux de mémoire
http://clioweb.canalblog.com/tag/lieuxdememoire



.

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2016

Les Gaulois, un enjeu politicien

 

Fillon veut demander « à trois académiciens de s'entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d'histoire avec l'idée de la concevoir comme un récit national ».
http://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/290816/fillon-histrion-de-lillusion-une-proposition-historique

Sarko convoque les Gaulois et les druides pour vanter sa vision de l’identité française.
http://blog.educpros.fr/claudelelievre/2016/08/30/les-gaulois-de-sarkozy-une-meprise/


Tous deux citent Ernest Lavisse.
En faisant un contresens historique estime Claude Lelièvre.

Pour Lavisse, la Gaule romaine assure le passage de la  « sauvagerie » (des Gaulois, vaincus par César) à la « civilisation » dans un cadre national. Rien à voir par la suite avec le village gaulois d’Astérix.

De plus, Lavisse oppose le faux patriotisme au vrai patriotisme.
Le faux n’a que mépris pour tous les étrangers.
Le vrai, c’est celui de la Révolution qui a mis dans les âmes françaises  « l'amour de la justice, de l'égalité, de la liberté ».
Pour les fondateurs de la Troisième République, la France est à l’avant-garde de  la  civilisation. Elle porte l’universel.

« Identité française » que de  « crimes » ( intellectuels ?) ne va-t-on pas commettre en ton nom !»
conclut Claude Lelièvre


Pour une approche scientifique actuelle sur les Gaulois ,
voir le travail considérable accompli par les archéologues de l'INRAP
http://www.inrap.fr/recherche?search_api_views_fulltext=Gaulois
http://www.inrap.fr/magazine/bienvenue-gaulois/Accueil

dont le documentaire
Qui étaient les Gaulois ? Jean-Jacques Beineix, Inrap - Arte 2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/06/09/27362562.html
et l'expo
Les Gaulois, une exposition renversante 2011-2012
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/10/22/22436858.html



Sur Ernest Lavisse, lire ou relire grâce à Gallica
Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale,
Leçon d’ouverture au cours d’histoire du Moyen-Age,
à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881
http://clioweb.canalblog.com/tag/lavisse-1881

Publications de Lavisse
http://fr.wikipedia.org/wiki/oeuvres_d'Ernest_Lavisse


Dans un article paru dans le magazine L’Histoire, coll no 44, jt-sept 2009
Olivier Loubes rappelle que le Petit Lavisse n’était pas le seul manuel utilisé,
ni le plus vendu à certaines dates.
Il montre, à travers six exemples, l’évolution de la pensée des auteurs.
Ainsi, 1884 (ou 1895) met l’accent sur la revanche,
1919 met davantage en exergue les espoirs dans l’action de la SDN (qui ne figure pas au programme)
et vante la France comme patrie porteuse de paix.

Olivier Loubes.  La Grande Guerre des petits Lavisse, une fin heureuse du roman national ?
Actes du colloque La Grande Guerre des manuels scolaires, Montpellier - 5-6 décembre 2014,
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01243704/document

Angélina Ogier, « Le rôle du manuel dans la leçon d’histoire à l’école primaire (1870-1969) »,
Histoire de l’éducation 114 - 2007
http://histoire-education.revues.org/1247

 

lavisse-120

Récits et entretiens familiers sur l'Histoire de France Par Ernest Lavisse.
Cours élémentaire.
récits, notions historiques, 120 gravures et cartes
 ? 38e édition, 1913 ? (33e édi en 1908)
la version 1913 sur Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_de_France_-_Cours_élémentaire/Texte_entier


.

Posté par clioweb à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 novembre 2014

Lavisse et le roman national

 

15.11.2014 : Lavisse : le roman national comme patrimoine scolaire
CI2C Cergy - La Roche-Guyon
http://cm.revues.org/2037

« L’objet de la journée d’études est double. Il s’agira dans un premier temps de revenir sur l’œuvre de Lavisse à travers ses discours, les mises en forme pédagogiques proposées dont le fameux Petit Lavisse… Mais il s’agira aussi, dans un second temps, d’étudier les usages sociaux, publics et politiques, de la référence à Lavisse comme canon de ce que doit être l’histoire enseignée et ainsi de s’interroger sur la place du roman national dans l’enseignement de l’histoire aujourd’hui. »

rappel :
http://clioweb.canalblog.com/tag/lavisse-1881
http://clioweb.canalblog.com/tag/lavisse

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 novembre 2013

HP21 : L'histoire enseignée

 

Histoire@Politique no 21
L'enseignement scolaire de l'histoire dans la France des XIXe et XXe siècles. Fondements
Coordination : Yves Poncelet (IG) et Laurent Wirth (ex-doyen)
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=21

