02 septembre 2014

Yves Modéran (1955-2010)

 

ymod1

 

Yves Modéran a disparu brutalement en juillet 2010 à Paris. Professeur d’histoire romaine à l’université de Caen, il était vice-président du jury d’Agrégation. Il achevait une synthèse sur le peuple des Vandales (paru en septembre chez Errance) et projetait la réalisation d’un atlas de l’Afrique ancienne. La liste de ses publications est en ligne sur le site du CRAHAM. Pendant douze ans, il a présidé la Régionale de Basse-Normandie, lui apportant son engagement et son dynamisme. En juin 2001, il avait fait une très intéressante conférence sur la christianisation de l’Empire romain et de la conversion de Constantin. Le texte qu’il avait rédigé à cette occasion a été aussitôt mis en ligne. A notre demande, la rédaction d’Historiens & Géographes a accepté de le publier et de lui donner la visibilité méritée.
http://aphgcaen.free.fr/regionale/yvesmoderan.htm


Claude Briand-Ponsart (Université de Caen - SEMPAM), sa collègue et amie, lui rend hommage :

« Un grand savant, un éminent pédagogue, un homme de coeur, tel fut Yves Modéran. Dès la fin des années 1980, la publication d’une série d’articles traitant des révoltes contre Rome dans l’Antiquité Tardive en Afrique du Nord le rangea immédiatement parmi les spécialistes de l’histoire de cette région. En 2003, parut ce qui restera son ouvrage majeur, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe–VIIe siècles), renouvelant entièrement les perspectives sur les relations entre Rome et les tribus africaines. Plaçant celles-ci au centre de l’étude, grâce à une méthode sûre fondée sur un examen minutieux des sources littéraires, épigraphiques et archéologiques, il remettait en question des conclusions considérées comme définitives. Il concluait à l’absence d’une migration de Néo-Berbères et identifiait deux groupes de Maures, dont la distinction était fondée sur le double critère de leur attachement à Rome et de leur adhésion au christianisme. Au sein d’une réflexion engagée par l’historiographie internationale sur l’ethnogenèse, ce livre devint l’ouvrage de référence, une source inépuisable pour qui s’intéresse aux rapports entre les Romains et les tribus ».

« L’Afrique ayant été un des grands foyers d’expansion du christianisme, c’est tout naturellement qu’il se dirigea vers l’étude de cette nouvelle religion, dont il devint un spécialiste reconnu internationalement. Ses brillantes analyses lui valurent, d’ailleurs, en 2008, de collaborer à la série documentaire L’Apocalypse (G. Mordillat, J. Prieur) et d’intervenir dans Timgad et l’Empire romain (S. Tignières). Ses recherches s’orientèrent ensuite vers le royaume vandale selon trois axes principaux : l’affrontement entre ariens et catholiques, la répartition des terres après la conquête et les limites du pouvoir. Dans ce domaine aussi, ses vues novatrices furent reconnues et acceptées par la communauté scientifique. Parmi ses derniers articles, se distinguent ses analyses sur la querelle des Trois-Chapitres, dont l’écho retentit en Afrique durant la période byzantine ».

« Après un début de carrière dans l’enseignement secondaire, un séjour à l’Ecole Française de Rome lui ouvrit les portes de l’université, et il fut élu professeur à Caen en 1998. Eminent pédagogue, il captivait son auditoire par ses démonstrations lumineuses ponctuées d’un enthousiasme toujours renouvelé. Attentif à ses étudiants, il les initiait à l’histoire ancienne, leur prodiguant conseils et encouragements sur cette voie difficile. Homme de coeur et de convictions, convaincu que le lien entre recherche et enseignement devait être maintenu, doté d’une haute conscience du métier d’enseignant, il accepta la lourde tâche d’entrer au jury de l’agrégation, remettant à l’honneur l’histoire de l’Afrique du Nord, jadis un des fleurons de la recherche historique. Défenseur acharné de la survie des études sur cette région, il engagea une coopération fructueuse, fondée sur un respect mutuel et une confiance totale, avec nos collègues maghrébins. Généreux, il ne négligeait aucune occasion de dispenser ses connaissances, de faire état de ses réflexions. Homme de dialogue, il savait écouter sans a priori, avec un sens inné de la conciliation, mais il savait aussi s’indigner et mettre en conformité ses paroles et ses actes. La tristesse dans laquelle sa disparition a plongé tous ceux qui le connaissaient prouve le vide immense qu’il a laissé derrière lui ».

