04 mars 2020

1 épreuve mal pensée et injuste...



- Pierre Merle : Le « grand oral », une épreuve mal pensée et injuste

  Le Café pédagogique 02.03.2020  - Le Monde 04.03.2020
   http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/03/02032020Article637187291563966493.aspx

La nouvelle épreuve vantée par les médias a été introduite par le ministre sans concertation sérieuse.

« Aucun horaire spécifique de formation prévu,
mais plus d'1 demi-million d'heures dépensées pour évaluer 750 000 candidats


Que de temps perdu et d’argent inutilement dépensé !
Si le ministre souhaite alléger les épreuves finales du bac,
gérer au mieux son budget et susciter l’adhésion à cette nouvelle épreuve,
le futur grand oral est un exemple de mauvais choix » :

« Donner plus à ceux qui ont déjà plus,
changer les discriminations sociales en inégalités scolaires »


- Le Grand oral et les postures de l'imposture : debout ou assis ?
Claude Lelièvre, blog Histoire et politiques scolaires 13.02.2020

Une note de service du 13 février vient de détailler l'organisation du « Grand » Oral .
1 épreuve revue à la baisse.
Pour détourner les regards...
Nombre de journalistes ou de commentateurs se contentent de répéter la promo ministérielle.

- Dans le Loiret, des collégiens suivent des cours d’éloquence pour préparer leur « grand oral »

Le Monde de l’Education, 03.03.2020 -

L’auteur de l’article a rencontré des élèves de 3e qui ont déjà en tête le futur bac.
Il ne semble pas avoir lu la tribune de Pierre Merle.
Il vante les 300 collèges qui essaient d'anticiper le bac Blanquer,
et organisent des « concours d’éloquence ».

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/lm/oral-loiret-lme.pdf


Fanny Capel, une prof de Lettres dénonce les conditions chaotiques
dans lesquelles ont lieu les
premières épreuves d'E3C

http://clioweb.free.fr/presse/1temp/lm/bac-capel-lme.pdf

 

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08 février 2020

Les E3C : Confusion, Chaos, Colère...



Les E3C : Confusion, Chaos, Colère...

Sauvons l'Université - 07.02.2020

http://www.sauvonsluniversite.com

http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8640


En solidarité avec les lycéennes, les lycéens et tous les collègues du secondaire
qui se mobilisent contre les réformes Blanquer.

Douze cars de CRS tous gyrophares allumés à l’aube devant le lycée Basch de Rennes,
contrôle des lycéens à l’entrée dans le lycée, intervention policière « musclée »
(comme on dit pudiquement) à Rennes, à Nantes, à Libourne, à Paris…
Est-ce un nouveau mai 68 ?
Non, ce sont les « Épreuves communes de contrôle continu », dites E3C de Jean-Michel Blanquer.

La présentation il y a plus d’un an des réformes voulues
par le Ministre de l’Education Nationale a soulevé d’emblée bien des inquiétudes :
différences de traitement des lycéens et lycéennes face à l’examen,
inégalités entre les territoires, installation d’une sorte de bachotage permanent pendant dix-huit mois,
lié aux modalités mal pensées d’un faux contrôle continu envahissant.
C’est peu de dire que ces problèmes et ces risques maintes fois exposés n’ont trouvé
ni écoute ni embryon de réponse au ministère de l’Education Nationale.

Tout se passe comme on pouvait le craindre :
- les programmes de 1ère qui ne suivent plus ceux de seconde conduisent
à une sorte de course infinie pour « rattraper » ce qui n’a pas été fait parce que non prévu,
- les conseils de classe ne réunissent plus tous les enseignants et toutes les enseignantes
d’une classe puisque l’éclatement des spécialités et des options conduit les enseignants
à accueillir le plus souvent des élèves de classes différentes
(d’où par exemple la distribution des élèves d’une classe
entre 4 ou 5 professeurs de la même matière selon les particularités de leur parcours).
- Surtout, l’évaluation permanente est désormais le principe organisateur de ces années de lycée
pourtant si cruciales pour la formation des jeunes gens :
en lieu et place de la réflexion critique fondé sur l’échange entre l’enseignant et ses élèves,
l’enchainement infernal des épreuves conduit les enseignants à faire le programme au pas de charge
et les adolescents sont forcés à un apprentissage mécanique.
Ils sont nombreux à raconter la situation d’anxiété perpétuelle dans laquelle ils sont plongés.

