21 janvier 2012

Ecrans noirs contre Sopa-Pipa

 

- Mercredi dernier, c'était jour de « blackout » sur le web pour les anglophones.
Il s'agissait de protester contre les projets de loi Sopa (Stop Online Piracy Act) et Pipa (Protect IP Act) et le danger d'enfermement du web américain derrière un bouclier numérique liberticide.
http://www.ecrans.fr/SOPA-l-Internet-en-berne,13892.html
http://www.ecrans.fr/Etats-Unis-la-Maison-Blanche-et-un,13880.html


- Sopa-Pipa : les géants américains du Web contre la loi antipiratage
Branle-bas de combat outre-Atlantique où les principaux acteurs de l’Internet ont décidé de se mobiliser contre les projets de loi antipiratage Sopa (Stop Online Piracy Act) et Pipa (Protect IP Act). Hier, Google, Microsoft, Mozilla, Wikipédia, le réseau social Reddit, la plateforme de publication WordPress ainsi que des dizaines d’autres sites américains ont organisé ce qui a été présenté comme la plus grande manifestation en ligne de l’histoire du Web. Au programme, bannières anti-Sopa-Pipa, messages de protestation, pétitions mais aussi fermeture temporaire de certains sites comme la version anglaise de Wikipédia ou de Reddit.

Bien que la vocation de cette loi soit la lutte contre le téléchargement illégal et la protection des intérêts des ayants-droit, son application dans l’état est suffisamment large et souple pour laisser craindre de graves atteintes à la liberté d’expression sur la Toile et de possibles entraves à la libre concurrence entre les sites. L’administration américaine a pris position contre la loi Sopa et indiqué que le président userait de son droit de véto si d’aventure le Sénat la votait le 24 janvier prochain.

La position de la Maison Blanche a provoqué leur colère. Rupert Murdoch, le puissant patron du groupe News Corps (studios de la 20th Century Fox, la chaîne TV Fox, le Wall Street Journal) s’en est pris à Barack Obama, l’accusant de s’être « rallié aux grands argentiers de la Silicon Valley qui menacent tous les créateurs de logiciels de piratage et de vol pur et simple » et à Google qualifié de « leader du piratage ».
http://www.futura-sciences.com/fr/news/


- « Comment ferait-on sans Wikipédia ?
Ici, à Ecrans.fr, on a déjà visité la version francophone de l’encyclopédie une quinzaine de fois depuis ce matin, et savouré plus encore que d’habitude le bonheur de trouver n’importe quelle information, indispensable ou inutile, en une poignée de secondes ».

Le Guardian a chargé un de ses journalistes, Patrick Kingsley, de jouer le rôle d’une Wikipédia humaine en plongeant le nez dans son Encyclopaedia Britannica et dans son Who’s Who pour trouver ses réponses. À l’ancienne.
http://www.ecrans.fr/Un-seul-Wikipedia-vous-manque-et,13897.html

 

25/01/2012 - Les geeks font plier le Congrès - Le Monde technologies
Des géants du Web et des millions d'internautes se sont alliés contre Hollywood pour faire échouer PIPA et SOPA, deux projets de loi qui durcissent la répression du téléchargement illégal. Les votes sur les deux projets ont été ajournés.

La guerre ne fait que commencer, mais la Silicon Valley, les geeks libertaires et les blogueurs de l'Amérique profonde ont remporté une victoire politique mémorable sur la vieille économie d'Hollywood et des médias classiques. NetCoalition résume l'événement en une phrase : « L'Internet s'est mobilisé, comme seul l'Internet peut le faire ».


.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 septembre 2009

Pédagogie et listes noires

Le 11 septembre, Philippe Watrelot relatait une expérience désagréable faite dans son lycée :
"Après mes cours, à la pause, je m'installe devant un poste, j'insère mon code une première fois pour m'identifier puis une deuxième fois pour accéder à Internet. Jusque là normal...
Je me dis que je vais aller sur le site d'une revue que je connais bien : les Cahiers Pédagogiques...
Je tape l'adresse (que je connais pas coeur, on s'en doute) et là le navigateur m'informe : "Accès refusé car le site contient des phrases interdites"".

Un autre collègue a fait une expérience voisine en Basse-Normandie à propos d'extraits vidéos en ligne.

Une des clés du problème semble venir du contenu de la liste noire gérée depuis Toulouse.
http://cri.univ-tlse1.fr/blacklists/
http://cri.univ-tlse1.fr/documentations/cache/squidguard.html

Un collègue a noté que Youtube et Dailymotion ont fait leur apparition dans la liste noire.

En cas de problème, vérifiez auprès de votre fournisseur d'accès : il peut exister aussi une liste blanche où enregistrer les sites qui vous semblent utiles voire indispensables.
.

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,