02 septembre 2016

La Révolution 10-2016 : acteur et historien ?



revofse-2016


La Révolution française 10 - 2016
Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française

dossier L'historien vivant (1789-1815)
(tous les articles sont en accès libre et gratuit)
http://lrf.revues.org/1535



Loris Chavanette et Francesco Dendena
Introduction
[ Un acteur engagé peut-il écrire l'histoire ?
L'école méthodique a pensé que c'était impossible, notamment du fait du caractère partisan des auteurs.
Les recherches récentes sur l'histoire politique donnent davantage de place à l'acteur et au témoin, aux études sur la sensibilité, aux relations entre histoire et mémoire. Elles facilitent une relecture distanciée des récits des publicistes et des mémorialistes. ]



Dossier
    Francesco Dendena
    L’expérience de la défaite, la rencontre avec l’histoire : Barnave (1761-1793) et ses écrits historiques
« De Jaurès à Furet plusieurs historiens ont déjà souligné la capacité de Barnave à s’abstraire des contingences révolutionnaires pour replacer la rupture révolutionnaire à l’intérieur d’un parcours séculaire d’émancipation du Tiers Etat ». Comment son expérience du combat politique et de la défaite alimente-t-elle une réflexion originale sur la révolution ?

    Loris Chavanette
    Écrire l’histoire de la Terreur ou le piège de la Méduse : Thibaudeau après le 9 thermidor
    Olivier Ritz
    L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat
    Anna Karla
    Raconter « Varennes » ou Comment créer un événement révolutionnaire en 1823
    Pierre Serna
    « Les hommes ne meurent pas libres et égaux… » ou la face cachée des tableaux du Ier prairial en 1830

Varia
    Annie Jourdan
    Les journées de Prairial an II : le tournant de la Révolution ?

Compte rendu de lecture
    Sylvain Dellea
    Gaïd Andro, Une génération au service de l’État. Les procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830)
    Paris, Société des études robespierristes, 2015

Position de thèse
    Hannah Calaway
    Révolutionniser la propriété
    La confiscation des biens des émigrés à Paris et le problème de la propriété dans la Révolution française
    Clyde Marlo Plumauzille
    Tolérer et réprimer : prostituées, prostitution et droit de cité dans le Paris révolutionnaire (1789-1799)

 

barnave-peuple-cour

Barnave, homme du peuple, homme de la Cour
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Antoine_Barnave

 

.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 janvier 2016

L'IHRF n'existe plus...

 

ihrf-derniere

L'équipe de l'IHRF vous souhaite une bonne fin d'année pour la dernière fois mais vous dit à très vite.

 

« Depuis le 1er janvier 2016, l’UMS (Unité Mixte de Service) qui portait l’IHRF n’existe plus.
Ni juridiquement, ni financièrement, l’IHRF n’a d’existence désormais, pour le moment.
Ainsi en a décidé le CNRS. »

« N’ayant jamais cru que l’affaiblissement d’une branche active des sciences humaines pouvait renforcer un autre pan de la recherche, je demeure fort inquiet sur cette politique…
L’IHRF doit-il disparaître au nom d'une gouvernance sobre et calculatrice ? »
Pierre Serna, Un nouveau statut pour l’IHRF (?), AHMUF, 02.01.2016
http://ahmuf.hypotheses.org/4333

autre version sur le site du CVUH :
http://cvuh.blogspot.fr/2016/01/quel-avenir-pour-lihrf.html


- L’Institut d’Histoire de la Révolution française peut-il cesser d’exister ? Jean-Clément Martin, blog Médiapart, 04.01.2016
http://blogs.mediapart.fr/jean-clement-martin

- Guillaume Mazeau (FB) : « Je pense que l'institution telle qu'elle est aujourd'hui doit sans doute évoluer, mais que la disparition d'un laboratoire indépendant sur les Etudes révolutionnaires, dûment financé est, à long terme, une grave erreur ».


- L’Institut d’Histoire de la Révolution française a été fondé en 1937 par Georges Lefebvre
L'article de Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_d'histoire_de_la_Révolution_française

[ Cette décision ne vient pas de la droite ou l'extrême droite.
Elle a été prise alors que le PS contrôle l'exécutif et l'assemblée.
C'est profondément regrettable.]