Tout cela a été annoncé et dénoncé. Tout cela est arrivé.


Mais le pire était encore à venir.

En effet, l’administration de l’Éducation Nationale de haut en bas
- de son ministre, aux recteurs, aux inspecteurs et jusqu’aux proviseurs -
s’est lancée dans une défense et illustration du bien-fondé de la réforme en cours
au mépris de la réalité de ce qui se passe dans les établissements.
Confusion, précipitation et opacité règnent en maîtresses
dans l’organisation des E3C,
les premières épreuves de la réforme du Bac.


Rien n’est respecté :
ni le cadre chronologique des épreuves qui devrait être commun
alors qu’elles sont étalées sur trois semaines - voire plus désormais
puisque de nombreuses épreuves ont été reportées sine die,
ni la gestion rationnelle des banques de sujet
(certains sujets n’ont pas été retirés desdites banques
et ont donc été redonnés quelques jours plus tard ailleurs, après avoir circulé sur internet !),
ni l’identification d’un protocole commun pour le choix des sujets ou les corrections des épreuves,
ni la logistique de ce qui est censé être une épreuve d’examen national :
horaires fantasques, espaces impropres à un examen,
absence de banalisation de la semaine concernée sont courants,
à quoi s’ajoute le scannage extrêmement chronophage de copies en partie inutilisables.

Face aux réactions de défiance ou de refus devant les E3C, réactions prévisibles et légitimes,
chez de nombreux lycéens et lycéennes comme chez un grand nombre d’enseignant.e.s,
la réponse apportée s’avère d’une dureté et parfois d’une violence inouïes, au sens strict du terme,
parfaitement étrangères aux coutumes de gestion des conflits dans le second degré.
Certains chefs d’établissement, après avoir interdit l’expression libre
des lycéens et lycéennes au sein des établissements,
ont appelé la police pour rompre des blocus conduits par des adolescents ;
des lycéens mineurs ont été placés en garde en vue jusqu’à 35 heures sans justification,
sans que leurs parents en soient prévenus ; certains ont été malmenés ;
d’autres, après avoir été identifiés comme des « meneurs », ont été emmenés en minibus
pour comparution au rectorat sans être accompagnés par des professeurs ou des parents d’élèves ;
à l’occasion, ceux qu’on accuse du blocus n’ont pas le droit de repasser les épreuves
et se retrouvent avec une note de 0/20 illégale
(que les universitaires devront « oublier » au moment des évaluations sur ParcourSup) ;
d’autres encore sont cadenassés dans leurs salles pour composer, alarme incendie désactivée,
ou filtrés par les CRS à Rennes (les informations qui remontent des réseaux sociaux sont
à cet égard concordantes et très alarmantes) ;
des enseignant.e.s sont menacé.e.s de rétorsions ;
d’absurdes rappels à un devoir de neutralité ou de « réserve » ont été adressés à des collègues du secondaire.

Quel autre mot que « répression », que beaucoup d’entre nous auraient trouvé naguère excessif,
pour nommer ce qui se passe autour de la mise en place des réformes de M. Blanquer ?

Dans ces circonstances, le tribune des « 50 chefs d’établissement parisiens »,
publiée récemment dans un grand quotidien du soir, est une véritable provocation :
rassemblés pour se plaindre des blocus de lycées
et en appeler à des interventions plus fréquentes des forces de l’ordre
en feignant de se soucier de la « fragilité » de certains de leurs élèves,
et sans faire la moindre allusion aux raisons de la protestation
ni même à ce que les réformes en cours font et feront subir justement aux plus fragiles,
ces irresponsables, confits dans l’obéissance à leurs « supérieurs », manifestent la même propension
à la surdité, à la morgue et à l’aveuglement qui règne actuellement au sommet de l’État.