    Introduction
    Yves Poncelet, Laurent Wirth
    Les attentes institutionnelles vis-à-vis de l'histoire entre 1880 et 1940
    Philippe Marchand
    Le cours magistral dans l’enseignement secondaire. Nature, histoire, représentations (1802-1902)
    Annie Bruter
    Pourquoi enseigner l’histoire ? La réponse d’Ernest Lavisse
    Jean Leduc
    D’un roman national, l’autre. Lire l’histoire par la fin dans les programmes de 1923 et de 1938
    Olivier Loubes
    L’élaboration des programmes d’histoire depuis la Libération. Contribution à une sociologie historique du curriculum
    Patricia Legris
    Quelle(s) pédagogie(s) au temps de la massification (années 1970-1980) ?
    Évelyne Hery
    Bibliographie
    Yves Poncelet, Laurent Wirth

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 décembre 2012

L'histoire scolaire selon P. Garcia

 

- Les programmes d'histoire sont de plus en plus ambitieux - Le Monde - Culture et idées

Entretien avec Patrick Garcia, MdC à Cergy-Pontoise, co-auteur de L'Enseignement de l'histoire en France de l'Ancien Régime à nos jours, Armand Colin, 2003.

La suppression par Chatel de l’histoire en terminale S a été ressentie comme une amputation de la culture des meilleurs élèves.
Mais « au fond, les programmes sont aujourd'hui plus sensibles aux évolutions historiographiques et à la recherche d'une efficacité pédagogique qu'aux changements politiques, et de ce point de vue les polémiques actuelles ne sont, à bien des égards, qu'un remake médiocre du débat de la fin des années 1970 ».

à venir en ligne à l'adresse
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/12/27/les-programmes-d-histoire-sont-de-plus-en-plus-ambitieux_1810909_3246.html

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 avril 2011

Les lieux de mémoire

Pierre Nora, Les lieux de mémoire, table des matières
http://www.republique-des-lettres.fr/721-pierre-nora.php
Le sommaire semble manquer en ligne. En voici une version allégée.

.
La République

- Symboles (Les Trois couleurs, le calendrier républicain, La Marseillaise)

- Monuments (Le Panthéon, La mairie, Les monuments aux morts)

- Pédagogie (Larousse, Lavisse, Le Tour de France par deux enfants, le Dictionnaire de pédagogie de F Buisson)

- Commémorations (centenaires Voltaire et Rousseau, le 14 juillet, le centenaire de 1789, l'exposition coloniale de 1931)

- Contre-mémoire (La Vendée, le mur des Fédérés),

 

La Nation

1 - L'immatériel

- Héritage (chancelleries et monastères, Le lignage, Les sanctuaires royaux, Reims, ville du sacre

- Historiographie (Les Grandes Chroniques, Etienne Pasquier, Augusti Thierry, L'histoire de France de Lavisse, L'heure des Annales

- Paysages (Le paysage du peintre , le paysage du savant, Les Guides Joanne, le Tableau de Vidal de la Blache)

 

2 - Le matériel

- Le territoire (des limites féodales aux frontières politiques, des limites d'Etat aux frontières nationales, L'Alsace, L'Hexagone, Nord-Sud

- L'Etat - (La symbolique, Versailles, le Code civil, la Statistique générale, les mémoires d'Etat)

- Le patrimoine - (La notion, Naissance des musées de province, le musée des Monuments français, Arcisse de Caumont, Guizot, Mérimée, Viollet le Duc et la restauration)


3 L'idéel

- La gloire (mourir pour la patrie, le soldat Chauvin, Le retour des Cendres, Verdun, le musée hsitorique de Versailles, le Louvre, les morts illustres, les statues de Paris, les noms des rues)

- Les mots (La Coupole, le Collège de France, La chaire, la tribune, le barreau, Le Palais-Bourbon, Les classiques scolaires, La visite au grand écrivain, La Khâgne, Les Trésors de la langue)

 

Les France

1 - Conflits et partages

- Divisions politiques (Francs et Gaulois, L'Ancien Régime et la Révolution, Catholiques et laïcs, Les rouges et les blancs, Français et étrangers, Gaullistes et communistes, la droite et la gauche)

- Minorités religieuses

- Partages de l'espace-temps (Le front de mer, La forêt, La ligne Saint-Malo-Genève, Paris-Province, Le centre et la périphérie, La région, Le département, La génération)

 

2 - Traditions

- Modèles (La terre, Le clocher, La cathédrale, La cour, Les grands corps, Les armes, La profession libérale, Le barreau, L'entreprise, Le métier, Ferdinand Brunot (Histoire de la langue française)