- Georges Lefebvre au travail. Le travail de Georges Lefebvre
un exemple d'une journée d'études organisée par l'IHRF le 11 septembre 2009

dont un échange vif à propos de l'exploitation des Archives parlementaires
numérisées par Google Livres, en accès libre pendant qq mois
voir les actes dans La Révolution française, 2 - 2010
http://lrf.revues.org/146

Timothy Tackett et Nicolas Déplanche, « L’idée du « complot » dans l’œuvre de Georges Lefebvre :
une remise en cause à partir d’une nouvelle source », La Révolution française http://lrf.revues.org/171
Voir aussi http://ahrf.revues.org/1298

 

ihrf

 

.
.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 juin 2013

Révolution : la bataille du public



Guillaume Mazeau, La Bataille du public. Les droites contre-révolutionnaires et la Révolution française dans la première moitié du XXe siècle - in Sophie Wahnich (dir), Transmettre la Révolution française, histoire d’un trésor perdu, Les prairies ordinaires, 2013. http://aggiornamento.hypotheses.org/1397


A la fin du XIXe, la droite catholique et royaliste a perdu le combat politique et scolaire. Mais sur le terrain idéologique, entre 1815 et 1945, elle lutte avec efficacité contre l’histoire républicaine. Elle se présente comme « histoire vivante », plus vraie et plus authentique que l'histoire scientifique. Elle s'adapte à la culture de masse et réussit à banaliser les clichés contre-révolutionnaires.


En 1893, « à l'occasion du Centenaire du soulèvement contre la République, des centaines de commémorations, banquets, messes et fêtes populaires sont organisées en Vendée, popularisées par des journalistes comme Eugène Veuillot, directeur du journal catholique L'Univers, mêlant royalistes et républicains conservateurs ».
«... Au début du XXe siècle, de nombreux érudits ... collectionneurs, publicistes, professeurs, écrivains et historiens, investis dans des centaines de sociétés savantes locales concurrencent efficacement les récits républicains ...». L'Action française fondée en 1908 leur sert de pépinière.
« Dans les années 1930, les réseaux du souvenir de la Contre-Révolution s'émancipent des clercs et se structurent autour d'associations spécialisées. Le Souvenir Vendéen, créé en 1932, organise des veillées, des kermesses et  des spectacles, forme des conférenciers et met en place un réseau de délégués cantonaux … »

La légende noire est servie par les écrivains et par l'édition. Elle peut se revendiquer de Taine (pour lui la Révolution est « une maladie de la nation définie comme un corps qui, pour être guéri ou rester sain, doit être dirigé par ses élites et un chef ») ou de Fustel de Coulanges.
Louis Madelin marginalisé par l’Université, se lance avec succès dans la vulgarisation. Il entre à l’Académie française en 1927. L’Histoire de France du monarchiste Jacques Bainville est éditée à 340 000 exemplaires chez Fayard.
Royaliste convaincu, G. Lenotre (Louis Gosselin) est l’auteur prolifique de livres sur le marquis de la Rouerie (1896-1897), sur Marie-Antoinette (1897), sur les noyades de Nantes (1914) ; il lance le débat sur la survivance de Louis XVII (1920) ; c’est un fin connaisseur des Archives nationales mais il brouille sans pudeur les frontières entre l'histoire et la fiction.
Sous Vichy, Pierre Gaxotte, rédacteur en chef du collaborationniste Je suis partout, participe à l'assaut généralisé contre l'histoire républicaine . Par la suite ses ouvrages sont constamment réédités en poche.

En face, les historiens républicains ont beaucoup travaillé. Ils se sont massivement mobilisés à l’occasion des cérémonies du Centenaire (1889), beaucoup moins pour celles du Cent-Cinquantenaire. Ils mettent au point la méthode critique et accordent une grande place à la publication des sources. Aulard occupe la chaire d’histoire de la Revolution française créée en 1885, Mathiez fonde la Société des Etudes Robespierristes (1908), Georges Lefevre étudie les paysans du Nord ou la Grande Peur ; il occupe la chaire d'histoire de la Révolution créée en 1937. En 1931, le musée Carnavalet présente l’exposition « Paris et la Révolution ».

Pour G. Mazeau, « par le rejet de la biographie, du détail, de la narration et de l’événement », les historiens de métier ont abandonné le terrain de la vulgarisation à leurs adversaires. Ces derniers ont utilisé leur savoir-faire pour tenter d'imposer dans le public leur haine de la Révolution et de ses principes.