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


19 mars 2014

Apocalypse, la TV et l'Histoire

 

- Quand l'Histoire devient un script télévisuel (source GD)
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1160146-apocalypse-la-premiere-guerre-mondiale-sur-france-2-stop-a-l-histoire-spectacle.html

Quels conseillers historiques ?
Apo 14-18
« Beaucoup d’images nous sont arrivées à l’état brut, sans datation précise », souligne Isabelle Clarke, mettant en avant l’étroite ­collaboration nouée avec les historiens André Loez, Frédéric Guelton et Paul Malmassari, ces deux derniers étant d’anciens militaires (sic) doués d’une connaissance précieuse des évolutions de l’armement et des uniformes au cours du conflit.
http://www.humanite.fr/medias/quand-la-grande-guerre-creve-le-petit-ecran-561201

Pour Apo Hitler, le conseiller historique est Jean-Paul Bled,
prof émérite à Paris IV et chroniqueur de radio courtoisie
Lire http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Bled
http://cinemadocumentaire.wordpress.com/2011/11/14/

Pour Apo - 2 GM, Clarke et Costelle n'ont pas eu besoin de conseiller historique...
http://www.imdb.com/title/tt1508238/fullcredits#writers


Le débat autour du documentaire façon Costelle-Clarke est inépuisable.
Il ne se limite pas à la couleur et à la sonorisation.  Sinon, il suffirait alors de changer les réglages du poste, ou de regarder une séquence d’images en coupant le son.
http://clioweb.canalblog.com/tag/apo

Il porte aussi sur la vision de l'histoire pour tous, façon France 2 (cf. Bern ou Ferrand), une chaîne "publique" qui a déjà sévi avec 14-18 Le bruit et la fureur, le documentaire de JF Delassus.
Ne pas oublier aussi que le travail des historiens : la Grande Guerre est un filon pour l’édition (au moins 50 000 ouvrages).
http://aphgcaen.free.fr/conferences/penser14.htm
La guerre « retrouvée » en 1994 est l'enjeu d'une « guerre de tranchées entre historiens ».
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/tranchees.htm


Sur l'historien et les images, voir l'excellent travail de Laurent Veray
dont  La Grande Guerre au cinéma, Ramsay, 2008 et le documentaire L’Héroïque Cinématographe
http://clioweb.canalblog.com/tag/heroique

.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 mars 2014

Le passé en couleurs, le retour

 

ww1-image

« Cet instant figé de la mort au combat est une reconstitution datant de 1928.
Plus précisément un photogramme extrait de Verdun, visions d’Histoire, un film de fiction réalisé par Léon Poirier.
Il a été tiré en héliogravure et reproduit dans une brochure publicitaire éditée par Tallandier au moment de sa sortie sur les écrans
».
L'image est analysée par Laurent Veray dans Histoire par l'image
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=52
http://image.toutlecine.com/photos/v/e/r/verdun-visions-d-histoire-1928-01-m.jpg


- Le passé en couleurs, Le Monde culture et idées, 13.03.2014
« Apocalypse » ravive la Grande Guerre en couleurs (5 épisodes, diffusés sur 18 mars au 1er avril)
France 2 va diffuser en 5 épisodes « Apocalypse. La Première Guerre mondiale », en couleurs et avec bruitage.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/03/13/le-passe-en-couleurs_4382706_3246.html

« Le noir et blanc est une sorte d'amputation, alors que la couleur c'est la réalité » affirment Daniel Costelle et Isabelle Clarke. Les jeunes servent d'alibi : ils seraient incapables de voir le monde en noir et blanc. « Nous sommes plus cinéastes que documentaristes » ajoute Isabelle Clarke.
Dans la version 2 GM, seules les images des camps avaient échappé à la colorisation pour « ne laisser aucun doute sur leur authencité », au risque d’installer « une hiérarchie du pire ».