- Enracinements (Le local, le Barzaz-Breiz, Le Félibrige, Proverbes, contes et chansons, Le manuel de folklore de Van Gennep)

- Singularités (La conversation, La galanterie, La vigne et le vin, la gastronomie, Le café, Le tour de France, Proust)

3 - de l'archive à l'emblème

- Enregistrement (La généalogie, L'étude de notaire, Les vies ouvrières, L'âge industriel, Les archives)

- Hauts lieux (Lascaux, Alésia, Vézelay, Notre-Dame de Paris, Les châteaux de la Loire, Montmartre)

- Identifications (Le coq gaulois, la fille aînée de l'Eglise, Liberté, Egalité Fraternité, Charlemagne, Jeanne d'Arc, Descartes, Le roi, L'Etat, Paris, Le génie de la langue)

.
Voir Le roman national et ses nuances :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/03/10/20592929.html

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mars 2011

1881 - séductions du Moyen-Age

Ernest Lavisse, à propos de l'Ecole des Chartes :
«  Si l’on n’a pas l’esprit assez cultivé pour mettre cette époque à sa place dans l’histoire générale, on est exposé à tomber dans le préjugé en faveur du Moyen Age si répandu parmi les chartistes »


p 13-14 -
« Plus ancienne et déjà vénérable, l’Ecole des Chartes a sauvé l’étude de l’histoire de France. Les chartistes ont publié des documents d’une importance capitale. Quelques-uns les ont commentés en étudiant.  a ce propos. les plus difficiles questions de l’organisation sociale; d’autres ont écrit l’histoire de grands personnages et, par la même occasion, celle des mœurs et des coutumes à telle ou telle époque : d’autres enfin ont retrouvé les secrets de nos histoires provinciales.  Quand on voudra se mettre à étudier sérieusement notre histoire, il faudra se mettre a !’école des chartistes.

Mais j’exprimais le regret que les élèves des Hautes études et des Chartes reçussent une culture trop particulière. Il n’est pas bon d’enfermer un jeune homme, au sortir du collège, dans une partie de l’histoire, dans le Moyen Age surtout car l’étude de cette époque est pleine de séductions que le vulgaire n’y soupçonne point. Elle attire les esprits les plus divers : érudits qui aiment les problèmes difficiles, philosophes qui se plaisent à scruter la pensée humaine en un moment où elle est compliquée et confuse, artistes séduits par l’éclat de tant de couleurs et la variété de tant de lignes, politiques même qu’intéresse le spectacle d’une société produite par le chaos, et qui a fini par trouver ses règles et les mettre en codes. Mais cette étude si séduisante est pleine de dangers. Si l’on n’a pas l’esprit assez cultivé pour mettre cette époque à sa place dans l’histoire générale, on est exposé à tomber dans le préjugé en faveur du Moyen Age si répandu parmi les chartistes. On court risque aussi de se perdre dans des détails ou de se confiner dans des recoins: car les recoins sont nombreux, les détails infinis, et l’effet accoutumé d’un apprentissage où l’étude des moyens techniques d’investigation tient une large place, est d’ôter à l’esprit le sentiment des proportions. 

On arrive à grossir ce qui est petit, à estimer comme une découverte quelque nouveauté misérable, a tenir pour médiocre ce qui est connu, à laisser les grands chemins pour les sentiers, les sentiers pour les impasses et Charles Martel pour Childebrand. Il ne faut point manier pour le seul plaisir de les manier les instruments de la découverte historique. Si l’on a porté le microscope sur un grain de poussière, il faut l’y laisser le temps de constater que c’est bien un grain de poussière, pas une minute de plus.
 
Il y a donc de graves défauts dans ces écoles où se forment les professeurs d’histoire et les historiens. Ajoutez-y celui-ci, qu’elles ont très peu d’élèves. Chaque année, l’École normale donne quatre ou cinq professeurs, l’École des Chartes une quinzaine d’archivistes, l’École des Hautes études quatre ou cinq jeunes gens capables d’entreprendre des travaux d’érudition; et, parmi les professeurs, plusieurs se contenteront d’être des professeurs; parmi les archivistes, plusieurs se contenteront d’être des gardiens d’archives. Ces trois écoles réunies ne donnent pas assurément une demi-douzaine d’historiens par année. Comment s’étonner que l’obscurité dure sur tant de points de notre histoire nationale ? »

Ernest Lavisse, L’enseignement historique en Sorbonne et l’éducation nationale, Leçon d’ouverture au cours d’histoire du moyen âge, à la Faculté des Lettres de Paris en décembre 1881 - Extrait de la Revue des Deux Mondes livraison du 15 février 1882 -
Version texte (à corriger) au format word : http://clioweb.free.fr/textes/gallica/lavisse-1881.doc

lavisse

Ernest Lavisse , source Académie française 
 

 

 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 mars 2011

Le roman national et ses nuances


L'extrait précédent tiré de la leçon d'Ernest Lavisse sert en général à illustrer et déconstruire le roman national attribué à l'historien et à ses contemporains.