.
mazeau

Guillaume Mazeau, Université Paris 1 - page IHRF dont articles publiés
Rumeurs et vérité en histoire - Caen, 27 mai 2010
A propos de l'ouvrage de Michel Onfray Freud : Le crépuscule d'une idole
http://www.dailymotion.com/video/xdsy32_rumeurs-et-verite-en-histoire-debat_webcam

.

 .

Posté par clioweb à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 septembre 2012

1792 : Entrer en République - photos

 


1792-EntrerRepublique




1792, Entrer en République

Le colloque - Les interventions du vendredi après-midi
dans les Grands Salons de la Sorbonne

entrer-311

 

entrer-316

Parler au nom de la République
Annie Jourdan, Virginie Martin, Pierre Serna, Bernard Gainot


1792, Entrer en République

Le début de la cérémonie devant le Panthéon (sous la pluie)

 

entrer-339

 

entrer-341

 

entrer-349

avec la participation du groupe Carmagnole - Liberté

 

entrer-370

et de la chanteuse Alexx - les Mooonshiners - G images -

 

entrer-371

 

d'autres photos :

1792-diapo

(utiliser la commande diaporama, en haut à droite
cliquer sur une photo pour l'agrandir)

Le colloque - Les interventions du vendredi après-midi
http://www.monalbum.fr/Album=A7WSVSCI


Le début de la cérémonie devant le Panthéon
http://www.monalbum.fr/Album=FDHVKPIM


Acteurs et action politique en Révolution : les Conventionnels - projet ACTAPOL

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

20 septembre 2012

1792, Entrer en République

 

1792, Entrer en République
Colloque IHRF et SER les 20 et 21 septembre 2012 à Paris

http://ser.hypotheses.org/464  -  http://ihrf.univ-paris1.fr/


Jeudi 20 septembre 2012
Matin : fonder la République (I)

    9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
    10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
    10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
    10h40 pause
    11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
    11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
    11h40-12h15Débats

 Après-midi : fonder la République (II)

    14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
    14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
    14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
    15h10 pause
    15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
    15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon 3), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
    16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
    16h30-17h15 Débats


Vendredi 21 septembre 2012
Matin : élire la Convention nationale.

    9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
    9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
    9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
    10h pause
    10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
    10h40 Frédéric Régent (Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
    11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
    11h20-12h Débats

 Après-midi : parler au nom de la République

    14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
    14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
    14h40 pause
    15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
    15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
    15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
    16h-16h45 débats
    A partir de 17h commémoration au Panthéon

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


30 juin 2012

Révolution et cultures populaires

 

Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde aujourd’hui, c’est le titre d’un colloque qui a eu lieu à Vizille en mars 2012. Martial Poirson et Alain Chevalier, les organisateurs veulent conduire une « histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain » en étudiant les « réappropriations et détournements » des mythes (des mémoires ?) de la Révolution française dans différentes cultures.

Dans le compte rendu rédigé et mis en ligne le 5 mai 2012, Serge Bianchi souligne le choc entre l’héritage d’une vision républicaine de la Révolution et les nouveaux stéréotypes forgés par les fictions mâtinées d'histoire qui redonnent vie à la légende noire, celle d'un Dickens (A Tale of two cities). La Révolution n'est plus la matrice de la société et de la politique actuelle (les droits de l’homme, les débuts de la démocratie) mais une violence aveugle contre Marie-Antoinette et les aristocrates, mis en scène sur fond de victimisation et de frivolité.

Les participants du colloque ont souligné plusieurs chantiers urgents :
- « occuper les milieux et les médias qui ont consommé un divorce certain entre cultures populaires et patrimoine historique de la Révolution : le théâtre populaire, comme au temps de l’an II, de Romain Rolland, du TNP et de la Cartoucherie ; le roman populaire, à l’image du Quatre vingt treize de Victor Hugo en 1874 ou des Dieux ont soif d'Anatole France en 1912 ; le cinéma populaire de Napoléon (1925-, de la Marseillaise (1932), de 1788 (1978), de La Caméra explore le temps (1964) ».

- Reconquérir l’espace de l’enseignement. (cf la journée « Enseigner la Révolution française » à Ivry en mars 2011).