- L’article rappelle la tribune de Didi-Hubermann : « Le mensonge ne consiste pas à avoir traité les images mais à prétendre qu'on nous offrait là un visage nu, véritable, de la guerre, quand c'est un visage maquillé, bluffant”, que l'on nous a servi ».
En mettre plein les yeux et rendre «Apocalypse» irregardable, Libération écrans, 22.09.2009
http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2009/09/22/en-mettre-plein-les-yeux-et-rendre-apocalypse-irregardable_952332


Depuis cette polémique, B. Stora (La déchirure), J-N. Jeanneney (Jaurès) sont mobilisés au service de la colorisation des archives.
France TV va diffuser 35 films et documentaires sur 14-18.
Clarke et Costelle préparent deux docus colorés, un sur Staline, un sur la Guerre froide.

.

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 novembre 2011

Apocalypse ou la trouille de l’Histoire

 

- Apocalypse ou la trouille de l’histoire
André Gunthert, dans L'atelier des icônes. 07/11/2011
http://culturevisuelle.org/icones/2168


La crise de 1929 ?
Expédiée en 40 secondes et quelques images ...

La colorisation ? Mettre en couleur de façon indifférenciée l’ensemble des images, qu'elles aient été tournées et diffusées en noir et blanc ou qu'elles aient été tournées et diffusées en couleur, afin d’homogénéiser le matériel source, cela empêche le téléspectateur de faire une distinction élémentaire en histoire ...  « Plus aucune couleur, plus aucune nuance n’est ni vraie ni fausse » .
[ La technique a imposé de longues années : les copies en 16 mm de Nuit et Brouillard étaient en noir et blanc. Aujourd'hui, le numérique permet de rétablir la distinction voulue par Alain Resnais entre les archives nazies et les images de 1955. Seule la TV dite publique est capable de nier cette réalité et de toucher coloriser à la manière des cartes postales d'hier ]


« Montrer Hitler ne suffit pas à faire comprendre.
Ou plutôt : montrer Hitler, c’est être sûr de ne pas donner les moyens de comprendre ».

« Il est accablant d’entendre exprimer une telle conception d’une histoire de carton-pâte, si éloignée de l’état actuel des connaissances » ... Empiler les superlatifs et diffuser en prime time une vision aussi désuète de l’histoire c'est une bien curieuse façon de répondre à la demande sociale d'histoire (celle qui a incité un ministre à mettre l'histoire en option en Term S ?).

Lire également les commentaires à la suite de l'article d'André Gunthert (notamment la fausse opposition entre élite et masses, les excès du marketing et de la promotion, l'histoire mesurée à la seule aune de l'audience télévisée ...

Les commentaires sont ouverts sur L'atelier des icônes...

apo-hitler

source : http://culturevisuelle.org/icones/2168


Les critiques très fondées d'André Gunthert rejoignent celles de Libération - 25/10
« Apocalypse Hitler n'est pas un documentaire historique, c'est du cinéma »
http://clioweb.canalblog.com/tag/blockbuster

A relire :
En mettre plein les yeux et rendre «Apocalypse» irregardable
Par Georges Didi-Huberman philosophe et historien de l'art
Libération, 21 septembre 2009
http://www.liberation.fr/medias/0101592227
et
http://clioweb.canalblog.com/tag/immodestie

 
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 octobre 2011

Du bruit autour du Führer



apo-hitler

source : http://www.pluzz.fr


Du bruit autour du Führer - Isabelle Hanne, Libération  25/10/2011

Archives colorisées, scénarisation à outrance, montage sursignifiant : le documentaire Apocalypse Hitler , mardi soir sur France 2, met en scène la montée du dictateur nazi façon blockbuster.

Apocalypse (2 GM) a rencontré un grand succès d’audience et déjà suscité une vive polémique ... « Appliqué à la trajectoire d’un seul homme, Adolf Hitler, le procédé se parodie et aboutit à une caricature ».