Cette situation nous concerne tous, de la maternelle à l’Université :
ce qui est mis en jeu dans cette répression,
ce sont les libertés propres à l’exercice de nos métiers,
quel que soit l’âge de ceux et celles à qui nous transmettons des connaissances et des savoirs,
c’est la nature même d’un service public de l’enseignement (et de la recherche)
qui suppose à la fois d’articuler des droits et des devoirs,
de réaffirmer constamment le rôle social de notre travail
et de nourrir la tension éthique qui l’anime et le justifie.

La solidarité avec nos collègues du secondaire relève de la défense partagée de ce qui nous est commun.

Sauvons l’université !
7 février 2020


.

Posté par clioweb à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 février 2020

E3C dans le désordre

 

e3c-lycees-mobilises

E3C : la carte des luttes en cours contre le nouveau bac
Guillaume Bernard 29 janvier 2020
https://tinyurl.com/e3c-lycees-mob

 

- Bac 2021 : les lycéens passent leurs épreuves d’E3C dans le désordre - Mediapart (payant)  
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310120/nouveau-baccalaureat-les-lyceens-passent-leurs-epreuves-d-e3c-dans-le-desordre


- A Bordeaux (Montesquieu), les E3C virent à l’escape game pour les lycéens enfermés   
     https://rue89bordeaux.com/2020/01/a-montesquieu-les-e3c-virent-a-lescape-game-pour-les-lyceens-enfermes/


-
Des proviseurs jugent sévèrement les épreuves de contrôle continu du nouveau bac

Les chefs d’établissement sont en première ligne autant pour l’organisation que pour faire face aux blocages.

Violaine Morin – Le Monde de l’Education 28.01.2020
    https://tinyurl.com/ty98gd2

 
- Plus de 50 chefs d’établissements scolaires parisiens demandent que « cessent les blocages »
  Tribune. Le Monde 27 janvier 2020 + choix de commentaires.
   http://clioweb.free.fr/presse/1temp/lm/retraites-e3c-50proviseurs.pdf


- Réponse des collègues du lycée d'Alembert
à la tribune de proviseurs publiée dans Le Monde.
http://clioweb.free.fr/peda/profs-dalembert.pdf


- L’école, le Bac, la lutte
Comprendre l’opposition à la réforme Blanquer
entretien Laurence de Cock, lundi.am 03.02.2020
https://lundi.am/L-ecole-le-Bac-la-lutte



rappels :
- Vers une nouvelle guerre scolaire
Philippe Champy
https://blogs.mediapart.fr/philippe-champy/blog/billets_blog

une lecture politique possible :

#7 Blanquer et l’agenda (anti)social
#6 Franck Ramus et la saignée
#5 Céline Alvarez, mise en scène
#4 Hauts technocrates néo-libéraux
#3 Les buts des évaluations CP-CE1
#2 Neurosciences, encore
#1 Rentrée scolaire & médias


- Après l'E3C, l'université
  LPPR - Motion EA HisTeMé Caen   
    http://clioweb.canalblog.com/tag/LPPR


.

Posté par clioweb à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ministère amer

 

Blanquer, ministère amer

Sylvain Prudhomme , écrivain, chroniqueur à Libération - 31 janvier 2020
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/libe/amer-prudhomme.pdf


extrait :
« C’est le rare privilège des enseignants :
avoir un ministre qui, au lieu de les entendre, les humilie.

La ministre des Armées glorifie les militaires.

Le ministre de l’Intérieur défend la police
même lorsqu’elle crève des yeux à coups de LBD
et provoque la noyade de Steve Caniço.