Le roman national désigne une lecture très idéalisée d'une histoire franco-française. Dans une France qui existerait de toute éternité, l'histoire aurait faite surtout par des 
« grands hommes », héros guerriers, souvent vaincus (Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Napoléon)... Cette vision de l'histoire aurait submergé les manuels d'histoire de l'école primaire, dans une Troisième République hantée par la Revanche.

Cette lecture nationale, voire nationaliste et chauvine, a été vivement critiquée et déconstruite au milieu des années 1980. Pierre Nora a dirigé une étude sur Les Lieux de mémoire, et Suzanne Citron a revisité ce qu'elle appelle « Le mythe national ». cf  Le « roman national » peut-il être remis en question ? Diasporiques, mars 2010 


Cette déconstruction d’une histoire mythifiée semble cependant à nuancer :

- Anne-Marie Thiesse a étudié « La création des identités nationales en Europe - 18°-20° siècle ». La France n'est pas le seul pays concerné, ni 1880 le seul temps fort ; à l'échelle de l'union européenne actuelle, la tentation du mythe est encore forte.

Pour Annie Bruter, le roman national ne date ni de 1880 ni de la Révolution.
« Il est couramment admis que c’est l’école qui a forgé le sentiment national chez les petits Français grâce à l’enseignement de l’histoire nationale mis en place par la IIIe République, elle-même héritière de la Révolution française. Or l’examen des textes officiels sur cet enseignement montre qu’il s’agit là d’une généalogie mythique. La Révolution n’a pas souhaité faire enseigner l’histoire de France à l’école primaire ; en revanche, la création de cet enseignement est dûe au Second Empire (l’HG est obligatoire au primaire depuis la loi du 10 avril 1867) et non à la IIIe République, dont l’œuvre propre consiste dans la suppression de l’histoire sainte. On est ainsi conduit à relativiser le rôle de l’école dans l’édification du sentiment national ». De plus, la création d'une instruction civique et morale a pu permettre la rupture avec une vision édifiante de l'histoire : l'histoire est tirée 
du côté de la science (en cours d'élaboration), des disciplines scolaires intellectuelles destinées à former le jugement et l'esprit critique. L’attrait pour les grands hommes peut venir des manuels et de la pratique de la classe.

Une intervention à l'INRP lors du séminaire Ecole et Nation ( 1er avril 2009) à écouter en mp3 ou en avi

ou à lire dans la revue Histoire de l'Education, n° 126 - http://www.inrp.fr/editions/revues/histoire-de-l-education/
Il 
en coûte 18 euros pour l'ensemble du numéro imprimé, ou 5 euros l'article en ligne (cela porte la version numérique de la revue à plus de 35 euros, une conception toujours surprenante des prix et de l'économie appliquée au numérique :-) )


- Le Petit Lavisse est souvent pris pour cible. 
On peut comme ce site web en dénoncer le chauvinisme en 1919. 
Olivier Loubes rappelle que ce 
n'était pas le seul manuel utilisé, ni le plus vendu à certaines dates. Il montre, à travers six exemples, l'évolution de la pensée des auteurs. Ainsi, 1884 met l’accent sur la revanche, 1919 met en exergue la SDN (qui ne figure pas au programme) et vante la France comme patrie porteuse de paix. Lavisse, l'instituteur national, dans 1500 ans d'histoires de France, L'Histoire, coll n° 44, jt-sept 2009

 

lavisse1887

source : http://www.faurillon.com/Marius_Bonnelle.htm

 [ ajout 10/04/2011 : 
- Olivier Loubes, Lavisse, l'instituteur national, 
dans 1500 ans d'histoires de France, L'Histoire, coll n° 44, jt-sept 2009
 
Egalement dans ce numéro de L'Histoire
Alain Demurger, Nos ancêtres les Troyens
Laurent Avezou, Francs ou Gaulois ?
 
Patrick Boucheron, Michelet, prophète de la nation
Olivier Loubes, Ernest Lavisse, m'instituteur national
Philippe Joutard, Ce qu'on apprenait dans les écoles catholiques
Maurice Agulhon, La République a besoin de grands hommes (242)
 
Michel Winock, Révolution : la querelle du Bicentenaire (220)
http://lecercle.histoire.presse.fr/index/2_numero.php?revue2=44&cat=coll
- Christian Goudineau, Le mythe gaulois, colloque de l'INRAP, cours au Collège de France
 http://clioweb.canalblog.com/archives/2010/02/28/17063934.html
 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,