« Le docu est un blockbuster, avec Hitler en acteur principal, un vrai sens du montage, de la post-synchro (la sonorisation), de la profondeur de champ et de l’étalonnage (la colorisation). Isabelle Clarke le revendique même dans le dossier de presse : la démarche des auteurs tient du geste artistique. Et, s’ils utilisent les codes narratifs et plastiques du cinéma,c’est parce qu’ils sont  indispensables à une compréhension de l’histoire par le plus grand nombre . C’est bien ça : Apocalypse Hitler n’est pas un documentaire historique, c’est du cinéma ».

http://www.liberation.fr/medias/01012367617-du-bruit-autour-du-fuhrer

 

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 septembre 2009

Coloriser l'histoire - 2

Dans Rue 89, Vincent Artuso pointe du doigt "Les dangereuses approximations d'" Apocalypse ", le docu de France 2".
http://tinyurl.com/lm59wm

Dans la Fabrique de l'histoire , ce matin, échange sur la façon dont France 2 traite de la 2 GM.
http://clioweb.free.fr/presse/radio.htm

Un rappel absolument essentiel :
Qui avait, entre 39 et 45,  le pouvoir et les moyens de fabriquer des images ?
Vouloir montrer le réel par les seules images archivées, sans se poser cette question élémentaire,  c'est se moquer du monde et prendre le risque de seulement cloner de la propagande. (cf le stuka et le blindé)

Comment montrer en images la Résistance au quotidien, celle dont Lucie Aubrac parlait si éloquemment, sans devoir tomber dans les rares images de déraillements ou de radio-émetteurs (tournées parfois après 1945) ?

Ces erreurs sont d'autant plus patentes que la chaîne ne recule devant aucun superlatif dans la promotion de ce qu'elle achète ou finance... et qu'elle ose vendre comme "une conception nouvelle de l'histoire" un récit événementiel et une histoire bataille qui ont cessé d'être à la mode depuis les années 60.
Selon les historiens, les documentaristes ont voulu copier les codes du cinéma, mais ils ont fait l'impasse sur les acquis du travail d'une génération d'historiens (cf le cas de Churchill)

Emmanuel a fait allusion à Face aux fantômes, un documentaire de Jean-Louis Comolli
à partir du travail de Sylvie Lindeperg sur Nuit et Brouillard.
http://www.lussasdoc.com/etatsgeneraux/2009/fiche_film.php?id=2568&sp=id

.
16/09 rappel : Peut-on faire mentir les images d'archives ?
Oui répond François Ekchajzer dans Télérama n° 3114

.
21/09/2009 : En mettre plein les yeux et rendre «Apocalypse» irregardable
Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art - Libération rebonds

http://www.ecrans.fr/En-mettre-plein-les-yeux-et-rendre,8148.html


"Pourquoi coloriser Dachau et pas Auschwitz ?"
projet "pharaonique", émission "miracle", "révélation" de l'histoire… la TV d'Etat excelle dans l'auto-célébration et abuse des mots qui feront date dans l'histoire de l'immodestie.
" En mettre plein les yeux : c'est le contraire exactement de donner à voir"

26/09 : "Apocalypse est aussi éloigné de l'histoire que Les experts le sont de la science"
chronique de Guillaume Erner sur France-Inter (émission Eclectik, vers la 5e mn)
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/eclectik/


- Une synthèse des débats dans Zéro de Conduite (09/2009)
http://www.zerodeconduite.net/blog/index.php?itemid=18721  


. 

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 septembre 2009

Coloriser l'histoire ? - 1

Redonner des couleurs à l'Histoire ?
Franck Nouchi - Le Monde 10/09/2009
à propos du montage récit sur la seconde guerre mondiale (Daniel Costelle et Isabelle Clarke)

"La couleur "nous replonge directement dans le présent de l'époque,
alors que le noir et blanc impose une certaine distance
"
Quant à la destruction des Juifs...

- "La colorisation est un parti-pris esthétique et une contrainte marketing qui n'apportent rien"
"On peut dans le même temps vanter la colorisation des actualités
et la remasterisation "en noir et blanc" des "tontons flingueurs".
Maquiller l'actualité et restaurer la fiction. Beau travail de confusion !"
Le point de vue de Claude Robinot ( H-Français 14/09/2009 )

.
16/09 : Peut-on faire mentir les images d'archives ?
Oui répond François Ekchajzer dans Télérama n° 3114
L'article évoque le bricolage télévisuel actuel des images d'archives, notamment dans les documentaires diffusés par France 2
(colorisation, recadrage en 16/9, bruitage). Une manière de soumettre les archives aux standards actuels du flux télévisuel et de sacrifier au présentisme de François Hartog.

 

 

 

 

 

 

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,