Le ministre de l’Education, seul, ne cesse de se défier des professeurs,
de les traiter en incompétents,
en indociles qu’il s’agirait d’abord de mater,
en tire-au-flanc dont les résistances et l’épuisement ne seraient
que conservatisme et défense d’intérêts égoïstes ».


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2020

Le CVUH et la start-up nation


cvuh-startup


Les réformes de la « start-up nation » et la réécriture de l'histoire


http://cvuh.blogspot.com/2020/02/les-reformes-de-la-start-up-nation-et.html

Le texte du CVUH a été publié dans les pages « En débat » du quotidien L’Humanité (vendredi 31 janvier 2020).


Les nouveaux programmes d’histoire en lycée :

« Le retour critique sur le principe de représentation politique est éludé. La démocratie directe n’est pensable que dans le passé perdu d’Athènes. L’interprétation de la Révolution française est réduite à la seule question de la nation, évacuant même la question de la souveraineté du peuple. Si les révolutions réapparaissent, les processus de domination, les enjeux sociaux, la question de l’autre dans l’espace européen sont minorés. L’émancipation des femmes, les questions de genres sont restreintes à des vignettes chronologiques. Les sociétés extra-européennes ne sont étudiées qu’au passé médiéval ou au miroir colonial. Mises en avant, la mondialisation néo-libérale et la logique des puissances sont les seules clés d’interprétation des sociétés contemporaines ».


« Le projet de réforme du Capes d’histoire-géographie parachève le processus du côté de la formation des enseignants »  avec une quasi-disparition des contenus disciplinaires …


« Pour forcer l'adhésion du corps social au processus qu'ils mettent en marche, le gouvernement, le chef de l’État et leurs relais parlementaires et médiatiques communiquent au lieu de dialoguer. Leurs éléments de langage … travestissent l’usage des mots du politique, « au profit d’une raison d’État qui réduit la société à une somme conflictuelle d’intérêts individuels » mises en compétition


Le CVUH réaffirme son « engagement dans les luttes actuelles »
(Retraites, services publics, recherche, enseignement, édition)


rappel :
- Vers une nouvelle guerre scolaire
  Philippe Champy 
  
https://blogs.mediapart.fr/philippe-champy/blog/billets_blog

une autre lecture politique possible


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 janvier 2020

E3C : renoncer à cette session

 

E3C : Renoncer à cette session
communiqué intersyndical
https://www.snes.edu/CP-Intersyndical.html


La rentrée de janvier doit voir se mettre en place la première session d’Epreuves Communes de Contrôle Continu dites E3C. Nos organisations (SNES-FSU, SE-UNSA, CGT Educ’action, Sud éducation, SGEN-CFDT, SNEP-FSU, SNALC, SIES, FAEN, SNCL, UNL et Lycéens au Centre) vous avaient alerté sur les problèmes tant techniques que pédagogiques que posaient ces épreuves. Les inquiétudes sont désormais partagées par une grande partie de la communauté éducative. A mesure que les semaines passent, les problèmes sont de plus en plus évidents : problèmes d’organisation, lourdeur de la procédure, inégalités de conditions de passage et de traitement entre établissements et donc entre élèves.

Les problèmes matériels ne cessent de s’accumuler, de l’ouverture tardive de la banque nationale de sujets aux difficultés posées par la correction dématérialisée (connexion, débit etc.). Les sujets proposés par la BNS ne correspondent pas dans de nombreux cas aux savoirs travaillés avec les élèves, les grilles d’évaluation apparaissent comme complexes et dénuées de sens par rapport aux exigences requises, l’absence de temps spécifique de concertation et de correction obère la possibilité du travail collectif…

A moins d’un mois de tenue des épreuves, rien n’est prêt, ce qui contribue au stress grandissant des élèves. Les enseignants expriment leur malaise, ne pouvant faire correctement leur travail, alors même qu’ils doivent faire face à une charge de travail très lourde du fait de la mise en place de la réforme.

Les équipes de vie scolaire et les personnels administratifs seront également sous pression pour préparer dans un temps record les différentes phases de la mise en place des E3C (édition des sujets, planning de passage, préparation des salles, scan des copies etc.).