- Mettre à portée d'un large public l'érudition disponible et le travail des historiens d'aujourd'hui.

L’ampleur d'une refondation néessaire est considérable.Le bicentenaire suggère des pistes possibles. « La lutte est très inégale », mais ne pas l’engager serait une démission, un renoncement à des journées et des valeurs qui ont « changé la face du monde  et pesé sur le destin des nations écrit Serge Bianchi.


.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2012

Pour quoi faire la Révolution ?

 

Pour quoi faire la Révolution

- Un ouvrage collectif de l'Institut d'histoire de la Révolution française, édité par Agone
http://atheles.org/agone/passepresent/pourquoifairelarevolution/


Introduction : La Révolution comme politique des égaux (230 Ko)

I. Toute révolution est guerre d’indépendance (Pierre Serna)
II. Pourquoi faire l’histoire de la Révolution française par les colonies ? (Frédéric Régent)
III. La « Terreur », laboratoire de la modernité (Guillaume Mazeau)
IV. Révolution, régénération, civilisation : enjeux culturels des dynamiques politiques (Jean-Luc Chappey)
V. La République comme association de citoyens solidaires.
Pour retrouver l’économie politique républicaine (1792–1799) (Bernard Gainot)
L’IRHF et l’histoire de la Révolution


- 31.03.2012 - Un long entretien dans la Fabrique de l'histoire

Pierre Serna évoque l'intranquillité du XVIIIe selon la formule de Jean Nicolas (les procès, les 8528 révoltes recensées) ; il suggère l'intérêt du  concept de colonie pour penser l'histoire des périphéries du royaume.
http://tinyurl.com/fc-fab-300312

en mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-30.03.2012-ITEMA_20356517-0.mp3


 

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 mars 2012

Rupture(s) en Révolution

 

revo-5

 


« Fruit de deux journées d’étude internationales organisées les 28 et 29 octobre 2010 en Sorbonne, le numéro 5 de La Révolution française - Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution est consacré à l’étude de la notion de rupture en période révolutionnaire »

Rupture(s) en Révolution - La Révolution française, n°5, déc 2011
Perceptions et gestions de la rupture en période révolutionnaire [ entre restauration d'un âge d'or disparu et nouveau départ radical ]. Actes des journées d'étude des 28 et 29 octobre 2010 organisées par l'IHRF, avec l'Université de Fribourg (Suisse) et de Jyväskylä (Finlande) - http://lrf.revues.org/index314.html

Penser la notion de rupture en révolution, préface d'Antoine Broussy - http://lrf.revues.org/index318.html
avec notamment :
Thomas Hobbes on Revolution
Sieyès : From contestation to conservation
Varennes: What Kind of Rupture?
Le droit intermédiaire, Posture juridique, imposture politique et vacuité d’une convention
Rethinking Republicanism in Switzerland during 1798-1801
Fidesz and the Hungarian revolutionary tradition



astro2-rf

Système astronomique de la Révolution française - détail
source BNF - Gallica - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8411447f


.

Posté par clioweb à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 octobre 2011

Blois 2011 en photos

 

ihr-blois2001-a

Un exemple : La table ronde - L'expédition d'Egypte en questions

 ihr-blois2001-b

Un choix de photos prises à Blois en 2011
(utiliser l'option diaporama en haut à gauche)
https://picasaweb.google.com/107515726868414768900/Blois2011

 
La version 2009 est toujours en ligne
https://picasaweb.google.com/107515726868414768900/Blois2009#


.

Posté par clioweb à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 octobre 2011

Blois : L’expédition d’Egypte

 

L’Orient de la Révolution française : L’Expédition d’Egypte en questions

débat organisé par L’IHR (Institut d’Histoire de la Révolution)

le dimanche 16 octobre, de 9h30 à 11h
à l'amphi rouge, Campus de la CCI
Rue Anne de Bretagne, Blois

Avec :
Patrice Bret, directeur de recherche,
Jean-Luc Chappey, maître de conférences à l’université de Paris I,
Bernard Gainot, maître de conférences à l’université de Paris I,
Frédéric Régent, maître de conférences à l’université de Paris I,
Pierre Serna, professeur à l’université de Paris I, directeur de l’IHRF,
Lucette Valensi, directrice émérite de recherche à l’EHESS.

 

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,