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons solennellement,
   Monsieur le Ministre, de renoncer à cette session des E3C
.

-  1 ajout du 14.01.2020 :

«  les scanners imposés pour numériser les copies d'#E3C (avec correction dématérialisée - c'est moderne) ne numérisent pas les croquis réalisés avec des crayons (gris ou couleur). C'est toute la géo qui vient de sauter »

https://twitter.com/CGville/status/1216493257707966467

 

 

e3c-intersyndical


;


.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2020

Les E3C sous le feu des critiques

 e3c-cafe

 

- Bac Blanquer – Le SNES exige la suppression de l'E3C de janvier.

Après avoir constaté une mise en place chaotique,
le SNES exige la suppression de la première session des E3C ( Epreuves Communes de Contrôle Continu )
et sa transformation en épreuves terminales nationales en fin d’année.

https://www.snes.edu/Pour-la-suppression-de-la-premiere-session-des-epreuves-de-controle-continu-E3C.html


- Lycée : Les E3C sous le feu des critiques

Le Café pédagogique liste les problèmes liés à ces nouvelles épreuves
et détaille l’analyse de l’UNSA
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/12/30122019Article637132897965888313.aspx

Le syndicat mobilise ses adhérents et « appelle les personnels de direction à refuser de mettre en œuvre les E3C si les conditions d’organisation et de correction ne sont pas garanties tant sur le plan technique que sur le plan humain » .
« Les initiatives de syndicats d’enseignants fleurissent : boycott du choix du sujet, grève lors des journées programmées pour les épreuves E3C, refus de corriger.
Tout cela, fin janvier, lorsque vont arriver les [annonces de suppression de postes] dans les enveloppes de DHG fortement contractées.
Tout est décidément mis en œuvre pour nous conduire vers un accident industriel majeur ».


- Banque nationale de sujets.
Promise en octobre, puis en décembre, elle a pris beaucoup de retard.
Pour la spécialité, les sujets seront consultables par les profs en janvier ou en février.
En page d'accueil, le forum Néoprofs rappelle l'interdiction de diffuser ces sujets.
Des internautes évoquent l'hypocrisie : les épreuves ne seront pas passées
dans tous les lycées le même jour. Les vendeurs d'annales auront du mal à appliquer cette injonction.

 


- Vers une nouvelle guerre scolaire
Philippe Champy
https://blogs.mediapart.fr/philippe-champy/blog/billets_blog

une lecture politique possible :

#7 Blanquer et l’agenda (anti)social
#6 Franck Ramus et la saignée
#5 Céline Alvarez, mise en scène
#4 Hauts technocrates néo-libéraux
#3 Les buts des évaluations CP-CE1
#2 Neurosciences, encore
#1 Rentrée scolaire & médias


02.12.2019 - L’APHG dénonce les difficultés de mise en œuvre de la réforme des Lycées.
https://www.aphg.fr/L-APHG-denonce-les-dif%EF%AC%81cultes-de-mise-en-oeuvre-de-la-reforme-des-Lycees

11.12.2019 - Conférence des associations de professeurs spécialistes sur la réforme du baccalauréat et du lycée.
https://www.aphg.fr/Communique-commun-Reforme-du-Lycee-et-du-Bac

13.12.2019 - Audience avec Matthieu Lahaye, conseiller du ministre de l’Education Nationale
https://www.aphg.fr/Compte-rendu-de-l-audience-avec-Matthieu-Lahaye-conseiller-du-ministre-de-l

« Le chantier de la numérisation n’est pas encore terminé, mais tout sera prêt ;
les différents services sont confiants, tous les problèmes seront réglés » :-)

16.12.2019 - Audience avec Jérôme Grondeux, doyen de l'IG
https://www.aphg.fr/Compte-rendu-de-l-audience-avec-Jerome-Grondeux-Doyen-de-l-Inspection-generale 

 

.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,